mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Valentin Porte à Kielce avec l'envie de gagner
Valentin Porte à Kielce avec l'envie de gagner
31 Mars 2017 | Europe > Champion's League

Entrer dans l’histoire, c’est ce que vont tenter de faire ce week-end, deux des trois équipes françaises engagées en 8èmes de finale de la Ligue des Champions. Nantes ou Paris et Montpellier qui se déplace à Kielce ont la possibilité de se qualifier pour les quarts de finale de la compétition. A l’image de son arrière droit Valentin Porte, le MHB a conscience que la balade en Pologne s’annonce périlleuse. Malgré l'avance de 5 buts acquise à l'aller. En marge de ces deux rencontres de LDC, St Raphaël jouera son avenir en coupe EHF en recevant Berlin.  

par Yves MICHEL

Cela fait six ans que Montpellier n’est pas entré dans le cercle très fermé des quarts de finale de la Ligue des Champions, échouant à trois reprises en 8èmes. Jamais depuis cette saison 2010/2011, le club héraultais n’avait été en position aussi favorable pour atteindre cet objectif. Le parcours a été semé d’obstacles, tous négociés de brillante manière. Il y a une semaine à Bougnol, Valentin Porte et ses partenaires qui avaient pris un très mauvais départ face à Kielce, ont réussi à non seulement renverser la tendance mais surtout à terminer avec un avantage substantiel de cinq buts face aux champions d’Europe en titre. Mais le retour ce dimanche en Pologne dans une salle de 4000 places incandescente voire hostile, face à des joueurs qui ont été piqués dans leur orgueil, est une nouvelle épreuve qu’il faudra savoir négocier. L’arrière droit international en est pleinement conscient.

A l'aller, avez-vous conscience d’avoir réussi un exploit ?
Oui mais à quoi aura servi cette victoire si dimanche, on n’est pas qualifié ? On a battu les champions d’Europe en titre, c’est vrai mais ce match, cela fait un moment qu’on l’avait en tête. Montpellier avait déjà affronté cette équipe il y a deux ans et n’était pas passé loin, donc on savait au fond de nous qu’on pouvait leur poser des problèmes.

Vous êtes revenus de l’enfer, passant de -4 à +5 et même +6 !
On fait une 2ème mi-temps très solide…

Quel a été le déclic ?
On s’appuie sur notre défense, on intercepte 2-3 ballons d’affilée sur passe au pivot et surtout l’entrée de "Niko" (Portner) est décisive. Jusque-là, on était à 3 arrêts de gardien en 40 minutes. On avait malgré cela, réussi à tenir et ensuite, on a pu dérouler notre jeu. Pour en revenir à ta 1ère question, pour moi, ce n’est pas vraiment un exploit. On a tout simplement bien travaillé et bien répondu.

Le tout est de savoir ce qu’il faut faire de cette avance de 5 buts ?
Kielce nous a habitués à régler ce genre de problématique. On se souvient de la finale de la Ligue des Champions contre Veszprém. Ils avaient plus que 5 buts à remonter et c’était en terrain neutre. 9 buts en un quart d’heure donc 5 chez eux, cela ne leur fait certainement pas peur. Il ne faut absolument pas y aller en voulant gérer le score mais plutôt avec l’envie de gagner.

Chez eux, cela semble difficile…*
On sait qu’on va être plongé dans un chaudron. Et dans l’équipe, il y a beaucoup de joueurs et moi le premier qui n’ont jamais goûté ce type d’ambiance en 8ème retour de Ligue des Champions. Cela va être chaud bouillant. Et je me dis aussi que les Bielecki, Jurecki, ceux qu’on n’a pas trop vu à l’aller, se nourrissent de ce type de frénésie et vont vouloir briller.

Montpellier tourne bien actuellement…
Et ça coïncide avec l’excellent rendement de Diego (Simonet). Cela fait une semaine ou deux qu’il a retrouvé sa plénitude, depuis le Mondial, il a bien remonté la pente. C’est un gars qui marche à la confiance, en plus, physiquement, il est au top. Il y a deux ans à Kielce, il en avait mis… 11 (songeur). Ce genre d’équipe avec des gros gabarits avec sa vitesse, ça lui convient bien. Jure (Dolenec) aussi est en pleine forme… il y a peu de blessés et l’effectif est de qualité.

Il y a plus de stabilité que l’année dernière…
Oui, car il y a plus de rotations. La saison passée, le coach était obligé de tirer toujours sur les mêmes. Avec deux matches par semaine, ça use vite. Cette fois, il a plusieurs solutions à sa disposition. Tout le monde trouve son utilité.

Et à titre personnel, comment te sens-tu ?
Depuis que je suis rentré du Mondial, je me sens beaucoup mieux, j’ai trouvé ma place, j’ai la confiance du groupe donc cela me met dans de bonnes dispositions. Evidemment, tout n’est pas encore parfait mais je ne suis pas du tout le même joueur qu’en début de saison. Je prends vraiment plus de plaisir maintenant. Cette phase Ligue des Champions m’a libéré.

Est-ce que de votre côté, il y a une mise en garde nécessaire à faire ?
Je crois qu’il y a une prise de conscience collective que rien n’est fait. Le coach nous l’a rappelé à l’issue de la séance vidéo (de jeudi). Il nous a expliqué ce qu’était la Ligue des Champions et cette situation de mener de 5 buts avant de retrouver une ambiance hostile. Il nous reste une heure pour aller chercher cette qualification en quarts.

On peut aussi se dire que vous êtes à deux marches de Cologne…
C’est vrai qu’en septembre quand on perd à Ivry lors de la 2ème journée, on n’était pas dans ce genre de considérations. Là, on peut écrire une nouvelle belle page dans le livre du club.

Découvrez sur Andarya toutes les informations pour parier sur PMU

* une seule équipe y est parvenue cette saison, Rhein Neckar Löwen en phase de groupe (26-34).


 En 2011, c'est Michaël Guigou et le MHB qui avaient du réaliser un exploit face à Schaffhausen (Sui)

Les renversements spectaculaires en 8èmes de LDC depuis 2004

2014-2015

Plock (Pol)

Vardar Sk. (Mac)

32-26

         

Vardar Sk. (Mac)

Plock (Pol)

31-20

2010-2011

Schaffhausen (Sui)

Montpellier

31-26

Montpellier

Schaffhausen (Sui)

35-27

2006-2007

Celje (Slo)

Flensburg (All)

41-31

+ de buts à l'extérieur

Flensburg (All)

Celje (Slo)

36-26

2005-2006

Leon (Esp)

Pampelune (Esp)

31-26

+ de buts à l'extérieur

Pampelune (Esp)

Leon (Esp)

27-22

2004-2005

Kolding (Dan)

Montpellier

38-29

Montpellier

Kolding (Dan)

36-25

2003-2004

Skjern (Dan)

Magdeburg (All)

30-25

Magdeburg (All)

Skjern (Dan)

34-24

2003-2004

Leon (Esp)

Celje (Slo)

38-25

+ de buts à l'extérieur

Celje (Slo)

Leon (Esp)

34-21




A Paris, le patron est de retour

A cause d’ennuis gastriques, Nikola Karabatic a raté le 8ème aller entre Nantes et le PSG à la Trocardière (26-26). Depuis, le "boss" est revenu aux affaires même si « cela a été dur de suivre le match devant son poste de télévision mais je ne pouvais pas jouer, j'étais vraiment malade.» Après un succès plutôt facile mercredi, face à Toulouse, tous les Parisiens, staff compris se sont penchés sur ce qui les attend à Coubertin, mettant notamment l'accent sur des secteurs qui pour eux, avaient été moins performants. « Il ne faut jamais se satisfaire de ce qu'on fait. A Nantes, même si cela a été très serré, on avait tout pour gagner, on leur permet de recoller sur des erreurs individuelles. » Pour le match retour et même si mercredi en championnat, le "H" s'est pris les pieds dans le tapis nîmois, le contexte sera totalement différent. Surtout que par le passé, Nantes a déjà battu Paris, qui plus est dans la capitale. « C'est une équipe euphorique et qui jusqu'à mercredi, réussissait tout ce qu'elle tentait. Je ne suis pas étonné de leurs perfs car ils ont des joueurs de qualité. » Et parmi ces Nantais dont Nikola se méfie le plus, il en est un pour qui il se montre particulièrement bienveillant. Le latéral droit Eduardo Gurbindo avec qui il a évolué sous les couleurs de Barcelone entre 2013 et 2015. « C'est un joueur complet qui joue presque une heure par match et si Nantes est à ce niveau, c'est dû en grande partie à "Gurbi". Il ne rate pas grand chose, défend, attaque, il est très précis. Malheureusement, comme les stats dans le hand ne sont pas bien faites, cela ne ressort pas forcément et c'est dommage. »  Aucun cadeau ne sera fait aux uns et aux autres même si l'expérience de ce genre de confrontation sera plutôt du côté parisien. Le PSG est le favori logique et ne pas le voir qualifié pour la suite de la compétition serait considéré comme anormal. Ce que ne dément pas le stratège de l'équipe de France. « On a c'est vrai plus de pression sur ce match là. On est à domicile, on est plus fort que l'année dernière, même si la saison passée, c'était bien et qu'on a raté de peu la finale de la Ligue des Champions. Mais attention, avec leur niveau, les Nantais auraient pu débuter dans les poules hautes (de la LDC). Comme ce n'est pas notre genre de se croire supérieur aux autres, on respecte tout le monde. Même si on est donné favoris, on va rester sur nos gardes.»  A Nantes donc de déjouer tous les pronostics. Pour autant, avec en face un atout supplémentaire comme Nikola Karabatic qui dans les prochaines semaines pourraient (de même que son frère Luka) officialiser sa prolongation de contrat avec le PSG jusqu'en 2021, la tâche des hommes de Thierry Anti sans être insurmontable, ne sera pas évidente. Surtout sans capital de départ à gérer.

Les matches à la télé....

PSG - NANTES

samedi

17h

sur beIN Sports 1

KIELCE (Pol) - MONTPELLIER

dimanche

18h

sur beIN Sports Max 8




St Raphaël a les cartes en main

Une victoire ou un nul suffit à St Raphaël pour basculer en quarts de finale de la coupe de l'EHF. Ce samedi à 20h30, les Varois accueillent Berlin, le leader de leur groupe. Les Allemands qui ont déjà remporté le trophée il y a deux ans, ont validé leur billet pour la suite de la compétition. Ils ont réalisé un sans faute (5 matches et autant de succès) et ce sera une réelle performance pour les coéquipiers de Raphaël Caucheteux et Wissem Hmam (notre photo) de franchir cet obstacle. Une défaite serait synonyme d'élimination puisque le SRVHB est au coude à coude à la 2ème place avec les Danois de GOG. Dimanche, les Nordiques se déplacent chez le dernier Ribnica (Slovénie). En cas de succès des Danois et de défaite des Français, les deux équipes se retrouveraient à égalité avec 6 points et une différence de buts particulière identique (+4). GOG serait cependant qualifié à la faveur d'un meilleur total de buts inscrits à l'extérieur (36 contre 32). Mais comme tout est possible, les Slovènes peuvent avoir un sursaut d'orgueil et réaliser ce qu'ils n'ont pas su faire en cinq rencontres.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités