mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Avec les Karabatic, le PSG est déjà en ordre de marche
Avec les Karabatic, le PSG est déjà en ordre de marche
21 Juillet 2015 | France > LNH

Après Montpellier lundi, le PSG a repris à son tour l'entraînement en prévision d'une saison qui s'annonce prometteuse. Avec l'arrivée d'un nouvel entraîneur et surtout des frères Karabatic, l'équipe parisienne a revu ses objectifs à la hausse.

La plupart des visages sont hâlés, stigmates de vacances qui sont encore présentes dans les esprits. Au PSG, cette 1ère journée de reprise n'est pas comme les autres. Il y a les retrouvailles entre ceux qui s'étaient quittés quelques semaines auparavant avec un titre de champion de France en poche et ceux qui débarquent et endossent un nouveau maillot. Le Danois Molgaard engagé le temps pour William Accambray de retrouver la plénitude de son genou (voir plus bas), fait partie de ceux-là. A un tel niveau, les présentations ne durent pas des "plombes". Pourtant l'entraîneur a changé, Zvonimir Serdarusic passé par une villégiature sans pression à Aix, a remis le bleu de chauffe comme au bon vieux temps de Kiel. Son arrivée n'est pas anodine puisqu'elle a été réclamée par Nikola Karabatic lui-même. La présence de son frère Luka figurait parmi les vœux du stratège français. Après une 1ère expérience à Montpellier puis à Aix, ces deux-là avaient envie de partager à nouveau leur intimité sportive. Ce mardi, personne ne s'y est trompé. Si autant de médias ont fait le déplacement, c'est parce que la star du hand hexagonal et européen est bien présente. Il y a à peine une semaine, il officialisait sa signature jusqu'en 2019 dans le club de la capitale. "Niko" a traversé une saison particulière où il a commencé à tout gagner tant avec l'équipe de France qu'avec le FC Barcelone mais a terminé sur la note amère du procès des paris illicites et une amende de 10 000 euros. Son avocat ayant fait appel, l'intéressé qui se dit "serein" ne veut se consacrer désormais qu'au projet parisien qui rime inévitablement avec Ligue des Champions. "C'est l'objectif du club et c'est aussi le mien. Je pense qu'on a les moyens et l'effectif pour y arriver, affirmait-il ce mardi matin sur RTL. Tout est possible dans le sport. Il va y avoir beaucoup de choses à mettre en place notamment avec le nouvel entraîneur." Un nouveau technicien qu'il a donc côtoyé lorsqu'il est passé par Kiel et lors de sa pige aixoise. Kiel-Paris, sept années se sont écoulées et le germano-croate retrouve une somme de talents dont il devra tirer la quintessence pour atteindre les sommets. "On ne peut pas comparer. Ici, il y a une superbe équipe mais il y a aussi beaucoup de travail pour atteindre les objectifs." En vieux sorcier, Noka Serdarusic a d'ores et déjà ses idées bien en tête. Surtout qu'il sait qu'il pourra compter sur le plus emblématique des joueurs de sa fine troupe. "Cela fait longtemps que je n'ai pas travaillé avec "Niko" s'amuse-t-il. Mais c'est du pur bonheur de le retrouver. A Kiel, il était arrière gauche-demi centre, ici il est demi-centre. Pour moi, le demi-centre c'est sur le terrain, le bras droit de l'entraîneur. Cela vaut pour Karabatic mais cela vaut aussi pour Daniel (Narcisse)." A Paris, depuis l'arrivée de "Niko", tout semble désormais plus facile. Les objectifs sont identifiés, la barre placée bien haut.  "C'est une équipe qui a été bâtie pour tout gagner, avoue le coach sans plaisanter. Il y aurait beaucoup de déception de perdre ne serait-ce qu'un match. Même... en Ligue des Champions." Après de tels propos, on demande des actes. Vivement que la saison démarre !



Luka Karabatic "J'avais hâte de reprendre"

Content d’être ici ?
Heureux et fier d’intégrer le PSG. Je retrouve mon frère et Noka qui était mon entraîneur à Aix. J’arrive dans un cadre où je connais la plupart des joueurs, beaucoup sont en équipe de France. J’avais vraiment hâte de reprendre l’entraînement.

L’effectif du PSG, c’est carrément une équipe nationale…
Je pense de toute façon qu’il faut ça de nos jours pour pouvoir rivaliser sur la scène européenne. Quand on regarde les grosses équipes étrangères, ce sont de très gros effectifs. On se retrouve avec de beaux joueurs, un grand coach, on a vraiment beaucoup d’atouts pour aller loin dans toutes les compétitions auxquelles on va participer.

Pour l’équipe de France, pour Rio, les automatismes seront facilités…
Ce n’est pas ce à quoi je pense.  Ce qui m’importe avant tout, c’est mon intégration à Paris. Mais c’est évident, si cela se passe bien ici, cela aura de bonnes répercussions sur l’équipe de France même si pour l’instant, elle n’en a pas besoin, vu les résultats qu’elle a.

Que peuvent apporter ton frère et Serdarusic à ce club ?
Ils ont chacun une grande expérience. Noka a un très fort charisme et de l’autorité, il arrive vraiment à fédérer autour de lui. J’espère qu’il y arrivera parfaitement ici aussi comme il a réussi à le faire lorsqu’il entraînait Kiel. Nikola, on connait ses qualités et son apport dans une équipe. C’est un leader, un gagnant, quelqu’un qui ne veut rien laisser aux autres. Ce sont deux atouts de poids.

Es-tu meilleur aux côtés de ton frère ?
Je pense qu’il n’y a pas que moi. Tout le monde est meilleur à ses côtés, il tire tout le monde vers le haut. J’ai bien grandi à Aix et je me sens prêt à franchir une nouvelle étape.

Avec cette équipe, le suspense du championnat va en prendre un coup non ?
Je ne dirai pas cela. Face à un effectif comme le nôtre, les adversaires vont se démultiplier et se retrouver à 120% et tu n’es jamais à l’abri d’une surprise parce qu’ils vont "jouer leur vie" contre toi. Je ne pense donc pas que le championnat est joué avant d’avoir commencé.




David Ruch, retour en Ile de France

Après trois saisons en Normandie à Oissel Métropole qu'il avait fait monter de N2 à N1, David Ruch (notre photo) réapparait en Ile-de-France. Celui qui pendant quatre saisons (2008 à 2012) avait suppléé Pascal Léandri à l'US Ivry a été recruté par le Paris St Germain. "C'est un entraîneur qui connait son métier, nous a précisé Bruno Martini, le manager général du club parisien. De plus, il parle allemand (il est originaire d'Alsace) et peut directement communiquer avec Noka. Ils se sont d'ailleurs rencontrés bien avant la reprise. Il sera du voyage la semaine prochaine pour la préparation à Doha et nous ferons ensemble un point à l'issue de ce stage."  C'est "Noka" Serdarusic lui-même qui a initialement réclamé un adjoint... français.

Onufrienko, chaînon manquant

La recrue ukrainienne Sergiy Onufrienko manquait à l'appel de ce 1er jour de reprise. Le puissant arrière droit doit encore régler quelques formalités administratives pour sortir de son pays. Il est attendu dans la capitale française, au plus tôt, ce vendredi.

Willy prend son mal en patience

Il avait revêtu la tenue officielle comme tous ses coéquipiers, a participé au briefing et au "shooting" officiel mais durant toute cette 1ère séance d'entraînement, William Accambray est resté tranquille sur un banc. L'arrière gauche international a été opéré du genou le 16 juin dernier à Doha, treize jours plus tard, il intégrait le Centre Européen de Rééducation Sportive (CERS) de St Raphaël. Après trois semaines de musculation, séances de kiné, balnéothérapie, "Willy" a fait avec les médecins, un bilan plutôt satisfaisant sur sa rééducation. Pas de précipitation pour autant dans le protocole de reprise. La greffe doit prendre et il doit retrouver pleinement l'usage de son genou. Cinq mois seront encore nécessaires pour le voir sur les parquets de handball.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités