mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC: Nantes se facilite la tâche en vue des quarts
LDC: Nantes se facilite la tâche en vue des quarts
24 Mars 2018 | Europe > Champion's League
Le "H" a parfaitement négocié son déplacement en Biélorussie en 8ème de finale aller de la Ligue des Champions en s'imposant face à Meshkov Brest (24-32). Les Nantais seront en position très favorable avant d'aborder le retour dans une semaine à la Trocardière. Ils ont géré et dominé leur adversaire de bout en bout dans le sillage de Cyril Dumoulin, encore une fois déterminant dans ses cages. 

Quand on sait que Nantes joue la Ligue des Champions depuis seulement 2 saisons, on ne peut qu’être ébahi de voir ce groupe gérer un 8° de finale aller à l’extérieur de telle façon. Jamais, les joueurs du H n’ont donné le sentiment qu’ils étaient en danger. Même si l’entame de match a été bien serrée et que les deux équipes se rendaient coup pour coup. On se disait qu’il y en avait un peu plus, un peu mieux et un peu plus vite coté nantais. Tout avait commencé par envoyer les balles aux ailes. Et comme le dit un adage de l’ovalie, la balle aux ailes, la vie est belle. Matulic et Klein se régalaient face à un Pesic totalement hors du coup. Même quand Romain Lagarde va être obligé de sortir après avoir pris en plein front la main de Petar Djordjic sur un tir costal de l’explosif serbe, cela ne va pas calmer la fougue nantaise. Visage totalement sang, le jeune arrière gauche va devoir laisser ses coéquipiers pour le compte pour aller se faire recoudre ses plaies. Cela dit, cela va aussi mettre un terme au show Djordjic qui lui dans le même temps y aura sans doute laissé quelques métacarpes de sa main de tir. Il va passer tout le reste du match à se tenir la main droite, et on serait bien surpris qu’il n’y ait pas quelque chose d’assez grave. Sans leur artificier en chef, il fallait que les Nikulenkau, Poteko et autre Shylovich assurent au mieux pour ne pas se laisser décramponner dès les 30 premières minutes. Souvent sur le bord du rasoir, Meshkov Brest vivait un peu d’expédients en tout genre mais ne trouvait pas la bonne solution pour mettre en danger un bloc nantais qui tout simplement attendait son heure.


Enfin plus exactement sa demi-heure. En l’occurrence la seconde de ce match et cela va être plus que cinglant pour les actions bélarusses. Celui qui va symboliser la prise de pouvoir totale du H sur le match va être Cyril Dumoulin. Propre mais pas forcément énorme en première période, le grand gardien ligérien va rassurer tout son monde quasiment dès la reprise du jeu et surtout va manger tous crus les cerveaux bélarusses un à un. Shumak perdait ses duels en pivot alors qu’il était abreuvé de bons ballons, Nikulenkau ne trouvait plus la mire et même Dzianis Rutenka en perdait sa légendaire précision. Et l’autre côte tout le monde mettait la surmultipliée. Espen Lie Hansen même avec un peu de déchet était plus que précieux. Kiril Lazarov après avoir mis des buts de filou en première période mettait les temps forts. Nicolas Tournat martyrisait la défense centrale adverse et le duo Matulic – Klein continuait à bien s’amuser aussi bien dans le jeu rapide que sur fin de décalage. Comme Cyril Dumoulin et son boc défensif montait encore un peu en régime, c’est tout Meshkov Brest qui lui s’y retrouvait, un bon régime sans sel et au pain et à l’eau… Plus grand-chose de vraiment positif à se mettre sous la dent pour Serguei Bebeshko à contrario d’un Thierry Anti qui pouvait savourer tranquillement l’effort de ses joueurs pour prendre un avantage de plus en plus grand. Comme un symbole, Nantes va décrocher son +8 sur le gong par un but tout à l’arraché d’Eduardo Gurbindo. +8 à l’extérieur, le genre de scénario quasi impossible à renverser. Il ne faut jamais dire jamais, mais honnêtement, si Nantes se loupe dimanche prochain, c’est que quelque chose d’insensé se sera passé à la Trocadière. Se serait presque aussi irréel que de voir les Rhein Neckar Löwen se qualifier après avoir envoyé sa réserve se faire châtier 41-17 par Kielce pendant que l’équipe première perdait un match capital à Kiel en Bundesliga. 

8ème de finale aller de la Ligue des Champions 

A Brest (Biélorussie), samedi 24 mars 2018
Meshkov Brest - HBC Nantes    24 - 32  (Mi-temps: 14-16)

Arbitres: Kursad Erdogan & Ibrahim Özdeniz (Turquie) 

Evolution du score: 1-0 (1') 5-5 (10') 6-8 (14') 8-8 (17') 10-10 (21') 11-13 (24') 13-16 (29') 14-16 (MT) 18-19 (35') 18-21 (38') 19-23 (40') 19-25 (44') 20-27 (48') 21-29 (53') 23-29 (56') 24-32 (FIN)



Meshkov BrestMeshkov Brest
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
S.RAZGOR1/14/55/600000512
P.HORAK2/20/02/20000026
D.NIKULENKAU3/70/03/70000035
V.POTEKO2/40/02/40000024
A.ASTRASHAPKIN1/10/01/10000013
R.PRODANOVIC0/01/11/10000013
P.DJORDJIC2/50/02/50010021
S.SHYLOVICH2/50/02/50010021
D.RUTENKA2/60/02/60010020
A.SELVASIUK0/00/00/00000000
A.SHKURINSKIY2/40/02/40020020
A.YURYNOK0/00/00/00000000
V.SHUMAK2/40/02/4001202-2
L.VUKIC0/10/00/1001000-3
Total19/405/624/46007202430
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
I.MATSKEVICH7/230/07/230000002
I.PESIC0/150/10/16000000-16
Total7/380/17/39007202416
NantesNantes
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
D.KLEIN6/70/06/700000617
E.HANSEN6/100/06/1000100612
K.LAZAROV4/51/15/600100512
E.GURBINDO MARTINEZ4/50/14/60000048
J.MATULIC3/40/03/40000038
N.TOURNAT3/40/03/40010036
N.CLAIRE3/50/03/50020033
G.SAURINA1/20/01/20000012
L.AUFRET0/00/00/00000000
J.EMONET0/00/00/00000000
R.FELIHO0/00/00/00000000
D.PECHMALBEC0/00/00/00000000
R.LAGARDE1/30/01/3001001-1
R.GUILLO0/00/00/0001200-6
Total31/451/232/47007203261
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
C.DUMOULIN13/321/414/3600000014
A.SIFFERT0/00/20/2000000-2
Total13/321/614/38007203273




Handzone
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

Les lives HandVision sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.