bandeau handzone

On n’appellerait pas cela « Un match référence » ?

Mondial

dimanche 24 janvier 2021 - © François Dasriaux

 7 min 41 de lecture

Les Bleus ont gagné, les Bleus ont joué un match de façon presque idyllique et ont dominé le Portugal de bout en bout d’un match capital pour les deux équipes pour l’emporter 32-23. Des arrières qui courent avec en guest-star un Dika Mem étincelant. Une défense qui met l’attaque portugaise au supplice avec un Vincent Gérard dominant. Bref, les Bleus sont redevenus une équipe capable de jouer en très haute altitude et cela il faut le noter autant que les hésitations des derniers matches étaient à souligner. Premiers de ce groupe III, invaincus avec 6 victoires en 6 matches, les Français vont aborder les quarts de finale avec tout ça dans la tête et on a hâte de voir.

 

Portugal et Norvège, quand on énonce ces deux noms, très vite on se rappelle du dernier Euro et de la façon dont ces deux équipes avaient « désossé » les Bleus. Peut-être que cela a joué dans les inconscients tricolores, mais toujours est-il qu’aussi bien face à la Norvège que ce soir face au Portugal les Bleus ont proposé du handball de très bonne qualité et des matches solides et complets. Loin de tout ce que l’on avait vu face à l’Autriche, la Suisse, l’Algérie ou l’Islande. Il faut dire que Guillaume Gille avait mis l’artillerie lourde d’entrée de match. Et elle a tonné, au point que les Portugais vont se retrouver KO debout. Sur les 7 premiers buts, 3 étaient signés Dika Mem et 3 signés Timothey N’Guessan. Ca courait, ça s’engageait sans arrière-pensée et ça flinguait de loin... Du pur bonheur et mécaniquement la défense portugaise a été obligée de prendre du volume, laissant alors des espaces dont vont se délecter les Français. On voyait bien que ce début de match avait débloqué les esprits. Les Bleus tentaient et réussissaient des choses qu’ils se refusaient catégoriquement quelques jours avant. Il faut dire que pour mettre un peu plus de confiance dans l’escarcelle tricolore, il y avait le bloc défensif qui lui restait compact, lucide et appliqué sur les enclenchements portugais et au quart de jeu, les Bleus tenaient un joli +3. Les rotations entamées à cet instant vont faire que le jeu français va chercher pendant quelques minutes une nouvelle stabilité, ce dont le Portugal va profiter pour recoller aussitôt. Mais une fois stabilisé, le jeu tricolore va de nouveau faire mal aux Lusitaniens, au point que leur attaque va commencer à avoir de sacrés hoquets. Tirs ratés, pertes de balles, sous pression constante de la défense adverse, les Portugais bafouillaient leur handball et la France en profitait pour reprendre ses aises à la pause avec un superbe +4.



La clef du match va être le début de seconde période. D’abord avec des Bleus en difficulté en attaque sur Alfredo Quintana mais qui continuaient à être plus que solides en défense. Et ensuite avec l’échec du jeu à 7 lancé par Paulo Pereira, le coach lusitanien. Séquence qui va plomber définitivement le moral des Portugais tant ils vont se vautrer dans cet exercice qu’ils maîtrisent pourtant si bien d’habitude. Car chaque ballon lâché ou loupé en attaque, quand les tirs forcés ne partaient pas dans les cintres, finissait en boomerang dans leurs cages. La base arrière bleue n’avait même plus besoin de montrer les muscles, la vitesse de jeu et le jeu sur grand espace, avec Hugo Descat en vedette, suffisait à assommer ce Portugal que beaucoup peuvent qualifier à posteriori de faible face aux Bleus, mais qui avait quand même poussé la Norvège dans ses derniers retranchements. D'aucuns ce soir-là, s'étaient même accordés à affirmer que son jeu était bien plus solide que celui de la France. 

Bien sur le Portugal a loupé sa soirée et au final, se fait sortir de ce Mondial sans ménagement, mais on peut admettre que son non-match, c’est à la qualité du jeu des Français et de leur défense qu’il le doit avant tout. Depuis 1990 et le début de la grande équipe nationale avec le Mondial B en France, les Bleus se sont construits avec un bloc défensif de premier ordre, et on sait pour en avoir bénéficié largement avant, que c’est là-dessus que se fondent les grandes épopées.

Maintenant il va falloir savoir rester sur cette dynamique et ne pas retomber dans les errements précédents. Mais on se dit que face à la Hongrie ou l’Espagne, les deux promis aux Français, ce petit sentiment de quiétude ne devrait pas voir le jour. Ces deux là ont tout autant de qualités que le Portugal ou la Norvège. Tout le monde le sait chez les Français. Et si cette peur ou cette inquiétude peut générer la même chose que ce dimanche soir, on souhaite bon courage aux Magyars ou aux Ibères….

A Gizeh, Dr Hassan Moustafa Sports Hall
Le dimanche 24 janvier à 20h30
Portugal - France : 23 - 32 (Mi-temps : 12-16)
Arbitres : MM Gubica Matija et Milosevic Boris (CRO) 
Evolution du score : 3-3 5°, 4-6 10°, 7-10 15°, 10-12 20°, 12-15 25°, 12-16 MT - 14-18 35°, 16-20 40°, 17-24 45°, 17-27 50°, 22-29 55°, 23-32 FT. 

Les réactions
Michael Guigou (Au micro de BeIN Sports)« C’est top, j’espère que vous avez pris du plaisir ! C’est très bien ce que l’on a fait, tout le monde connaissait les circonstances avec ce que l‘on avait fait l’année dernière face au Portugal et la Norvège. Donc très, très heureux d’avoir pris en quelque sorte notre revanche, et surtout d’avoir fait tout cela avec la manière. On a fait un match vraiment très sérieux dans l’engagement. Les rotations ont été supers pendant 1 heure. Maintenant on va voir quel adversaire on aura à affronter, mais on est très, très heureux ce soir. Quand on joue comme cela, ce Mondial est top, mais jouer à huis clos c’est particulier, rester toujours entre nous c’est particulier, cela fait 28 jours qu’on est ensemble dans la bulle, on essaye de rester concentré, motivé, on a envie de faire de belles choses mais on voit à chaque match que tout peut être compliqué. Ce sera la Hongrie ou l’Espagne en quart de finale, donc soit le champion d’Europe soit la Hongrie qui est en énorme progrès avec des rotations et des jeunes de très bonne qualité. On va suivre leur match demain attentivement et se préparer tranquillement. »



Timothey N’Guessan (Au micro de BeIN Sports) « Je suis content de cette victoire, de la qualification pour les quarts de finale et content de revenir sur le terrain, ça fait plaisir, ça fait du bien. Tout c’est bien passé pour nous et maintenant il faut essayer d’aller le plus loin possible. J’essaye de jouer avec mes qualités et d’être dangereux de loin. Gino (Guillaume Gille) me dit de ne pas hésiter, alors c’est ce que je fais et aujourd’hui cela a bien marché, j’espère que ce sera pareil en quart. Physiquement je vais très bien, j’ai oublié la blessure, il faut juste que je reprenne un peu au niveau cardio ! »

Ludovic Fabregas (Au micro de BeIN Sports)quasiment une nouvelle compétition qui commence et on aura besoin des 20 joueurs pour essayer d’aller encore plus loin. »« Cela fait un plaisir énorme de gagner ce match de cette manière en comptant sur tout le monde avec Tim (N’Guessan) et Dika (Mem) qui ont pris leurs responsabilités d’entrée, Vincent (Gérard) a été très bon, une base arrière efficace, des ailiers finisseurs et avec une défense très solide avec notamment Luka (Karabatic). Quand on voit qu’on encaisse 17 ou 18 buts à la 50° minute, cela veut dire qu’on est solides et avec un bon gardien derrière. On avait très bien préparé le match, on s’est super bien adapté sur leurs enclenchements et comme au fil des matches, on a de plus en plus de confiance quand ça se passe bien, cela fait qu’aujourd’hui avec Luka on se trouve bien. On échange beaucoup tous les deux, mais aussi avec Nico (Tournat) et Dip (Dipanda) qui sont au relais, car sur la durée d’un Mondial on a besoin de tout le monde, c’est long, on perd de l’énergie au fur et à mesure des matches. Maintenant c’est 

Guillaume Gille (Au micro de BeIN Sports)« C’est une bonne note pour l’équipe de France, un match plein face à aune équipe qui jouait son vatout pour rester dans la compétition. C’est une grosse satisfaction d’avoir pu livrer un tel combat. Mais en même temps, même si cela peut paraître rabat-joie, il ne nous permet que d’accéder aux quarts de finale ! C’est une très belle réussite en soi par rapport à notre parcours et notre début d’aventure en janvier un peu chaotique et compliqué, mais il reste beaucoup de travail et de gros défis qui nous attendent. Autant, il ne fallait pas jeter le bébé avec l’eau du bain dans le tour préliminaire, autant là, la performance de ce soir n’est pas à surévaluer. On a la capacité à monter plusieurs visages et on a toujours besoin de stabiliser notre niveau de jeu. Ce match nous donne un peu plus de confiance et de certitude dans notre jeu, c’est sûr, mais le véritable moment clef ce sera ce quart de finale. Il faudra être présent dans 3 jours, sinon tout ce que l’on a pu construire aujourd’hui disparaîtra. » 

Le diaporama du match par S. Pillaud FFHB 

On n’appellerait pas cela « Un match référence » ? 

Mondial

dimanche 24 janvier 2021 - © François Dasriaux

 7 min 41 de lecture

Les Bleus ont gagné, les Bleus ont joué un match de façon presque idyllique et ont dominé le Portugal de bout en bout d’un match capital pour les deux équipes pour l’emporter 32-23. Des arrières qui courent avec en guest-star un Dika Mem étincelant. Une défense qui met l’attaque portugaise au supplice avec un Vincent Gérard dominant. Bref, les Bleus sont redevenus une équipe capable de jouer en très haute altitude et cela il faut le noter autant que les hésitations des derniers matches étaient à souligner. Premiers de ce groupe III, invaincus avec 6 victoires en 6 matches, les Français vont aborder les quarts de finale avec tout ça dans la tête et on a hâte de voir.

 

Portugal et Norvège, quand on énonce ces deux noms, très vite on se rappelle du dernier Euro et de la façon dont ces deux équipes avaient « désossé » les Bleus. Peut-être que cela a joué dans les inconscients tricolores, mais toujours est-il qu’aussi bien face à la Norvège que ce soir face au Portugal les Bleus ont proposé du handball de très bonne qualité et des matches solides et complets. Loin de tout ce que l’on avait vu face à l’Autriche, la Suisse, l’Algérie ou l’Islande. Il faut dire que Guillaume Gille avait mis l’artillerie lourde d’entrée de match. Et elle a tonné, au point que les Portugais vont se retrouver KO debout. Sur les 7 premiers buts, 3 étaient signés Dika Mem et 3 signés Timothey N’Guessan. Ca courait, ça s’engageait sans arrière-pensée et ça flinguait de loin... Du pur bonheur et mécaniquement la défense portugaise a été obligée de prendre du volume, laissant alors des espaces dont vont se délecter les Français. On voyait bien que ce début de match avait débloqué les esprits. Les Bleus tentaient et réussissaient des choses qu’ils se refusaient catégoriquement quelques jours avant. Il faut dire que pour mettre un peu plus de confiance dans l’escarcelle tricolore, il y avait le bloc défensif qui lui restait compact, lucide et appliqué sur les enclenchements portugais et au quart de jeu, les Bleus tenaient un joli +3. Les rotations entamées à cet instant vont faire que le jeu français va chercher pendant quelques minutes une nouvelle stabilité, ce dont le Portugal va profiter pour recoller aussitôt. Mais une fois stabilisé, le jeu tricolore va de nouveau faire mal aux Lusitaniens, au point que leur attaque va commencer à avoir de sacrés hoquets. Tirs ratés, pertes de balles, sous pression constante de la défense adverse, les Portugais bafouillaient leur handball et la France en profitait pour reprendre ses aises à la pause avec un superbe +4.



La clef du match va être le début de seconde période. D’abord avec des Bleus en difficulté en attaque sur Alfredo Quintana mais qui continuaient à être plus que solides en défense. Et ensuite avec l’échec du jeu à 7 lancé par Paulo Pereira, le coach lusitanien. Séquence qui va plomber définitivement le moral des Portugais tant ils vont se vautrer dans cet exercice qu’ils maîtrisent pourtant si bien d’habitude. Car chaque ballon lâché ou loupé en attaque, quand les tirs forcés ne partaient pas dans les cintres, finissait en boomerang dans leurs cages. La base arrière bleue n’avait même plus besoin de montrer les muscles, la vitesse de jeu et le jeu sur grand espace, avec Hugo Descat en vedette, suffisait à assommer ce Portugal que beaucoup peuvent qualifier à posteriori de faible face aux Bleus, mais qui avait quand même poussé la Norvège dans ses derniers retranchements. D'aucuns ce soir-là, s'étaient même accordés à affirmer que son jeu était bien plus solide que celui de la France. 

Bien sur le Portugal a loupé sa soirée et au final, se fait sortir de ce Mondial sans ménagement, mais on peut admettre que son non-match, c’est à la qualité du jeu des Français et de leur défense qu’il le doit avant tout. Depuis 1990 et le début de la grande équipe nationale avec le Mondial B en France, les Bleus se sont construits avec un bloc défensif de premier ordre, et on sait pour en avoir bénéficié largement avant, que c’est là-dessus que se fondent les grandes épopées.

Maintenant il va falloir savoir rester sur cette dynamique et ne pas retomber dans les errements précédents. Mais on se dit que face à la Hongrie ou l’Espagne, les deux promis aux Français, ce petit sentiment de quiétude ne devrait pas voir le jour. Ces deux là ont tout autant de qualités que le Portugal ou la Norvège. Tout le monde le sait chez les Français. Et si cette peur ou cette inquiétude peut générer la même chose que ce dimanche soir, on souhaite bon courage aux Magyars ou aux Ibères….

A Gizeh, Dr Hassan Moustafa Sports Hall
Le dimanche 24 janvier à 20h30
Portugal - France : 23 - 32 (Mi-temps : 12-16)
Arbitres : MM Gubica Matija et Milosevic Boris (CRO) 
Evolution du score : 3-3 5°, 4-6 10°, 7-10 15°, 10-12 20°, 12-15 25°, 12-16 MT - 14-18 35°, 16-20 40°, 17-24 45°, 17-27 50°, 22-29 55°, 23-32 FT. 

Les réactions
Michael Guigou (Au micro de BeIN Sports)« C’est top, j’espère que vous avez pris du plaisir ! C’est très bien ce que l’on a fait, tout le monde connaissait les circonstances avec ce que l‘on avait fait l’année dernière face au Portugal et la Norvège. Donc très, très heureux d’avoir pris en quelque sorte notre revanche, et surtout d’avoir fait tout cela avec la manière. On a fait un match vraiment très sérieux dans l’engagement. Les rotations ont été supers pendant 1 heure. Maintenant on va voir quel adversaire on aura à affronter, mais on est très, très heureux ce soir. Quand on joue comme cela, ce Mondial est top, mais jouer à huis clos c’est particulier, rester toujours entre nous c’est particulier, cela fait 28 jours qu’on est ensemble dans la bulle, on essaye de rester concentré, motivé, on a envie de faire de belles choses mais on voit à chaque match que tout peut être compliqué. Ce sera la Hongrie ou l’Espagne en quart de finale, donc soit le champion d’Europe soit la Hongrie qui est en énorme progrès avec des rotations et des jeunes de très bonne qualité. On va suivre leur match demain attentivement et se préparer tranquillement. »



Timothey N’Guessan (Au micro de BeIN Sports) « Je suis content de cette victoire, de la qualification pour les quarts de finale et content de revenir sur le terrain, ça fait plaisir, ça fait du bien. Tout c’est bien passé pour nous et maintenant il faut essayer d’aller le plus loin possible. J’essaye de jouer avec mes qualités et d’être dangereux de loin. Gino (Guillaume Gille) me dit de ne pas hésiter, alors c’est ce que je fais et aujourd’hui cela a bien marché, j’espère que ce sera pareil en quart. Physiquement je vais très bien, j’ai oublié la blessure, il faut juste que je reprenne un peu au niveau cardio ! »

Ludovic Fabregas (Au micro de BeIN Sports)quasiment une nouvelle compétition qui commence et on aura besoin des 20 joueurs pour essayer d’aller encore plus loin. »« Cela fait un plaisir énorme de gagner ce match de cette manière en comptant sur tout le monde avec Tim (N’Guessan) et Dika (Mem) qui ont pris leurs responsabilités d’entrée, Vincent (Gérard) a été très bon, une base arrière efficace, des ailiers finisseurs et avec une défense très solide avec notamment Luka (Karabatic). Quand on voit qu’on encaisse 17 ou 18 buts à la 50° minute, cela veut dire qu’on est solides et avec un bon gardien derrière. On avait très bien préparé le match, on s’est super bien adapté sur leurs enclenchements et comme au fil des matches, on a de plus en plus de confiance quand ça se passe bien, cela fait qu’aujourd’hui avec Luka on se trouve bien. On échange beaucoup tous les deux, mais aussi avec Nico (Tournat) et Dip (Dipanda) qui sont au relais, car sur la durée d’un Mondial on a besoin de tout le monde, c’est long, on perd de l’énergie au fur et à mesure des matches. Maintenant c’est 

Guillaume Gille (Au micro de BeIN Sports)« C’est une bonne note pour l’équipe de France, un match plein face à aune équipe qui jouait son vatout pour rester dans la compétition. C’est une grosse satisfaction d’avoir pu livrer un tel combat. Mais en même temps, même si cela peut paraître rabat-joie, il ne nous permet que d’accéder aux quarts de finale ! C’est une très belle réussite en soi par rapport à notre parcours et notre début d’aventure en janvier un peu chaotique et compliqué, mais il reste beaucoup de travail et de gros défis qui nous attendent. Autant, il ne fallait pas jeter le bébé avec l’eau du bain dans le tour préliminaire, autant là, la performance de ce soir n’est pas à surévaluer. On a la capacité à monter plusieurs visages et on a toujours besoin de stabiliser notre niveau de jeu. Ce match nous donne un peu plus de confiance et de certitude dans notre jeu, c’est sûr, mais le véritable moment clef ce sera ce quart de finale. Il faudra être présent dans 3 jours, sinon tout ce que l’on a pu construire aujourd’hui disparaîtra. » 

Le diaporama du match par S. Pillaud FFHB 

Dans la même rubrique

Mondial
dimanche 31 janvier 2021
  
Mondial
dimanche 31 janvier 2021
  
Mondial
vendredi 29 janvier 2021
  
  1 2 3 4   

Le match

 dimanche 24 janvier 2021

Joueurs du match

 Top Joueur
Eval : 22 | Buts : 8 | Pd : 0 | Int : 1
 Top Gardien
Eval : 9 | Arr Tot : 12 / 35 (34,3 %)

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#6 Islande Norvège 33 35 24/01/2021 18:00
#6 Algérie Suisse 24 27 24/01/2021 15:30
#6 Portugal France 23 32 24/01/2021 20:30

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
Aucune journée supplémentaire

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 France 10 5 5 0 0
2 Norvège 8 5 4 0 1
3 Portugal 6 5 3 0 2
4 Suisse 4 5 2 0 3
5 Islande 2 5 1 0 4
6 Algérie 0 5 0 0 5