mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro F : les Françaises font le plein !
Euro F : les Françaises font le plein !
12 Décembre 2014 | International > Euro

Incroyables de maîtrise, les Bleues ont bataillé pendant 30 minutes avant de forcer la décision en seconde période pour battre le Monténégro vendredi (24-20). Les filles d’Alain Portes aborderont dimanche le tour principal avec 4 points. Et beaucoup de confiance.

De notre envoyé spécial à Osijek (Croatie)

Cette fois, la barre est bien montée d’un cran. Après les vice-championnes du monde serbes, lessivées mercredi, la France a accroché à son tableau de marche le Monténégro, champion d’Europe en titre, contraint de baisser pavillon devant un adversaire trop déterminé, trop puissant collectivement pour se laisser fendre comme à Londres. « Bien sûr qu’on veut aller chercher une médaille, sinon je ne serai pas là », chuchotait Gnonsiane Niombla jeudi, l’une des rares Françaises à parler d’autre chose que la 5e place. Avec 4 points dans l’escarcelle et la première place dès l’entame du second tour, toutes ses coéquipières voient leur appétit grandir. Même la capitaine Siraba Dembélé, d’ordinaire prudente. « On ne va pas se cacher, on a de grandes chances de se qualifier en demi-finale. Donc on veut la médaille. »

Si le tableau de marche s’est autant ouvert, c’est donc grâce à une démonstration à laquelle la malice (pour ne pas dire le vice) monténégrine n’a rien pu faire. Elles ont pourtant très bien démarré la rencontre (5-3, 10e) avec ce surplus d’agressivité qui les caractérise. A l’inverse, les jambes tricolores semblaient plus lourdes, Baudouin dégainait son pénalty à côté et Leynaud ne brillait pas dans ses cages (3 arrêts en demi-heure). Heureusement la défense se rattrapait avec Dembélé en poste 2 et offrait de nombreux ballons de contre que Pineau et Lacrabère convertissaient, infligeant un 4-0 au Monténégro (5-7, 15e). Aussitôt effacé par un 3-0 adverse après le temps-mort de coach Adzic (8-7, 18e).

« Le début de match a été dur mais notre défense nous permet de rester sereines, explique Camille Ayglon. Même si on ne marque pas pendant trois ou quatre attaques, on sait qu’on va récupérer des ballons. Ça nous permet d’être plus tranquilles. » Si les Slaves faisaient la course en tête, elles ne prenaient jamais plus de deux buts d’avance (10-8, 21e). Et deux dernières fléchettes de Lacrabère à l’arrière ramenaient finalement la France à hauteur à la pause (12-12), à l’issue d’une première période où, sous la baguette d’une excellente Pineau, les Tricolores n’ont perdu qu’un seul ballon. « On a su garder notre constance et on a surtout respecté nos principes de jeu, ce qui nous faisait défaut auparavant », justifie l'arrière gauchère.

La suite ? Et bien après le très bon, les Bleues versaient dans l’encore mieux. Si Knezevic et Bulatovic résistaient (16-16, 41e), la défense française aspirait les ballons (14 balles lâchées par le Monténégro). Et puisque les coéquipières de Jovanovic choisissaient de surveiller à deux Kanto en pivot, la base arrière récitait ses combinaisons, Niombla se pointant à la fête côté gauche (20-17, 49e). La blessure de Knezevic à une cheville balayait tout espoir de retour adverse, Leynaud s’offrait même un « pastis » sur Bulatovic tandis que Prouvensier jaillissait sur son aile droite (23-19, 56e). Une leçon. « C’est énorme et je crois que j’ai du mal à réaliser, lâchait Siraba Dembélé, les yeux incrédules. On était sereines et on a trouvé une autre force avec les tirs de loin. C’est la première fois que je sens notre équipe aussi forte. » Une équipe qui ne prend plus peur. « On connaît tous nos enclenchements parfaitement, on les a tellement travaillé à l’entraînement, promet Alex Lacrabère. Et quand on récite nos schémas de jeu et que ça marche, c’est le kiff. »

Ce plaisir porte cette équipe à des hauteurs insoupçonnées, qui vont la faire passer d’outsider à favori, même contre des nations aussi solides que les Pays-Bas, la Suède et l’Allemagne, qu’il faudra affronter au second tour. La fatigue ne se fait pas ressentir pour l’instant, même si Niombla a fini le match avec les crampes. « On est quand même une des équipes qui a le plus de ressources, on est vraiment seize, souligne Camille Ayglon, qui sait que Zaadi, Gnabouyou, Nze Minko et Cissé n’ont pas été utilisées vendredi. Et chacun trouve sa place, son rôle dans ce collectif. » Clairement, l’alliage semble suffisamment résistant pour intégrer le dernier carré européen.

A Osijek, Gradski VRT
Vendredi 12 décembre 2014 à 18h00
Monténégro - France : 20-24 (Mi-temps : 12-12)

Arbitres : MM. Zotin et Volodkov (RUS)

Evolution du score : 2-2 5e, 5-3 10e, 5-7 15e, 8-7 18e, 10-8 21e, 11-9 26e, 12-12 MT, 12-14 33e, 16-16 41e, 17-20 49e, 19-23 56e, 20-24 FT.

Nina Kanto : « Un vrai rouleau-compresseur »

On vous a senti un peu en difficulté en début de partie…
C’était un gros match et c’est vrai qu’on avait les jambes un peu dures au début, comme si on manquait d’énergie. Mais j’avais regardé le match de l’an dernier contre elles (victoire 17-16 à l’Euro), on s’était accroché et dès qu’on avait eu l’intervalle pour pouvoir passer devant, on l’avait fait. On a réussi à le reproduire aujourd’hui (vendredi).

Vous n’avez jamais douté ?
Les Monténégrines ne sont jamais parties trop loin, il n’y a pas eu plus de 2 buts d’écart. Elles  n’arrivaient pas à prendre le large, ça voulait bien dire qu’on était dedans mais qu’il manquait juste un petit truc. Ensuite, en ayant un collectif plus étoffé que le leur, je savais qu’en fin de match elles allaient craquer. C’est à ce moment qu’on a accéléré.

Racontez-nous comment les Montégrines ont défendu sur vous
C’était chaud et ça m’énerve que les arbitres ne sifflent pas. A un moment donné, on ne peut pas défendre comme ça ! Mais ça va, je n’ai pas complètement pété les plombs cette fois et les filles ont vraiment bien géré aussi. Alain m’a fait sortir en défense, tant mieux car c’était dur de prendre position en attaque. Et Alice me remplaçait, c’est son deuxième match où elle est dedans, elle monte en puissance et c’est bien car on aura besoin d’elle pour la suite.

Jusqu’où peut aller l’équipe de France ?
Quelque-chose s’est créé sur cette compétition. Dès qu’une fille marque, tout le banc se lève, on prend de l’énergie comme ça, c’est ce qui fait qu’on avance et qu’on est un vrai rouleau compresseur. On puise de la force les unes chez les autres et je pense que si on continue comme ça, on peut tenir jusqu’au bout. Si on gagne dimanche, on est presque en demi-finale et j’espère qu’on va saisir cette première opportunité.

Les réactions sonores

Alain Portes


Alexandra Lacrabère


La Serbie éliminée !
Outre la France et le Monténégro, la Slovaquie a obtenu son billet pour le tour principal en éliminant la Serbie dans un match dingue (23-21). Les coéquipières de la Dijonnaise Martina Skolkova (3 buts) ont été douchées en première mi-temps (11-4, 28e) mais ont remonté leur retard grâce une envie débordante. Devant leur bon millier de supporters ivres de joie, les Slovaques ont été énormes en défense et leur gardienne, Gubikova, a arrêté 5 penaltys sur 5 !

Revenues à la 45e (46e), elles ont résisté au sursaut d’orgueil des vice-championnes du monde pour les coiffer dans les deux dernières minutes. « C’est un rêve pour nous, on écrit une histoire, pétillait Martina Skolkova après avoir fêté la qualification avec le public. On savait qu’elles auraient peur et on y a cru jusqu’au dernier moment. On a très bien défendu en seconde période, la gardienne a fait des arrêts… Vingt ans d’attente pour en arriver là, c’est magnifique. Maintenant c’est du bonus pour la Slovaquie. »

A Zagreb, l’entrée sera gratuite
Supporters français, vous êtes les bienvenus ! Parce que vous êtes gentils et souriants, l’organisation vous laissera assister gratuitement aux matches de l’équipe de France à Zagreb. Bon, en fait, c’est gratuit pour tout le monde, afin d’éviter que les tribunes soient désertées après l’élimination au premier tour du pays hôte. Alors c’est le moment de venir grossir les rangs de la vingtaine de fans des Bleues.

Le programme du Tour Principal à Zagreb (Groupe 2)

dimanche 14/12

 

Allemagne

Monténégro

Pays Bas

Slovaquie

Suède

   France  (18h)

mardi 16/12

 

Allemagne

    France (20h15)

Suède

Slovaquie

Pays Bas

Monténégro

mercredi 17/12

 

Suède

Monténégro

Pays Bas

   France  (20h15)

Allemagne

Slovaquie

Dernière Journée | Journée 3
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Suède F Allemagne F 39 32 12/12  
Monténégro F France F 20 24 12/12  
Prochaine Journée | Journée 4
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Allemagne F Monténégro F   14/12  
Suède F France F   14/12  
Pays Bas F Slovaquie F   14/12  
Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But - Sér GAP
1 France F 4 2 2 0 0 45 38 2  
2 Suède F 3 2 1 0 1 69 62 1  
- Pays Bas F 3 2 1 0 1 59 56 0  
4 Monténégro F 2 2 1 1 0 48 48 -1  
5 Slovaquie F 0 2 0 2 0 42 49 -2  
- Allemagne F 0 2 0 2 0 58 68 -2  


© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités