bandeau handzone

Le Havre, la fin d’un cycle ?

LBE

mardi 18 mai 2010 - Handzone

 1 min 26 de lecture

Le Havre, la fin d’un cycle ?
Le Havre est le Clermont du Rugby. Abonné aux deuxièmes places (2006/2007/2008/2009), le Havre avait une occasion en or cette saison pour enfin briser la malédiction, avec l’absence de Metz. Timides à l’aller, les joueuses de Frédéric Bougeant ont été incapables de renverser la tendance au Dock Océane,  et ce malgré une Christine Vanparys blessé (5/9).

Celle qui terminera peut-être sa carrière à l’issue de la Coupe de France aura néanmoins montré le chemin à suivre pour ses partenaires. Mais entre une Claudine Mendy (3/7), l’esprit déjà tourné vers Metz, une Karolina Siodmak inefficace (0/6) et des gardiennes en dessous de leur niveau, le Havre n’a pas pu se montrer à la hauteur de l’événement. Si le Havre avait le potentiel pour être enfin sacré, leur faillite collective a laissé place à d’éternels regrets : « C’est encore une grande déception. C’es très frustrant de voir que pendant toute la saison on a été très régulière et qu’au final, on paye notre débauche d’énergie et notre manque de fraîcheur. Mais sur l’ensemble des deux rencontres, les Toulonnaises ont montré qu’elles étaient les meilleurs. Chacune voulait faire la différence au profit du collectif. On finit une nouvelle fois à la deuxième place, c’est rageant » note Maëva Guillerme, sur le départ.

S’il leur reste encore la Coupe de France à disputer (Demi-finale à Coubertin mercredi face à Issy Paris), cette défaite sonne comme la fin d’un cycle du côté de la Normandie. Huit à neuf départs sont programmés à la fin de saison, pour une équipe qui termine pour la 5ème fois consécutivement sur la 2ème marche du championnat. Une page se tourne.

Le Havre, la fin d’un cycle ? 

LBE

mardi 18 mai 2010 - Handzone

 1 min 26 de lecture

Le Havre, la fin d’un cycle ?
Le Havre est le Clermont du Rugby. Abonné aux deuxièmes places (2006/2007/2008/2009), le Havre avait une occasion en or cette saison pour enfin briser la malédiction, avec l’absence de Metz. Timides à l’aller, les joueuses de Frédéric Bougeant ont été incapables de renverser la tendance au Dock Océane,  et ce malgré une Christine Vanparys blessé (5/9).

Celle qui terminera peut-être sa carrière à l’issue de la Coupe de France aura néanmoins montré le chemin à suivre pour ses partenaires. Mais entre une Claudine Mendy (3/7), l’esprit déjà tourné vers Metz, une Karolina Siodmak inefficace (0/6) et des gardiennes en dessous de leur niveau, le Havre n’a pas pu se montrer à la hauteur de l’événement. Si le Havre avait le potentiel pour être enfin sacré, leur faillite collective a laissé place à d’éternels regrets : « C’est encore une grande déception. C’es très frustrant de voir que pendant toute la saison on a été très régulière et qu’au final, on paye notre débauche d’énergie et notre manque de fraîcheur. Mais sur l’ensemble des deux rencontres, les Toulonnaises ont montré qu’elles étaient les meilleurs. Chacune voulait faire la différence au profit du collectif. On finit une nouvelle fois à la deuxième place, c’est rageant » note Maëva Guillerme, sur le départ.

S’il leur reste encore la Coupe de France à disputer (Demi-finale à Coubertin mercredi face à Issy Paris), cette défaite sonne comme la fin d’un cycle du côté de la Normandie. Huit à neuf départs sont programmés à la fin de saison, pour une équipe qui termine pour la 5ème fois consécutivement sur la 2ème marche du championnat. Une page se tourne.