mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Metz et Nantes au chaud pour les fêtes
Metz et Nantes au chaud pour les fêtes
17 Novembre 2016 | France > LFH

Les Lorraines ont mis la rigueur nécessaire pour ramener la victoire de Celles-sur-Belle (29-22) et passeront Noël en leader du Championnat. Juste devant Nantes, encore vainqueur, à Toulon cette fois (27-24). Brest et Issy-Paris s’accrochent, Fleury s’enfonce.

Le leader, c’est Metz et ça le restera au moins jusqu’en 2017. Grâce à leur belle victoire acquise à Celles-sur-Belle (29-22), les championnes de France en titre se sont assurées des vacances sereines, en tête du Championnat, et elles pourraient même être très belles en cas de nouveau succès dimanche, à Thüringer, pour en terminer de la phase de poules de Ligue des champions. Mais avant cela, les filles de Manu Mayonnade ont donc été sérieuses dans les Deux-Sèvres, où elles ont mis cinquante minutes avant de définitivement forcer la décision.

Car les Celloises étaient motivées et ont mieux débuté la partie (8-6, 15e), dans le sillage de Céline Sénamaud (3 buts en première période). Metz a retrouvé sa défense pour renverser la vapeur et compter deux buts d’avance au repos (12-14). Et malgré l’égalisation de Sladjana Topic qui redonnait de l’espoir aux siennes (17-17, 37e), la défense mosellane faisait encore la différence. Pendant que les Celloises se cassaient le bec sur le mur adverse (cinq buts en 25 minutes), Marion Maubon, Ana Gros et co. se succédaient pour alimenter le score (17-20, 20-28) et valider un dernier succès sérieux.


Il le fallait puisque derrière, Nantes ne s’arrête plus. A Toulon, les Ligériennes ont aligné un cinquième succès de rang, meilleure série en cours en LFH, grâce à une excellente gestion de la fin de match (24-27). Pourtant, ce sont là-encore les locales qui ont mené au score (10-5, 19e), très solides en défense devant une très bonne Léa Serdarevic (5 arrêts sur les 10 premiers tirs nantais). Puis la machine s’est grippée en attaque, Toulon n’a plus marqué pendant sept minutes et le NLA, sur un doublé de Jovana Stoiljkovic sur pénalty recollait au repos (12-12). La suite se résumait à un combat où les Varoises menaient sans jamais prendre deux buts d’écart (22-22, 51e). Puis est arrivé le money time, que Nantes gère si bien depuis plusieurs semaines. Un but de Pauline Coatanéa, arrêt de Gervaise Pierson, but de Julie Soulard puis Stoiljkovic, et les visiteuses faisaient le break (22-25, 55e). Et si le temps-mort de Thierry Vincent réveillait l’attaque des siennes, l’arrière serbe était impériale de bout en bout, marquant les trois derniers buts de son équipe (10 au total) pour l’emporter chez un Toulon invaincu depuis fin septembre. Une dernière grosse performance pour les Nantaises à qui tout réussit en cette fin d’année. Les Varoises manquent de leur côté une belle occasion de poursuivre leur remontée.

La troisième marche du podium est partagée par Brest et Issy-Paris, qui se sont imposés ce mercredi, dans les deux cas avec difficulté. A domicile, les Bretonnes ont été menées plus d’une demi-heure par Besançon (9-13 au repos), impérial en attaque et solide en défense. Puis les Brestoises sont revenues avec de meilleures intentions défensives pour contrer le jeu à sept adverse et ont passé un 6-0 pour prendre les commandes (15-13, 41e). Contrées en attaque, les Bisontines tentaient de résister (17-16, 48e) mais ne pouvaient plus et voyaient Marta Mangué et Allison Pineau (auteure de son meilleur match avec 8 buts dont 5 dans le jeu) les transpercer (21-16, 54e). Cette fois, le BBH ne lâchait plus mais s’est fait une belle frayeur, la faute à cette mauvaise habitude de mal commencer les rencontres.

Issy-Paris a également connu des difficultés à Nice (28-22). Les joueuses d’Arnaud Gandais avaient pourtant démarré comme il le fallait, appliquées en défense devant une très solide Silje Solberg (7 arrêts à 44% au repos), et ont su contourner Marija Colic après leurs difficultés de départ. Au repos, l’écart était fait (9-13). Et puis Nice est revenu plein gaz, Mathilde Nicollet a poursuivi son sans-faute (5/5), Colic a repris son festival dans les cages (15 arrêts au total) et tout était relancé (13-14, 38e). Mais Karen Knutsdottir perdait la balle d’égalisation à 15 partout et Issy, dans la foulée, punissait ce raté par un 6-0 (14-21, 49e). Kalidiatou Niakaté (5 buts), Coralie Lassource (4) et l’inusable Stine Oftedal (6) maintenaient l’écart jusqu’au bout pour valider un nouveau succès qui conclut un bilan honorable de six victoires pour deux défaites. Mais les remous du départ de Pablo Morel sont encore perceptibles et il faudra encore du temps pour que les Parisiennes tournent à plein régime. Comme il en faudra à Nice, qui se retrouve dans une position moins enviable de 9e.

Surtout, les Niçoises voient arriver dans leur rétroviseur Chambray, qui, après avoir perdu ses six premiers matchs, vient d’en gagner deux ! Brest n’était donc pas un exploit et les Chambraisiennes ont confirmé en s’imposant à Fleury dans le derby (28-27). Ce match, les promues auraient pu le perdre mais elles méritaient surtout de l’emporter, elles qui ont mené l’essentiel de la rencontre mais ont manqué de maîtrise. Impériales en attaque (aucun arrêt pour Julie Foggea après 22 mintes), elles creusaient un vrai écart avant le repos (9-13, 21e) grâce à une énorme Nely Carla Alberto (6 buts en 20 minutes). Mais les Fleuryssoises réagissaient enfin, emmenées par une excellente Paule Baudouin (5/5 au repos, 7 buts au final), et prenaient les devants (15-14, 27e). La suite ? Rebelote : série chambraisienne (17-21, 41e), réponse loirétaine (25-24, 51e) et une décision à faire dans les dernières secondes (26-27). Avec sept joueuses de champ, Fleury arrachait l’égalisation par Bruna de Paula à quelques secondes du terme (27-27). Juste le temps pour Camille Asperges d’engager rapidement et de tirer aussitôt dans le but vite (27-28) au buzzer. Ce succès est terriblement important pour Chambray, qui pourra travailler le moral en hausse tout en récupérant Mouna Chebbah. Pour Fleury, même si cette défaite est cruelle, les progrès se font encore attendre et la trêve ne sera pas de trop pour huiler ce collectif chamboulé à l’intersaison et qui va compter sur l’émergence de leaders (Laurine Daquin, revenue de blessure ou Alena Ikhneva, arrivée sur le tard, par exemple).

Dernière Journée | Journée 9
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
Toulon St-CyrNantes242716/11>>
BrestBesançon242116/11>>
Fleury les AubraisChambray272816/11>>
Celles s/BelleMetz222916/11 
NiceIssy Paris222816/11>>
Prochaine Journée | Journée 10
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
BrestToulon St-Cyr 14/01 
BesançonFleury les Aubrais 14/01 
MetzDijon 14/01 
ChambrayNice 14/01 
Issy ParisCelles s/Belle 14/01 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Metz2287102331673 
2Nantes2196302532265 
3Brest20862020517615
4Issy Paris2086202231982-5
5Dijon188422213221-1 
6Besançon168332204202-1 
-Toulon St-Cyr169243199226-1 
8Fleury les Aubr.148350188215-5 
9Nice138251189213-4 
10Chambray1282601892192 
11Celles s/Belle88080195228-8 

L'album de  Celles sur Belles - Metz par Mazzol

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités