mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro U20M: La France attend l'Espagne, au milieu du gué !
Euro U20M: La France attend l'Espagne, au milieu du gué !
24 Juillet 2018 | International > Juniors

Ils auraient pu déplacer des montagnes... aussi grandes soient-elles ! Et la Croatie n'a pu jouer que le rôle de faire-valoir. En s'imposant (28-37) dans son 1er match de tour principal, la France n'a accompli que la moitié de son chemin, ou plutôt du défi qu'elle s'est fixé. Pour entrer dans le carré final, il lui faudra battre l'Espagne ce mercredi. Les Tricolores montent en puissance, les Espagnols eux, se sont inclinés pour la 1ère fois depuis le début de l'Euro face à une surprenante équipe du Portugal (27-29). 

par Yves Michel, à Celje (Slovénie)

Gaël Tribillon (photo de tête) désigné comme meilleur joueur de la rencontre, est tout simplement l’ambassadeur d’une équipe de guerriers qui ne veulent plus se laisser marcher dessus et qui lorsqu’ils sont entrés sur le parquet ce mardi à la mi-journée, avaient dans le regard, une détermination impossible à contrer, même par des Croates aussi motivés qu’ils soient.

D’entrée, Yohann Delattre avait tenté un pari. Qui s’avèrera gagnant. Le coach des Bleus avait décidé de faire confiance à Bastien Soullier dans les cages. Jusque-là en demi-teinte et certainement pas au niveau d’une équipe qui vise les sommets, le portier chambérien avait besoin d’une pincée de confiance et quelques arrêts pour se mettre dans le sens de la marche. Il a parfaitement exécuté son numéro. « Je me devais de rentrer dans cet Euro, je n’étais pas forcément content de mes 1ères prestations et aujourd’hui, débuter le match, cela m’a mis en confiance. On sait que si les gardiens n’aident pas l’équipe, elle peut couler rapidement. » "Bas" a allumé la mèche durant toute la 1ère période, Valentin Kieffer a poursuivi son œuvre quand il a été appelé à le remplacer (dans les 20 dernières minutes). « C’est à l’image de notre équipe se satisfait Yohann Delattre. Les deux gardiens n’ont pas eu de période creuse. Ils ont retrouvé de la régularité. Si on ne voulait pas perdre Bastien, il fallait le faire débuter, il a été performant, ça veut dire qu’aujourd’hui, on a un binôme sur lequel on peut parfaitement compter. »



Julien Bos qui n’a rien d’un Anglais, avait tiré le 1er et continuera à perforer la défense croate, en mettant souvent dans le vent son vis-à-vis par des 1 contre 1 assassins. Kyllian Villeminot, son partenaire à Montpellier ne pouvait pas rester les bras croisés. Le demi-centre sait être partout à la fois. Ses changements de rythme, sa roublardise, sa propension à faire jouer les autres, ne lui font pas oublier de capitaliser et dans ce domaine, il a fait très mal à la tête et aux jambes des joueurs des Balkans. Six buts sur un total de 7 inscrits dans le seul 1er acte, "Kiki" sous le regard de Jean-François, son 1er entraîneur et accessoirement papa, a porté l’estocade alors qu’en face c’était la panique générale, seuls Ivan Martinovic et l’ex parisien Jaganjac trouvant les moyens de répliquer. La France était largement devant au bout d’un quart d’heure (8-13) et elle avait pris l’ascendant sur son adversaire.

Pourtant à la 21ème minute, la foudre va s’abattre sur Aymeric Lippens. Le Dunkerquois, convié l’avant-veille à rejoindre le groupe pour donner un peu plus de densité à la défense tricolore, ne va pas bien doser son envie de bien faire. Sur une attaque placée, Vito Bahtijarevic va voltiger dans l’espace et le Français être prié de rejoindre (prématurément) les tribunes. Il sera suspendu pour le match contre l’Espagne et espère retrouver ses coéquipiers pour… la demie ! Yohann Delattre qui ne procèdera à aucun autre remplacement, ce mercredi, en alignant 15 joueurs sur la feuille ironisait même sur ce qui pour lui, n'était qu'une péripétie. « Belle entrée en matière pour Aymeric. Cela fait partie des aléas d'un match, S'il y a un coup au visage, ça mérite un rouge, point. Il arrive dans le groupe, il a été maladroit, ça tombe sur lui, on le récupèrera parfaitement frais.» A coup sûr, l'intéressé se serait passé de cet épisode.  

Le temps du rouge et de se réorganiser, l’équipe de France avait pris un 2-0. Elle saura ne pas se désunir et Gaël Tribillon puis Robin Dupont-Marion vont faire oublier ce moment passager de flottement (14-18 à la pause). Une réaction croate était-elle à craindre ? Surtout que les Tricolores avaient montré depuis jeudi, excepté face à la Hongrie leurs limites à ne pas savoir tuer un match. Ce sont eux qui vont d’ailleurs offrir à leur adversaire deux buts leur permettant encore d’espérer une résurrection (18-21 à la 35ème). Kyllian Vileminot avait montré la voie, c’est au tour d’Elohim Prandi et Robin Dupont-Marion de prendre le relais. Les Croates perdaient le contact avec la Terre et intelligemment, les Français vont tout faire pour les enfoncer avec un irréversible 6-0. Neuf buts d’écart (23-32), il suffisait de conclure en beauté, on ne sait jamais, peut-être que ce mercredi soir, la différence générale de buts aura son importance. Aux escarmouches du seul Vito Bahtijarevic, les Français rendaient coup pour coup. Noah Gaudin avait trouvé la grâce et la précision. Grâce à deux réalisations de l’Aixois, l’écart au score ne bougeait pas (28-37). Les Français sans exulter, venaient de livrer leur prestation la plus aboutie depuis leur entrée dans la compétition. Il reste encore des imperfections.

Notamment dans la relation avec les pivots. Robin Dourte a du mal à trouver le bon timing. Le Parisien est trop statique et souvent en retard lorsque sa base arrière le sollicite. Hugo Brouzet lui, n’a pas encore assez d’expérience. En défense notamment, il s’est souvent fait embarquer par Bahtijarevic. « Leur morphologie par rapport à leur positionnement ne les aide pas, insiste Delattre. Ils sont en questionnement car ils sentent bien que parfois ils sont empruntés. Ça les oblige à être plus dans la réflexion que dans l’action. Donc aujourd’hui, il faut qu’ils arrêtent de se poser des questions. Qu’ils sachent que j’ai besoin d’eux et qu’ils vont y arriver ! » Les Français et c’est là l’essentiel, sont toujours maîtres de leur destin. Dans tous les cas de figure, une victoire demain mercredi face à l’Espagne leur garantirait (sans calcul) une place en demi-finale. D’autant que deux heures après leur prestation, la "Rojita" a été mise à mal par le Portugal (qui n’en finit pas de voguer vers le paradis). Même avant de rencontrer les Croates qui dans leur tête sont déjà à Zagreb, les Lusitaniens sont les premiers à être qualifiés pour le carré final.



A Celje, Dvorana Zlatorog, mardi 24 juillet à 13h
Tour Principal de l’Euro masculin U20 - J1

Arbitres : M. Andorka & R. Hucker (Hon)
Croatie - France  28-37 (MT 14-18)

France : V. Kieffer (5/12), B. Soullier (8/28) (gardiens) J. Bos (3/4), H. Brouzet, A. Lippens, C. Damiani, R. Dourte, R. Dupont-Marion (4/4), N. Gaudin (6/9 dt 1/1 à 7), Y. Gibelin (2/3), E. Kempf (1/1), D. Nahi, T. Poyet (3/3) Prandi (5/9) G. Tribillon (6/7), Villeminot (7/9 dt 1/1 à 7)

Croatie (buteurs) T. Spruk (1), H. Jaganjac (7), N. Grahovac (1), V. Bahtijarevic (6), J. Vekic (1), L. Strbad (2), I. Martinovic (8), J. Repusic (2)

 

 

TOUR PRINCIPAL

 

 

ZLATAROG ARENA

 

 

Groupe 1

 

 

Groupe 2

 

24/07/18

17h

Islande - Serbie

25-25 

13h

Croatie - France

 28-37

 

19h

Allemagne - Slovénie

26-22 

15h

Espagne - Portugal

 27-29 

25/07/18

17h

Serbie - Allemagne

 

13h

France - Espagne

 

 

19h

Slovénie - Islande

 

15h

Portugal - Croatie

 


Robin Dupond-Marion bien encadré par Tom Poyet et Dylan Nahi

3 questions à Robin Dupont-Marion, ailier droit de l'équipe de France U20


Comment se sent on après un tel match ?
Un petit peu plus soulagé, je dirai. Car on a fait l'écart mais en plus, on s'est rassuré sur divers aspects du jeu. Et même si nous gagnons nos matches, nous sommes perfectibles. Mais on sait qu'il nous reste une prochaine bataille à livrer, pour totalement se satisfaire.

Car en plus, vous êtes tombés tout seuls dans le trou...
On aurait bien aimé éviter cela, avoir l'esprit plus tranquille et assurer dès le départ. Une fois que c'était fait, on n'avait pas d'autre choix que de sortir de ce trou.

Cap sur les demies désormais ? (la question est malicieusement posée)
Non, non, non ! Il nous est interdit de brûler les étapes. La clé est de rester soudés, tout le monde doit se sentir concerné, on est 18 (les 16 + Cochery et Ivah), aucun ne doit être écarté. On veut casser la bouche à tous ceux qui vont se présenter, ça commence par l'Espagne. Peu importe dans quel état d'esprit ils seront, on va se focaliser sur nous et rien d'autre.  

Le diaporama photos de Croatie - France par Yves Michel


.

© Yves Michel
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités
Pari de handball stakers.com