mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC M : Nantes s’arrache et rejoint Paris
LDC M : Nantes s’arrache et rejoint Paris
29 Avril 2018 | Europe > Champion's League

Impériaux en première période, les Nantais ont senti le vent du boulet passer quand ils ont failli se faire emporter par la furia de Skjern et les arrêts à répétition des gardiens danois. Mais en s’appuyant sur un Nicolas Tournat monumental, un Kiril Lazarov capable de supporter tout le poids de ce genre de match et un Eduardo Gurbindo plus qu'essentiel, le HBCN a su refaire son retard et finir presque tranquillement dans les 5 dernières minutes alors que l’on s’attendait à l’enfer à cet instant. Nantes est maintenant l’égal des plus grands en Ligue des Champions et il sera de la fête de Cologne les 26 et 27 mai prochains.

Les bouillants supporters du « H » peuvent continuer à rêver et préparer leur voyage à Cologne, leur club chéri fera partie des 4 meilleurs équipes d’Europe cette saison. Qui aurait misé un kopeck sur la présence du HBC Nantes a l’annonce de la poule de dingues dans laquelle il était tombé. Au mieux une qualification en bout de classement et une nouvelle participation aux 8° de finale face à un cador européen. Et bien au fil des matches, des victoires acquises avec un jeu de plus en plus séduisant et malgré les cascades de blessures subies cette saison, Nantes a montré qu’il n’avait rien à envier à ces cadors. Le Barca, le Vardar, Plock, Szeged, tous sont tombés, Meshkov Brest a été une formalité en 8° et Skjern le tombeur de Veszprém a lui aussi dû s’incliner devant la puissance et la furia nantaise.

Et cette puissance, Skjern va la prendre de plein fouet dès l’entame de match. Nantes était parfaitement concentré. Solide et appliqué en défense, inspiré et tranchant en attaque. Alors que l’on craignait que l’ambiance de cette salle où les spectateurs sont à quelques mètres du terrain qui se transforme rapidement en chaudron imprenable où personne n’avait réussi à faire le moindre résultat tout au long de la saison. Mais, là Nantes avait tout dans les mains. Et la salle s’éteignait peu à peu, Nantes semblait trop puissant, trop complet et surtout beaucoup plus fort sur quasiment tous les postes. Cyril Dumoulin dominait Bjarte Myrhol, tuant par là même le jeu avec le pivot, base des performances de Skjern et Ole Norgaard était obligé de prendre son temps mort au bout de seulement 11 minutes de jeu. Même si cela permettait aux Danois de se relancer un peu en attaque, cela ne calmait pas celle de Nantes. Gurbindo était partout, Klein survolait le côté gauche et Nicolas Tournat gagnait le duel des montres au centre. Résultat le +5 à la 25° minute semblait presque trop logique. La fin de première période allait un peu contredire tout cela mais on allait avoir encore pire.

Le retour des vestiaires allait être le temps de la révolte de Skjern et tout d’abord par la prestation du duo Nielsen – Ivanisevic dans les buts de Skjern et un Kasper Sondergaard monstrueux comme à ses plus belles et jeunes heures. Incapables de battre Nielsen dans le jeu ou Ivanisevic sur 7 mètres, le bateau ligérien tanguait de partout et le +4 à la 44° sentait très, très mauvais… Et l’expérience allait parler et de belle façon. Celui dont tout le monde se demandait ce qu’il pouvait apporter dans le jeu en mouvement de Nantes en début de saison. Celui qui avait connu un début de saison plus que complexe puis après était revenu blessé de l’Euro. En bref, Kiril Lazarov allait préserver les espoirs de Nantes et par la même détruire ceux de Skjern. Les Danois avaient laissé passer leur chance en permettant à Nantes de revenir au contact et ainsi de gérer presque tranquillement la fin de match. Thierry Anti se permettait même le luxe de lancer le revenant Olivier Nyokas dans le jeu pou un but très important et Nantes s’offrait le premier partage de points avec Skjern pour un visiteur cette saison.

Thierry Anti va vivre le Final Four de l’intérieur, lui qui est un spectateur assidu de la fête rhénane. Et ce grand monsieur du handball français qui a monté Nantes au firmament du handball européen en 8 saisons aura peut-être l’occasion de régner sur l’Europe.

A Skjern, Skjern Bank Arena
Le dimanche 29 avril à 17h00
Quart de finale retour de la Ligue des Champions
Skjern Handbold - HBC Nantes : 27 - 27 (Mi-temps : 12-15)

3 200 spectateurs
Arbitres : MM Lars Geipel et Marcus Helbig (Allemagne)

Evolution du score : 2-4 5°, 2-6 10°, 4-7 15°, 7-10 20°, 9-14 25°, 12-15 MT - 16-15 35°, 17-17 40°, 22-19 45°, 23-21 50°, 25-23 55°, 27-27 FT.

SkjernSkjern
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
K.SONDERGAARD SARUP8/110/08/1100200817
M.OLSSON4/60/04/60001048
A.EGGERT3/50/03/50000037
J.STENBACKEN3/30/03/30001037
B.MYRHOL4/70/04/70011045
E.TANGEN3/50/03/50010035
C.AASTRUP0/00/00/00000000
B.CHRISTENSEN0/00/00/00000000
J.KONRADSSON1/40/01/40000010
T.KONRADSSON0/00/00/0001000-2
C.MIKKELSEN0/00/00/0000100-2
Total26/410/026/41005402645
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
E.NIELSEN13/370/013/3700000112
T.IVANISEVIC0/13/53/60000008
Total13/383/516/43005402765
NantesNantes
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
E.GURBINDO MARTINEZ4/42/26/600000618
D.KLEIN5/70/05/700000513
K.LAZAROV2/42/34/70000047
N.TOURNAT4/80/04/80001046
N.CLAIRE4/60/14/70001045
J.MATULIC1/20/01/20000012
D.PECHMALBEC1/20/01/20000012
J.EMONET0/00/00/00000000
R.GUILLO0/00/00/00000000
E.HANSEN0/00/00/00000000
O.NYOKAS1/40/01/40000010
R.FELIHO0/00/00/0000100-2
D.BALAGUER ROMEU1/40/11/5000001-3
R.LAGARDE0/40/00/4002100-10
Total23/454/727/52002402738
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
C.DUMOULIN9/300/09/300000002
A.SIFFERT2/80/02/8000000-1
Total11/380/011/38002402739


© François Dasriaux
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

Les lives HandVision sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.