mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC masc.: Le billet pour Cologne, ça se mérite !
LDC masc.: Le billet pour Cologne, ça se mérite !
18 Avril 2015 | Europe > Champion's League

A la croisée des chemins. Avant de penser au championnat et à la coupe de France, le PSG doit poursuivre son œuvre en Ligue des Champions. Sans avance mais sans handicap, les Parisiens se déplacent ce dimanche à Veszprém en Hongrie, avec des raisons (même maigres) d'y croire.

«Il faut y croire, sinon pourquoi y aller ? » Avant le match retour de Ligue des Champions à Veszprém, Philippe Gardent a encore l’espoir de valider le billet pour le Final Four de Cologne. La tâche est ardue mais pas insurmontable. Dimanche dernier à Carpentier, les deux équipes se sont quittées sur un score de parité (24-24) mais au retour, avec le soutien d’un public bouillant qui contraste avec l’ambiance plutôt fade et  guindée des soirées parisiennes, l’équipe hongroise part favorite. «Là-bas, c’est une cathédrale à l’image de Kiel, commente le coach du PSG. C’est même plus bruyant mais ce sont des connaisseurs, pas agressifs. Si on veut réussir, on se doit de produire un match parfait en rééditant notre perf’ défensive et surtout en améliorant notre rendement en attaque. On constate que Veszprém a exactement eu les mêmes soucis sur la fin du match aller.» Sans aller jusqu'à affirmer qu’il dispute le match de la saison (quoique...), Paris a été placée dans d'excellentes conditions pour préparer son déplacement sur les rives du lac Balaton. Pas de championnat, de longues séances d'entraînement et de vidéo, de la récupération pour ceux comme William Accambray et Luc Abalo qui avaient encore quelques douleurs à soigner, rien n'a été négligé. «On a testé deux ou trois trucs mais on a surtout mis l’accent sur l’attaque qui n’a pas été hyper-performante le week-end dernier. Il faut proposer autre chose, pas forcément là où ils nous attendent. » Avec un peu plus de rigueur, de patience et de concentration, Paris n’a pas à nourrir de complexes face à une équipe qui a certes plus de vécu en LDC mais pas plus de talents individuels à présenter. L'arbitrage dans un environnement "oppressant" peut également avoir son rôle à jouer. « Si c’est celui de l’an dernier, ce sera compliqué pour nous, maugrée Philippe Gardent » Qu’il se rassure, le binôme macédonien Nikolov-Nachevski ne sera pas de la partie. L’EHF a choisi la paire serbe Nikolic-Stojkovic qui n’a pas eu encore à siffler le PSG cette saison. Veszprém apparait donc la 1ère étape d'un mois crucial.



En enchaînant mercredi sur le championnat et un match-piège face à Créteil, puis retrouver Nantes, 4 jours plus tard en finale de Coupe de France et se déplacer à Montpellier, le 7 mai pour ce qui devrait être la grande explication de la saison, le Paris St Germain peut tout perdre ou presque tout gagner. C'est la raison pour laquelle du côté de l'Hérault, supporter en Ligue des Champions le grand rival national apparait comme une évidence. «Paradoxalement, je pense que Paris est placé dans les meilleures conditions psychologiques pour réussir un bon coup à Veszprém, affirme sans tiquer, Patrice Canayer. Un peu comme nous avons pu le faire en allant gagner à Kielce. A l’aller, le PSG a été malmené durant 45 minutes, ils ont su serrer le jeu, être efficaces et revenir à la fin. Ce n'est pas un handicap de ne pas avoir d'avance. Surtout pour aller gagner un match d’un but. »  Lors de la phase de groupe, Montpellier n’était d’ailleurs pas passé loin de l’exploit en ne s’inclinant en Hongrie que d’un but (30-29) dans un environnement très hostile. « Tu te retrouves face à une bonne équipe dans un environnement qui peut influencer un ou deux coups de sifflet, confirme le technicien héraultais. Le PSG a des joueurs expérimentés qui savent dépasser cela. Dans les 10 dernières minutes, le poids du ballon peut être aussi lourd pour Veszprém. En plus, ce n’est pas au niveau du tir que Paris a péché, le vrai problème, ce sont les pertes de balle. » Même si Roland Mikler a été performant dans ses cages (17 arrêts), légèrement plus que Thierry Omeyer (13), les 14 pertes de balle ont véritablement plombé la progression parisienne. Au mental et si l’ensemble garde comme à l'aller la solidité affichée dans le money-time, tout est possible.

Et pour les autres ? Kiel en panne de gardien, Barcelone 1er qualifié

Cette saison, la presse hongroise a l’obligation d’ubiquité puisque Pick Szeged et Veszprém sont toujours en course pour le Final Four de la Ligue des Champions. Après le match retour remporté face à Kiel (31-29), Szeged est placé en ballotage (relativement) favorable, même si une élimination des Allemands avant l’apothéose à Cologne serait un mini tsunami. Mais paradoxalement même s’ils caracolent en tête de leur championnat (avec 2 pts d’avance sur Rhein Neckar) et sont surtout invaincus à la Sparkassen Arena, leur talon d’Achille en ce moment est plutôt inattendu. Il concerne l’état de forme des gardiens suédois. Cela a commencé par Andreas Palicka qui à la mi-mars (après le 8ème retour de LDC contre Flensburg) a du s’arrêter à cause d'une déchirure à la cuisse. Le sort s’est ensuite acharné sur Johan Sjöstrand, victime lui d’une infection virale (qu'il trainait depuis le dernier Mondial au Qatar) et qui selon le site handball-world l'oblige à renoncer à la fin de saison. Tout en responsabilisant le jeune danois de 22 ans Kim Sonne-Hansen, Alfred Gislason le coach des "Zebras" (notre photo) a décidé de sortir de sa retraite Steinar Ege. Le Norvégien de 42 ans ne fera qu’une courte apparition dans l’effectif allemand puisque les médecins du club ont donné en début de semaine des nouvelles plutôt rassurantes au sujet de… Palicka. Pour autant, Pick Szeged qui s’attend à subir la foudre, ne part pas battu. Même si avant de se déplacer sur les bords de la Baltique, les statistiques ne plaident pas en sa faveur. Lors de ses dix dernières saisons en LDC, Kiel n’a concédé que cinq défaites à domicile. La dernière remonte au 9 octobre 2011 face à… Montpellier (23-24). Un partage des points ou même une défaite de deux longueurs au-delà de 31 buts qualifierait les Hongrois. Rappelons qu'en 8èmes, ils se sont déjà offerts le scalp de Rhein Neckar... un autre Allemand.



Ce samedi soir, Barcelone qui s'était imposé à l'aller en Croatie de deux buts (23-25) a validé son billet pour le Final Four en laminant Zagreb 43 - 21. A la pause, Nikola Karabatic (meilleur buteur de champ du match avec 7 réalisations) et consorts menaient de 13 buts, à la 46ème de 20 longueurs (36-16)... Sans commentaires !

L'autre quart de finale opposera Kielce (Pol) à Vardar Skopje (Mac). Les Polonais partent avec un avantage de deux buts (20-22) acquis dès l'aller et sont plus que jamais en situation de force pour se qualifier pour Cologne. Même si en 8èmes il y a un mois, Kielce avait été battu à domicile par Montpellier, les stats parlent pour l'équipe de Talant Dujshebaev. En 10 ans, 97% des formations qui se sont imposé lors du 1er match à l'extérieur dans un phase finale de LDC, ont poursuivi leur route.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités