mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC F : le Vardar fait trembler Györ
LDC F : le Vardar fait trembler Györ
4 Avril 2015 | Europe > Champion's League

Jouer sa place au Final 4 contre le Vardar avait tout du piège : les joueuses de Györ auront plongé dedans. Avec 6 buts de retard, les double-tenantes du titre vont devoir jouer le match parfait à domicile pour espérer voir Budapest une nouvelle fois.

Il aura suffi de quelques minutes et d'un départ canon des joueuses locales pour donner le ton - 3 buts et autant d'arrêts de la part de Suslina à la 4' : Ambros Martin craque et pose un temps-mort quand Siraba Dembélé rentre le 5ème but de son équipe (5-1 à la 7'). Rien à faire, la défense macédonienne métamorphosée verrouille chacune des attaques placées déclenchées par Györ : il faut attendre le réveil de Grimsbø pour voir Løke redonner de l'air (6-4 à la 11') puis de la confiance aux siennes (6-6 à la 13').

C'est la dernière fois que le tableau affichera un score de parité : les joueuses de Skopje ont autre chose à proposer et s'en donnent à cœur-joie sur les montées de balles pour reprendre de l'avance (9-6 à la 18'). Si Grimsbø assure dans ses buts, c'est Inna Suslina qui fait le show (11 arrêts sur 20 à la mi-temps) et permet à Dembélé, Penezic et Radicevic de régaler, les deux dernières s'offrant un sublime kung-fu en fin de première période (13-9 à la 28'). En face, seule Dorina Korsos parvient à exploiter ses ballons : avec 4 buts d'avance à la pause, le Vardar se prend à rêver ... D'autant plus qu'Andrea Penezic continue sur sa lancée en alignant 3 buts au retour des vestiaires, Anna Sen lui répondant habilement (17-13 à la 35') : il faut alors une grande Grimsbø pour freiner les joueuses d'Indira Kastratovic.

La gardienne norvégienne reste cependant impuissante face aux contre-attaques de Jovanka Radicevic : si les deux premières sont pondérées par la réussite de Sen au point de pénalty (19-15 à la 45'), l'entrée de Leynaud va s'avérer décisive ensuite. Son double arrêt face au jet de 7m de la Russe enfonce Györ dans la tourmente, même si Macarena Aguilar se faufile encore dans la muraille locale (21-17, 52'). Le money-time vire au cauchemar pour les Hongroises, complètement étouffées dans le dispositif défensif de Jan Pytlick : Leynaud dévie deux pénaltys supplémentaires, Radicevic s'offre autant de contre-attaques et la salle exulte au coup de sifflet. Avec 6 buts d'avance - match retour samedi 11 à 16h30-, le Vardar Skopje peut commencer à rêver d'un nouveau Final 4 ... à condition de ne pas sous-estimer l'orgueil de l'ogre hongrois.

WHC Vardar SCBT - Györi ETO KC : 24-18 (14-10)
Sport Center Jane Sandanski, Skopje, Macédoine. 4800 spectateurs. Arbitres : Stevann Pichon et Laurent Reveret (FRA).

Vardar.- Gardiennes : Suslina, Leynaud. Joueuses de champ: Althaus (2), Chernoivanenko, Dembélé (3), Ikhneva, Khmyrova, Klikovac, Lazović-Varlec (3), Lekić (4), Mitova, Nikolić, Penezić (5), Radicević (7), Sokac, Grbic. Entraîneur : I. Kastratović. Suspensions : 6x2min.

Györ.- Gardiennes : Grimsbø, Herr, Csapo. Joueuses de champ : Aguilar (4), Boczko-Hornyak (1), Bognar-Bodi (1), Knedlikova (1), Korsos (3), Kovacsics (1), Lima de Araujo, Løke (2), Milanovic Litre, Müller, Planeta, Sen (5), Szepesi. Entraîneur : A. Martin. Suspensions : 2x2 min.

Les autres quarts de finale : Larvik et Buducnost assurent, Baia Mare sauve son match

Il fallait regarder du côté de la Macédoine pour suivre l'exploit du week-end : ailleurs, la logique a été respectée pour Larvik et Thüringer qui s'imposent à l'extérieur avec une petite marge, non sans avoir perdu quelques plumes. En Russie, le quart retour entre Baia Mare et Volgograd restera lui, complètement ouvert.

Larvik prend une option, sans briller
On a pris peur pour Thüringer en constatant que ni Nadgornaja, ni Krause ou Frey n'apparaissaient sur la feuille de match allemande. Et puis le bras de Franziska Mietzner (5 buts) a parlé. Au bout de 10 minutes, Larvik ne menait que d'un but (7-8) et ne savait pas franchement par quel côté prendre ce match ... qui a flotté pendant les 10 minutes suivantes sans qu'aucun des deux collectifs ne sache appréhender la défense adverse. En difficulté au poste 3, les Norvégiennes - pourtant devant - ne parviennent pas à prendre le large (9-11 à la 23') et se reposent entièrement sur une Nora Mork aussi polyvalente qu'époustouflante (12 buts). Et même si la stratégie Mietzner ne fonctionne plus, les Allemandes s'accrochent : à la pause, elles n'ont que 3 buts de retard sur le géant norvégien (11-14). Wojtas blessée, Edin à l'ouest, c'est Schmelzer (5 buts) qui s'illustre pour un clan Thüringer qui résiste (17-19 à la 42'). Finalement, le temps mort d'Ole Gustav Gjekstad va transformer Anja Edin en artificière de choix : à 12 minutes du terme, Larvik affiche une confortable avance de 7 buts ... qui fondra finalement comme neige au soleil face à un collectif qui n'en finit pas de surprendre (26-29). Les Scandinaves - a priori sans Wojtas - parviendront-elles à gérer un retour à la maison sans se faire surprendre par Thüringer qui devrait avoir récupéré Nadgornaja ?

Baia Mare sur le fil
"59 minutes de tourments" : Tone Tiselj a parfaitement résumé la confrontation entre son équipe et celle de Volgograd. Malgré un voyage mouvementé, les Russes ont mené la danse pendant la quasi-totalité du match, lancées dans les premières minutes pas l'ancienne Nîmoise Asma El Ghaoui (4 buts) et l'intenable Anna Kochetova (7 buts) qui pose sa patte sur le match dès la 12e pour prendre l'avantage (7-5 à la 15'). Les Roumaines se retrouvent face à un mur et trouvent Sedoykina les rares fois où elles parviennent à le dépasser. C'est finalement Alexandra Do Nascimento (4 buts) et Anastasia Lobach (5 buts) qui maintiendront le navire à flot jusqu'à la mi-temps (11-12). Au retour de la pause, c'est l'affrontement direct entre les gardiennes : Ungureanu répond enfin à son homologue, échouant seulement sur les tirs d'Akopian (6 buts) ou de Fanina. Il faudra finalement attendre la 57' et l'entrée d'Arenhart pour voir le vent tourner : Luciana Marin parvient alors à revenir au score par deux fois (22-22, puis 23-23 à la 59') avant de laisser ses coéquipières arracher deux précieux buts en vue du retour sur les rives de la Volga (25-23).

Buducnost se fait peur mais assure
Au Danemark, le dernier quart de finale aller a eu du mal à démarrer : il faut attendre la 3e pour voir Skov ouvrir le score puis la 7e pour que Bulatovic égalise à 2-2, avant de prendre un avantage (2-4) vite effacé par Gullden (4-4 à la 12e). Au quart d'heure de jeu, Pavicevic est évacuée sur une civière alors que ses adversaires traversent un long passage à vide (7 minutes sans marquer) laissant tout le loisir à Bulatovic (8 buts), Cvijic (4 buts) et Neagu (5 buts) de s'installer dans la partie (5-10 à la 20e, 7-13 à la 24e). Le match semble alors donner raison aux Danois qui n'ont pas pris la peine de se déplacer, laissant leur équipe évoluer dans une salle à moitié vide ... Pourtant, et malgré une Woltering de gala, Burgaard (3 buts) et Gulldén (4 buts) ne lâcheront pas, limitant les dégâts avant la mi-temps (11-13). Handicapées par l'arbitrage strict du tandem russe - Neagu et Cvijic sont déjà sorties deux fois - les Monténégrines hésitent et subissent la loi de Rikke Skov (8 buts) qui remet les pendules à l'heure (13-13 à la 33e), avant de leur passer devant (21-20 à la 47e). Faut-il y voir la provocation de trop ? Buducnost finit par lâcher les chevaux dans les 10 dernières minutes, portant son avantage extérieur à 6 buts, et s'offre finalement la meilleure opération du week-end (22-28). Autant l'admettre, pour Viborg, combler un tel déficit dans l'antre de la Moraca relèvera de l'exploit.

Statistiques à venir...

© Amélie Huhn
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités