mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro F : Zaadi « prête à jouer sa vie »
Euro F : Zaadi « prête à jouer sa vie »
15 Décembre 2014 | International > Euro

Le poignet endolori, Grâce Zaadi n’apporte pas autant qu’elle devrait au sein d’une équipe de France qui commence à tirer la langue. Mais l’arrière messine ne se cherche pas d’excuses. Et a retrouvé toute sa détermination avant les deux matches décisifs à venir.

De notre envoyé spécial à Zagreb (Croatie)

L’équation était connue. Elle comportait une inconnue : le poignet gauche de Grâce Zaadi, en souffrance depuis début novembre à cause d’une rupture du ligament scapho-lunaire. Avec Metz, l’arrière polyvalente avait assuré, portant son équipe jusqu’au tour principal de la Ligue des champions. Toujours impériale à la mène, puissante dans les duels, précieuse dans le jeu de transition. Avec l’équipe de France, pourtant, son manque d’impact est évident. Titulaire pour le premier match face à la Slovaquie, Zaadi affiche un 2/9 aux tirs (22% de réussite) en 47 minutes de jeu au total dans cet Euro.

Dimanche, son sélectionneur a tenté de la relancer face à la Suède en fin de première période, pour un bilan contrasté : un but et un penalty provoqué pour commencer, puis une passe un peu forcée vers Kanto et une seconde balle perdue. « Elle a donné du rythme mais quand elle devait être décisive, elle ne l’a pas été, analyse Alain Portes. J’ai bien peur qu’on puisse de moins en moins compter sur elle. »

C’est peu dire que tout ne se passe pas comme prévu pour la demi-centre de 21 ans (26 sélections) qui, après un an et demi de progression linéaire, avait choisi de repousser son opération à 2015 pour vivre sa deuxième grande compétition avec l’équipe de France. « Même si je pense d’abord au collectif, bien sûr que je suis assez frustrée de ne pas pouvoir apporter tout mon potentiel », peste Grâce Zaadi, toujours guillerette dans les couloirs de l’hôtel où elle n’hésite pas à chantonner. La vice-championne du monde 2012 chez les Juniors (défaite face à la Suède) promet qu’elle peut tenir sa place, « puisque j’ai pu surmonter mes craintes à Metz et que ce serait inadmissible que ce ne soit pas le cas ici ».

Privée de défense pour préserver son poignet

Alors elle se donne toujours autant à l’entraînement dans l’immense Arena Zagreb, son poignet gauche strapé à ne plus pouvoir bouger. Mais la moindre hésitation dans ses gestes plaide coupable aux yeux d’Alain Portes, qui se refuse pour l’instant de la faire défendre en match, même s’il l’a testée au côté des titulaires du secteur lundi, lors de la préparation. Problème : la puissance de Zaadi (1,72 m, 69 kg) a besoin d’être exploitée à plein. « Je sens que je joue avec le frein à main, reprend la native de Courcouronnes (Essonne). Je suis à l’aise sur les montées de balle, quand il faut courir, et le fait de ne pas défendre me coupe un peu. »

La joueuse en a discuté avec Portes, toujours soucieux du ressenti de ses protégées. « Il sait que je veux jouer une heure, que je veux défendre une heure, que je suis prête à aller dans les buts s’il faut ! » Cette dernière place étant déjà occupée par Leynaud et Attingré (voir plus bas), c’est sur le champ que la Messine devra être utilisée, à l’image d’un banc de touche davantage sollicité pour les deux rencontres à venir en deux jours, face à l’Allemagne (mardi) puis les Pays-Bas (mercredi). « Ces deux matches, c’est pour moi, attise Zaadi. Je suis une lionne, une guerrière et je dois apporter mon savoir-faire à l’équipe. On va devoir jouer notre vie et je suis prête à jouer la mienne. »

**********************

A Zagreb, Arena Zagreb
Mardi 16 décembre à 20h15
Allemagne – France
En direct sur Sport +

Et aussi.- 15h45 : Pays-Bas – Monténégro ; 18h : Suède – Slovaquie.

Attingré remplace Glauser
Excellente face à la Serbie, plus en difficulté contre le Monténégro et utile face à la Suède, Laura Glauser est remplacé par Armelle Attingré dans le groupe qui affrontera l’Allemagne mardi. « On n’a rien contre Laura, au contraire, elle a assuré sportivement, mais on veut profiter du dynamisme d’Armelle », justifie Alain Portes. « Armelle est comme une grenade que l’on veut dégoupiller », image Philippe Bana, le directeur technique national.

La Parisienne, indispensable en club où elle a su emmener les plus jeunes dans son sillage cette saison, « doit faire de sa frustration un élément positif, indique Fred Pérez, le coach des gardiennes. On a besoin d’un déclic et on a choisi de le tenter au niveau des gardiennes plutôt que des joueuses de champ. » Elle pourrait être titulaire dans les buts. « Les Allemandes ne la connaissent pas », justifie Portes. Qui a toujours le droit à deux remplacements jusqu’à la fin de la compétition.

Face à l’Allemagne, du changement
Outre Attingré, le staff de l’équipe de France a prévu d’offrir davantage de temps de jeu à celles qui en ont moins mardi, alors qu’il faudra jouer les Pays-Bas le lendemain. Gnabouyou, Landre et Nze Minko devraient notamment être aperçues. « Il faudra surprendre, mais sans faire n’importe quoi », explique le sélectionneur, conscient de jouer comme « un huitième de finale », alors que les Bleues n’ont plus vraiment de joker. Sans sa star Susann Müller, élue meilleure arrière droite du dernier Mondial, l’Allemagne sera « jeune, avec l'état d'esprit d'une équipe qui n'a rien à perdre, présente Philippe Carrara. Elles ont une défense 0-6 à plat avec une bonne gardienne derrière, Woltering. »

La phrase
« L’an dernier, on était déjà à Paris à cette heure-là. Cette fois on est encore en course, c’est une chance. On ne doit pas perdre la confiance acquise depuis le début. »
D’Alain Portes, sélectionneur, à ses joueuses lundi matin lors de la réunion collective. Lors du dernier Mondial, les Bleues avaient été éliminées par la Pologne en quart de finale.

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités