mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M: Quand l'anti-dopage s'invite à l'entraînement
EDF M: Quand l'anti-dopage s'invite à l'entraînement
5 Janvier 2017 | International > Mondial

Après Capbreton et à une semaine tout juste du début du Mondial en France, les Bleus ont pris leurs quartiers à Toulouse qui doit se contenter d'un match amical contre la Slovénie. Ce mercredi, la séance d'entraînement où le public avait été convié, a commencé avec quelques minutes de retard. La raison, le début d'un contrôle anti-dopage inopiné !

De notre envoyé spécial à Toulouse, Yves MICHEL

L’équipe de France a toujours entretenu des liens privilégiés avec ses supporters et n’a jamais manqué une occasion d’aller à leur rencontre. A Capbreton, ils étaient plus de 400 à assister au seul entraînement ouvert au public. Certains avaient même traversé tout le pays pour communier ne serait-ce que quelques minutes avec "leurs" Bleus.  A Toulouse, les 1000 privilégiés qui ont pu obtenir une invitation pour suivre depuis les tribunes du Palais des Sports, la séance du mercredi, ne s'étaient pas faits prier mais ils ont du patienter une demi-heure. En cause, un évènement indépendant de l’organisation des Bleus. Dix minutes avant que ne débute la séance, quatre professionnels mandatés par l’Agence Française de Lutte contre le Dopage ont débarqué pour procéder à un contrôle inopiné. Et avec ces gens-là, on ne transige pas ! Enfin, Claude Onesta a du intervenir car on a frôlé l’annulation pure et simple de la séance. L’ordre de mission stipulait bien que les 21 joueurs sans exception étaient soumis à l’examen (une prise de sang et un besoin naturel qui dans ce contexte était plutôt… provoqué). « Cela fait partie de la vie du sportif de haut niveau, tempérait Guillaume Gille, un des entraîneurs des Bleus. J’ai envie de dire que c’est surtout perturbant pour le public qui se demande à quoi ressemble ce début d’entraînement où les joueurs arrivent, repartent, se regardent, rigolent, et si c’est bien l’équipe de France au travail ! Pour nous, c’est un peu compliqué parce que cela bouscule le déroulé de la séance, bref… on s’est adapté. » Un temps agacé par la situation, Claude Onesta s’en est très vite amusé. Les joueurs étaient prévenus et une quantité d’eau plus importante a été éclusée par certains. Allez savoir pourquoi ?



Onesta: "On a essayé d'aller là où le Mondial ne passait pas"

A Toulouse, le (néo) manager général de l’équipe de France masculine est ici chez lui. Il a l’œil à tout mais se tient en retrait pour laisser toute latitude au tandem Dinart-Gille. Il n’intervient pas sur la conduite de la séance, de la mise en place tactique mais reste attentif à ce qui gravite autour. « Ce qui m’intéresse surtout, c’est leur binôme au niveau de leur collaboration, leur loyauté et il n’y a qu’à l’usage qu’on verra si cela fonctionne bien. Si je sens que ma prise de parole est profitable, je n’hésite pas à donner mon point de vue mais aujourd’hui, je suis vraiment rassuré sur la gestion et la collaboration des deux entre eux et des deux avec le groupe. »  Celui qui a dirigé les Bleus pendant plus de 15 ans semble plus détendu qu'à l'accoutumée. Le fait d'être en terre connue ? Sans doute un peu. Mais lorsqu'on lui demande pour quelle raison la ville rose, si chère à son cœur, n’accueille pas au même titre que Metz ou les 7 autres villes hôtes, une partie du prochain championnat du Monde, le ton devient moins enjoué. « Ce n’est certainement pas la faute du comité d’organisation mais tu ne peux pas aller chercher des gens qui ne sont pas candidats. A Toulouse, la mairie a changé de couleur aux dernières élections, ceux qui sont arrivés ont moins manifesté d’intérêt que les précédents. J’ai vraiment de gros regrets. En 2001, lors du dernier Mondial en France, j’étais directeur du site de Toulouse. Je sais ce qu’une telle épreuve a apporté au hand local. On avait attiré des bénévoles qui ne venaient pas nécessairement de notre sport et certains y sont restés. Pour rattraper le coup, on a essayé d'aller là où le Mondial ne passait pas, comme à Pau en novembre dernier.» Ce vendredi, Claude Onesta pourra se réjouir de voir "son" palais des sports, plein à craquer. Contre la Slovénie, les 4000 places proposées à la vente ont trouvé rapidement preneurs. Les contrôleurs anti-dopage auront du mal à se faire inviter.



Des enseignements au terme d’une séance d’entraînement ?

Les jours s’égrènent et l’échéance se rapproche. On est à une semaine tout pile du coup d’envoi du Mondial avec à Paris-Bercy, le match France-Brésil. La veille, le staff des Bleus aura livré la liste des seize appelés à débuter la compétition. Entre temps, cinq seront écartés. Mais lesquels ? Chaque journaliste est à la recherche du moindre indice. Il y aura les deux matches amicaux programmés contre la Slovénie, vendredi à Toulouse et dimanche à Montpellier et les séances d’entraînement. Celle de ce mercredi a été fractionnée en trois parties. Un échauffement, un smash ball et plusieurs séquences de jeu pour clôturer. C’est donc sur cette 3ème phase que chacun a essayé d’y voir plus clair. Les Tricolores ont beaucoup travaillé le jeu à 7 sans gardien, la défense à 6 contre 7 avec par exemple la mise en place d’une 1-5 pour contrôler une éventuelle supériorité numérique adverse. Les alternances notamment sur la base arrière ont été multiples, l’apport de Nicolas Claire (tiens, tiens) sur le poste de demi-centre a laissé, depuis les tribunes, une excellente impression. « En équipe de France, tout est évaluation, précise Guillaume Gille. Il y a 21 garçons sur le parquet, 21 qui se bagarrent pour faire partie du groupe qui débutera le Mondial. Ces séances participent pleinement à notre réflexion. Je ne vais pas faire de langue de bois, bien-sûr qu’on a déjà une idée des 16 ou plutôt une vision qui s’enrichit chaque jour. Mais il reste des zones encore à éclaircir. » "Gino"  reste évasif et marque sa volonté de ne pas entrer dans le détail. Est-il préoccupé par ce côté gauche de la base arrière où personne pour des raisons diverses ne s’est encore détaché ? Un tantinet agacé par cette stigmatisation, l’ancien demi-centre tricolore répond que « ça serait tellement réducteur de dire qu’il existe un problème sur le poste de droitier » et que « c’est bien plus complexe que cela. » Il ne faudra donc pas compter sur lui pour percer avant l'heure, le mystère de la liste aux 16 noms. Didier Dinart n’est pas plus loquace sur le sujet même si… « Il reste quelques tests à faire pour vraiment se prononcer. On va se servir des matches amicaux pour cela même si on restera sur le projet établi. » Ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les deux coaches devraient en dire un peu plus sur leurs intentions… ou pas. 

Diaporama de l'entraînement en public de l'équipe de France à Toulouse

© Yves Michel
Partager
Gégé & Dédé
emmanuel clerc | Jeudi 5 Janvier 2017 (18h21)
Question 1 : qu'est-ce que Bill Accambray fait là ?.. On ne lui veut aucun mal, mais son temps de jeu au PSG, c'est quoi ?... Limite cruel, puisqu'on imagine qu'il ne fera pas partie des 16, sauf.. Sauf si l'incertitude est telle à gauche, Nguessan, Nyokas, Claire, ou doublette Narcisse-Karabatic, que les 2 coachs préféreront le garder ?...
Q. 2 : va-t-on assister à un passage de témoin sur le poste d'ARD ?... Les coachs vont-ils insister avec Porte, Di Panda, pas très en verve ces derniers mois, quand Remini semble un cran au-dessus, avec du temps de jeu à Paris, et que Mem, qui joue moins, est tellement doué et souvent efficace avec le Barça ?... Même Lenne pointe son nez... 19, 20, et 21 ans...
Q.3 : Gérard et Dumoulin, en doublures de Titi Omeyer, ça fait longtemps que ça dure... Pas d'autres gardiens français capables de se hisser au niveau de ces deux-là, voir de le dépasser ?.
Q.4 : l'optimisme de Claude Onesta quand à la fiabilité gestionnaire et la loyauté humaine du binôme Gégé & Dédé, c'est vraiment ce qu'il ressent ou c'est de la langue de bois ?... Nous, franchement, on est carrément moins rassurés...
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités


La LFH en Live avec Handvision

Les lives sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs de la Ligue, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute.