bandeau handzone

Richardson à la croisée des chemins

Europe

samedi 17 novembre 2007 - Handzone

 1 min 53 de lecture

Mercredi soir, après la défaite des Tricolores contre l'Espagne, Jackson Richardson, le capitaine de l'équipe de France, a tenu des propos qui ont semé le doute. Le mythique n°17 français a évoqué la possibilité de mettre un terme à sa carrière internationale.

" Je me pose des questions ". Ces quelques mots de Jackson Richardson, recueillis par Eurosport après le France - Espagne de mercredi, ont surpris. Visiblement, le capitaine français accuse le coup mais il affirme que ses interrogations ne sont pas uniquement liées à la défaite contre les Ibères.

" Ce match, tout le monde, dans l'équipe, avait envie de le gagner. Surtout qu'on jouait contre l'Espagne et qu'il y avait une possibilité de demi-finale au bout. C'est cette énorme envie qui m'a poussé à bout et qui a expliqué les moments d'énervement sur le terrain. "

" Ce n'est pas la première fois que nous perdons un match. Cela fait partie du jeu. Peut-être avons-nous voulu tellement bien faire ? Les Espagnols ont attaqué ce match très durement. Notre défense a douté, elle a été déstabilisée. Nous, on a été trop speed. Il y a eu de la précipitation. "

Voilà pour le match. Quant à ses interrogations personnelles, Jackson ne les nie pas mais se défend d'avoir voulu tout lâcher après cette défaite. " Je suis encore dans cet Euro. Et après, j'ai des échéances importantes avec mon club. Je suis déçu, comme le sont les autres. Je me sens toujours concerné et pas seulement parce que je suis capitaine. "

Là où ça coince pour Jack, c'est le physique. Il reconnaît volontiers, lui qui est déjà cassé de partout, avoir encore encaissé une nouvelle série de coups et souffert pendant cet Euro.

" Je n'ai plus 20 ans, sourit-il. Physiquement, ça devient dur. J'ai pris un coup de massue pendant cet Euro. Aujourd'hui, je suis déçu mais pas dégoûté. L'envie est toujours là. L'Euro, c'est dur parce qu'il y a des matches difficiles dès le début. Je n'y ai jamais gagné de médaille. "

" Effectivement, je me pose des questions, poursuit-il. Je le répète:  j'ai toujours envie de jouer. Mais demain, tout peut changer. Je prendrai du recul avant la prochaine échéance. Si je prends une décision, elle sera réfléchie. "

Christophe Schnepp
pour

Richardson à la croisée des chemins 

Europe

samedi 17 novembre 2007 - Handzone

 1 min 53 de lecture

Mercredi soir, après la défaite des Tricolores contre l'Espagne, Jackson Richardson, le capitaine de l'équipe de France, a tenu des propos qui ont semé le doute. Le mythique n°17 français a évoqué la possibilité de mettre un terme à sa carrière internationale.

" Je me pose des questions ". Ces quelques mots de Jackson Richardson, recueillis par Eurosport après le France - Espagne de mercredi, ont surpris. Visiblement, le capitaine français accuse le coup mais il affirme que ses interrogations ne sont pas uniquement liées à la défaite contre les Ibères.

" Ce match, tout le monde, dans l'équipe, avait envie de le gagner. Surtout qu'on jouait contre l'Espagne et qu'il y avait une possibilité de demi-finale au bout. C'est cette énorme envie qui m'a poussé à bout et qui a expliqué les moments d'énervement sur le terrain. "

" Ce n'est pas la première fois que nous perdons un match. Cela fait partie du jeu. Peut-être avons-nous voulu tellement bien faire ? Les Espagnols ont attaqué ce match très durement. Notre défense a douté, elle a été déstabilisée. Nous, on a été trop speed. Il y a eu de la précipitation. "

Voilà pour le match. Quant à ses interrogations personnelles, Jackson ne les nie pas mais se défend d'avoir voulu tout lâcher après cette défaite. " Je suis encore dans cet Euro. Et après, j'ai des échéances importantes avec mon club. Je suis déçu, comme le sont les autres. Je me sens toujours concerné et pas seulement parce que je suis capitaine. "

Là où ça coince pour Jack, c'est le physique. Il reconnaît volontiers, lui qui est déjà cassé de partout, avoir encore encaissé une nouvelle série de coups et souffert pendant cet Euro.

" Je n'ai plus 20 ans, sourit-il. Physiquement, ça devient dur. J'ai pris un coup de massue pendant cet Euro. Aujourd'hui, je suis déçu mais pas dégoûté. L'envie est toujours là. L'Euro, c'est dur parce qu'il y a des matches difficiles dès le début. Je n'y ai jamais gagné de médaille. "

" Effectivement, je me pose des questions, poursuit-il. Je le répète:  j'ai toujours envie de jouer. Mais demain, tout peut changer. Je prendrai du recul avant la prochaine échéance. Si je prends une décision, elle sera réfléchie. "

Christophe Schnepp
pour