mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: A Chambéry, Yann Genty prend son mal en patience
LSL: A Chambéry, Yann Genty prend son mal en patience
2 Novembre 2017 | France > LNH

En s'imposant (28-32) face à une équipe d'Aix qui a reçu des nouvelles plutôt rassurantes sur l'état de santé de son gardien "Micha" Djukanovic, Montpellier remet la pression sur le PSG hôte ce jeudi, de Dunkerque. Pratiquement à la même heure, Nantes recevra Chambéry, seule formation de l'élite à n'avoir pas inscrit le moindre point au classement. Le temps commence à devenir long pour les Savoyards et leur gardien Yann Genty.

par Yves MICHEL

Une fois n’est pas coutume, cette semaine, la 7ème journée de D1 masculine s’étale sur trois jours avec en ouverture ce mercredi, le succès de Montpellier à Aix en Provence, 28-32 (voir plus bas). Une victoire importante pour les Héraultais acquise dans un contexte plombé par le malaise cardiaque en début de semaine de Slavisa ("Micha") Djukanovic. Le gardien a néanmoins rassuré tous ses proches ce mercredi en envoyant des signes d'amélioration de son état de santé. Victoire primordiale aussi puisque s'ils ne veulent pas se faire rattraper voire dépasser, les joueurs du PSG sont contraints de réaliser dans leur salle, une performance face à Dunkerque. Comme les équipes qui disputent la Ligue des Champions sont concentrées en ce début de semaine, Nantes, notre 3ème représentant, accueillera Chambéry à la Trocardière. La suite et fin aura lieu samedi avec quatre rencontres au programme.

Des 14 équipes qui composent l’élite cette saison, seule Chambéry n’a pas encore inscrit le moindre point au classement. Six défaites d’affilée en championnat, avant dernière attaque et défense, éliminés dès les 8èmes de finale de la coupe de la Ligue à domicile par Istres (4ème de Proligue), un entraîneur Ivica Obrvan qui fait de moins en moins l’unanimité auprès des joueurs, les Savoyards ont pris l’habitude depuis début septembre de plus traîner des boulets que des satisfactions dans leur sillage. Le renfort de Laurent Busselier comme adjoint n’a pas encore été suivi d’effets mais Yann Genty, le gardien de buts du CSMBHB a noté un changement dans les attitudes et l’investissement. 

Peut-on espérer un exploit de Chambéry en terre nantaise ?
En tout cas, ce n’est pas le match le plus simple qu’on ait à jouer ! C'est le dernier d'une longue série face à des gros. Après… on est capable de tout. J’espère simplement qu’on va mieux jouer que contre Istres.

Justement, la coupe de la Ligue face à une D2, est la grosse déception...
Sans sous-estimer Istres, ce n’est pas correct d’avoir perdu contre eux, à la maison. On n'avait pas été ridicules contre Paris, contre Istres, on n’a pas été assez sérieux. On a fait briller leur gardien et perdu trop de ballons. 

L'arrivée de Busselier dans le staff n'a pas encore produit l'effet escompté...
De l'extérieur, comme il n'y a pas de points au classement, on n'en voit pas les bénéfices. Mais depuis qu'il est arrivé, le jeu pratiqué est plus agréable à regarder. Laurent n'hésite pas à donner des conseils à chacun et ça, on n'y était plus habitué.

La méthode Obrvan a-t-elle atteint ses limites ?
En tout cas, elle n’est plus souhaitée par les joueurs. A moments donnés, lorsque tu as "la tête dans le pâté", c’est bien de se retourner vers une personne de confiance qui avec le recul, va te donner les bons conseils. Ce n'était pas le cas. 

Le déclic se fait toujours attendre…
De mon but, je vois qu'il y a du mieux. Je sens les joueurs plus libérés. Derrière Nantes on va jouer Massy, Tremblay, Cesson, si sur ces trois matches, on n’a pas trois victoires, cela voudra dire que la solution avec Busselier comme adjoint ne fonctionne pas.

Donc à ce moment-là, ce sont tous les joueurs qu’il faudra aussi virer ?
Non, quand même pas mais la remise en question devra venir de tout le monde. Le staff n’est pas la seule cause du problème, nous avons aussi notre part de responsabilité.

N’y a-t-il pas aussi, une absence de patron sur le terrain ?
Je ne saurais pas répondre à cette question. Ce qui est sûr c’est que la communication doit être améliorée, que les messages doivent être plus fluides. On est à 150 % pour défendre ce maillot. "Bubu" apporte vraiment quelque chose et avec lui, on a retrouvé de vraies séances d'entraînement. On partage totalement sa vision du handball, même si elle est différente de celle d’Obrvan. Mais il n’y aura qu’une seule vérité: le classement. Et pour cela, il faut marquer des points.

Voilà trois ans (5 novembre 2014) que Chambéry ne s’est pas imposé à Nantes (29-30).Un score étriqué mais qui avait suffi. Le scénario peut-être indécis. Suite à une avalanche de blessures et à l’indisponibilité persistante d’Olivier Nyokas, le "H" a récupéré Guillaume Saurina. A 36 ans, exilé depuis l’été 2016 au CSM Bucarest, l’ancien nimois et chambérien n’a pas véritablement trouvé sa place en Roumanie. Il saisit une belle opportunité à Nantes jusqu’à la fin de la saison. Il est qualifié et pourra faire ses grands débuts à la Trocardière face à une équipe dont il a défendu les couleurs pendant un an (2010-2011).



Djukanovic a pu suivre le match à la télé 


En Provence, au-delà du résultat sportif (entre le PAUC et Montpellier) et d'un nouveau record d'affluence dans l'Aréna du Pays d'Aix, la meilleure nouvelle de la journée est arrivée de Marseille et d'une photo plutôt rassurante. Celle d'un "Micha" Djukanovic tout sourire, le pouce levé, sur son lit d'hôpital. Là où lundi, il avait été transporté de toute urgence après un arrêt cardiaque pendant la séance d'entraînement. Si son état de santé n'inspirait rien d'encourageant jusqu'à mardi soir, le matin du match (faut-il y voir un signe ?), le gardien serbe du PAUC est sorti du coma dans lequel les médecins l'avaient volontairement plongé et petit à petit, il a repris goût à la vie. Sur une tablette, il a même pu suivre la rencontre. « Depuis le début de la semaine, on a relativisé beaucoup de choses nous confiait Jérôme Fernandez. Le handball passe même au second plan. Mardi, on a quand même préparé le match, l'entraînement a été hyper sérieux, appliqué, les gars avaient vraiment besoin de se changer les idées. Ils se sont focalisés à 200% sur ce qu'ils avaient à faire et j'estime que c'est le meilleur entraînement qu'on ait fait depuis le début de la saison.» Depuis août, le PAUC n'a pas été épargné par le sort et les problèmes auxquels l'ancien capitaine de l'équipe de France a du faire face avec notamment la maladie de Théo Derot et l'opération à la jambe de Wesley Pardin se sont accumulés. « Je n'avais jamais vu cela, surtout en si peu de temps. Là, on va tranquillement attendre que tout rentre dans l'ordre. Le plus important pour "Micha" désormais, c'est qu'il sorte de cette galère, qu'il retrouve ses sensations. De le voir sur ses deux jambes sera déjà une victoire. On devait garder Jozé Baznik jusqu'en décembre, on va lui demander de rester plus longtemps. Wesley lui, a repris mardi. Il va revenir progressivement dans le groupe, on saura se montrer patients.» La patience, c'est aussi ce qui caractérise Théo Derot. Il ne baisse pas les bras et s'est même remis aux tâches domestiques. Le ballon doit obligatoirement lui manquer.

Montpellier impose sa loi

Ce mercredi, l'arrière gauche était présent dans les tribunes de l'Aréna. Au 1er rang pour encourager ses partenaires. L'affiche était belle mais Montpellier n'a mis qu'un quart d'heure pour imposer son rythme. Privés de leur pivot n°1 Ludovic Fabrégas (en délicatesse avec un bras), les Héraultais ont eu besoin d'un temps d'adaptation pour se familiariser avec le nouvel environnement, les Aixois en profitant pour prendre le large (4-1 à la 4ème). Mais la justesse de Michaël Guigou en attaque, le harcèlement de Jean Loup Faustin, les arrêts de Vincent Gérard (notre photo) vont rapidement inverser la tendance et permettre au MHB de ne plus être rejoint. Chacune des deux formations va laisser quelques ballons en route, le PAUC un peu plus que son vis-à-vis. Avec sept buts d'avance (à la 40ème) et beaucoup plus de lucidité dans ses choix tactiques, Montpellier ne sera jamais inquiété. Loïc Gschwind, le jeune gardien de la réserve, entré quelques minutes pour suppléer Baznik, entretiendra le mince espoir et ses parades permettront à Aix de revenir à une longueur des Héraultais (25-26 à la 54ème). Les hommes de Patrice Canayer resteront vigilants jusqu'au bout et s'assureront d'une marge nécessaire (28-32).

Après le point perdu à la maison face à Saint Raphaël, Montpellier reste invaincu en championnat. Cela dure depuis la mi-avril, soit une série de douze matches sans défaite. Aix traverse une zone de turbulences et inévitablement, le classement s'en ressent.

PAYS d'AIX UC - MONTPELLIER HANDBALL              28 - 32  (MT: 11-15)
Statistiques du match

© Yves Michel
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités
Pari de handball stakers.com