mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M : Les Bleus emportés par la fougue norvégienne
EDF M : Les Bleus emportés par la fougue norvégienne
3 Mai 2017 | International > Euro

Les Bleus ont connu leur première défaite depuis la finale des JO en Norvège. Emmenés par un Sanders Sagosen auteur de 13 buts qui aura tout fait pendant 60 minutes, la Norvège aura appuyé systématiquement sur l’accélérateur pour jouer un jeu rapide dont les Bleus ne trouveront jamais la solution. En y rajoutant un Torbjorn Bergerud solide en diable dans les buts nordiques, l’addition est salée pour la France qui tombe 35-30 à Oslo. Même si cela ne remet pas en cause la qualification des Français pour l’Euro en Croatie, cela stoppe la superbe dynamique qui animait les Bleus depuis 8 mois.

Et les Bleus n’ont pas attendu longtemps avant de sentir que tout serait bien compliqué dans ce match. L'attaque était de suite mise en échec par le bloc défensif norvégien et surtout ce diable de Torbjorn Bergerud qui sortait 70% des tirs bleus. Des ballons de récupération que les Norvégiens mettaient superbement à profit pour jouer leur jeu préférentiel, le jeu rapide. A ce petit jeu-là, les Bjornsen et Jondal s’amusaient comme des petits fous et Vincent Gérard n’arrivaient à enrayer leurs mécaniques de tir. Alors on commençait à plisser le nez, les Français ne s’en sortaient pas offensivement et même quand ils arrivaient à stopper la montée de balle, ce diable de Sanders Sagosen prenait les choses en main pour provoquer décalages ou tirs. Il était grand temps de poser un temps mort et de faire entrer LA légende pour tenter de sauver les actions tricolores. Thierry Omeyer ne mettait même pas 1 minute à se mettre en évidence en stoppant Bjornsen et de suite les Bleus trouvaient enfin quelques bonnes solutions de shoot et peu à peu grignotaient leur retard pour revenir sur les talons des Norvégiens. Nedim Remili en difficulté au shoot était parfait sur l’exercice des jets de 7 mètres. Timothey N’Guessan apportait sa puissance de tir dès son entrée et pour finir le tableau Kentin Mahé remettait la France à un petit but à 8 secondes du terme de la première période. Le temps quand même pour Thierry Omeyer d’effectuer son 6° arrêt sur 11 tirs sur ce dernier quart d’heure de jeu.

Et la farandole tricolore reprenait de plus belle dès la reprise ! Les Bleus et surtout Timothey N’Guessan prenaient le match à bras le corps et les 6 600 spectateurs du Spektrum étaient un peu sous le choc. Torbjorn Bergerud n’arrivait plus à lire les shoot bleus, l’attaque placée norvégienne avait les pires difficultés, seul restait encore et toujours le jeu rapide qui laissait la Norvège dans le match. Le jeu rapide et un Sanders Sagosen qui n’arrêtait pas de martyriser la France et sa réussite parfois insolente allait redynamiser tout le groupe de Christian Berge. Peu à peu la superbe tricolore disparaissait et on entrait de plein pied dans une lutte de tous les instants. Sauf qu’à ce petit jeu, ce sont les Norvégiens qui menaient les débats en permanence. Repassés devant au score, ils répondaient du tac au tac au 1x1 fulgurant de Daniel Narcisse, aux coups de canon de Timothey N’Guessan ou au travail de sape en pivot de Ludovic Fabrégas. Thierry Omeyer ne pouvait plus s’opposer aux vagues nordiques et peu à peu on sentait que le match avait changé d’âme. Les Tricolores vont tout faire pour tenter de rester au contact mais Torbjorn Bergerud reprenait sa longue litanie d’arrêts et l’écart montait -2, -3, puis il allait passer à un définitif -4 à la 56° par l’inévitable Sagosen. La messe était dite et les Bleus savaient qu’ils reviendraient du grand Nord avec une défaite.

Une défaite pas forcément handicapante pour la qualification et même la première place du groupe 7. Battue en Lituanie, la Norvège ne fait que revenir à hauteur des Bleus et le match de samedi à Clermont Ferrand donnera l’occasion à ce groupe de rétablir la parité et reprendre les commandes de ce groupe. Ce sera la dernière du duo Omeyer – Narcisse et on se dit à la vue du match réalisé par ces deux-là que c’est une retraite anticipée. Même avec la défaite, ils ont été sans doute les meilleurs tricolores sur le terrain. Comme quoi, les années pour eux ne sont que des chiffres assez imaginaires… Mais il faut s’y faire, samedi, ce sera leur dernière et ils auront tout fait pour se faire regretter éternellement.

A Oslo, Spektrum
Le mercredi 3 ami à 18h30
Groupe 7 des qualification à l'Euro 2018
Norvège - France : 35 - 30 (Mi-temps : 12-11)

6 600 Spectateurs
Arbitres : MM Slave Nikolov et Gjorgji Nachevski (Macédoine)

Evolution du score : 3-2 5°, 5-2 10°, 7-4 15°, 9-7 20°, 11-10 25°, 12-11 MT - 15-15 35°, 20-19 40°, 25-23 45°, 27-25 50°, 31-28 55°, 35-30 FT.


Statistiques du match

Norvège
Gardiens :
16 Christensen 0/1 pen,  30 Sittrup Bergerud 60' 13 arrêts dont 1/7 pen.
Joueurs : 19 Björnsen 5/8 dont 0/1 pen., 21 Gullerud, 89 Hansen, 7 Hykkerud, 18 Jakobsen, 17 Joendal 4/5, 26 Johannessen 2/2, 20 Lindboe, 8 Myrhol 4/5, 24 O'Sullivan 2/5, 27 Reinkind, 5 Sagosen 13/17 dont 6/6 pen., 25 Tangen 0/1, 15 Tönnesen 5/6.
Entraineur : Christian Berge

France
Gardiens :
12 Gerard 13' 2 arrêts dont 1/2 pen., 16 Omeyer 47' 10 arrêts dont 0/6 pen.
Joueurs : 19 Abalo 4/5, 18 Accambray, 27 Dipanda, 23 Fabregas 2/4, 15 Grebille, 22 Karabatic L. 0/1, 13 Karabatic N. 2/5, 14 Mahe 5/8 dont 1/2 pen., 17 N'guessan 4/5, 8 Narcisse 5/7, 6 Nyokas, 28 Porte 1/1, 5 Remili 7/12 dont 6/6 pen., 20 Sorhaindo.
Entraîneur : Didier Dinart

© François Dasriaux
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités