bandeau handzone

Metz n'avait plus une seconde à perdre

Champion's League

dimanche 24 janvier 2021 - © Laurent Hoppe

 3 min 37 de lecture

La fin de match européenne épique semble être devenue la norme aux Arènes. Menées de trois buts à quatre minutes du terme, les Mosellanes ont arraché leur victoire contre Ferencvaros (30-29) dans les ultimes instants. Tjasa Stanko n'a pas raté le jet de 7 mètres qui rattrape le faux pas de milieu de semaine, en Hongrie, et préserve la deuxième place du groupe 1.

Dos à l'action, à l'autre bout du terrain, Hatadou Sako et Orlane Kanor ne voulaient pas voir ça. Ce pour quoi elles se sont dépouillées dans une bataille qui paraissait maintes fois perdue. « Ca », c'est le jet de 7 mètres arraché par la Guadeloupéenne, bousculée illicitement par Katrin Klujber sur l'ultime possession. A une seconde du klaxon final. Une authentique balle de match, certifiée CE. Tjasa Stanko, qui avait gagné ses trois précédents face-face avec Blanka Biro, se représente au point de penalty. Ca rentre, Metz s'impose et conforte sa deuxième place, devant Ferencvaros. Ca ne rentre pas, le score reste à 29 partout, et c'est déjà appréciable, sachant d'où Metz est revenu ce dimanche. La Slovène, impavide jusqu'au bout, prend la gardienne hongroise à contre-pied et offre une victoire miraculeuse (30-29). Orlane Kanor file rejoindre la ronde de ses copines. Sako, émue aux larmes, s'assied par terre et ne quitte pas sa cage tout de suite. Un trop-plein émotionnel qui se comprend.

 

Faire plus hitchcockien que le Metz – Rostov d'il y a deux semaines (28-26), c'était donc possible. Comme face aux coéquipières de Grace Zaadi, le château-fort des Arènes a subi un assaut nourri. Il était tout proche de tomber, quand Hafra et Kovacs ont traversé la défense étagée, mais trop espacée, pour redonner trois unités d'avance au club de Budapest (25-28, 56ème). Première défaite messine à domicile en Coupe d'Europe depuis quatre ans ? Oui... mais non. Malgré une instabilité qui n'a pas disparu en quatre jours, qui avait coûté la victoire mercredi dans la capitale magyare (32-30), les filles d'Emmanuel Mayonnade sont allées chercher des suppléments d'âme avec les dents.

 

Courant derrière le score depuis la 22ème minute (12-13), souvent débordées par les ailières adverses, les Messines n'ont pas perdu haleine. Dans la difficulté, elles ont eu la bonne surprise d'être secourues par la Camila Micijevic de l'Euro. Celle-là même qui avait mené la Croatie sur le podium continental, le mois dernier. Une fois en appui, une fois en extension, l'arrière gauche a remis d'équerre un collectif qui avait perdu la clé ouvrant la défense du FTC, qu'Orlane Kanor et Astride N'Gouan s'échangeaient joyeusement en début de rencontre (6-3, 9ème). Le meilleur SAV d'une prolongation d'un an confirmée aujourd'hui.

 

Avenger suivante : Hatadou Sako. Son pouvoir : quand elle est en grosse colère intérieure, après un premier quart d'heure à un seul arrêt par exemple, elle se métamorphose. Comme elle ne pouvait pas devenir verte, parce que c'est la couleur de Ferencvaros, va pour une combinaison violette. Extensible et indéchirable, elle. En stoppant un tir par en dessous de Kovacsics à l'orée du dernier quart d'heure, toute rage dehors, l'ancienne Niçoise a fait replonger son monde en apnée pour quinze minutes. Ponctuées d'une demi-douzaine de parades, dont, pouvait-il en être autrement, une sur penalty (Klujber, 53ème). Et une défense-montée de balle, enchaînement assez rare ce dimanche, pour qu'Ailly Luciano file poser une énième rustine (27-28, 57ème).

 

Pas le temps de douter après le penalty de Malestein. Debbie Bont, discrète mais efficace, puis Marie-Hélène Sajka secteur central, ont ramené Metz à la surface (29-29, 58'40''). C'était alors tout pour contraindre Ferencvaros au passage en force. Nocandy et N'Gouan s'y sont collées, sauf que la capitaine a été prise par la patrouille serbe. Pas d'amende de 135 € ici, mais une trentaine de secondes à une de moins. Ce qui revient au même... Par chance, Sako s'est interposée devant Schatzl. Et le dénouement, vous l'avez lu ci-dessus. Que ne faut-il pas faire, décidément, pour s'offrir un billet direct pour les quarts...

 

METZ HB - FERENCVAROS TC BUDAPEST (HON) : 30-29 (14-17)

Dimanche 24 janvier 2021 à 16 heures. Arbitres : Mmes Antic et Jakovljevic (SER).

Evolution du score : 4-2 (5'), 6-4 (10'), 9-9 (15'), 12-11 (20'), 13-14 (25'), 16-19 (35'), 18-21 (40'), 20-21 (45'), 23-25 (50'), 25-27 (55').

Metz n'avait plus une seconde à perdre 

Champion's League

dimanche 24 janvier 2021 - © Laurent Hoppe

 3 min 37 de lecture

La fin de match européenne épique semble être devenue la norme aux Arènes. Menées de trois buts à quatre minutes du terme, les Mosellanes ont arraché leur victoire contre Ferencvaros (30-29) dans les ultimes instants. Tjasa Stanko n'a pas raté le jet de 7 mètres qui rattrape le faux pas de milieu de semaine, en Hongrie, et préserve la deuxième place du groupe 1.

Dos à l'action, à l'autre bout du terrain, Hatadou Sako et Orlane Kanor ne voulaient pas voir ça. Ce pour quoi elles se sont dépouillées dans une bataille qui paraissait maintes fois perdue. « Ca », c'est le jet de 7 mètres arraché par la Guadeloupéenne, bousculée illicitement par Katrin Klujber sur l'ultime possession. A une seconde du klaxon final. Une authentique balle de match, certifiée CE. Tjasa Stanko, qui avait gagné ses trois précédents face-face avec Blanka Biro, se représente au point de penalty. Ca rentre, Metz s'impose et conforte sa deuxième place, devant Ferencvaros. Ca ne rentre pas, le score reste à 29 partout, et c'est déjà appréciable, sachant d'où Metz est revenu ce dimanche. La Slovène, impavide jusqu'au bout, prend la gardienne hongroise à contre-pied et offre une victoire miraculeuse (30-29). Orlane Kanor file rejoindre la ronde de ses copines. Sako, émue aux larmes, s'assied par terre et ne quitte pas sa cage tout de suite. Un trop-plein émotionnel qui se comprend.

 

Faire plus hitchcockien que le Metz – Rostov d'il y a deux semaines (28-26), c'était donc possible. Comme face aux coéquipières de Grace Zaadi, le château-fort des Arènes a subi un assaut nourri. Il était tout proche de tomber, quand Hafra et Kovacs ont traversé la défense étagée, mais trop espacée, pour redonner trois unités d'avance au club de Budapest (25-28, 56ème). Première défaite messine à domicile en Coupe d'Europe depuis quatre ans ? Oui... mais non. Malgré une instabilité qui n'a pas disparu en quatre jours, qui avait coûté la victoire mercredi dans la capitale magyare (32-30), les filles d'Emmanuel Mayonnade sont allées chercher des suppléments d'âme avec les dents.

 

Courant derrière le score depuis la 22ème minute (12-13), souvent débordées par les ailières adverses, les Messines n'ont pas perdu haleine. Dans la difficulté, elles ont eu la bonne surprise d'être secourues par la Camila Micijevic de l'Euro. Celle-là même qui avait mené la Croatie sur le podium continental, le mois dernier. Une fois en appui, une fois en extension, l'arrière gauche a remis d'équerre un collectif qui avait perdu la clé ouvrant la défense du FTC, qu'Orlane Kanor et Astride N'Gouan s'échangeaient joyeusement en début de rencontre (6-3, 9ème). Le meilleur SAV d'une prolongation d'un an confirmée aujourd'hui.

 

Avenger suivante : Hatadou Sako. Son pouvoir : quand elle est en grosse colère intérieure, après un premier quart d'heure à un seul arrêt par exemple, elle se métamorphose. Comme elle ne pouvait pas devenir verte, parce que c'est la couleur de Ferencvaros, va pour une combinaison violette. Extensible et indéchirable, elle. En stoppant un tir par en dessous de Kovacsics à l'orée du dernier quart d'heure, toute rage dehors, l'ancienne Niçoise a fait replonger son monde en apnée pour quinze minutes. Ponctuées d'une demi-douzaine de parades, dont, pouvait-il en être autrement, une sur penalty (Klujber, 53ème). Et une défense-montée de balle, enchaînement assez rare ce dimanche, pour qu'Ailly Luciano file poser une énième rustine (27-28, 57ème).

 

Pas le temps de douter après le penalty de Malestein. Debbie Bont, discrète mais efficace, puis Marie-Hélène Sajka secteur central, ont ramené Metz à la surface (29-29, 58'40''). C'était alors tout pour contraindre Ferencvaros au passage en force. Nocandy et N'Gouan s'y sont collées, sauf que la capitaine a été prise par la patrouille serbe. Pas d'amende de 135 € ici, mais une trentaine de secondes à une de moins. Ce qui revient au même... Par chance, Sako s'est interposée devant Schatzl. Et le dénouement, vous l'avez lu ci-dessus. Que ne faut-il pas faire, décidément, pour s'offrir un billet direct pour les quarts...

 

METZ HB - FERENCVAROS TC BUDAPEST (HON) : 30-29 (14-17)

Dimanche 24 janvier 2021 à 16 heures. Arbitres : Mmes Antic et Jakovljevic (SER).

Evolution du score : 4-2 (5'), 6-4 (10'), 9-9 (15'), 12-11 (20'), 13-14 (25'), 16-19 (35'), 18-21 (40'), 20-21 (45'), 23-25 (50'), 25-27 (55').

Dans la même rubrique

Champion's League
dimanche 7 mars 2021
  
Champion's League
vendredi 5 mars 2021
  
Champion's League
vendredi 5 mars 2021
  
Champion's League
mercredi 3 mars 2021
  
Champion's League
mardi 2 mars 2021
  
  1 2 3 4   

Le match

 dimanche 24 janvier 2021

Joueurs du match

 Top Joueur
Eval : 21 | Buts : 5 | Pd : 6 | Int : 0
 Top Gardien
Eval : -1 | Arr Tot : 0 / 1 (0 %)

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#14 Metz CSM Bucarest 25 22 13/02/2021 16:00
#14 Esbjerg Bietigheim 37 29 14/02/2021 14:00
#14 Rostov-Don FTC-Rail Cargo 26 24 13/02/2021 16:00
#14 Kristiansand Ljubljana 37 30 13/02/2021 18:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
Aucune journée supplémentaire

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Rostov-Don 21 14 10 1 3
2 Metz 20 14 10 0 4
3 CSM Bucarest 17 14 8 1 5
4 FTC-Rail Cargo 16 14 8 0 6
5 Kristiansand 16 14 7 2 5
6 Esbjerg 12 14 5 2 7
7 Ljubljana 7 14 2 3 9
8 Bietigheim 3 14 1 1 12