mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Golden League : Leçon de français pour les Russes
Golden League : Leçon de français pour les Russes
19 Mars 2017 | International
Le dernier match de la Golden League pour cette saison aura été sans doute le match le plus accompli des Tricolores. Elles ont dominé 60 minutes durant les championnes olympiques russes pour au final s’imposer 33 - 21. Enormes en défense, les Bleues ont aussi proposé de très belles choses offensivement et que ce soit Kalinina ou Ukina dans les buts russes, aucune n’aura été à la fête au contraire des gardiennes bleues.

Et comme à leur bonne habitude, c’est d’entrée de match que les Bleues vont appuyer là où cela fait mal. En faisant courir les grands gabarits russes, les Françaises avaient une très bonne inspiration et cela se convertissait très rapidement au score. 4-2, 7-2, 8-3, les choses prenaient une jolie tournure très rapidement et la défense y était encore une fois pour beaucoup. Mais là, pas trop de couac au moment des rotations. Il faut dire que de ce côté-là il y avait un peu de souci pour le staff. Gnonsiane Niombla, Pauline Coatanea, Laurissa Landre étaient out suite au match face à la Norvège et Béatrice Edwige et Alexandra Lacrabère se retrouvaient un peu sur le flanc dès la première période. La grande pivot messine ne reviendra d’ailleurs pas sur le terrain par précaution. Donc moins de rotations possibles, donc moins de calage à faire. Et les Russes prenaient cash en pleine figure la détermination tricolore. Et même si la fin de première période leur autorisait un petit rapproché, d’entrée de seconde mi-temps les Bleues repartaient pied au plancher.


Un rouge sec pour Vernigorova au bout de 59 secondes de jeu, un 2 minutes pour Makeeva dans la foulée, et les Françaises passait à +6, puis +7 pour finalement s’envoler cette fois définitivement. Tout fonctionnait presque trop bien… Estelle Nze Minko mangeait tous les intervalles qu’on lui proposait. Alexandra Lacrabère malgré son coup en première période, était sur le même tempo que face à la Norvège et Siraba Dembele marquait dans tous les secteurs de jeu, même en position d’arrière, poste qu’elle va occuper sur la fin de match. C’était beaucoup trop pour des Russes qui ne survivaient que grâce à leurs très belles relations avec leurs pivots. Evgueni Trefilov va même essayer de jouer en 4-2, mais là un petit coup de stricte sur une des deux arrières, et hop la perte de balle qui suivait permettait aux Françaises de creuser encore plus l’écart. Le +10 va intervenir avant l’entrée dans les dix dernières minutes et la fin sera tranquille mais sérieuse pour des Françaises qui au final porteront l’écart à +12… Une victoire de 12 buts face aux Russes championnes olympiques, même avec pas mal de monde absent (c’était tout de même le cas aussi pour les Bleues), cela ne se boude pas… En fait, on se dit qu’à part la Norvège, la France est capable de jouer les yeux dans les yeux avec tout le monde. Mais c’est aussi ce que se disent les nations masculines en parlant de la France…


Les réactions (Avec le concours du service de presse de la FFHB)
Olivier Krumbholz : Nous avons montré un bien meilleur visage qu'hier. J'ai bien aimé ce match. Certes ce n'est pas la Russie des J.O. ni la Norvège d'hier, mais il y a eu une bonne réaction dans une bonne dynamique. Nous avons fait preuve d'aisance, dans un contexte difficile. C'est satisfaisant : les filles ont produit un beau spectacle et le score est large. Nous avons aussi retrouvé la vitesse d'exécution de l'équipe de France.
Siraba Dembélé (capitaine) : Il fallait se montrer plus conquérantes ce soir. Globalement il y a eu de bonnes choses avec une attaque en progrès. Nous avançons doucement mais sûrement. La solidité de la défense et nos gardiennes derrière, c'est notre identité. Je suis contente de cette dernière prestation.
Laura Flippes : Nous avions une revanche à prendre et pour nous et notre public. Nous devions nous venger ce soir et c'est tombé sur la Russie. Je me sens bien avec ce groupe et nous trouvons des automatismes en attaque et en défense avec mes partenaires.
Amandine Leynaud : Je pense que la Russie n'a pas fait un très bon match. Nous avions de l'ambition, nous avons bien couru et démontré que nous avions encore des jambes. Retourner dans les clubs après cette victoire là, cela soulage.

A Orléans, Palais des Sport
Le dimanche 19 mars à 18h00
France - Russie : 33 - 21 (Mi-temps : 15-10)

3 000 spectateurs
Arbitres : MMES Vanja Antic et Jelena Jakovljevic

Evolution du score : 5-2 5°, 7-3 10°, 10-4 15°, 13-6 20°, 14-9 25°, 15-10 MT - 19-12 35°, 22-15 40°, 25-16 45°, 29-17 50°, 31-19 55°, 33-21 FT.

Diaporama du match par Céline Dely

France
Gardiennes :
Leynaud 38', 12 arrêts sur 25 dont 2/4 pen., Glauser 22', 5 arrêts sur 13 dont 0/3 pen.
Joueuses : Dembélé 8/9, Houette, Mendy 3/4, Edwige 1/1, Ngouan 2/2, Nze-Minko 4/6, Zaadi 1/3, Prouvensier 2/4, Ayglon-Saurina 1/1, Gnabouyou 0/1, Lacrabère 9/10 dont 7/7 pen., Flippes 2/3.
Entraîneur : Olivier Krumbholz

Russie
Gardiennes :
Utkina 18', 2 arrêts sur 12 dont 0/4 pen., Kalinina 6 arrêts sur 29 dont 0/3 pen.
Joueuses : Zhilinskayte 2/2, Suslova 3/5 dont 2/2 pen., Danshina 1/5, Belikova, Sudakova 2/2, Bobrovnikova 3/10 dont 1/2 pen., Samokhina 3/5 dont 1/2 pen., Makeeva 3/5, Sisenova 0/1, Malashenko 1/3, Skorobogatchenko 2/4 dont 1/1 pen., Frolova 0/1, Vernigorova 0/2, Fanina 1/1 dont 0/1 pen..
Entraîneur : Evgueni Trefilov

La Norvège grande dominatrice
Avec sa 9° victoire en autant de match, les Norvégiennes ont survolé la Golden League sur la saison... En s'imposant facilement 31-23 sur des Danoises bien à la peine sur cette manche tricolore, les championnes d'Europe emmenées par une Nora Mork de gala ont parfaitement clôturé leur séjour en France.

Le diaporama du match Norvège - Danemark par Céline Dely


© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités