mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro M: France-Serbie... Porte-Ilic, deux amis face à face
Euro M: France-Serbie... Porte-Ilic, deux amis face à face
21 Janvier 2018 | International > Euro

Nemanja Ilic et Valentin Porte ont multiplié les occasions de se croiser. Sur un terrain tout d'abord, en sélections jeunes et juniors. Et à force, la vie les a rapprochés puisque le Serbe a quitté son pays pour Toulouse où l'ailier tricolore l'a accueilli. C'est dans la ville rose, qu'est née une réelle complicité. Ce lundi, les deux amis se retrouvent face à face à la Zagreb Arena pour l'avant-dernière journée du 2ème tour avec comme objectif pour les Français, une qualification en demi-finale.

par Yves MICHEL, envoyé spécial à Zagreb 

"Ne surtout rien faire foirer". C'est un peu le slogan qui dans le camp français préside dans la façon d'aborder la rencontre de ce lundi face à la Serbie (18h30) et surtout dans la perspective de retrouver la Croatie, deux jours plus tard, dans une ambiance qui donne le frisson et où tout est fait pour impressionner l'adversaire. On ne soulignera jamais assez l'attitude de voyou qu'a eu l'entraîneur croate Lino Cervar sur un joueur biélorusse et surtout la mansuétude de la Fédération Européenne à son égard. Donc, il faut éviter ce qui pourrait ressembler à un traquenard annoncé. La France qui est en ballottage très favorable pour basculer en demie doit se méfier de la Serbie qui est d'ores et déjà éliminée et qui donc n'aura rien à gagner, si ce n'est un succès de prestige. Le Toulousain Nemanja Ilic bien conscient de la hauteur de la tâche, veut pourtant que son équipe fasse bonne figure pour quitter dignement la compétition.

Est-ce que la Serbie est déjà satisfaite d'avoir passé le 1er tour de l'Euro ?
A titre individuel, je ne peux pas être content, pour la Serbie et le handball, c'est une satisfaction. On ne s'était plus qualifié pour le tour principal depuis 2012, l'année où on organise l'Euro.

Comment expliques-tu que le handball soit aussi à la traîne en Serbie ?
Il faut tout d'abord savoir que faute de clubs de haut niveau, le jeune Serbe quitte très tôt le pays. Là-bas, tu ne peux pas vivre du handball. Le Partizan Belgrade a perdu son éclat et la ligue serbe ne qualifie plus à la Ligue des Champions.

C'est un peu pareil en Islande et cela ne l'a pas empêchée d'exister...
Oui mais nous, on a la particularité de changer souvent de coach. Chaque fois qu'un entraîneur arrive, il faut presque tout recommencer à zéro. Des joueurs ont même renoncé à venir en sélection. Mais ce n'est pas bien car s'ils ne viennent pas, comment va-t-on progresser ?

Quel regard portes-tu sur la France ?
Celui d'une équipe qui a tout gagné ou presque et dont on a le plus profond respect. Il y a une stabilité chez eux que nous n'avons pas chez nous. Et les bons joueurs ne manquent pas. J'ai la chance comme d'autres Serbes de jouer dans un championnat majeur. Il y a dans l'équipe, des jeunes qui n'ont pas l'opportunité de se mesurer au haut niveau. Ca peut être enrichissant à ce côté-là



La France, c'est aussi le lien avec ton ami Valentin Porte...
Oui, on se connaît depuis longtemps puisqu'on s'affrontait en sélection jeunes. Avec Gonzalo, on a débarqué la même saison à Toulouse et Val' nous a pris sous son aile. Comme entre nous, les distances ne sont pas très éloignées, on essaie de se voir régulièrement. En club, on pouvait presque jouer les yeux fermés tant on se comprenait. 

Sauf que ce lundi, il n'y aura pas de cadeau à faire...
On risque de se retrouver directement face-à-face... je vais essayer de lui mettre des un contre un et surtout d'intercepter ses passes (sourires).  Mais je sais que cela ne va pas être facile.

Pour toi, il est meilleur ailier ou arrière ?
Plutôt arrière, je trouve que c'est plus en rapport avec sa morphologie. En plus, il a une réelle vision du jeu, le recul nécessaire. 

Tu es donc à Toulouse jusqu'en 2021, tu viens de prolonger. C'est une ville que te convient parfaitement...
Quand je suis arrivé là-bas, je me suis presque senti comme à la maison. J'avais une certaine liberté dans le jeu, on m'a fait vite confiance. Il faut aussi avouer que c'était facile d'évoluer aux côtés de Jérôme (Fernandez) Valentin (Porte) Gonzalo (Perez de Vargas), on avait une bonne équipe.

Qu'est ce que tu as vite adopté de Toulouse ?
Pas l'accent ! Le Ricard à l'apéro ! (rires) et quand on se déplace hors de la région, quand je demande une chocolatine, les gens ne comprennent pas. Il faut que je demande un pain au chocolat !



Valentin Porte : « Nemanja Ilic, un super mec au talent monstrueux »

Nemanja Ilic, ce sont finalement les autres qui en parlent le mieux.

A commencer par Valentin Porte, son poto. la 1ère personne qui l’a accueilli lorsqu’en 2013, il a débarqué à Toulouse, en provenance de sa Belgrade natale. Les deux hommes sympathisent et cette amitié, 4 ans et demi plus tard, est toujours aussi intense, fusionnelle, presque charnelle. C’est cette même année que le 3ème de ce qui va devenir une bande d’inséparables surgit sur les bords de la Garonne. L’Espagnol Gonzalo Perez de Vargas n’y restera qu’une saison mais en entendant, le trio est l’élément moteur du Fénix. Le temps a fait son œuvre, Val’ a émigré vers Montpellier, Gonzalo lui, est rentré au pays du côté de Barcelone. L’ailier serbe est resté fidèle à la ville rose, à sa douceur de vivre, au pays de cocagne et de castagne et à un club (où il a resigné jusqu’en 2021) qui selon ses propres termes, l’a fait énormément progresser.

« Nemanja fait vraiment partie de mon cercle resserré d’amis, je n’en ai pas 36… j’ai appris à le connaître à Toulouse et aujourd’hui, je suis très fier qu’il soit resté là-bas, il s’est vraiment fondu dans l’ambiance. Cela ne m’étonne pas car c’est un super mec, au talent monstrueux, peut-être un des meilleurs à son poste. Il sait parfaitement se fondre dans un groupe. Comme on est dans le même ; on se croise tous les jours et on commence à se chambrer. La dernière fois, c’était l’élimination en coupe de la Ligue et j’en entends encore parler. Si je devais m’y mettre à mon tour, je voudrais lui demander s’il a rajouté une séance vidéo ou même s’il a prévu de s’entraîner pour mettre un but à Vincent Gérard… Et surtout, est-ce qu’il a prévu de me passer vu que je vais défendre sur lui. Il est d’ailleurs possible que je prenne mon 1er carton rouge en sélection* ! »


* faux ! il y a eu un précédent pour Valentin au championnat d’Europe juniors 2010 en Slovaquie. Lors du dernier match de poule, la France se doit de gagner face à la Serbie si elle veut poursuivre l’aventure. Kentin Mahé à 7 mètres, vient de crucifier Strahina Milic et les Tricolores mènent d’une longueur alors qu’il reste une poignée de secondes à jouer. Drasko Nenadic, le petit frère de Petar que les Français affronteront ce lundi à Zagreb, déboule dans son couloir et Valentin sentant le danger arriver, dégomme le Serbe la ligne médiane passée. Carton rouge pour le Français et coup franc au point de chute. Avec la règle qui a changé depuis 2016, la Serbie aurait hérité d’un pénalty.

© Yves Michel
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

Les lives HandVision sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.