bandeau handzone

Chloé Valentini future Messine

LBE

jeudi 14 janvier 2021 - © Laurent Hoppe

 1 min 42 de lecture

L’ailière gauche internationale de Besançon quittera son club formateur en fin de saison. Elle a signé un contrat d’un an renouvelable en Lorraine.

Un message vidéo de treize secondes tourné au smartphone par l’intéressée, quelques gazouillis de ses ancien et futur employeur. Voilà comment a été annoncée, ce jeudi matin, l'engagement de Chloé Valentini avec le Metz HB.

« J’ai beaucoup réfléchi », nous indique l’internationale française de 25 ans (25 sélections, 60 buts), vice-championne d’Europe au Danemark il y a un mois, et en fin de contrat dans le Doubs. « Ca fait dix ans que je suis à Besançon, j’y ai eu toute ma vie, l’ESBF m’a amenée au niveau où je suis aujourd’hui. C’est difficile de se dire qu’on va quitter sa famille et ses amis. » L’argument massue pour déménager ? « J’avais envie de jouer la Ligue des Champions. Mon choix s’est porté sur Metz, qui m’a fait une proposition. »

L’accord se matérialise par un bail d’une saison, avec la seconde optionnelle. « Metz est depuis longtemps en haut de la scène européenne. Le projet, l’équipe, l’entraîneur (Emmanuel Mayonnade) me plaisent. C’est un choix dur, mais une évidence », souligne l’ailière gauche.

Tout aussi évidente, la fidélité que portera jusqu’au bout Chloé Valentini (autrefois Bouquet) au maillot rouge de l’ESBF. « Mon cœur est bisontin, je me projetterai plus tard sur Metz. Je ne compte pas lâcher un match dans les cinq mois qui viennent. » C’était le cas pas plus tard qu’hier soir au Palais des Sports doubien, où Besançon a battu Paris 92 (28-25). « C’est cool d’avoir trois points contre un concurrent direct. Ca s’est joué sur l’aspect physique. On a très bien défendu, on a monté plus de ballons. Après notre non-match à Nantes (défaite 34-25, le 6 janvier), on s’est relancées. »

Avec la venue de Valentini (deuxième recrue mosellane, après la Nantaise Bruna de Paula la semaine dernière), et la prolongation de Laura Kanor, Metz semble tenir son duo d’ailières gauches pour 2021-2022. Ce qui laisserait sur le marché Maud-Eva Copy et Manon Houette...

Chloé Valentini future Messine 

LBE

jeudi 14 janvier 2021 - © Laurent Hoppe

 1 min 42 de lecture

L’ailière gauche internationale de Besançon quittera son club formateur en fin de saison. Elle a signé un contrat d’un an renouvelable en Lorraine.

Un message vidéo de treize secondes tourné au smartphone par l’intéressée, quelques gazouillis de ses ancien et futur employeur. Voilà comment a été annoncée, ce jeudi matin, l'engagement de Chloé Valentini avec le Metz HB.

« J’ai beaucoup réfléchi », nous indique l’internationale française de 25 ans (25 sélections, 60 buts), vice-championne d’Europe au Danemark il y a un mois, et en fin de contrat dans le Doubs. « Ca fait dix ans que je suis à Besançon, j’y ai eu toute ma vie, l’ESBF m’a amenée au niveau où je suis aujourd’hui. C’est difficile de se dire qu’on va quitter sa famille et ses amis. » L’argument massue pour déménager ? « J’avais envie de jouer la Ligue des Champions. Mon choix s’est porté sur Metz, qui m’a fait une proposition. »

L’accord se matérialise par un bail d’une saison, avec la seconde optionnelle. « Metz est depuis longtemps en haut de la scène européenne. Le projet, l’équipe, l’entraîneur (Emmanuel Mayonnade) me plaisent. C’est un choix dur, mais une évidence », souligne l’ailière gauche.

Tout aussi évidente, la fidélité que portera jusqu’au bout Chloé Valentini (autrefois Bouquet) au maillot rouge de l’ESBF. « Mon cœur est bisontin, je me projetterai plus tard sur Metz. Je ne compte pas lâcher un match dans les cinq mois qui viennent. » C’était le cas pas plus tard qu’hier soir au Palais des Sports doubien, où Besançon a battu Paris 92 (28-25). « C’est cool d’avoir trois points contre un concurrent direct. Ca s’est joué sur l’aspect physique. On a très bien défendu, on a monté plus de ballons. Après notre non-match à Nantes (défaite 34-25, le 6 janvier), on s’est relancées. »

Avec la venue de Valentini (deuxième recrue mosellane, après la Nantaise Bruna de Paula la semaine dernière), et la prolongation de Laura Kanor, Metz semble tenir son duo d’ailières gauches pour 2021-2022. Ce qui laisserait sur le marché Maud-Eva Copy et Manon Houette...

Dans la même rubrique