mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Desbonnet donne le tempo nîmois, Montpellier perd un point
LSL: Desbonnet donne le tempo nîmois, Montpellier perd un point
19 Octobre 2017 | France > LNH

Dans le sillage de Rémi Desbonnet, Nîmes enchaîne les bonnes performances et entre dans le Top 3 de l'élite masculine après un nouveau succès, cette fois sur Ivry. Montpellier tenu en échec à domicile face à St Raphaël perd un point, Nantes confirme son renouveau face à Pays d'Aix et Dunkerque s'impose à l'ultime seconde face à Cesson.

par Yves MICHEL


Ce jeudi en cas de succès à Chambéry, le Paris Saint Germain prendra seul la tête du championnat d'élite masculine. Les Parisiens auront bénéficié de la contreperformance de Montpellier à domicile qui a concédé le nul face à Saint Raphaël (28-28).

A quelques kilomètres de Bougnol, le long de l'autoroute A9... le Parnasse et l'antre de l'USAM Nîmes depuis 25 ans. Montpellier est venu y gagner en début de saison et depuis ce soir-là, les Gardois se sont fixés comme objectif d'y perdre le moins de points possibles. La mission est pour le moment largement remplie puisque les joueurs de Franck Maurice ont enchaîné face à Ivry leur 4ème succès d'affilée. Face aux Franciliens (battus 29-26), ils ont eu un 1er quart d'heure difficile avant que Rémi Desbonnet (notre photo de tête) ne se chauffe dans les cages. L'ancien Montpelliérain est le véritable métronome de l'équipe et ce, depuis le début de la saison. 16 arrêts ce mercredi, il trône en tête du classement des gardiens avec une moyenne de 14 parades par match.

Nîmes dans le Top 3, la défaite face à Montpellier a servi de fouet
Euh, je crois qu'on arrive à plein régime mais la défaite contre Montpellier n'est pas honteuse, c'était quand même un match accompli de notre part. C'est vrai qu'ensuite, on n'a rien changé à notre fonctionnement et on a réussi à mettre en place quelque chose qui tourne avec des joueurs totalement investis.

Ce mercredi, contre Ivry, il y a eu le petit passage à vide habituel ?
Oui, c'est à l'entame, on a eu des difficultés à trouver nos marques défensivement, ils avaient vraiment bien préparé cela tactiquement en trouvant des solutions à l'intérieur et en gagnant des duels. L'absence de Rémi Salou qui est suspendu nous a été préjudiciable mais au final, c'est dans les rotations qu'on a su faire la différence, avec O'brian (Nyateu) en défense, Elohim Prandi qui a beaucoup apporté et Hicham Kaabeche qui a fait de loin sa meilleure prestation depuis son arrivée chez nous. Et on sait que dès qu'on peut récupérer des ballons, peu de monde arrive à nous suivre.

C'est donc un bon début de saison pour Nîmes...
On reste méfiants car depuis quelques années, on a connu des 1ères parties de saison plutôt intéressantes, c'est ensuite que cela se gatait. Mais au-delà du résultat pur, ce qui important à retenir, c'est le contenu. Depuis que je suis ici, je n'ai jamais connu une entente pareille dans une équipe. On gagne donc c'est plus facile mais on passe les veilles de match ensemble, les soirées d'après-match ensemble, les lendemains aussi et quand on est en difficulté, on est capable de se mobiliser. mais toujours sur un fond de handball, on n'a pas besoin de se mettre dans des états pour y arriver.

A titre personnel, cela se passe vraiment très bien pour toi...
Pour moi c'est génial et je pense que c'est le début de saison le plus abouti de ma carrière. J'ai la chance d'avoir un maximum de temps de jeu, la pleine confiance du staff et une parfaite entente avec Aljosa Rezar qui est très positif à mon égard. Forcément tout est lié mais quand tu as une défense qui tient la route, tu peux réaliser plus facilement des exploits, mettre le feu dans la salle et figurer dans le top arrêts.

Jusqu'où Nîmes peut aller ? Jusqu'à la prochaîne réception du PSG ?
Non, on ne peut pas prendre le match contre Paris comme un vrai test. Ce serait prétentieux de notre part. On espère perdre le moins possible des rencontres mais s'incliner contre meilleur que nous, c'est possible mais hors de question de passer à côté de la concentration et de l'investissement. Le message du vestiaire est clair: on n'est pas les meilleurs joueurs du monde mais nous battre a un prix.



Montpellier savait que la venue de Saint Raphaël à Bougnol pouvait lui être fatale. Les Varois qui restaient sur trois revers en championnat, n'avaient pas grand chose à perdre et surtout se présentaient dans un meilleur état de fraîcheur que leur vis-à-vis qui après un périple de 4 matches à l'extérieur (Ligue des Champions comprises) n'étaient rentrés dans l'Hérault que lundi soir. Même en l'absence de Sarmiento, St Raphaël a pris le match à son compte au bout de vingt minutes profitant surtout de l'incroyable maladresse des Montpelliérains (7 pertes pour la seule 1ère mi-temps). L'écart à la pause (13-16) n'était pas rédhibitoire mais le MHB devait impérativement se montrer plus concentrés pour espérer revenir et s'imposer. Dans le money-time, les partenaires de Baptiste Bonnefond auront plusieurs fois le ballon pour laisser l'adversaire à distance respectable. A chaque fois, ils laisseront passer leur chance. Les ratés de Toumi puis de Guigou (à côté ou sur le poteau) seront préjudiciables. Les Raphaélois malgré eux aussi quelques loupés vont tenir en défense et faire ce qu'il faut pour répondre aux tirs héraultais. Après un but de Kyllian Villeminot (28-27), tout le monde à Bougnol pensait que le MHB allait accrocher son 12ème succès consécutif depuis le début de la saison. Un ultime sursaut de Raphaël Caucheteux va refroidir l'ambiance à 3 secondes du buzzer. « On sort frustré car on n’est pas loin de la victoire, analyse Patrice Canayer. Le match nul est équitable vu la physionomie de ce match. On n’a pas perdu un point, on l’a peut-être gagné. La qualité de Saint-Raphaël notamment défensive nous a posé quelques problèmes. On n’arrivait pas à tirer à longue distance hormis Valentin Porte. On s’est trompé tactiquement en première période alors qu’il aurait peut-être fallu miser un peu plus sur le jeu rapide. En deuxième, c'était mieux, il y avait de l'allant, plus de rythme, mais des échecs au tir nous ont fait mal. Aucune équipe ne méritait forcément de gagner. » Léger coup d'arrêt pour Montpellier, ce point va-t-il booster la dynamique varoise ? St Raphaël devra encore jouer serré surtout qu'Adrien Dipanda est sous le coup d'une lourde sanction de 4 matches de suspension.



Si le suspense a été maintenu jusqu'au bout à Montpellier, à Dunkerque, les spectateurs de Dewerdt n'ont pas été en reste. Au niveau des sensations fortes, face à une équipe de Cesson qui depuis le début de la saison avait été plus que décevante, les Nordistes ont obtenu le gain du match dans les ultimes secondes. Comme Guillaume Joli à Tremblay, c'est cette fois Baptiste Butto qui a apporté la délivrance (22-21). Si tout le monde s'était montré satisfait la semaine dernière après le succès face à Nantes, ce mercredi, peu d'éléments positifs étaient à relever. Le peu de buts inscrits met en valeur les deux défenses mais également le travail des deux gardiens avec les 18 arrêts de William Annotel pour les locaux et un de plus pour le Cessonnais Jef Lettens. Les Bretons qui ont réussi à mener de quatre buts en situation parfois de supériorité numérique passent vraiment à côté d'un exploit qui aurait ramené un peu plus de sérénité dans le groupe. « Il y a des spirales comme ça… Parfois, on arrive à douter même en dominant, souffle Yérime Sylla. On n’a pas su dominer jusqu’à la fin, on a mal négocié des situations de temps forts à 6 contre 5 et on ne parvient pas à tuer le match. On manque d’assurance mais on va continuer à bosser et ce que je souhaite c’est de tenir, comme Dunkerque la saison dernière. » Ces deux points décrochés au forceps permettent à Dunkerque de gagner une place, ce qui tombe à pic avant la trêve internationale et un déplacement à Paris, début novembre. « On est tombé dans le piège et il nous a manqué beaucoup de chose, constate William Annotel. Dans les duels, l'intensité, l'envie d'aller au combat. Il nous a manqué du fond de jeu et on n'a pas monté les ballons. Maintenant, pour positiver, ce qui s'est passé reflète notre image. On a un jeune groupe qui vit bien, qui n'hésite pas à s'arracher pour défendre ce qui peut l'être et continue à y croire, en étant dos au mur. Certes, on fait un braquage mais on va retenir l'essentiel, les deux points. »

Si Dunkerque peut gagner une place au classement, c'est aussi en profitant du revers de Pays d'Aix à Nantes (29-24). Après avoir fait jeu égal avec leurs hôtes pendant une mi-temps (13-13), les Provençaux ont en fait craqué en début de seconde période, lorsque la jeune équipe nantaise conduite par le duo offensif Lagarde et surtout Gurbindo auteur de 10 buts (notre photo) s'est envolée au score (18-13 à la 40ème). Cet éclat de cinq buts encaissés sans ne rien marquer, les hommes de Jérôme Fernandez vont le subir jusqu'à la fin. L'écart sera même plus important (-8 à 4 minutes du terme). La défense nantaise devant un impeccable Cyril Dumoulin (12 arrêts, 2 de plus que son vis-à-vis Djukanovic) a pris largement le pas sur l'attaque aixoise où Mohamed Mamdouh a payé de sa personne, l'Egyptien (auteur de 4 buts) a été évacué sur civière en fin de match. Après une mauvaise série et un bon résultat en Ligue des Champions face à Kristianstad, Nantes se rassure, Aix de son côté, rentre un peu dans le rang.  

Le diaporama de Nantes - Pays d'Aix par Philippe Padioleau

Tremblay aura attendu six journées et un contexte plus favorable pour non seulement gagner son 1er match de la saison en championnat mais également pour cartonner Saran (35-25). Après une 1ère période relativement équilibrée (15-14), les Franciliens ont fait la différence au retour des vestiaires dans le sillage du demi-centre croate Damir Batinovic qui a endossé le costume de meilleur réalisateur de la soirée (8 buts). 

Pas de miracle à MassyToulouse a pris une avance substantielle assez rapidement malgré (encore une fois) Samir Bellahcene qui a parfaitement rivalisé avec le portier du Fenix Yassine Idrissi. Avec 13 pertes de balle (contre 7), les Essonniens ont été débordés peu avant la pause et ont véritablement subi le jeu des Toulousains en début de seconde période. Ils ont passé 30 minutes à courir après le score sans jamais pouvoir s'en sortir. Ce succès (26-30) permet au Fenix de rester au contact du quatuor de tête. Pour le promu, cela devient de plus en plus dur.

Le diaporama de Massy - Toulouse par Lorie Couvillers
 

DUNKERQUE HGLCESSON RENNES MHB           22 - 21 (MT: 10-11)

Statistiques du match

*****************************

MASSY ESSONNE HB - FENIX TOULOUSE           26 - 30 (MT: 11-14)

Statistiques du match

*****************************

MONTPELLIER HANDBALL - ST RAPHAEL VHB    28 - 28 (MT: 13-16)

Statistiques du match

*****************************

HBC NANTES PAYS AIX UC                                  29 - 24 (MT: 13-13)

Statistiques du match

*****************************

USAM NIMES GARD US IVRY                               29 - 26 (MT: 16-11)

Statistiques du match

*****************************

TREMBLAY EN FR. HAND -  USM SARAN HB         35 - 25 (MT: 15-14)

Statistiques du match

© Yves Michel
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités
Pari de handball stakers.com