mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial F : Lancées, on verra vers où !
Mondial F : Lancées, on verra vers où !
3 Décembre 2017 | International > Mondial

Les Bleues ont un peu effacé leur bévue initiale face à la Slovénie en dominant l’Angola 26-19. Tout a été un peu mieux, mais il a encore fallu presque une bonne mi-temps pour que l’on voit enfin les Bleues avec du dynamisme et de la percussion. Le passage en 1-5 a été capital, les Tricolores pouvant alors jouer le jeu rapide qu’elles affectionnent tant. Il reste encore pas mal de chemin pour se remettre dans la peau d’un favori, notamment au shoot où encore une fois la gardienne adverse les a bien contrariées.

Bref, elles se sont encore fait un peu peur en première période… Encore une fois l’attaque connaissait de vrais hoquets et surtout l’efficacité au shoot était vraiment déficiente. On va finir par croire que toutes les gardiennes entrent dans le top mondial dès qu’elles jouent face aux Françaises. Cristina Branco mettait donc la France dans le dur, il faut dire qu’elle était bien aidée par encore une fois une base arrière qui ne prenait pas trop ses responsabilités de loin. Alors campée sur leur 6-0 assez mobile autour d’une Albertina Kassoma impressionnante de puissance et de vitesse malgré ses 1.88m. Et comme la pivot faisait le chantier aussi bien en attaque qu’en défense que Nenganga envoyait quelques superbes missiles de loin, les Bleues faisaient la course derrière et tout le monde était bien crispé côté tricolore. Olivier Krumbholz était obligé de prendre son temps mort dès la 17° quand la France avait 2 buts de retard et surtout chercher longtemps la bonne alchimie pour voir son attaque enfin performante. Il fallait que cela change un peu, que la défense monte un peu en pression et surtout que cela se mette à courir côté français. Elles vont attendre 25 minutes avant de commencer à le faire, passant devant à l’occasion de 2, 3 jeux rapides enfin bien négociés.

On ne sait pas ce qui s’est dit dans les vestiaires, mais clairement les Bleues vont revenir avec de toutes autres intentions sur le terrain. Déjà la 1-5 avec Estelle Nze Minko devant bloquait quasiment tous les mouvements de la base arrière. La joueuse de Siófok était maligne en diable avec un jeu en piston qui déroutait complètement la base arrière angolaise. Résultat, les pertes de balles s’accumulaient et les Françaises pouvaient enfin dérouler leur jeu rapide, là ou vraiment elles excellent. Amandine Leynaud, en plus des arrêts, se muait aussi en quarterback de génie avec quelques relances d’école dont une qui allait faire complètement basculer le match. Cristina Branco, qui déjà n’y était plus trop, voulait sortir au-devant de Manon Houette, mais en retard elle accrochait l’ailière tricolore. Rouge sec et logique ! Et une Marta Alberto qui devait s’y coller, mais la 2° gardienne angolaise n’allait quasiment pas toucher 1 ballon du match. Si elle est créditée de 2 arrêts, c’est plus des tirs qui lui sont rentrés dedans que de vraies parades. Sans gardienne digne de ce niveau, l’Angola va bien tenter de jouer en supériorité numérique pour débloquer le verrou bleu. Peine perdue, cela ne va qu’arrêter le score d’enfler. Au final une victoire de 7 buts, moins de 20 buts encaissés et une qualification qui sera acquise si les Bleues prennent le meilleur sur un Paraguay qui s’est fait un peu découper en rondelles par les Espagnoles dans la soirée.


Les réactions (Avec le concours du service de presse de la FFHB)
Olivier Krumbholz : Il fallait absolument gagner. Les portes de la qualification sont entrouvertes, à condition de continuer à travailler, progresser et battre le Paraguay. Avant d’attaquer les deux gros morceaux présumés. On a vu que la Roumanie n’a pas joué mieux que nous contre une très belle Slovénie encore. Nous devons totalement nous libérer, car il y a beaucoup trop de fébrilité en attaque, des solutions évidentes que l’on ne voit pas, des pertes de balle, des tirs ratés. J’ai bien aimé l’attitude, la défense a été mieux, notamment en 1-5, mais après être parti devant, nous ne parvenons pas à aggraver le score dans les 15 dernières minutes. Ce n’est pas normal. Nous devions gagner plus largement. Il y a suffisamment de fébrilité, ce n’est pas la peine d’en rajouter, même si je ne suis pas content de notre fin de match. Peut-être qu’il sera nécessaire un moment de taper du poing sur la table. Je pourrais déjà condamner une ou deux joueuses, au risque de les perdre, mais nous allons avoir besoin de tout le monde. Il n’empêche que certaines, qui se cherchent encore, vont devoir d’adapter très vite. Le plus inquiétant aujourd’hui, c’est que l’on n’est pas efficace sur les tirs de loin, alors que l’on a pourtant des bras et des tireurs.


Alexandra Lacrabère : Cela fait toujours plaisir de gagner, surtout après la non prestation d’hier. Je vais parler plus de moi d’ailleurs. Car si l’équipe a été mauvaise, je n’ai rien fait pour l’aider à s’en sortir. Si j’avais été plus présente et plus stable au niveau des tirs, nous aurions nettement gagner ce match. Je m’en suis voulu, j’ai mal dormi, j’ai passé une sale journée. J’étais très déçue et j’ai même eu honte de moi. Je n’arrive pas à comprendre, mais le plus important est le rebond d’aujourd’hui. Surtout les filles m’ont énormément aidée depuis, elles m’ont apporté tout leur soutien. Si je suis revenue ce soir, c’est grâce à elles. Notre prestation n’est pas encore au niveau que l’on voudrait, on est solide et solidaire, c’est un bon début. Il faut je pense que l’on soit un peu moins dur avec nous-mêmes. Ne pas oublier que les autres équipes avancent aussi. On s’est lancés, on s’est rassurés, le Paraguay doit être l’ultime rampe de lancement avant le bouquet final du groupe. La première place est toujours à notre portée. Tout le monde a fait son mea culpa, à commencer par Olivier. Si les cadres sont là, les jeunes seront rassurées. Cela fait tellement longtemps que je n’avais pas joué aussi mal. Je suis contente d’avoir lancé mon Mondial. Merci aux filles. Hier j’étais triste, aujourd’hui je suis contente, et j’ai envie d’être heureuse lorsque l’on sera en finale et que l’on va gagner.

A Trêves, Arena Trier
Le 3 décembre 2017 à 18h00
Angola - France : 19 - 26 (Mi-temps : 10-11)

3 000 Spectateurs

Evolution du score : 3-3 5°, 4-3 10°, 6-5 15°, 8-8 20°, 9-9 25°, 10-11 MT - 12-16 35°, 13-20 40°, 16-22 45°, 17-23 50°, 18-25 55°, 19-26 FT.



Angola FAngola F
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
I.GUIALO3/70/03/74030037
I.DA SILVA2/20/02/20000026
J.DOS SANTOS VIEGAS1/10/01/10100015
A.CARLOS3/60/03/61020034
A.KASSOMA3/40/03/40021032
J.MACHADO1/30/01/30000011
N.KAMALANDUA0/00/00/00000000
V.NENGANGA1/20/01/20010010
R.OLIVEIRA0/00/00/00000000
H.PAULO0/00/00/00000000
D.PERES0/11/21/3000001-1
V.SILVA0/10/00/1000000-1
M.PAULINO0/30/00/3000000-3
M.CAZANGA4/100/14/11004104-7
Total18/401/319/435112201913
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
M.ALBERTO2/80/32/11000000-4
C.BRANCO4/210/04/21000010-17
Total6/290/36/3251122119-8
France FFrance F
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
A.LACRABERE6/81/17/900200715
L.LANDRE5/70/05/710100513
M.HOUETTE2/32/24/50001049
L.FLIPPES0/02/22/20000026
A.PINEAU0/11/11/22000016
C.AYGLON-SAURINA2/20/12/32001025
B.DANCETTE1/21/12/30010023
O.KANOR1/10/01/10010011
K.NIAKATE0/10/00/11000001
S.DEMBELE0/00/00/00000000
B.EDWIGE0/00/00/01001000
E.NZE MINKO0/11/11/2103001-2
G.NIOMBLA1/10/01/1003001-3
G.ZAADI-DEUNA0/10/00/1304000-3
Total18/288/926/3711015302651
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
A.LEYNAUD11/261/312/2920000012
C.DARLEUX0/00/00/00000000
Total11/261/312/2913015302663



© François Dasriaux
Partager
Mieux, moins pire, et Paraguay
emmanuel clerc | Lundi 4 Décembre 2017 (17h20)
Bravo à Alexandra Lacrabère pour cette honnêteté vis-à-vis d'elle-même... Sûr que ça va mieux avec du jeu sans ballon, de bonnes courses vers l'avant, et un jump qui permet de traverser et de se stabiliser pour envoyer... Le coach français devrait en prendre de la graine, au lieu de menacer de "condamner" (!!!) certaines joeuses.. On croit rêver !.. Comme si la condamnation-punition était encore un mode de gestion des sorti!ve)fs de haut-niveau !.. Mieux vaudrait s'interroger sur un coaching improbable, encore une fois, avec des changements dès la 4ème minute, puis la 8ème, avant de re-composer toute l'équipe hors Leynaud, sans doute pour capitaliser de la confiance chez des filles de 23 ou 25 ans...
La niaque et les tirs explosifs de Laurisa Landre ont fait du bien à l'EdF, tout comme sa relation avec Saadi, dont on ne comprend toujours pas le temps de jeu limité... Allison Pineau est décidément encore en convalescence, même si sa présence en défense a pesé... Niombla a encore montré de belles choses, mais qui n'ont pas l'air de plaire beaucoup à son coach, Nze Minko a bien perturbé l'attaque angolaise, même si elle se précipite un peu trop en attaque, à l'image de toute l'équipe... Captain Sira a fait du Dembélé, qu'on adore, et Amandine Reynaud a enfin démarré son mondial...
Si ça va mieux, toujours pas de certitudes dans le jeu, surtout avec un coaching qui brasse tout son banc ou presque... Reste encore a être plus insicives au shoot ( on n'aime pas les tirs façon passes en fin de montées de balles), à changer de rythme, et à durcir la défense en allant chercher les tireuses et en bétonnant le secteur central... Au boulot !..
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités