mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF F : De belles choses malgré tout
EDF F : De belles choses malgré tout
29 Septembre 2017 | International

Malgré la cascades de blessures et de forfaits, les Bleues ont dominé le Brésil 23-21 à Brest dans le premier match de leur double confrontation cette semaine. Une cascade d’absentes, mais quelques joueuses qui auront parfaitement profité de ça pour se mettre en valeur, à commencer par la paire de gauche Kalidiatou Niakaté et Manon Houette.

Mais l’ailière gauche néo-messine Mano Houette a été, et de loin, la meilleure marqueuse du match. En y rajoutant un but de très grande classe en première période où elle a enrhumé toute la défense centrale brésilienne. Si la grande arrière gauche nantaise, Kalidiatou Niakate a joué juste aussi bien défensivement qu’offensivement avec des ballons de décalages parfaitement négociés pour son ailière. Celle qui une fois de plus a enchanté la Brest Arena a été la portière locale, Cléopâtre Darleux qui s’est ainsi parfaitement rappelé au souvenir de tout le monde en bleu. Elle a, et on le sait, la taille internationale. Solide d’entrée de match en multipliant les arrêts, elle permit au Bleues de prendre d’entrée leurs aises. Bon face à un Brésil un peu en reconstruction, mais il le faut... Les taulières, Rodriguez, Amorim, Cavaleiro et autre Pessoa commencent à avoir pas mal de bouteille et moins de jambes. Et comme les Bleues, question jambes c’était pas mal du tout, le jeu rapide français permettait de tenir le score malgré le réveil de l’attaque carioca. Cléopâtre Darleux s’offrait quelques jolis duels gagnants. Manon Houette était déjà sur son petit nuage au tir. Kalidiatou Niakate faisait peur et pouvait libérer des ballons propres pour ses coéquipières et même si le petit coup de chaud brésilien les ramenait à un but à la pause, la France avait proposé pendant ces 30 premières minutes un joli jeu parfois très propre, manquant juste de solution sur le poste de pivot.

Ces solutions, la France va les trouver dès la reprise avec une Laurissa Landre très utile. Provoquant 7 mètres et exclusions à la pelle, le pivot de Metz va permettre aux Bleues de tenir l’impact pendant 10 minutes. Car à l’autre bout, Julie Foggéa allait bien se plomber son match par une relance gag et quelques parades un peu sorties de nulle part facilement exploitées par des Brésiliennes soulagées par tant de facilité dans les shoots. Tout cela en arrivait même à perturber la défense au point qu’Olivier Krumbholz relançait Cléopâtre Darleux et passait son système défensif en 1-5. Coup de coaching hyper gagnant ! Les Françaises piquaient des ballons dans les mains brésiliennes. Cléopâtre Darleux sécurisait de nouveau un peu tout le monde et l’écart enflait à vue d’œil passant à un -7 qui aurait pu faire tourner le match en démonstration tricolore. Mais à la 50° et suite à la blessure au genou, apparemment pas forcément trop grave, de Camille Ayglon, les Bleues allaient passer 10 bonnes minutes à déjouer et à perdre leur bel avantage au fil des minutes. Il fallait le 10° but de Manon Houette pour enfin libérer les esprits. Deux parades plus tard de Cléopâtre Darleux, et la messe était dite avec ce 23-21 qui promet un match retour dimanche à Tremblay encore plus interressant.

Les réactions (avec le concours du service de presse de la FFHB)
Olivier Krumbholz (entraîneur) : La prestation est plutôt encourageante même si nous avons pataugé par moments mais ce n’est pas une surprise. C’est une semaine d’évaluation et il fallait donner du temps de jeu à tout le monde. Nous avons encore un match à disputer dimanche que nous jouerons très certainement sans Camille qui a été touchée au genou. Souhaitons que cela ne soit pas trop grave. Manon Houette a confirmé sa montée en puissance. Kalidiatou Niakaté a marqué des points en défense et en attaque. Elle doit encore se libérer mais c’est de bon augure. Ce soir nous avons eu de bonnes réponses.

Manon Houette : Je suis très contente de ma prestation et je suis ravie d’avoir contribué à la victoire du groupe. Nous avons essayé de  jouer calmement en attaque et d’être agressive en défense. Il y a encore du boulot mais j’ai bien aimé le match. J’ai essayé d’être lucide et bien en lien avec mes partenaires.

Cléopâtre Darleux : C'est un plaisir et un honneur de jouer pour l'équipe de France. Avec un tel accueil ce soir à Brest, tu as forcément envie de le rendre au public. Je n'ai pas ressenti de pression ce soir, seulement le stress lié à chaque match. Je connais la hiérarchie et mon objectif était de me donner à fond et de prendre du plaisir.

A Brest, Brest Aréna
Le vendredi 29 septembre à 20h00
France - Brésil : 23 - 21 (Mi-temps : 10-9)

4 200 spectateurs
Arbitres : MM Karim GASMI et Raouf GASMI (Fra)

France
Gardiennes : Darleux 45', 12 arrêts, Foggea 15', 0 arrêt
Joueuses de champ : Niakaté 2/3, Dancette 1/3, Ayglon-Saurina 0/1, Horacek 0/1, Landre, Houette 10/10 dt 4/4 pen, Dembélé 3/5, Flippes 2/4, Mendy 0/2, Edwige 1/1, Gnabouyou 1/7, N'Gouan 0/2, Niombla 3/5 dt 1/1 pen
Entraîneur : Olivier Krumbholz

Brésil
Gardiennes : Moreschi 20', 3 arrêts, Arenhart 20', 5 arrêts, Pessoa 20',4 arrêts
Joueuses de champ :  De Paula 1/2 dt 1/2 pen, Joia, T. Araujo 2/2, Belo 6/7 dt 3/3 pen, Costa 0/1, Silva 2/2, Minto 1/1,  Amorim 3/10, D. Da Rocha 0/2, Rodrigues 1/1, J. Araujo, Fachinello 0/2, Costa 2/5, Silva 2/4
Entraîneur : Jorge Duenas

Le diaporama du match par Patricia Merer


© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités