mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial Gr. A : pour continuer, il fallait se dépêcher
Mondial Gr. A : pour continuer, il fallait se dépêcher
5 Décembre 2017 | International > Mondial
Empruntées en première période, surprises par des Paraguayennes méconnues, Cléopâtre Darleux et les Bleues se sont débridées dans la seconde demi-heure (35-13). Grâce à leur deuxième victoire en Allemagne, leur cortège de montées de balle, elles s'assurent d'ores et déjà leur place en huitièmes. Reste à savoir à quelle place : ce sera tout l'intérêt des deux prochains matches, face à l'Espagne (jeudi) et la Roumanie (vendredi).

A Trêves

Le calendrier est ainsi fait, et il aurait été franchement de mauvais goût de dédaigner l'aubaine. Se qualifier dès le troisième soir de compétition, surtout après l'incartade initiale (23-24, samedi, contre les Slovènes), n'est pas du luxe. Quarante-huit heures après avoir pris le dessus sur l'Angola en seconde période, l'ensemble d'Olivier Krumbholz a recommencé devant l'autre adversaire extra-européen du premier tour.

Considérant le break converti d'entrée par Lacrabère et Flippes (3-0, 6'), il y avait le choix entre voguer en toute quiétude, comme pendant la première journée off lors d'une mini-croisière sur la Moselle, et affronter la houle face à un pays qui n'a aucune ouverture sur la mer. Les Françaises ont pris l'itinéraire le plus sinueux. « On s'est noyé dans un verre d'eau », image Olivier Krumbholz. Le réalisme de ses joueuses (66 % à la pause) ne les a pas empêchées de déjouer. De rencontrer de sérieuses difficultés à traverser les défenses étagées d'en face. Le travail défensif a été complexifié par quelques passes-muraille de poche. Quand l'ultra-fluette Maria Paula Fernandez Estigarribia (1,54 m), plus petite joueuse du championnat, se faufile dans le bloc bleu comme une petite souris, ce n'est pas que de la rhétorique...

Darleux, meilleure passeuse

Ce qui s'est exactement dit dans le vestiaire tricolore restera secret défense. Toujours est-il que ses occupantes étaient chiffonnées de ne pas disposer de plus de marge sur le Paraguay, qui dispute son troisième Mondial en une décennie (meillleur classement : 21ème en 2013). « On n'était pas assez bonnes, ça s'est vu au score : 14-10, rembobine Kalidiatou Niakaté. On s'est dit des mots simples, qu'il fallait absolument élever le niveau de jeu en défense et en attaque, pousser les ballons. C'est ce qu'on a fait. »

Une demi-heure plus tard, les mines étaient nettement plus enjouées. « C'est bien, les meufs ! », s'est écriée Catherine Gabriel, réserviste cette semaine avec Jannéla Blonbou. La gardienne de Besançon n'a pu qu'apprécier le spectacle, la productivité de Cléopâtre Darleux. Par-delà ses 17 arrêts (dont deux penaltys), sa consœur brestoise a terminé meilleure passeuse de la partie. Cinq relances, cinq caviars pour autant de buts sur montées de balle. Les preuves d'une rémission express de la défense, l'hallali des Sud-Américaines, limitées à l'aumône en seconde mi-temps.

Trois buts dans le second acte (31', 36' et 45'), plus aucun au cours du quatrième quart (25-13, puis 35-13). Les exécutantes ? Deux ailières gauches lancées comme les balles qu'elles réceptionnent, Manon Houette (7/7, plus deux jets de 7 m) et Siraba Dembélé (7/8). Pour faire simple, quand la France appuie de la sorte sur le champignon, les Paraguayennes font de même pour poser un temps mort...

"Eviter la 4ème place"

Comme à Rio et à l'Euro suédois, l'an dernier, l'équipe de France compte collectivement ses victoires sur les doigts. Il y en a deux, cueillies sur les proies les plus consentantes. Suffisant pour rejoindre tout de suite les huitièmes, pas assez dans l'optique de l'ordre d'arrivée. « Je compte bien éviter la quatrième place, qui nous projetterait certainement contre la Norvège », indique Olivier Krumbholz.

Face aux Espagnoles après-demain (20h30), aux Roumaines vendredi (18 h), « il faudra élever notre niveau de jeu, mais je n'ai pas d'inquiétude », assure Kali Niakaté. La récréation terminée, place donc à ces vrais-faux seizièmes de finale. Ils ne seront pas éliminatoires, mais tellement déterminants pour la suite du périple. Sans attendre, la cellule vidéo des Bleues a commencé à dépiauter les matches du groupe B, avec lequel croiseront les vice-championnes olympiques.

Les autres réactions

Siraba Dembélé, ailière et capitaine de l'équipe de France : « On a eu deux visages. On ne s'attendait pas du tout à ce qu'a proposé le Paraguay. On a peiné à trouver des solutions, on s'est précipitées. Après, on a remis la tête à l'endroit. Honnêtement, il n'y a pas de stress. Je n'ai jamais senti autant de sérénité dans le groupe. Il nous reste trois matches minimum. On n'est qu'au début de la compétition. Même si c'est peu, il faut prendre ce qu'il y a à prendre. »

Olivier Krumbholz, sélectionneur national : « Autant la première mi-temps a été décevante, autant la seconde n'était pas si mal que ça. 35-13, ce n'est pas un mauvais score. Les filles ont réfléchi à la mi-temps, arrêté de se prendre la tête. On voulait qu'elles soient mobiles, parce que face à ce type de défense, c'était plus compliqué de se lancer. Il fallait avoir du courage, comme l'a fait Estelle Nze Minko. J'espère que les filles vont se lâcher. A partir de maintenant, il n'y a plus que des matches au couteau, qui se gagneront ou perdront d'un but. 


FRANCE– PARAGUAY : 35-13 (14-10)
Le 5 décembre 2017, à Trèves. 1678 spectateurs. Arbitres : MM. Hizaki et Ikebuchi (JAP).
Evolution du score : 3-0 (4') ; 4-3 (11') ; 7-4 (16') ; 10-5 (21') ; 12-7 (25') ; 19-11 (35') ; 25-12 (42') ; 25-13 (45').

France F - Paraguay F          35-13
Mondial Gr A 2017-2018, 5 Décembre 2017 (18h00), Journée 3
France F France F
Joueurs Tc Pe Tt Pd In Bp 2mn Rge But Eva
M.HOUETTE 7/7 2/2 9/9 0 0 2 0 0 9 23
G.ZAADI-DEUNA 3/3 0/0 3/3 4 0 1 0 0 3 15
S.DEMBELE 7/8 0/0 7/8 0 0 2 1 0 7 14
L.FLIPPES 3/4 0/0 3/4 3 1 1 0 0 3 14
K.NIAKATE 4/5 0/0 4/5 1 0 1 0 0 4 11
B.DANCETTE 2/3 0/0 2/3 1 0 0 0 0 2 7
A.PINEAU 2/2 0/0 2/2 1 0 1 0 0 2 6
B.EDWIGE 2/3 0/0 2/3 1 0 0 1 0 2 5
C.AYGLON-SAURINA 0/0 0/0 0/0 3 0 1 0 0 0 4
E.NZE MINKO 1/2 0/0 1/2 3 1 2 1 0 1 4
G.NIOMBLA 0/2 0/0 0/2 2 0 0 0 0 0 2
O.KANOR 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0
A.LACRABERE 0/1 1/2 1/3 0 0 0 0 0 1 -1
L.LANDRE 1/3 0/0 1/3 0 0 1 1 0 1 -3
Total 32/43 3/4 35/47 19 2 12 4 0 35 101
Gardiens Ac Ap Arr Pd In Bp 2mn Rge But Eva
C.DARLEUX 16/23 2/6 18/29 5 0 1 0 0 0 44
A.LEYNAUD 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0
Total 16/23 2/6 18/29 24 2 13 4 0 35 145
Paraguay F Paraguay F
Joueurs Tc Pe Tt Pd In Bp 2mn Rge But Eva
M.FERNANDEZ ESTIGARRIBIA 1/2 0/0 1/2 2 1 3 0 0 1 2
G.GOROSO CHAVEZ 0/0 0/0 0/0 0 1 0 0 0 0 2
D.LEIVA MORLAS 1/3 0/0 1/3 0 0 0 0 0 1 1
A.ACUNA 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0
K.DOS SANTOS 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0
S.FIORE 2/6 1/2 3/8 0 1 1 1 0 3 0
L.GENES GARCETE 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0
G.GONZALEZ 0/0 0/0 0/0 1 0 1 0 0 0 0
G.BATTAGLIA 0/1 0/0 0/1 0 0 0 0 0 0 -1
K.ROLON 0/2 0/0 0/2 0 0 0 0 0 0 -2
L.MARTINEZ FORCADO 1/4 0/0 1/4 1 0 2 1 0 1 -4
F.ACUNA INSFRAN 1/7 2/4 3/11 1 1 3 0 0 3 -5
M.FARIA 1/2 1/1 2/3 3 0 9 0 0 2 -7
F.INSFRAN MORA 2/7 0/0 2/7 0 0 5 0 0 2 -9
Total 9/34 4/7 13/41 8 4 24 2 0 13 -23
Gardiens Ac Ap Arr Pd In Bp 2mn Rge But Eva
A.VILLALBA 1/7 0/1 1/8 0 0 0 0 0 0 -7
A.YARYES 6/32 0/2 6/34 0 0 0 0 0 0 -13
Total 7/39 0/3 7/42 8 4 24 2 0 13 -43

La Slovénie était plus endurante que l'Angola


L'Angola se complaît dans son costume de poil à gratter du groupe. Les championnes d'Afrique avaient existé en première mi-temps contre l'Espagne (13-15) et la France (10-11), le week-end dernier. Elles ont malmené la Slovénie les trois quarts de leur troisième match. Afin d'éviter une troisième déconvenue de rang, tous les systèmes défensifs atypiques ont été passés en revue (3-3, 3-2-1, individuelle sur Ana Gros). Les gauchères (Carlos, Machado) étaient aussi adroites que les droitières (Cazanga) et le pivot, Kassoma (4/4).

Pendant 45 minutes, l'attelage a assez bien fonctionné. Les Angolaises ont oscillé entre +2 (0-2, 3') et -3 (14-11, 25'). Or, malgré la journée de repos d'hier, la durée d'autonomie de la sélection de Morten Soubak n'atteint toujours pas une heure. « On le savait, confesse Ana Gros. Dans les quinze, vingt dernières minutes, les Angolaises sont fatiguées. On en a profité, en se concentrant. »

Consécutivement au penalty de Carlos dévié par Amra Pandzic (46'), la genèse de son final en trombe, les Slovènes ont ainsi déposé leurs concurrentes directes pour la qualification (24-23, 47' puis 30-23, 58'). L'arrière droit de Metz (7/11, 3 passes), Alja Vrcek (photo ci-dessus, 5 buts en seconde période) et leurs compatriotes récoltent une victoire flatteuse (32-24). Elle les relance, après leur faux pas dominical (28-31, contre la Roumanie) et les rapproche des huitièmes de finale. « Ce n'est pas fait. Il nous reste deux matches très importants. Même contre le Paraguay, ce ne sera pas facile », pronostique Gros.

Dans le Top 16 planétaire sans interruption depuis 2007, les Angolaises devront impérativement vaincre la Roumanie, jeudi, et le Paraguay, le lendemain, pour garder un infime espoir d'y rester.

SLOVENIE – ANGOLA : 32-24 (15-15)

Le 5 décembre 2017, à Trèves. 1303 spectateurs. Arbitres : MM. Pavicevic et Raznatovic (MTN).

La Roumanie à l’usure

Choc de costaud en dernier match de la poule des Bleues. Entre la Roumanie et l’Espagne, on a eu droit à une vraie opposition de style où les grands gabarits roumains ont fini par faire rendre raison au jeu plus varié et inventif des Espagnoles.

On avait pourtant eu l’idée que ce match avait déjà donné sa vérité après un 5-0 signé du duo Pintea – Neagu. A ce moment du match, la puissance des Roumaines faisait exploser la défense espagnole avec une Crina Pintea souveraine au poste de pivot. Mais dans ses forces, la Roumaine avait aussi ses faiblesses… Car hormis ce duo majeur, le reste n’était pas folichon. Anamaria Geiger était totalement hors du coup. Valentina Ardean sentait le poids des saisons et les Espagnoles en profitaient pour refaire leur retard en un coup de cuillère à pot au retour des vestiaires. Un 3-0 ou on avait déjà vu Mireya Gonzales, l’ancienne de Mios, pointer son joli talent en lecture. Et c’est dans cet exercice, aussi bien défensif qu’offensif que l’Espagne va trouver les ressources pour pousser la Roumanie dans ses retranchements. Jouant en permanence sur leur vivacité, enchaînant en permanence des défenses inversées qui mettaient la Roumanie sur le reculoir. La Roumanie va trouver son salut dans le réveil de sa star absolue, Cristina Neagu. 4 de ses 8 buts dans les 12 dernières minutes et avec l’appui d’un Ana Maria Dragut pourtant assez pataude dans son jeu à droite, les Roumaines vont arriver à arracher deux oints plus que précieux dans les 3 dernières minutes. Avec 6 points et l’Angola à jouer jeudi, on se dit que la Roumanie ne peut pas terminer ailleurs que dans les 2 premiers de cette poule A.

ROUMANIE – ESPAGNE : 19-17 (9-7)
Le 5 décembre 2017, à Trèves. 1724 spectateurs. Arbitres : MM. Grillo lopez et Lenci (ARG)

Dernière Journée | Journée 3
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
Slovénie FAngola F322505/12>>
France FParaguay F351305/12>>
Roumanie FEspagne F191705/12>>
Prochaine Journée | Journée 4
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
Paraguay FSlovénie F 07/12 
Roumanie FAngola F 07/12 
Espagne FFrance F 07/12 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Roumanie F6330079623 
2Slovénie F43210847911
3France F4321084562-1
-Espagne F432107758-1 
5Angola F030306886-3 
-Paraguay F030304596-3 


 

© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités