mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro jeunes F : ce sera du bronze ou du chocolat
Euro jeunes F : ce sera du bronze ou du chocolat
18 Août 2017 | International > Euro

Demi-finale. La rigueur allemande a brisé l'élan de l'équipe de France en Slovaquie. Distancées d'entrée, les filles de Laurent Puigségur ont été trop irrégulières pour espérer rattraper leur faux départ. Elles s'inclinent logiquement 21-27, mais peuvent encore s'octroyer la troisième place, dimanche après-midi contre la Hongrie. Ce sera le lever de rideau d'une finale Allemagne – Norvège.

Les moins de 17 ans françaises ont su battre le premier finaliste de cet Euro. Pas le second. Ce qui avait fonctionné contre la Norvège, l'avant-veille (26-19) est tombé en rade face aux Allemandes, dernières invaincues à Michalovce après la défaite de la Hongrie, deux heures plus tôt (fiche ci-dessous). Le premier match éliminatoire, au sens strict, de leur jeune carrière a enseigné aux Bleuettes 2001-2002 que les exigences demandées à ces altitudes étaient sans commune mesure avec celles des premiers tours, où un droit à l'erreur est toléré.

Brouillonnes à l'entame de chaque période, les Françaises ont payé l'apprentissage au prix fort. Menées 0-2 après moins de cinq minutes, puis 1-4 (9', but de Shanice Moore), elles se sont engagées lentement, mais sûrement, dans une voie de garage. En cause, des passes au pivot invariablement défectueuses, un flanc droit en détresse (Jacques remplacée à la hâte par Jarrige, contre-attaque de Leblévec sur le montant). A la reprise, les mêmes soucis de transmission ont généré les mêmes conséquences, désagréables : entre la 31ème et la 40ème, le débours bleu est passé de -3 à -7 (10-13, puis 12-19).

Deux arrêts allemands qui comptent double...

Ilona Di Rocco s'est bien dévouée pour reprendre le flambeau offensif, abandonné par Foppa, « seulement » un but ce vendredi soir. Par ses prises d'intervalle, un tir à la hanche soyeux, la stratège messine (7/12) a entretenu l'illusion d'un dénouement à la suédoise (match nul in extremis en fin de première phase, 23-23). Comme Mélina Peillon, qui a enquillé quatre penaltys en seconde mi-temps. Or, le cinquième jet de 7 mètres de la Fleuryssoise a été détourné par la seconde gardienne de la Jugendmannschaft. Et tant qu'à faire, peu après, Waldenmaier a paré une tentative de Laura Lasm pour virtuellement recoller à 20-22 (52')...

Alors, la France a eu beau s'essayer à la double stricte, et carrément à la 3-3 en ultime recours, la place en finale était inaccessible. D'autant que l'Allemagne n'a jamais réellement faibli. Tout juste a-t-elle été vulnérable en infériorité numérique. Homogène, fiable (une faute directe dans le premier quart-temps), elle s'est appuyée sur des ailières en réussite (4/4 pour Hausherr à gauche, autant pour Weise à droite), la puissance de Marielle Wulf sur la base arrière, l'agilité de Carlotta Fege au pivot. L'ensemble de Maik Nowak a infiniment mieux maîtrisé son affaire, mieux appréhendé l'événement. Il a mérité le droit de jouer le titre, ce dimanche, face à la Norvège.

Avant cette explication finale, les Françaises auront à retrouver leurs esprits, et leur savoir-faire, pour se parer de bronze aux dépens de la Hongrie. Malgré la déception de ne pouvoir imiter les juniors, princesses d'Europe il y a moins de deux semaines, il est encore temps de laisser une première trace positive. 

FRANCE – ALLEMAGNE : 21-27 (10-13)

A Michalovce. 400 spectateurs. Arbitres : MM. Budzak et Zahradnik (SVQ).

FRANCE : Di Rocco 7/12 (1/2 penaltys) ; Foppa 1/3 ; E. Jacques 0/1 ; Leblévec 1/2 ; M. Louis ; Moore 5/7 ; puis Jarrige 0/1 ; Kouaya ; Lachaize 2/2 ; Lasm 1/3 ; Peillon 4/5 (sur penalty) ; Wajoka.

Gardiennes : André (6/19 arrêts en 30', dont 0/2 penaltys) puis L. Portes (1/9 arrêts en 17', dont 0/2 penaltys) et Quiniou (2/8 arrêts en 13', dont 1/1 penaltys).

2 minutes : Foppa (15'), Kouaya (43'), Wajoka (51').

Sélectionneur : L. Puigségur.

ALLEMAGNE : Bleckmann 0/2 ; Fege 3/3 ; Hausherr 4/4 ; Kockel 4/5 ; Von Pereira 6/10 (4/5 penaltys) ; Weise 4/4 ; puis Golla ; Neubrander 1/1 ; Uhlmann 1/2 ; Wulf 4/6.

Gardiennes : Zenner (6/22 arrêts en 46', dont 1/5 penaltys) puis Waldenmaier (3/8 arrêts en 14', dont 1/2 penaltys).

2 minutes : Kockel (17'), Hausherr (26'), Von Pereira (47' et 50').

Sélectionneur : M. Nowak.

Evolution du score : 0-2 (5') ; 1-4 (9') ; 3-6 (15') ; 6-7 (19') ; 7-10 (25') ; 11-16 (35') ; 12-19 (40') ; 15-20 (45') ; 18-22 (50') ; 19-24 (55').

 

La seconde demi-finale

HONGRIENORVEGE : 21-26 (13-14)

HONGRIE : Arany 4 ; Afentaler 3 ; Pal 3 ; N. Toth 3 ; Borgyos 2 ; Kacsor 2 ; Nat. Schatzl 2 ; Simon 1 ; Vamos 1.

NORVEGE : Kjolholdt 8 ; Novak 4 ; Alver 3 ; L. Deila 3 ; T. Deila 2 ; Figenschau 2 ; Nordvang 2 ; Svele 2.

 

Le programme de dimanche

Match pour la septième place (10 h) : Roumanie – Espagne.

Match pour la cinquième place (12h30) : Danemark – Russie.

Match pour la troisième place (15 h) : Hongrie – FRANCE.

Finale (17h30) : Norvège – Allemagne.

© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision

Les lives HandVision sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.