mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Coupe de la Ligue masc.: Nîmes, Saran et Ivry déjà à la trappe !
Coupe de la Ligue masc.: Nîmes, Saran et Ivry déjà à la trappe !
9 Septembre 2017 | France > Coupe LNH

C'est le charme de la coupe. Lorsqu'un présumé petit accroche à son tableau de chasse le nom d'un présumé plus costaud. Nîmes, Saran et Ivry, trois pensionnaires de D1 masculine l'ont appris à leurs dépens en s'inclinant en 16èmes de finale de la coupe de la Ligue masculine, respectivement à Istres, Dijon et Nice. Pour les clubs de l'élite, l'hécatombe du 1er tour est moins prononcée cette fois qu'il y a un an.

par Yves MICHEL


Pour la 4ème année consécutive, l’USAM Nîmes qui s’est inclinée à Istres, 28-26, ne passera pas le 1er tour de la coupe de la Ligue. Les Gardois ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes puisqu’ils ont mené pendant toute la rencontre, portant même leur avance maximale à sept longueurs (8-15 à la 24ème). C’est d’ailleurs peu avant la pause et à la reprise que les Istréens ont comblé une partie de leur retard (13-15 à la 33ème) sans pour autant basculer en tête. Il faudra attendre  l’entrée dans le dernier quart d’heure pour les voir égaliser (19-19). Alors que chacune des deux équipes enchaînait les maladresses, c’est l’ailier gauche Lucas Ruiz qui sur contre-attaque va permettre aux locaux de prendre les commandes. Nicolas Boschi (notre photo de tête - excellent ce vendredi soir avec 8 buts à son actif) apportant la touche finale juste avant le tir pour l’honneur et sans conséquence du Nîmois Sanad (29-27). Toujours privé des services de O’Brian Nyateu en délicatesse avec une épaule, l’USAM ne met donc pas tous les atouts nécessaires pour se rassurer. Quatre jours avant le 1er rendez-vous en championnat,  mercredi face à Tremblay.

Autre victime de ce vendredi, Saran qui est tombé à Dijon, 39-37. Dans le sillage d’un Pierrick Naudin très actif sur le front de l’attaque, les Bourguignons n’ont pas eu la tâche facile pour se qualifier puisqu’il a fallu recourir aux prolongations pour désigner le vainqueur. A l’issue du temps règlementaire, les deux équipes étaient à égalité (32-32), l’incontournable Marc Poletti (au club depuis 25 ans) venant de réussir son jet de 7m. Le pivot dijonnais sera d’ailleurs l’homme de cette prolongation en inscrivant 2 nouveaux buts (un sur pénalty et l’autre en contre-attaque). Saran n’a jamais été en mesure de réagir et est tombé sur une défense très bien organisée. Les hommes de Fabien Courtial comptaient sur cette confrontation pour préparer la rencontre de mercredi, en championnat en déplacement à Cesson. C’est plutôt raté.



Sélestat qui est descendu en Proligue en mai dernier fait mieux que Créteil son compagnon d'infortune condamné lui aussi, à la relégation. Il faut reconnaître que l'adversaire n'était pas le même au niveau des moyens et de la valeur des joueurs. A domicile, les Alsaciens ont mis un peu plus d'un quart d'heure pour prendre la mesure de Vernon (le promu de N1 - 10/6) et après avoir conséquemment augmenté leur capital dans les minutes suivantes grâce notamment à Kosta Savic (photo ci-dessus - 8 buts), ils n'ont jamais été mis en danger. Pour Créteil en revanche, la désillusion est amère. Face à Chambéry, les joueurs de Christophe Mazel ont joué au yoyo avec l'écart au score avant de s'incliner, non sans avoir posé quelques problèmes aux Savoyards. Et le match dans le match a bien eu lieu par cages interposées puisque le Cristolien Mickaël Robin (20 arrêts et 1 but) a soutenu la comparaison avec le Chambérien Yann Genty (21 arrêts et 1 but).


                             Alexandra Tritta, un des Chambériens les plus en vue, jeudi face à Créteil

Sur les sept autres rencontres programmées vendredi, la hiérarchie a été respectée puisque la formation réputée la plus forte s’est imposée face à son adversaire prétendument moins costaud. Grâce à un phénoménal Allan Villeminot (10 buts à 83%) et malgré les 8 réalisations d'Edin Basic, Cesson est allé s'imposer à Chartres (23-29), dans le match entre deux formations de Proligue, succès sans grande difficulté de Pontault à Cherbourg (24-31), tandis que Toulouse (victorieux à Besançon), Dunkerque à Billère, Aix à Caen, Massy à Limoges et Tremblay à Nancy sont les derniers heureux élus. Quoiqu'il en soit, il y aura plus de clubs de D1 (avec l'arrivée des quatre qui ont disputé le Trophée des Champions) représentés au 2ème tour que l'an passé.


                        Pour Allan Villeminot (Cesson), 2017-2018, saison de la pleine confiance ?

Les résultats du 1er tour de la Coupe de la Ligue 2017-2018

US Créteil HB

Chambéry MBSHB

24-29


stats

 

Chartres Métropole HB 28

Cesson-Rennes Métropole HB

23-29

stats

Dijon Bourgogne HB

Saran Loiret HB

39-37

stats

Grand Besançon Doubs HB

Fenix Toulouse

29-32

stats

Billère HB Pau Pyrénées

Dunkerque HB Grand Littoral

16-24

stats

Caen HB

Pays d'Aix UC

21-28

stats

JS Cherbourg Manche HB

Pontault Combault UMS HB

24-31

stats

Istres Provence HB

USAM Nîmes

29-27

stats

Limoges Hand 87

Massy Essonne HB

23-34

stats

Grand Nancy Métropole HB

Tremblay en France HB

29-37

stats

Sélestat Alsace HB

St Marcel Vernon HB

30-21

stats

samedi 9 septembre 2017

Cavigal Nice Sports HB

US Ivry HB

27-25

 stats

Le dernier match de ces 16èmes a réservé une grosse surprise puisque Nice, un des promus de Proligue a éliminé l'US Ivry, club de 2ème partie de tableau en D1 masculine (27-25). Après une bonne entame, les Val-de-Marnais ont commis de nombreuses fautes et perdu quelques ballons, ce qui a profité aux Azuréens qui peu avant la pause, ont pris les devants (12-11). Juste avant le retour aux vestiaires, le pivot ivryen Youssef BenAli a été définitivement exclu du terrain (avec rapport à la clé) pour avoir touché l'ailier décalé. Ce qui a fortement handicapé par la suite son équipe. En pleine confiance, le Cavigal Nice a rapidement creusé le trou (20-14 à la 44ème). Pourtant, Ivry a tenté un baroud d'honneur et cela a failli payer en infligeant un 7 à 1 à son adversaire (21-21). Le match s'est terminé dans la confusion. Alors qu'il restait 70 secondes à jouer et que les deux équipes étaient à égalité (25-25), l'arrière Benjamin Bataille et l'entraîneur Rastko Stefanovic ont été exclus deux minutes. Le premier pour fait de jeu, le second pour protestation. A 4 joueurs de champ et un gardien, la tâche était du coup très ardue, Tom Guillermin et son partenaire niçois Rey Morales portant le coup de grâce (27-25). Nice peut fêter l'exploit, Ivry revoir sa copie. Mais comme mercredi, le 1er match de championnat, c'est face à Paris....

Le tirage au sort des 1/8e de finale (avec l'entrée des clubs du Trophée des Champions) est prévu ce lundi au siège de la Ligue Nationale de Handball.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités