mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Les joueuses de N1F connaissent leurs adversaires
Les joueuses de N1F connaissent leurs adversaires
25 Juin 2015 | National > Nationale 1F

La Fédération Française de Handball a dévoilé la composition des poules de N1F pour la saison 2015/16 : la gardienne Strasbourgeoise Julie Chauffeteau (ici en photo) et les joueuses de N1 connaissent désormais leurs adversaires.

A l’ouest, les regards se tournent logiquement vers les deux équipes en passe d’atteindre l’objectif d’une accession en D2 : d’un côté, Octeville, relégué de l’étage supérieur, n’a pas l’intention de rester en N1. Nouvelle ère avec la tête du HBO l’ancienne internationale Tricolore Christine Van Parys, le club Seino Marin repart avec un effectif fortement renouvelé. De l’autre, Angoulême aborde un virage important pour sa seconde saison de suite en N1, toujours sous les ordres de Cathy Lesquelen. Invitée surprise sur le podium de cette poule en mai dernier, la réserve de Nantes est toujours en quête d’aller le plus haut possible. 5ème après un début de championnat exceptionnel, Pessac est bien décidé à s’inscrire durablement à ce niveau de compétition : le club Girondin s’est renforcé en nombre et paraît armé pour conserver sa place en première partie de tableau. Seulement 8ème, Aulnay a connu un coup d’arrêt la saison passée dans ses résultats… après plusieurs années passées à franchir les paliers : l’équipe Séquano-Dyonisienne change de poule… direction l’Ouest  de la France pour les joueuses de Frédéric Mandret. La réserve de Fleury a réussi son entrée en matière en N1 en terminant à la 5ème place ex-aequo : Diankenba Nianh et les jeunes Panthères sont aptes à faire aussi bien en 2015/16. Pensionnaire de longue date, Colombelles aborde sa 6ème saison de suite en N1F : l’équipe de Christian Le Moal, au vu du recrutement effectué, peut légitimement faire mieux que la saison passée (7ème). Après un exercice compliqué, St Grégoire Rennes veut croire en de meilleurs résultats à compter de septembre prochain : avec le renfort de Gladys Boudan et Céline Le Bouc’h, la formation Rennaise est appelée à jouer un maintien aisé. Seconde saison de suite à ce niveau pour Landi-Lampaul, le petit poucet Finistérien n’aura pas la partie facile… la lutte pour le maintien sera certainement plus disputée que la saison passée. Nouvelle apparition en N1, l’alliance Erdre et Loire (regroupement entre Carquefou et Ste Luce s/Loire) aborde un tout nouveau championnat sous les ordres de son mentor Yann Lemaire. Heureux vainqueur des barrages contre Nîmes, Montigny-le-Bretonneux a créé une belle sensation en barrage et se donne le droit de rêver au maintien à ce niveau, la dernière apparition du club Yvelinois en N1 datant de 2006. Enfin, Rochechouart St Junien retrouve la 3ème division Nationale trois ans après l’avoir quitté.

Poule 1 :
Octeville s/Mer
Angoulême
Nantes II
Pessac
Aulnay
Landi Lampaul
Fleury II
Colombelles
St Grégoire Rennes
Erdre et Loire
Montigny le Bretonneux
Rochechouart St Junien

*****************************

Du nouveau au sein de la poule 2 de N1F : avec l’apparition de prétendants au titre, nul doute que la bataille pour l’accession à l’échelon supérieur sera rude. A commencer par Cergy-Pontoise, relégué de D2, qui a l’intention de jouer les premiers rôles du championnat… toujours sous la houlette de Roch Bedos. Deux fois consécutivement dauphin de la poule 3, Vaulx-en-Velin rate de peu l’objectif de sa saison, à savoir le retour en D2… cette fois-ci, changement de poule et nouveau décor pour l’ASUL qui fait une nouvelle fois figure de candidat au titre. Lauréate en 2014, seconde la saison dernière, la réserve de Metz donne une nouvelle fois toutes les garanties pour terminer dans les places de têtes : champion de France -18 avec un vivier de jeunes toujours aussi important, le club Lorrain peut, à l’image de Marie-Hélène Sajka la saison passée, donner sa chance à des joueuses talents promises à un bel avenir. Séduisant 3ème de cette poule 2 en mai dernier, Alfortville a superbement réussi la mutation de son groupe : forcément, la réussite de l’exercice précédent prête au collectif d’Aniko Meksz la capacité de viser toujours plus haut… le podium est dans tous les cas et de nouveau envisageable. Du lourd aussi avec l’ATH Achenheim-Truchtersheim, prétendant à un retour rapide en D2 après une saison de transition et de réapprentissage de la N1 : le coach Aurélien Duraffourg fait confiance au groupe existant, en y ajoutant la Monténégrine Markovic. La curiosité de ce nouveau championnat se nomme le Sambre Avesnois : après deux ans d’apprentissage (6ème ex-aequo dernièrement), l’équipe du Nord a frappé fort à l’intersaison en effectuant un recrutement haut de gamme (Popovici, Bournez, Florean, Desmaris)… de quoi aspirer à jouer un rôle majeur. 5ème la saison passée, Lomme a repris ses habitudes de la N1 : plusieurs cadres du collectif Lommois s’en vont, Laurent Worm donnera la chance aux jeunes espoirs Nordistes… avec la perspective de terminer en première partie de classement. Le maintien bille en tête pour Palente Orchamps, le petit poucet Bisontin tentera de réussir une nouvelle fois le renouvellement de son bail. Tout comme Strasbourg, heureux 9ème cette année. Passée près de la relégation, la réserve d’Issy-Paris tentera d’assurer un maintien plus confortable, nul doute que les derniers mois de compétition ont permis aux joueuses de Clément Petit d’appréhender un peu mieux la N1. Ste Maure Troyes revient après une belle saison de N2, les filles de Cyril Hamida ont l’ambition d’obtenir leur maintien. Tout comme le Val d’Orge, nouveau venu à ce stade de la compétition.

Poule 2 :
Cergy Pontoise
Vaux en Velin
Metz II
Alfortville
Lomme
Achenheim-Truchtersheim
Palente Orchamps
Ste Maure Troyes
Strasbourg
Sambre Avesnois
Issy-Paris II
Val d'Orge

*****************************

Certains clubs de cette poule 3 ne cachent pas leur mécontentement au vu de ce nouveau découpage territorial : les équipes du Sud-Est seront notamment dans l’obligation de se déplacer en Haute-Garonne et en Gironde… garantissant des voyages à rallonge et des frais supplémentaires. Passé ces paramètres kilométriques, cette poule 3 offre une nouvelle fois de l’homogénéité en haut de tableau : tous les candidats au titre peuvent tirer leur épingle du jeu… à commencer par Mérignac qui fait figure d’aspirant n°1 à un retour express à l’échelon supérieur. Triste sort que celui du club Girondin qui n’a évidemment pas l’intention de tergiverser en N1 : l’équipe de la banlieue Bordelaise peut compter sur la fidélité de ses cadres avec toujours Raphael Benedetto à sa tête. 3ème en mai dernier, toujours placé mais pour l’heure pas encore gagnant, Bouillargues remet du cœur à l’ouvrage : le club Gardois peut légitimement ambitionner une place parmi les trois meilleurs. Tout comme Plan-de-Cuques qui s’approche ces dernières saisons du vainqueur final… sans jamais pouvoir rivaliser jusqu’au bout. Avec notamment l’apport de sa nouvelle meneuse Ana Djuric, le club des Bouches-du-Rhône fait une nouvelle fois figure de prétendant sérieux à la première place. Challenger n°1 en poule 1, Bergerac change d’horizon et se tourne vers l’est : du temps sur la route et de la fatigue en perspective pour la formation Périgourdine, le B2PH perd en outre ses deux meilleurs buteuses Adeline Bournez et Sabrina Bonneaud… d’où une certaine prudence quant à un objectif de haut de tableau. Le Pouzin a étonné bon nombre d’observateurs par la qualité de son recrutement (Ceccaldi, Zulemaro, Khedher) : après une superbe saison en 2014/15 (4ème), l’équipe Ardéchoise est parée pour jouer les premiers rôles en championnat. 6ème, la réserve de Toulon St Cyr repart avec un groupe quasiment inchangé : Carine Bertrand et ses jeunes ont l’intention de faire mieux toujours mieux et d’aller le plus haut possible. Candidats au maintien, Narbonne et Bruguières tenteront de renouveler leur bail à ce niveau. Tout comme Toulouse qui signe la recrue vedette de cette intersaison en N1 : l’internationale Tricolore Katty Piejos rejoint en effet le club de la Ville Rose. Petit poucet à ce niveau, La Garde tentera de faire aussi bien que la saison passée : Nicolas Pireyre reprend ici le flambeau de Jean-Louis Leblond. Antibes, vice-champion de N2, aborde un nouvel univers… celui de la N1, cette première année sera donc forcément un apprentissage. Enfin, il existe un doute sur le 12ème et dernier pensionnaire de la poule 3 : il s’agit soit de la réserve de Mios-Bègles, soit de St Etienne Andrézieux (potentiel repêchable). Tout dépendra de la décision finale dans le dossier LFH de l’UMBB, celui-ci est en quête de reconnaissance de son bon droit devant le CNOSF.

Poule 3 :
Mérignac
Bouillargues
Plan de Cuques
Bergerac
Le Pouzin
Toulon St Cyr II
Narbonne
Bruguières
Toulouse
La Garde
Antibes
Mios-Bègles II ou St Etienne Andrézieux

© Davy Bodiguel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités