mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF F : Kolczynski et Horacek ne passent pas la frontière
EDF F : Kolczynski et Horacek ne passent pas la frontière
29 Novembre 2017 | International
L'ailière bisontine et la demi-centre d'Issy/Paris sortent du groupe France. C'est la principale information de la dernière sortie des Bleues avant le coup d'envoi du championnat du monde, samedi en Allemagne. Niombla, Blonbou et Orlane Kanor seront, elles, bien dans les dix-huit. A l'instar de Béatrice Edwige (photo de tête), elles ont plus ou moins contribué au facile succès contre l'Angola (30-18), l'un des cinq adversaires des joueuses d'Olivier Krumbholz au premier tour du Mondial.


Suspense insoutenable à Metz. Les points d'interrogation concernaient moins l'issue du dernier test-match avant de remonter le cours de la Moselle, jusqu'à Trèves, que l'identité des dix-huit Bleues qui effectueront la grosse centaine de bornes entre les deux cites.

Sur le premier aspect, le sportif, le cas angolais a été réglé vite fait, en quelques montées de balle laser, à destination notamment de Manon Houette et Alexandra Lacrabère (sept buts chacune). Le temps faible observé au cœur de la première mi-temps (sept minutes sans but) a été traversé sans dommages. La faiblesse des championnes d'Afrique (37 % au tir, contre 63 % côté français) a beaucoup aidé. Grace Zaadi et Estelle Nze Minko s'y sont mises à deux pour résumer la situation. « Le match parfait n'existe pas, mais on a été sérieuses. »

Ca, c'est fait et dit. Les vrais enjeux, dans une enceinte lorraine moins remplie que pour une grosse affiche de Ligue des Champions, étaient donc individuels. Olivier Krumbholz devait retirer deux noms, pour arriver au nombre fatidique, qui sera encore réduit à seize pour affronter la Slovénie, samedi (18 h).

Premiers indices en coulisse : ce mercredi, Kalidiatou Niakaté, Amanda Kolczynski et Catherine Gabriel ne sont descendues sur le parquet que pour échauffer Cléopâtre Darleux, à la mi-temps. Si la gardienne de Besançon savait qu'elle posséderait un statut de réserviste, derrière le tandem Leynaud / Darleux, c'était mauvais signe pour sa coéquipière en club, sur l'aile droite. La confirmation est tombée quelques minutes après la troisième victoire française en préparation.

Avec Kolczynski, l'autre recalée de la soirée est une meneuse de jeu. Tamara Horacek, peu productive pendant ses dix-sept minutes de présence (2 pertes de balle), ne démarrera pas la compétition. Mais... « je lui ai demandé tout particulièrement de continuer à se préparer, nuance le sélectionneur. Elle est polyvalente à l'arrière, bonne en défense et en attaque, et sait aussi jouer pivot. En fonction de ce qui va nous arriver, elle peut très bien rentrer dans le groupe à un moment ou un autre. »

A son poste, sur la photographie instantanée, la néo-Parisienne passe derrière Zaadi, toujours salariée dans la grande distribution face aux Angolaises (8 passes décisives, dont 7 avant la pause) et Allison Pineau. Moins utilisée en Moselle qu'au tournoi de Paris, la Brestoise a assuré sa place pour son sixième Mondial. Pour celle qui n'avait plus joué de début juin à fin novembre, afin de réparer sa cheville droite, le contre-la-montre est un succès.

Kanor / Blonbou, « le pari de la jeunesse »

Les autres Bleues en balance passeront donc la frontière. A commencer par les dernières venues, Orlane Kanor et Jannéla Blonbou. L'arrière droit de l'OGC Nice (ci-dessus) était prête à partir à l'aventure tout de suite, là, de nuit, sur une trottinette empruntée à sa copine Méline Nocandy (Metz), qui passait par là. A dix-neuf ans, avec seulement trois sélections A sur le passeport, la championne d'Europe juniors vivra sa première compétition majeure parmi les grandes. « Ce n'est pas parce que je suis dans un rêve que je dois pas garder les pieds sur terre. C'est beau d'y être, mais je devrai confirmer ce que je sais faire, si je joue. » La gestion des émotions est son prochain défi, à en croire Krumbholz. « On va l'aider à se libérer, parce qu'elle a encore un peu de stress, par moments. Ca peut s'améliorer. »

Kanor (20 ans), pour sa part, a validé son billet par sa détente, phénoménale sur le quinzième but français (15-9, 27'). « Je suis super contente ! C'est une belle victoire », rayonne celle qui avait découvert l'équipe nationale en juin dernier, à Oslo. « Elle profite de la confiance accumulée en Ligue des Champions. J'ai bien aimé sa puissance, même s'il y a encore des petites imperfections », commente le technicien fédéral, qui assume prendre « le pari de la jeunesse. »

Malgré ses quatre ans et demi d'ancienneté en bleu, Gnonsiane Niombla était encore dans l'expectative. Son début de match tonique (3/4) lui a permis d'attraper le bon wagon. « On est encore dix-huit, il y en a seize qui jouent, mais c'est déjà bien de partir en Allemagne. J'en ai douté, forcément, parce que ma position en club (le CSM Bucarest) n'est pas idéale. A titre personnel, je suis soulagée, mais je suis déçue pour celles qui ne partent pas. »

« Gnonsiane a compris ce que j'attends d'elle, indique Olivier Krumbholz. Qu'elle soit une buteuse, qu'elle joue pour elle. Elle le fait bien en ce moment. Elle n'a plus mal au dos, ça devenait une évidence qu'elle va nous accompagner et nous apporter. »

Les dix-huit Françaises qui partent au Mondial

Nom

Prénom

Club

Age

Taille

Poids

poste

Sél

12

LEYNAUD

Amandine

Vardar Skopje (Mac)

29

178

64

GRD

203

16

DARLEUX

Cléopâtre

Brest Bretagne

28

176

72

GRD

141

13

HOUETTE

Manon

Metz HB

25

168

69

ALG

62

17

DEMBELE

Siraba

Rostov (Rus)

31

172

64

ALG

247

24

EDWIGE

Béatrice

Metz HB

29

182

77

PVT

63

8

LANDRE

Laurisa

Metz HB

32

174

67

PVT

73

29

NIOMBLA

Gnonsiane

Bucarest (Rou)

27

172

69

ARG

79

27

NZE-MINKO

Estelle

Siofok (Hon)

26

178

67

DC

71

10

ZAADI

Grâce

Metz HB

24

171

66

DC

77

64

LACRABERE

Alexandra

Vardar Skopje (Mac)

30

177

73

ARD

202

5

AYGLON

Camille

Bucarest (Rou)

32

180

66

ARD

238

7

PINEAU

Allison

Brest Bretagne

28

181

76

ARG/DC

207

20

FLIPPES

Laura

Metz HB

22

171

69

ALD

25

21

KANOR

Orlane

Metz HB

20

178

63

ARG

3

14

NIAKATE

Kalidatou

Nantes LA

22

177

72

ARG

10

18

BLONBOU

Jannela

OGC Nice

19

176

67

ALD/ARD

3

3

DANCETTE

Blandine

Nantes LA

29

169

60

ALD

92

94

GABRIEL

Catherine

ES Besançon

23

172

64

GRD

3

Le match

FRANCE - ANGOLA : 30-18 (17-10)
Mercredi 29 novembre 2017, à Metz. 2241 spectateurs. Arbitres : Thierry Dentz, Denis Reibel.
FRANCE : Edwige 2/2 ; Flippes 1/1 ; Houette 7/7 (2/2 penaltys) ; Lacrabère 7/11 (1/2 penaltys) ; Niombla 3/4 ; Zaadi 1/3 ; puis Ayglon 1/2 ; Blonbou 1/5 ; Dancette 2/3 ; Dembélé (cap.) 0/1 ; Horacek ; O. Kanor 3/4 ; Landre 2/2 ; Nze Minko 0/2 ; Pineau.
Gardiennes : Leynaud (9/19 arrêts en 30 mn, dont 1/1 penalty) puis Darleux (6/14 arrêts en 30 mn, dont 0/1 penalty).
2 minutes : Blonbou (50').
Sélectionneur : O. Krumbholz.
ANGOLA : Cazanga 4/9 ; Guialo (cap.) 1/4 (0/1 penalty) ; Kamalandua 2/5 ; Kassoma 2/4 ; Machado 1/2 ; Santos 1/3 ; puis Carlos 3/6 (1/1 penalty) ; Chissola 1/1 ; Nenganga 1/2 ; Oliveira 1/1 ; Paulino 1/6 ; Paulo 0/1 ; Peres 0/1 ; Silva 0/2.
Gardienne : Branco (7/38 arrêts en 60 mn, dont 1 penalty).
2 minutes : Santos (7' et 54'), Machado (34'), Kassoma (37').
Sélectionneur : M. Soubak.
Evolution du score : 3-1 (4') ; 6-5 (10') ; 10-5 (13') ; 14-7 (24') ; 19-11 (35') ; 22-12 (40') ; 26-14 (47') ; 28-15 (51') ; 30-17 (57')
© Laurent Hoppe
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités