mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M: Timothey N'Guessan, apôtre de l'altruisme
EDF M: Timothey N'Guessan, apôtre de l'altruisme
26 Octobre 2017 | International > Euro

C’est le moment ou jamais. A quelques mois de l’Euro en Croatie, Timothey N’Guessan compte bien s’affirmer au sein d’une équipe de France qui lui a souvent échappé. A 25 ans, le Barcelonais doit véritablement forcer le destin. Il sera aligné ce soir au Danemark face à la Pologne pour le 1er match de la Golden League.

par Yves MICHEL

« Timothey est comme Dika, un animal qui n’a pas de limites »
L’appréciation peut sembler abrupte mais quand elle émane d’un certain Xavi Pascual, elle prend toute sa dimension. Ce 27 septembre 2017, N’Guessan et son partenaire Dika Mem viennent à eux deux d’inscrire 14 buts (6/8 pour le droitier, 8/8 pour le gaucher) en Liga Asobal permettant au FC Barcelone d’engranger une nouvelle victoire face à Ademar Leon (21-26). Dans les colonnes du "Mundo Deportivo", l’entraîneur catalan fait partager son enthousiasme à l’égard de ses deux joueurs et se félicite de les avoir recrutés. Un choix qui un an plus tôt, ne faisait pas l’unanimité dans les environs du Camp Nou. Dika a signé pour six saisons. Quand il arrive en Espagne en juillet, il vient de rafler le bronze à l’Euro des moins de 21 ans mais il n’a pas encore goûté aux "A". Timothey N'Guessan (contrat de 3 ans) lui, a déjà quelques capes et une médaille d'argent olympique. Il sort d’une saison pleine avec Chambéry. Le club vient de terminer 5ème de LNH et le joueur, meilleur buteur de l’équipe et dans le Top 10 des réalisateurs français. Il a pris part à 25 matches de championnat et cela ne lui était pas arrivé depuis… longtemps. Car si à 25 ans, son palmarès est moins étoffé que Ludovic Fabregas, pourtant de presque 4 ans son cadet, son parcours sportif a été semé d’obstacles, les blessures ne l’ayant pas épargné. Le tibia, les chevilles, le talon,... tout ou presque y est passé. Talent précoce du handball national, il n’a pas (encore) eu l’éclosion escomptée. « Arrêtez d’évoquer toutes ces blessures ! On va dire que je n’ai pas eu de bol, voilà ! Là, je me sens bien, j’appréhende peut-être plus sereinement la suite. Je profite au maximum, j’ai un très bon équilibre de vie.» Les faits parlent pour lui. Depuis cette fameuse dernière saison en Savoie, la roue semble avoir tourné dans le bon sens. Enfin, il y a quand même eu quelques petites alertes. En août 2016, face à l’Egypte, lors d’un dernier match de préparation avant les Jeux, il se fait une entorse à la cheville. Un temps, il est question de le remplacer mais les kinés de l’équipe de France ont des doigts d’or. Il ne sera sollicité que furtivement, à peine plus d’une heure pour 8 buts inscrits.



Cinq mois plus tard, à Montpellier, le sort s’acharne. Sur l’ultime rencontre… de préparation au Mondial face à la Slovénie, il prend un coup au talon. Résultat: il passe son tour face au Brésil et au Japon et fait des débuts prometteurs face à la Norvège avec 2 buts (sur 4 tirs), 2 passes décisives pour 24 minutes sur le parquet nantais. Il aurait pu y aller prudemment, avec le frein à main, l’attitude et l’engagement sont tout autres. On le reverra face à la Russie, un peu encore contre la Pologne où sa force de percussion a du mal à s’exprimer. Sa présence est surtout un appoint, pour faire souffler les cadres. Ce qui ne l’empêche pas d’apporter à chaque fois sa contribution. Patiemment, sans se prendre la tête. « C’est mon tempérament, confirme-t-il sans fausse modestie. Je ne me mets jamais la pression. Mais plus j’aurai du temps de jeu, plus je serai content. » Le gamin tout timide aux dreadlocks qui lui cachent la frimousse a mûri. Déjà la coupe de cheveux est plus ordonnée et son statut a changé. « Partir à l’étranger, c’était ce qui pouvait m’arriver de mieux. Je suis dans un environnement rêvé pour m’exprimer, il y a beaucoup d’exigences au niveau de ce club. Cette saison, on m’a fait comprendre qu’on attendait beaucoup de moi. Si c’est pareil en équipe de France, je suis prêt à assumer. » Depuis qu’il le suit, Didier Dinart veut faire du Dieppois d’origine, un cadre de la sélection. Le moment pourrait s’y prêter vu la situation ambiante et une certaine pénurie sur ce côté gauche de la base arrière. «Dans cette équipe, il y a pas mal de nouveaux. Comme cela fait quelques années que je suis là (sa 1ère sélection remonte à janvier 2013), je me doute que je vais avoir plus de responsabilités. Je ne suis pas spécialement préparé à cela mais cela ne me dérange pas. » Longtemps catalogué comme "trop gentil" et ne pas assez "se faire mal", Barcelone lui a permis de franchir un palier. « J’ai progressé défensivement. Là bas, le jeu est différent. Et puis, l’entraîneur est très attentionné. Il m’apporte notamment beaucoup au niveau du capital-confiance. Il m’encourage à ne pas hésiter, à m’engager. Si je prends un shoot parce que la situation s’y prêtait et que je le rate, il n’y a pas de problèmes. J’ai fait ce que j’avais à faire. Bon, j’essaie bien-sûr de louper le moins de choses possibles (sourires). En équipe de France, je retrouve la même exigence et la même confiance. » La route vers l’Euro, même si sa sélection pour la Croatie ne fait aucun doute, est encore longue. Il faudra passer les deux étapes de la Golden League (au Danemark dès ce jeudi et en France, à Rouen et Paris en janvier) puis le train-train de la Liga Asobal et surtout la Ligue des Champions. L’Euro, il a encore le temps d’y penser surtout lorsque les deux précédents lui sont passés sous le nez. « C’est vrai, je ne m’en rappelais plus (rires). C’est le type de compétition que je n’ai jamais faite donc j’ai très envie d’y être. Mais il y a du monde sur le poste. Ceux qui sont là cette semaine, sans oublier "Oli" (Olivier Nyokas). »  Incorrigible Timothey ! Penser aux autres avant de s’occuper de soi… son credo, en quelque sorte.

Adversaire de la France, ce jeudi, la Pologne se projette sur son futur

Non qualifiée pour l’Euro (elle a terminé dernière de son groupe derrière la Biélorussie, la Serbie et la Roumanie), la Pologne prépare en fait ses 1ers matches de qualification pour le Mondial 2019 qu’elle disputera du 12 au 14 janvier prochains. Dans une poule à sa portée avec comme adversaires le Portugal, Chypre et le Kosovo. Le groupe qui se présente au Danemark est en pleine reconstruction. Avec tout d’abord un nouvel entraîneur depuis mai, Piotr Przybicki (qui est aussi celui du club de Wisla Plock) ayant remplacé Talant Dujshebaev démissionnaire. Ensuite, le handball polonais a opéré une profonde mue et les historiques comme Jurecki, Lijewski, Szmal, Bielecki qui étaient encore dans l’équipe il y a 5 mois, ont disparu. « L’équipe a été construite à partir de zéro » se permet de mentionner le nouvel entraîneur, avec des joueurs toutefois expérimentés comme le pivot du FC Barcelone Kamil Syprzak,  l’arrière de Magdeburg Chrapkowski, le gardien de Lemgo Wyszomirski, l’ailier gauche de Plock Krajewski, le gaucher ancien Dunkerquois Pawel Paczkowski, l’arrière droit de Toulouse Rafal Przybylski (photo ci-dessus). Le pivot Patryk Walczak, prêté par Kielce à Massy sera également de l’aventure. La dernière confrontation entre la France et la Pologne remonte au dernier match du 1er tour du Mondial et à Nantes, les Tricolores l’avaient difficilement emporté (26-25). L’enjeu était inexistant, les uns étant qualifiés haut la main pour la suite, les autres éliminés. C’était déjà un autre contexte, déjà presque une autre époque.



Deux Français au sifflet

Deux arbitres français figurent parmi les 14 binômes retenus par l’EHF à l’occasion du prochain Euro qui aura lieu du 12 au 28 janvier 2018. Dès le tour préliminaire, Stevann Pichon et Laurent Reveret vont se retrouver du côté de Zagreb ou Varazdin pour siffler des matches du groupe C (Allemagne, Macédoine, Monténégro, Slovénie) ou du groupe D (Espagne, Danemark, République Tchèque, Hongrie).  Après avoir arbitré des matches en Pologne il y a deux ans, il s’agira de leur 2ème participation à un Euro.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités