mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC M: Un week end de souffrance
LDC M: Un week end de souffrance
8 Octobre 2017 | Europe > Champion's League

Nantes submergé en 2ème période par Barcelone, Paris et Montpellier qui jouent avec le feu face respectivement aux Slovènes de Celje et aux Turcs du Besiktas, le week end des clubs français en Ligue des Champions masculine est mitigé mais... encourageant. Il faut parfois souffrir pour entrevoir de belles éclaircies pour la suite.

par François DASRIAUX et Yves MICHEL


Galvanisé une semaine plus tôt par un probant succès face à Kielce, la très jeune équipe de Celjé (23 ans et 3 mois de moyenne d’âge) était arrivée dans la capitale sans pression, consciente de ses capacités et avec la ferme volonté de relever le défi qui l’attendait. Son entrée en matière va être à la mesure de ses prétentions. Notamment face à une défense parisienne plutôt apathique et peu présente sur ce côté gauche où pendant près de 20 minutes, l’arrière Ziga Mlakar va confirmer ses talents de buteur. Avec Dani Dujshebaev très mobile sur toute la largeur du terrain, il va prendre les Parisiens à revers et causer un désordre plutôt inattendu. Et encore, heureusement pour le PSG, Rodrigo Corralès choisi pour débuter la rencontre repoussera quelques assauts. Insuffisamment puisque à la surprise générale, Celjé va emballer le début de la rencontre (4-7 à la 9ème) et faire la course en tête. « Défensivement en début de match, on a été un peu trop attentiste, souffle Luka Karabatic (notre photo de tête), on a attendu d’être agressé pour réagir. C’est un peu une mauvaise habitude en ce début de saison, il faut qu’on arrive à prendre les devants. » Un temps mort va apparemment suffire pour que le PSG remette un peu d’ordre dans son organisation. L’entrée de Daniel Narcisse notamment en défense poste 2 en lieu et place d’un Sagosen en difficulté dans ce secteur va apporter un peu plus de stabilité.  A ce moment-là, Uwe Gensheimer était fidèle à lui même et Paris basculait (enfin) en tête (15-13 à la 23ème). Corralès trouvait encore quelques occasions pour s’illustrer, la pause était atteinte sur un score qui permettait à Paris d’envisager la suite avec plus de sérénité (18-14). Sauf que Ziga Mlakar n’avait pas terminé sa démonstration. Quatre buts (10 au total) en dix minutes,  le gaucher slovène portait à bout de bras une équipe qui reprenait espoir. « A Aalborg, il en met 14 sur 25, donc on n’est pas étonné de sa réussite, témoigne Igor Anic transfert estival de Saran vers Celje. A l’entraînement, il faut voir comment il se comporte. Je l’appelle... le tank, il a des œillères sur les yeux et est attiré par la cible, il ne fait rien d’autre. On connait ses qualités et on les exploite à fond. Les défenses sont du coup plus concentrées sur lui et en plus il marque. » Et jusqu'à dix minutes du terme, Paris va souffrir, obliger de puiser dans ses ressources pour contrer un adversaire qu'on aurait pu penser en surrégime. En cette période où les rencontres s'enchaînent, le PSG est obligé de se serrer les coudes et de faire le dos rond. Les rotations notamment sur le poste de pivot (en l'absence de Jesper Nielsen) pèsent lourd, Luka Karabatic étant obligé de tenir le poste les 3/4 du temps et de courir dans tous les sens. « On sait qu’on est dans une période un peu difficile. Notre plus gros problème, c’est la constance, on alterne de bonnes phases et des moments avec des erreurs qui nous coûtent cher. Tenir sur des matches de cette intensité devient compliqué mais bon, il faut faire avec, Jesper va revenir bientôt, cela fera une rotation supplémentaire. Le plus important, c’est arriver à gagner sans être flamboyant.» Car en fin de rencontre, Paris a fait la différence. Mlakar avait disparu des radars et brèches s'étaient ouvertes. Abalo très en jambes en ce début de saison, Rémili (qui avait tant péché dans la finition jusque-là) et Sagosen concluant brillamment l'après-midi (32-27). Celjé a offert un visage bien séduisant et devrait être le poil à gratter de quelques autres

Le diaporama de PSG - Celje par Céline Dély

A Paris, Stade Pierre de Coubertin
Le dimanche 8 octobre à 17h00
PSG Handball - Celje Pivovarna Lasko: 32 - 27 (Mi-temps : 18-14)

2000 spectateurs
Arbitres : MM Santos Duarte & Ricardo Fonseca (Portugal)

