mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Les femmes mises au ban de la touche
Les femmes mises au ban de la touche
23 Janvier 2015 | France > LFH

Présentation de la 12° Journée de LFH.
Aucune en élite, deux en deuxième division féminine : voilà deux saisons que les femmes disparaissent peu à peu des bancs de touche. Un sujet complexe et difficile à corriger, qui sera peut-être évoqué samedi, à l'occasion des 24 heures du sport féminin. Le potentiel est pourtant là, et les choses pourraient vite évoluer dans le bon sens.

Isabelle Louis (notre photo de tête) n'est plus seule ! En décembre dernier, Raphaëlle Tervel, ancienne internationale française en cours de formation pour être entraîneur au plus haut niveau, a rejoint le banc de Besançon pour épauler Camille Comte. Et doubler le contingent de femmes entraîneur, avec sa collègue d'Octeville. En LFH, voilà deux saisons et le départ de Florence Sauval de Besançon que les bancs sont exclusivement masculins. Alors qu'elles étaient trois il y a quelques années encore, en y ajoutant Manuela Ilie (à Nîmes) et Elena Groposila (à Dijon). On est loin des pays scandinaves, souvent cités en exemple pour leur capacité à confier des responsabilités à des femmes.

http://handzone.net/upload/Actus/sauvalrothok.jpg

A l'occasion des 24 heures du sport féminin, qui auront lieu samedi, une conférence-débat se tiendra à Dijon sur le thème de la place des femmes dans les instances dirigeantes. Pourra également être évoqué le cas des entraîneurs féminines, toujours moins nombreuses. Le manque de compétence, bien sûr, ne peut être une justification. La pénurie de vocations, en revanche, est un problème. Car après leur carrière, les joueuses susceptibles de passer sur le banc privilégient souvent leur vie de famille. « La culture française veut que ce soit la femme qui suive l'homme, et pas l'inverse, explique Florence Sauval (photo ci-dessus), aujourd'hui adjointe à Besançon, en D2 masculine. Notre métier ne se limite plus aux entraînements mais demande de s'impliquer dans les relations humaines, de beaucoup travailler en amont, d'avoir une liberté pour voyager aussi. Ça laisse peu de temps pour soi. »

Le machisme du milieu n'est pas non plus un argument. Florence Sauval, en tout cas, ne l'a pas ressenti ou presque en 18 années de coaching. En revanche, il est un constat difficilement contestable : les femmes n'ont pas vraiment le droit à une deuxième chance après un échec. « Ça prend plus de temps pour être reconnue, pour gagner la confiance », estime l'ancienne entraîneur de d'Abbeville. « Il y a des résistances à donner les clés à une femme plutôt qu'à un homme, déplore Karine Savina, la présidente du Cercle Dijon Bourgogne. Ce sont des relents du passé, souvenez-vous : il y a quelques années encore, on refusait de confier le poste de député à une femme. Mais les mentalités évoluent. » 

http://handzone.net/upload/Actus/sauvalvaquero.jpg

Difficile de faire bouger les lignes. La dirigeante a d'ailleurs remplacé Elena Groposila par Christophe Maréchal, « un simple choix de compétence » jure-t-elle. La possibilité de quotas (obliger à mettre un certain nombre de femmes dans l'encadrement ou parmi l'équipe dirigeante, par exemple) ne lui plaît guère. « Il y a trop peu de femmes éligibles », souffle Karine Savina. L'idéal pourrait se trouver dans un duo mixte, chacun apportant ses qualités. « Les femmes ont une vision à plus long terme », soutient-elle. « Elles sont davantage dans la relation maternelle, renchérit Florence Sauval. Une femme a plus de ressenti, sent davantage les émotions. L'homme pense plutôt aux résultats immédiats. » 

Le potentiel est là. Les possibilités de l'exploiter aussi. L'exemple de Raphaëlle Tervel (voir ci-dessous) sera peut-être moins rare dans les années à venir si l'ancienne experte ès défense réussit. « Elle a une grande expérience du haut-niveau, a pioché un peu dans chacune aventure qu'elle a pu vivre... Elle a tout pour réussir et je sais qu'on la verra à très haut-niveau un jour », promet sa prédécesseur sur le banc bisontin. Et quand il n'y aura plus besoin de soulever ce déséquilibre, ou d'encourager une journée dédiée au sport féminin, « alors on aura gagné », espère Karine Savina. « Mais je suis très optimiste. D'ici cinq à sept ans, tout sera réglé. »

http://handzone.net/upload/Actus/tervelpillaud.jpg

Raphaëlle Tervel : « Je ne vois pas ce qui empêche une
femme
de devenir entraîneur »

Retraitée depuis juin 2014 et une deuxième Ligue des champions soulevée avec Györ, l'internationale française était attendue comme une future coach. L'apprentissage est finalement accéléré puisque six mois à peine après sa retraite, elle a été appelée en renfort par Besançon (D2 féminine), dont l'entraîneur Camille Comte est en train de passer les diplômes également. Sans doute réussira-t-elle, peut-être suscitera-t-elle davantage de vocations. En attendant, Raphaëlle Tervel revient sur son envie de passer sur le banc de touche.

Depuis quand avez-vous à l'idée d'entraîner?
C'est vraiment  venu petit à petit. Au départ, quand j'ai commencé à jouer, je me suis dit que je ne serai jamais entraîneur, ça ne me plaisait pas du tout. Finalement, avec l'expérience, la préparation des matches, tout ça, je me suis rendue compte que ça me tentait bien. J'ai eu envie de me lancer là-dedans.

Vous étiez déjà investie en tant que joueuse?
J'adore tout ce qui est tactique, stratégie. Sur la fin, en équipe de France comme en club, je discutais beaucoup avec Olivier (Kumbholz, sélectionneur), Eric (Baradat, son adjoint) et Ambros (Martin, entraîneur de Györ). Mes dernières années en tant que joueuse, je n'étais pas complètement passée de l'autre côté mais presque.

http://handzone.net/upload/Actus/dsc_5043.jpg

Pensiez-vous débuter si vite votre deuxième carrière?
J'avais prévu une année sabbatique pour souffler, avec d'autres projets que je n'avais jamais pu faire à cause du handball. Les événements ont fait que ç'a précipité un peu le truc mais j'ai quand même pu faire pas mal de choses (sourire).

Comment s'est passée votre formation?
J'avais commencé à passer tous mes diplômes, le BEA quand j'étais à Besançon (jusqu'en 2006), le BE2 en Espagne à Bera Bera (jusqu'en 2009)... Donc j'avais préparé tout ça. Là, je suis en formation pour passer le niveau expert adulte, que j'espère obtenir cette année.

Quelles qualités faut-il à un coach?
Je pense qu'il faut être passionné, c'est un métier qui prend énormément de temps, donc il faut aimer ça. C'est pire que quand on est joueuse, car on prépare les séances, les montages vidéo, ce qui fait beaucoup de travail en dehors des entraînements. Ensuite, il faut être exigeant, c'est hyper important d'être le plus précis possible. Enfin, il faut savoir être juste, dans les choix au quotidien, dans le coaching.

Comment expliquer que si peu de femmes se lancent dans l'entraînement?
Peut-être le côté familial, car on est pris tous les jours même le week-end, donc c'est compliqué quand il y a des enfants, Mais je ne vois pas ce qui empêcherait une femme de passer plus de temps dans le hand, de devenir entraîneur. Je n'arrive pas à trouver une bonne raison.

http://handzone.net/upload/Actus/clomendyzolloo.jpg

La 12e journée : Le Havre veut confirmer, Metz se reprendre

Équipe en forme de ce début d'année, Le Havre va tenter d'accrocher un quatrième succès de rang face à Nantes, concurrent direct pour la qualification. L'équipe vainqueur ferait un très grand pas vers la qualification, alors que les autres postulants devraient perdre des points. Nice, en déplacement chez le leader Fleury, devra en effet réaliser une grosse performance, néanmoins possible comme le prouve le match nul des Azuréennes à Metz il y a dix jours. Les filles de Sébastien Gardillou vont-elles se relancer alors que leur situation se complique au classement? C'est en tout cas le moment idéal. Toulon tentera également un gros coup à Issy-Paris, solide 2e du classement. Dijon espère réintégrer le Top 6 en recevant un Nîmes à nouveau très consistant en 2015. Mais les Gardoises, qui accumulent les déplacements, vont devoir trouver des ressources après leur exploit à Metz dimanche. Enfin, Metz vise un premier succès en 2015 (2 nuls, 1 défaite) face à l'UMBB, elle aussi en difficulté. Dernières de LFH, les Girondines sont bien obligées de ramener des points de leurs déplacements si elles veulent remonter.

*****************************

CERCLE DIJON BOURGOGNE 21 - HANDBALL CERCLE NIMES

Pronostic : Dijon

Arbitres / Délégué (D) :
Aucun arbitre renseigné
Date et Heure :
Le 24/01/2015 A 17:15:00 - En direct sur Sport +
Lieu :
Jean-Michel Geoffroy
17, rue Léon Mauris
DIJON

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

ISSY PARIS HAND - TOULON/SAINT-CYR VAR HANDBALL

Pronostic : Issy-Paris

Arbitres / Délégué (D) :
Aucun arbitre renseigné
Date et Heure :
Le 25/01/2015 A 16:00:00
Lieu :
Robert Charpentier
4/6 Bd des Frères Voisins
ISSY LES MOULINEAUX

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

CJF FLEURY LOIRET HANDBALL - OGC NICE COTE D'AZUR HANDBALL

Pronostic : Fleury

Arbitres / Délégué (D) :
Aucun arbitre renseigné
Date et Heure :
Le 23/01/2015 A 20:30:00
Lieu :
Halle des Sports du Bois Joly
115 Allée du Parc des Sports
SARAN

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

HAVRE ATHLETIC CLUB - NANTES LOIRE ATLANTIQUE HB

Pronostic : Match nul

Arbitres / Délégué (D) :
Aucun arbitre renseigné
Date et Heure :
Le 23/01/2015 A 20:30:00
Lieu :
DOCKS OCEANE
Quai Frissard
LE HAVRE

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

METZ HANDBALL - UNION MIOS BIGANOS - BEGLES

Pronostic : Metz

Arbitres / Délégué (D) :
Aucun arbitre renseigné
Date et Heure :
Le 25/01/2015 A 17:00:00
Lieu :
Les Arènes
5, avenue Louis le Débonnaire
METZ

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités