mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LFH : Besançon s'offre Issy-Paris
LFH : Besançon s'offre Issy-Paris
8 Septembre 2017 | France > LFH

Résumé de la troisième journée.

Le deuxième match télévisé de la saison a aussi été l'occasion de la première grosse surprise du championnat avec une large victoire de Besançon sur Issy-Paris (25-18). Ailleurs, la logique a été respectée avec les victoires de Metz, Brest et Nice qui jouait à domicile. Chambray s'offre son troisième succès d'affilée alors que Toulon ouvre son compteur avec une première victoire à l'arrachée (24-25) face à Dijon, en difficulté en ce début de saison.

Issy-Paris bute sur Catherine Gabriel

Il y a des matchs plaisant à regarder, celui qui opposait Besançon à Issy-Paris en faisait partie. Raphaëlle Tervel (photo ci-dessous) l'évoquait au micro de BeInSport, Catherine Gabriel (photo de tête) confirme, la défaite face au Havre a joué un rôle : « La performance collective est due au fait qu'on avait besoin de se rassurer après la défaite face au Havre. On se devait de montrer un autre visage et d'avoir une réaction. » Une réaction aperçue dès les premières minutes avec les arrêts à répétition de la gardienne bisontine qui affiche la statistique affolante de 62% d'arrêts à la pause. 


Pourtant, le match peinait à débuter. Alors que les joueuses d'Issy appuyaient leur défense, point faible majeur sur les deux premiers matchs, elles échouaient sur des contre-attaques pourtant données. Côté ESB, c'est également fébrile, mais malgré une circulation de balle difficile et des passes approximatives, elles sont devant, concluant la première période à +4 (10-6). 

Dépassées par les arrêts de Catherine Gabriel, par la réussite insolente de Djénéba Touré (6/9), les Isséennes déjouent et ne parviennent guère à construire. Elles cèdent un 4-0 en milieu de deuxième période (12-9 à la 34' puis 16-9 à la 43') qui scelle leur sort, elles ne reviendront pas. L'idée pour Besançon ? Rester sur cette dynamique bien sûr, comme l'explique Catherine Gabriel :  «  Pour la suite, cette victoire nous permet d'aborder les deux gros matchs de la saison avec un peu de confiance avant d'aller affronter le champion de France la semaine prochaine. J'espère que nous allons rester dans ce dynamisme et surtout dans l'état d'esprit dans lequel nous étions pour ce match car cela nous réussi d'être déterminées comme nous l'étions ce samedi.  »

De son côté, Djénéba Touré peine à réaliser :  « Alors ce match, on l'a entamé avec énormément de concentration et d'agressivité. Pour ma part, je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé mais j'étais vraiment à fond dans chaque action que je faisais, je n'hésitais pas et je savais ce que j'avais à faire. C'était vraiment une drôle de sensation, mais une bonne sensation et j'espère pouvoir la retrouver pour les matchs à venir. », néanmoins, elle garde la tête froide et sait ce qui l'attend : «  Les matchs à venir vont être rudes car on va s'attaquer à deux gros poissons (Brest, puis Metz), ça ne va pas être une tâche facile, mais on verra bien le résultat. »


Metz écrase Fleury, Chambray capitalise, Toulon engrange sa première victoire

Il aura fallut attendre les buts de Grace Zaadi (5/7) et d'Orlane Kanor (5/7) pour voir Metz prendre le large en première période (11-15 à la 25'), c'est dire si Fleury avait résisté jusque-là, notamment grâce à une Paule Baudouin exemplaire (7/7 en première période). Puis plus rien. Les Messines se sont emparées du Loiret, infligeant un 7-0 à leurs adversaires après un temps-mort d'Emmanuel Mayonnade (14-16 à la 27' puis 14-23 à la 39'). Les Dragonnes n'ont ensuite eu qu'à gérer le score, terminant à +10 (27-37). Alors trop facile Metz en ce début de championnat ? Béatrice Edwige dément : « Non, en ce moment nous ne sommes pas faciles : malgré le score nous péchons encore en défense ». Avec 72 buts pris en 3 matchs, la cheffe de cette défense peut faire la fine bouche, on a hâte de voir ce que donneront les réglages.

Face au Havre, Chambray-les-Tours s'est imposé dans les dernières secondes (23-22) sur un but de Neli-Carla Alberto (4/10) qui a su rentabiliser l'effort de sa co-équipière Mouna Chebbah qui termine à 8/10. Plus que jamais outsider, le club d'Indre-et-Loire signe un début de saison parfait avec ses 3 victoires. De quoi faire le plein de confiance avant d'affronter le trio infernal : Issy-Metz-Brest.

Toulon l'a fait : invitées à Dijon, les filles du Sud ont été menées pendant la quasi-totalité du match, renversant la vapeur dans les dernières secondes à la faveur d'un but de Laura Gaudefroy (3/5). Laurie Puleri (6/14) et ses coéquipières ont pourtant buté sur une Noura Ben Slama en forme, avec 10 arrêts (sur 26, en 45 min), et récolté jusqu'à 5 exclusions temporaires. Côté Toulon Dounia Abdourahim attendait cette victoire : « Le match a été engagé du début à la fin, on sentait bien que les 3 points étaient très importants, que ça soit pour Dijon ou pour nous. On a vu des défenses monter en intensité au fil de la rencontre. Nous avons été au coude à coude tout le match, la victoire fait plus que du bien ! Nous avons su rester solidaires, courir et garder la tête froide lorsque la balle devenait lourde. La défense a évidemment été la clé de ce match. On a senti beaucoup d'envie, on était comme des mortes de faim sur le terrain et les trois points viennent récompenser tout ça. ».

Dans l'ombre des plus grands, l'OGC-Nice taille aussi son bout de chemin, s'offrant Nantes après avoir chahuté Brest. Grace peut-être à Linnea Torstensson, l'arrière suédoise (6/11), ou à Caroline Valente (5/6), l'ailière française. Devant d'un bout à l'autre du match, les Niçoises n'ont jamais fléchi, laissant peu de chances aux filles de Jan Basny, trop peu nombreuses à marquer (16 buts pour Niakate, Soulard et Hansen).  

Sans surprise, Brest a assommé (24-33) un Bourg-de-Péage accrocheur en première période (17-18 à la pause). Marta Mangue (7/8), Sophie Herbrecht (6/7) et consorts ont fait le job.

Après trois journées de championnat, le classement se dessine doucement avec logiquement Metz en tête, à égalité avec Chambray, invité surprise. En embuscade, Brest et Issy-Paris, en difficulté malgré deux victoires. En fin de classement, les promues de Bourg-de-Péage devraient pouvoir débuter leur championnat, les géants étant passés. Quant à Dijon, il faudra gagner à Nice pour ouvrir le compteur.

Dernière Journée | Journée 3
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
ChambrayLe Havre232208/09>>
Bourg de PéageBrest243309/09>>
DijonToulon St-Cyr242509/09>>
NiceNantes252009/09>>
Fleury les AubraisMetz273709/09>>
BesançonIssy Paris251809/09>>

Prochaine Journée | Journée 4
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
Issy ParisChambray 15/09 
Le HavreToulon St-Cyr 16/09 
BrestFleury les Aubrais 16/09 
MetzBesançon 16/09 
NantesBourg de Péage 16/09 
NiceDijon 20/09 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Metz9330098723 26
2Chambray9330082743 8
3Brest8320177661 11
4Besançon7321075661 9
5Issy Paris732108483-1 1
6Nice6320168671 1
7Fleury les Aubrais531208489-1 -5
8Le Havre531207174-1 -3
9Nantes531206767-1 0
10Toulon St-Cyr5312073791 -6
11Dijon330306983-1 -14
12Bourg de Péage3303077105-1 -28


© Amélie Huhn
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision

Les lives HandVision sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.