ParisParis
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
U.GENSHEIMER5/52/27/700000721
S.SAGOSEN7/110/07/1100100715
M.HANSEN3/41/14/500000411
B.KOUNKOUD3/30/03/30000039
L.ABALO3/30/03/30001037
N.KARABATIC4/70/04/70001047
D.NAHI1/10/01/10000013
L.KARABATIC1/30/01/30000011
J.DAMJANOVIC0/00/00/00000000
D.NARCISSE0/00/00/00000000
J.NIELSEN0/00/00/00000000
L.STEPANCIC1/20/01/20001010
H.MOLLGAARD JENSEN0/10/00/1000000-1
N.REMILI1/50/01/5000101-3
Total29/453/332/48001403270
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
R.CORRALES RODAL10/250/110/260000009
T.OMEYER3/131/24/150000000
Total13/381/314/41001403279
CeljeCelje
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
Z.MLAKAR10/190/010/19000001021
G.MARGUC3/41/24/60000048
I.ANIC2/30/02/30000025
K.BECIRI3/30/03/30002035
T.KODRIN2/20/02/20001024
D.DUJSHEBAEV DOVICHEBAEVA3/70/03/70010033
D.MAKUC0/01/11/10000013
J.MALUS2/50/02/50000023
G.OCVIRK0/00/00/00000000
J.JURECIC0/10/00/1000000-1
D.RAZGOR0/10/00/1000000-1
L.MITROVIC0/20/00/2000000-2
M.SUHOLEZNIK0/00/00/0000100-2
B.VUJOVIC0/10/00/1001000-3
Total25/482/327/51002402743
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
A.PANJTAR0/00/00/00000000
U.LESJAK7/360/37/39000000-14
Total7/360/37/39002402729



Comment se compliquer la tâche…

Montpellier est allé gagner à Besiktas, et tout le monde ne peut en dire autant ! Mais Dieu que le MHB s’est compliqué la tâche dans ce match. En menant au bout d’à peine 10 minutes de jeu 9 à 2 et en dominant de la tête et des épaules des Turcs compétemment assommé par la vitesse de jeu des Héraultais on se disait que l’après-midi stambouliote serait tranquille, et que même une petite visite à Sainte Sophie ferait bien dans le décor. Sauf que, sauf que…

Passé ses 10 minutes magiques, la suite a été très poussive et sans un retour dans les 6 dernières minutes de tout le groupe qui avait fait la différence, il semble que le MHVB serait reparti du Besiktas la tête bien basse. A se demander si c’était le même collectif qui était encore sur le terrain.  La défense avait perdu toute solidarité et surtout laissait un Ramazan Döne se gaver de tirs faciles mais un peu tous sur le même impact. Et si la défense avait baissé de rythme, Nikola Portner après un début magique s’éteignait peu à peu et surtout n’arrivait pas à lire les impacts du vétéran gaucher turc. Alors si en attaque cela faisait peu ou prou le boulot, certains avaient une bonne propension à refiler la patate chaude alors que les espaces étaient béants devant le porteur de balle. Heureusement Karim El Hendawy, le portier égyptien du Besiktas, n’arrivait pas trop à mettre la machine à arrêts en fusion. Et heureusement, sinon on n’aurait pas donné cher des espoirs montpelliérains. Ce +7 initial, les Turcs vont le traîner un long moment… Malgré le fait que le MHB ne marquait plus sur jeu rapide. Malgré le fait que la défense héraultaise ne trouvait pas les solutions face à Döne. Malgré le fait qu’il y avait un peu gabegie à la finition. Montpellier va rester en tête de bout en bout du match. Pourtant, en revenant à -1 et en ayant 2 fois la balle d’égalisation, les Turcs auront leur chance pour faire basculer la rencontre. Un temps mort un peu vigoureux de Patrice Canayer qui commençait à ne plus du tout gouter la plaisanterie. Une remise en place des tauliers dont un Valentin Porte de retour dans le jeu pour le plus grand plaisir des supporters du MHB. Un Vid Kavticnik qui gère la fin du match de façon parfaite après la sortie sur blessure de Diego Simonet sur un tampon assez immonde du suave Buljubasic qui méritait clairement le rouge sec avec rapport sur cette action. Et enfin une défense qui arrive à juguler les derniers soubresauts de ce gaucher cauchemar pendant 55 minutes et Montpellier pouvait enfin souffler, il revenait de Turquie avec 2 points et il faudra voir ce que feront les Ukrainiens du Zaporojie sur ce même terrain, surtout après avoir lâché des points à la maison face au Metalurg Skopje sur cette 4° journée. En tout cas, même aux forceps, cette victoire sera importante au décompte final de ce groupe D.

A Izmit, Kocaeli Sehit Polis Recep Topaloglu Spor Salonu
Le dimanche 8 octobre à 15h00
Besiktas Mogaz HT - Montpellier HB : 32 - 36 (Mi-temps : 16-20)

1 200 spectateurs
Arbitres : MM Leszczynski Bartosz et Piechota Marcin (Pologne)

Evolution du score : 1-4 5°, 3-9 10°, 5-12 15°, 9-15 20°, 13-18 25°, 16-20 MT - 19-22 35°, 18-23 40°, 25-28 45°, 28-30 50°, 31-33 55°, 32-36 FT.

BesiktasBesiktas
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
R.DONE10/140/110/15000101021
F.VRAZALIC3/44/47/800000720
M.KRSMANCIC6/90/06/900000615
T.NUIC3/30/03/30000039
T.OZBAHAR3/40/03/40000038
M.DEMIREZEN1/10/01/10000013
O.ERSIN0/00/00/00000000
M.KARATAY DOGUKAN0/00/00/00000000
D.KESER0/00/00/00000000
N.PRIBAK0/00/00/00000000
M.RADOJKOVIC1/20/01/20001010
M.TOMIC0/00/00/00000000
J.BULJUBASIC0/00/00/0000200-4
Total27/374/531/42000403172
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
T.GÜNAY0/00/10/1000000-1
K.MOSTAFA EL HENDAWY7/371/68/43000001-11
Total7/371/78/44000403260
MontpellierMontpellier
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
V.KAVTICNIK5/62/27/800000720
V.PORTE6/90/06/900000615
A.TOUMI4/50/04/500000411
M.GUIGOU2/43/45/800000510
M.SOUSSI4/70/04/70000049
M.RICHARDSON4/60/04/60001048
B.AFGOUR2/30/02/30001023
J.TRUCHANOVICIUS2/30/02/30001023
A.BINGO1/20/01/20000012
D.SIMONET MOLDES1/10/01/10001011
B.BONNEFOND0/00/00/00000000
T.CAUSSE0/00/00/00000000
J.FAUSTIN0/00/00/00000000
L.FABREGAS0/10/00/1000000-1
Total31/475/636/53000403681
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
V.GERARD3/110/23/13000000-2
N.PORTNER6/241/37/27000000-2
Total9/351/510/40000403677


Privé d’Olivier Nyokas, Dominik Klein et surtout de Nicolas Claire, Nantes ne se présentait pas en position de favori loin de ses bases face à une équipe de Barcelone quasi au complet (seul Lasse Andersson blessé jusqu'à la fin de la saison manque à l'appel, ce qui d'ailleurs pourrait accélérer contre indemnités, le transfert dans les prochains jours de Palmarsson en conflit avec Veszprém). Mais lorsque après 30 minutes d’un intense affrontement, les joueurs de Thierry Anti avaient regagné les vestiaires avec trois longueurs d’avance et qu’à la reprise du second acte, ils en comptaient cinq, on ne pouvait que glorifier la valeur de ce groupe qui avait fait front et répondu aux aléas. Mais dans cette 2ème période, la réaction catalane a été impitoyable et à l’activité de Timothey N’Guessan, Dika Mem et Kamil Syprzak s’est rajouté le réveil dans ses cages de l’ex portier toulousain Gonzalo Perez de Vargas.

Les débuts de Nantes sur le parquet du mythique Palau Blaugrana vont s’avérer pénibles, la défense nantaise ne trouvant pas les bonnes solutions pour contrer la vivacité des deux Français d’en face, N’Guessan auteur des deux 1ers buts et Mem, réalisateur des deux suivants (au final, respectivement 5/6 et 6/7). Avec quatre longueurs d’écart après seulement douze minutes, on se disait que Nantes allait être dévoré tout cru et que la soirée serait difficile à vivre. Du haut de ses vingt ans, Romain Lagarde surprenait par sa vitesse d’exécution et la justesse de ses frappes. L’entrée de Buric était déterminante et Faluvegi confortait ceux qui en Loire-Atlantique l’avaient recruté. Si bien qu’après 23 minutes, le "H" était revenu à hauteur des Catalans et qu’au bénéfice de quelques parades de Cyril Dumoulin, les avait même dépassés. C’est à ce moment-là au tour de Kiril Lazarov de se rappeler aux bons souvenirs d’un club et d’une ville où jusqu’à l’été dernier, il avait passé 4 ans. Après un réglage nécessaire et un 7 mètres détourné, le gaucher macédonien  va efficacement conclure cette 1ère période (13-16). 

Dans le camp du "Barça", ce n’était pas vraiment l’euphorie. Une réaction d’où qu’elle vienne était nécessaire. A la reprise, alors que Nantes profitait toujours d’une certaine passivité adverse (14-19 à la 35ème), c’est depuis sa zone que Gonzalo Perez de Vargas va sonner le rappel et surtout redonner espoir à ses partenaires. Impeccables dans la transmission avant la pause, les Nantais perdaient beaucoup plus de ballons et donnaient du grain à moudre à ceux qui comme Valero Rivera, Victor Tomas et surtout le Polonais Syprzak (6/6 en 2ème mi-temps) ne s’étaient pas trop montrés jusque-là. Barcelone avait retrouvé la maîtrise et n’allait rien concéder. Un 13-3 encaissé en un gros quart d’heure était la réponse apportée par les Catalans. Nantes n’a pas à rougir de cette 2ème défaite en Ligue des Champions (31-25) face à un grand d’Europe. Le "Barça" rejoint le Vardar (tenu en échec vendredi à Szeged) en tête du groupe A, Nantes, 5ème, devra se refaire une santé dès samedi prochain en accueillant les Suédois de Kristianstad.

BarceloneBarcelone
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
K.SYPRZAK6/70/06/700000617
D.MEM6/100/06/1000000614
T.N'GUESSAN5/70/05/700000513
V.TOMAS GONZALEZ4/70/04/70000049
R.ENTRERRIOS RODRIGUEZ4/80/04/80000048
V.RIVERA FOLCH3/30/13/40000036
A.ARINO BENGOECHEA1/10/01/10000013
J.DOLENEC1/30/01/30000011
W.JALLOUZ1/30/01/30000011
A.GOMEZ ABELLO0/00/00/00000000
A.HERNANDEZ BORGES0/00/00/00000000
Y.LENNE0/00/00/00000000
V.MORROS DE ARGILA0/00/00/00000000
C.SORHAINDO0/00/00/00000000
Total31/490/131/50000003172
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
G.PEREZ DE VARGAS17/401/318/4300000021
B.RISTOVSKI0/00/00/00000000
Total17/401/318/43000003193
NantesNantes
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
R.LAGARDE5/80/05/800000512
N.TOURNAT4/40/04/400000412
R.FALUVEGI5/100/05/1000000510
S.BURIC3/40/03/40000038
E.GURBINDO MARTINEZ1/22/23/40000038
K.LAZAROV4/70/14/80000046
J.SCOTT1/20/01/20000012
J.EMONET0/00/00/00000000
R.FELIHO0/00/00/00000000
J.MATULIC0/00/00/00000000
D.PECHMALBEC0/10/00/1000100-3
D.BALAGUER ROMEU0/10/10/2000000-4
Total23/392/425/43000102551
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
C.DUMOULIN11/340/011/340000004
A.SIFFERT2/101/13/110000000
Total13/441/114/45000102555



Sur d'autres fronts... il y a eu aussi du suspense

Flensburg revient de loin, même de très loin. Les Allemands ont arraché le partage des points à Kielce à l’ultime seconde grâce à Marius Steinhauser (25-25). Après une 1ère période au cours de laquelle les deux équipes s’étaient neutralisées (10-10), les partenaires de Blaz Janc (photo ci-dessus) ont profité du relâchement adverse et d’une certaine réussite pour prendre un avantage conséquent (19-13 à la 42ème). En abordant le money-time avec quatre longueurs d’avance, les vainqueurs de la Ligue des Champions 2016 pensaient être à l’abri d’une mauvaise surprise. Sauf qu’ils ne marqueront plus le moindre but jusqu’au coup de buzzer final (4 tirs ratés) pendant que Flensburg était plus précis dans la finition. Ce match nul permet aux Allemands de rester au contact de la tête. Les Polonais eux, perdent leur 1er point à domicile, le 5ème depuis le début de la compétition. Du côté des stats, si Kentin Mahé a été largement utilisé durant la rencontre, avec un 3/7 le Français n’a pas eu la réussite escomptée.

Une équipe allemande peut en cacher une autre...
Flensburg ne s'en tire pas si mal à Kielce, pareil scénario aurait pu sourire à Kiel en déplacement en Hongrie à Veszprém. Dans le sillage du toujours vert Weinhold, les riverains de la Baltique ont bien failli causer la sensation. A l'entrée du money-time, ils tenaient leurs vis-à-vis en échec (23-23). Il faudra une succession de tirs ratés et a contrario, la réussite de Nagy et Lekai pour que Veszprém (qui n'alignait pas William Accambray) signe sa 4ème victoire (26-24) en autant de rencontres disputées en Ligue des Champions. Les Hongrois sont en poules hautes les seuls à totaliser huit points. Ils règnent sur le groupe A, juste devant le PSG (6 pts).    

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

la D2F en Live avec Handvision

Les lives HandVision sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.