bandeau handzone

Christophe Guégan : Il est important d'immédiatement reprendre

France

vendredi 19 mars 2021 - © Philippe Riou

 4 min 36 de lecture

En Finistère, là ou tout commence, il cumule depuis 25 années sa passion et son métier. Le Docteur Christophe Guégan, lorsqu'il n'est pas en consultation, entraîne les jeunes de son club (niveau région) de Saint-Renan/Guillers en périphérie brestoise.

 

Membre de la commission médicale de la FFHB depuis 1999, ancien médecin du pôle espoir féminin de Brest, accompagnateur d'équipes de France jeunes et maintenant responsable du service de médecine du sport de Brest-Métropole, Christophe Guégan est un spécialiste de la prévention (et particulièrement des croisés). Actuellement, il lance un livre : Handball, Préparation Physique Préventive (voir ci dessous) qui pourrait donner de bons conseils en cette période.



Christophe, avec l'arrêt officiel des compétions, quel est l'état psychologique et physiologique des pratiquant(e)s amateurs ?

Au niveau physiologique, sur les pratiquants amateurs qui ont arrêté toute activité, il y a 3 types d’effets.
1.    Impact cardio vasculaire, qui se traduit par un déconditionnement en endurance, avec perte de condition physique dès les 15 premiers jours d’arrêt total. 
2.    Impact au niveau musculaire, avec perte de force musculaire déjà au bout de 15 jours. Impact sur la force, la réactivité et la coordination, avec fonte musculaire.
3.    Impact sur le déconditionnement neuro-musculaire, la proprioception. La qualité neurologique du contrôle de la force musculaire, est directement liée à un risque accru de blessure si on ne fait pas un travail spécifique adapté. 

Au niveau psychologique Les pratiquant(e)s amateurs sont vidés de leur substance, je les trouve en difficulté avec perte de repères sur les points structurants leur semaine sportive, voire leur semaine tout court. Si dans les sports individuels, ils peuvent malgré tout s'entrainer, c'est encore plus grave dans les sports-co. La situation est difficile à vivre socialement, et psychologiquement ils ne sont pas très bien.  

Et c'est la même chose pour les pro, pour qui une enceinte vide équivaut à un match de travail. Sans l'exaltation liée au public, l'environnement, les médias.. Sur le premier confinement, les sportifs étaient résignés car 'pas le choix' et 'solidaires'. Mais avec le second et jusqu'à maintenant, les sportifs sont blasés et ne voient pas le bout, n'ont pas de projections sur la reprise. Il est compliqué d'accepter les contraintes imposées, d'autant que l'organisation de vie liée à l'absence de sport fait perdre un sens au plaisir, à l'envie. 

La reprise, comment faire ?

Comment faire d'ici septembre ?
Avec les campagnes de vaccination, nous allons avoir une perspective,...la reprise en septembre. (sauf nouvel imprévu, variant,...). Il ne s'agira pas de commencer à se préparer en août car on n'a jamais été dans un contexte d'arrêt total aussi prolongé.

En extérieur.
Il est donc important d'ores et déjà de reprendre le footing, le vélo,.... ce sont des choses qui doivent se refaire très vite. Le reconditionnement aérobie (endurance) n'a d'intérêt que s'il est effectué 3 fois par semaine, si possible en petits groupes (car plus motivant) pour récupérer un capital d'endurance à minima, et ceci pendant 4 à 5 semaines. Et sans s'arrêter à cela, il faut effectuer des exercices spécifiques pour prévenir les accidents articulaires (documents en cours d'élaboration à la fédé), sans contraintes, sans matériel (gainage, postures articulaires, renforcement musculaire). Ceci 3 fois par semaine.

En intérieur (si reprise possible)
Reconditionnement aux gestes sportifs, même sans match. Effectuer des activités ludiques adaptées, en travail par ateliers alternés.(jeux avec ballon, jeux avec prévention, jeux d'endurance). Maintenir du ludique à côté de l'utile, avec des formats simples à mettre en place. Il faut que les entraineurs de clubs s'y mettent dès maintenant.

Etape suivante (que l'on espère avant l'été)
Handball adapté, sans contact, peut-être avec des masques (avec normes Afnor et en fonction des directives sanitaires). Attaques/défense en effectifs réduits, 3contre3, 4contre4, coupures de trajectoires de passe, prises d'intervalle,..., tout cela sans contact.

Dans son Plan de reprise et d'accompagnement, la fédé propose pour le printemps,aux nationaux masculins et féminins, seniors et U18/17 (en fonction du contexte sanitaire) des challenges (jeu à 7, à 4, beach,...) après une préparation physique de un mois.
C'est une proposition pertinente, mais il ne s'agit pas d'ouvrir des plateaux avec des matchs même adaptés. Selon moi, il faut un mois avant les matchs, être en situation de s'entrainer dans un contexte de match. Idéalement, il faudrait que pendant un mois les pratiquants se préparent tout seuls, pendant 4 semaines à raison de 3 séances par semaine. Puis ensuite (selon la situation sanitaire), faire de la prépa handball pendant 3 à 4 semaines, avant de commencer des matchs adaptés. La temporalité, c'est mettre de cerveau au diapason du hand, puis le corps au diapason du hand.

 

Ecouter l'intégralité de l'entretien

Votre navigateur ne supporte pas l'élément audio.

 

l'intégralité de l'entretien en téléchargement

 



La Ligue de Bretagne de Handball a le plaisir de vous faire part de la sortie du livre du Docteur Christophe Guégan : «Handball, Préparation Physique Préventive». 
À destination des entraîneurs, préparateurs physiques ou professionnels de santé, cet ouvrage de 272 pages doit permettre la mise en œuvre de situations de prévention lors des séances d’entraînement à tous âges et pour tous les niveaux de jeu. Dans les mois à venir, une plateforme digitale permettra de visualiser les situations et exercices grâce à des vidéos.
Le livre de Christophe Guégan Handball, Préparation Physique Préventive est disponible auprès de la LBHB : https://urlz.fr/f0NM

Le pdf de présentation du livre

 

Christophe Guégan : Il est important d'immédiatement reprendre 

France

vendredi 19 mars 2021 - © Philippe Riou

 4 min 36 de lecture

En Finistère, là ou tout commence, il cumule depuis 25 années sa passion et son métier. Le Docteur Christophe Guégan, lorsqu'il n'est pas en consultation, entraîne les jeunes de son club (niveau région) de Saint-Renan/Guillers en périphérie brestoise.

 

Membre de la commission médicale de la FFHB depuis 1999, ancien médecin du pôle espoir féminin de Brest, accompagnateur d'équipes de France jeunes et maintenant responsable du service de médecine du sport de Brest-Métropole, Christophe Guégan est un spécialiste de la prévention (et particulièrement des croisés). Actuellement, il lance un livre : Handball, Préparation Physique Préventive (voir ci dessous) qui pourrait donner de bons conseils en cette période.



Christophe, avec l'arrêt officiel des compétions, quel est l'état psychologique et physiologique des pratiquant(e)s amateurs ?

Au niveau physiologique, sur les pratiquants amateurs qui ont arrêté toute activité, il y a 3 types d’effets.
1.    Impact cardio vasculaire, qui se traduit par un déconditionnement en endurance, avec perte de condition physique dès les 15 premiers jours d’arrêt total. 
2.    Impact au niveau musculaire, avec perte de force musculaire déjà au bout de 15 jours. Impact sur la force, la réactivité et la coordination, avec fonte musculaire.
3.    Impact sur le déconditionnement neuro-musculaire, la proprioception. La qualité neurologique du contrôle de la force musculaire, est directement liée à un risque accru de blessure si on ne fait pas un travail spécifique adapté. 

Au niveau psychologique Les pratiquant(e)s amateurs sont vidés de leur substance, je les trouve en difficulté avec perte de repères sur les points structurants leur semaine sportive, voire leur semaine tout court. Si dans les sports individuels, ils peuvent malgré tout s'entrainer, c'est encore plus grave dans les sports-co. La situation est difficile à vivre socialement, et psychologiquement ils ne sont pas très bien.  

Et c'est la même chose pour les pro, pour qui une enceinte vide équivaut à un match de travail. Sans l'exaltation liée au public, l'environnement, les médias.. Sur le premier confinement, les sportifs étaient résignés car 'pas le choix' et 'solidaires'. Mais avec le second et jusqu'à maintenant, les sportifs sont blasés et ne voient pas le bout, n'ont pas de projections sur la reprise. Il est compliqué d'accepter les contraintes imposées, d'autant que l'organisation de vie liée à l'absence de sport fait perdre un sens au plaisir, à l'envie. 

La reprise, comment faire ?

Comment faire d'ici septembre ?
Avec les campagnes de vaccination, nous allons avoir une perspective,...la reprise en septembre. (sauf nouvel imprévu, variant,...). Il ne s'agira pas de commencer à se préparer en août car on n'a jamais été dans un contexte d'arrêt total aussi prolongé.

En extérieur.
Il est donc important d'ores et déjà de reprendre le footing, le vélo,.... ce sont des choses qui doivent se refaire très vite. Le reconditionnement aérobie (endurance) n'a d'intérêt que s'il est effectué 3 fois par semaine, si possible en petits groupes (car plus motivant) pour récupérer un capital d'endurance à minima, et ceci pendant 4 à 5 semaines. Et sans s'arrêter à cela, il faut effectuer des exercices spécifiques pour prévenir les accidents articulaires (documents en cours d'élaboration à la fédé), sans contraintes, sans matériel (gainage, postures articulaires, renforcement musculaire). Ceci 3 fois par semaine.

En intérieur (si reprise possible)
Reconditionnement aux gestes sportifs, même sans match. Effectuer des activités ludiques adaptées, en travail par ateliers alternés.(jeux avec ballon, jeux avec prévention, jeux d'endurance). Maintenir du ludique à côté de l'utile, avec des formats simples à mettre en place. Il faut que les entraineurs de clubs s'y mettent dès maintenant.

Etape suivante (que l'on espère avant l'été)
Handball adapté, sans contact, peut-être avec des masques (avec normes Afnor et en fonction des directives sanitaires). Attaques/défense en effectifs réduits, 3contre3, 4contre4, coupures de trajectoires de passe, prises d'intervalle,..., tout cela sans contact.

Dans son Plan de reprise et d'accompagnement, la fédé propose pour le printemps,aux nationaux masculins et féminins, seniors et U18/17 (en fonction du contexte sanitaire) des challenges (jeu à 7, à 4, beach,...) après une préparation physique de un mois.
C'est une proposition pertinente, mais il ne s'agit pas d'ouvrir des plateaux avec des matchs même adaptés. Selon moi, il faut un mois avant les matchs, être en situation de s'entrainer dans un contexte de match. Idéalement, il faudrait que pendant un mois les pratiquants se préparent tout seuls, pendant 4 semaines à raison de 3 séances par semaine. Puis ensuite (selon la situation sanitaire), faire de la prépa handball pendant 3 à 4 semaines, avant de commencer des matchs adaptés. La temporalité, c'est mettre de cerveau au diapason du hand, puis le corps au diapason du hand.

 

Ecouter l'intégralité de l'entretien

Votre navigateur ne supporte pas l'élément audio.

 

l'intégralité de l'entretien en téléchargement

 



La Ligue de Bretagne de Handball a le plaisir de vous faire part de la sortie du livre du Docteur Christophe Guégan : «Handball, Préparation Physique Préventive». 
À destination des entraîneurs, préparateurs physiques ou professionnels de santé, cet ouvrage de 272 pages doit permettre la mise en œuvre de situations de prévention lors des séances d’entraînement à tous âges et pour tous les niveaux de jeu. Dans les mois à venir, une plateforme digitale permettra de visualiser les situations et exercices grâce à des vidéos.
Le livre de Christophe Guégan Handball, Préparation Physique Préventive est disponible auprès de la LBHB : https://urlz.fr/f0NM

Le pdf de présentation du livre