bandeau handzone

Cologne, nous revoilà !!!!

Champion's League

mercredi 19 mai 2021 - © Yves Michel

 6 min 53 de lecture

Pour la 5ème fois lors des six dernières saisons, le PSG participera au carré final de la Ligue des Champions. Et l'exploit n'en est que plus grand puisque les Parisiens ont sorti les Allemands de Kiel tenants du trophée, en s'imposant magistralement lors du quart retour (34-28). Galvanisés en seconde période par 800 supporters de retour à Coubertin, ils ont carrément pris le match à leur compte dans le dernier quart d'heure. Si toute l'équipe de Raul Gonzalez est à féliciter, Elohim Prandi, Dylan Dahi, porte-étendards de la génération 98/99 et le gardien Yann Genty ont été les X-Factor du succès francilien. Et si Nantes qui ce jeudi se déplace dans l'antre de Veszprém accompagne le PSG, les 12 et 13 juin sur les bords du Rhin, le tableau sera complet pour le handball hexagonal !

 

Ils avaient à remonter deux buts, concédés à l'aller, ils devaient en marquer trois pour être véritablement à l'abri, les Parisiens ont fait encore mieux ! Ils sont restés lucides de bout en bout et ont surtout mis la pression sur Kiel au bon moment. Dans le dernier quart d'heure, lorsque Sander Sagosen, jusque-là excellent et véritable maître à jouer de la formation allemande, a expédié un missile bien au-dessus de la transversale, puis lorsque Dylan Nahi a exploité une situation délicate en lâchant son tir avant de s'encastrer dans le duo central Horak-Pekeler, quand Yann Genty s'est offert un pastis bien tassé en lisant parfaitement la trajectoire d'un ballon de Duvnjak, quand surtout Elohim Prandi (photo de tête) a inscrit son 9ème but en autant de tentatives et quand pour ponctuer l'énervement et la fébrilité qui s'étaient installés dans le camp allemand, Sander Sagosen sans doute déçu par la tournure négative que prenaient les événements, est carrément sorti de ses gonds. Le Norvégien sanctionné une 1ère fois par une paire Raluy-Sabroso sur courant alternatif, a contesté le choix des Espagnols qui ont alourdi la sentence et comme le joueur ne se calmait pas et continuait à extérioriser sa véhémence, il a été invité à rejoindre les tribunes ! Il restait très exactement 6'05 à disputer et Paris menait de... six buts ! Le bonbon acidulé était savouré avec délectation. Jusque dans les tribunes où 800 spectateurs-supporters debout, transcendés par la prestation du PSG fêtaient de la meilleure des façons leur retour à Coubertin ! Au 1er rang des travées, le trio magique Omeyer-Narcisse-Nikola Karabatic véritablement euphoriques ! Au taquet les anciens, d'ailleurs l'aîné des Karabatic ne se privera pas d'enjamber la rambarde pour aller communier avec ses partenaires au coup de buzzer ultime. 




Alors, c'est vrai, tout s'est dénoué dans le dernier quart d'heure. Une 1ère période assez crispante pour Paris qui va prendre les devants au tableau d'affichage (+2) mais qui va souvent manquer de réalisme pour atteindre un écart plus conséquent. En face, Sander Sagosen distribuait le jeu et se montrait très opportuniste quand il s'agissait de marquer. Vincent Gérard manquait de réussite, la défense parisienne qui avait accepté le défi physique, était moins présente. C'est par son jeu rapide avec un Dylan Nahi en cannes et un étincelant Elohim Prandi que l'équipe de la capitale va faire la différence. L'ailier qui à la rentrée, ira enrichir l'effectif polonais de Kielce a confirmé toutes les dispositions qu'il montre depuis ces dernières semaines. Pour « Elo », n'ayons pas peur des mots, c'est tout simplement sa meilleure prestation depuis qu'il a signé au PSG. Précis dans ses choix, assez malicieux pour embarquer deux défenseurs allemands puis shooter, totalement décomplexé et opportuniste avec ça et là, un brin de réussite, le champion du Monde U21 2019 a tiré ses partenaires vers le haut.



A la pause, sans être compromis, l'avenir parisien en Ligue des Champions n'était pas encore assuré (16-15). Trois arrêts sur 18 à peine pour Gérard, Kiel avait maîtrisé son 7 contre 6 et Niklas Landin s'était montré efficace sur sa ligne. Le PSG s'était souvent compliqué l'existence, choisissant des options pas toujours bien comprises et Sander Sagosen, dans n'importe quelle position était parvenu à faire la différence. Mais élément qui ne trompe pas, si les Allemands étaient revenus à hauteur de leurs hôtes, ils n'étaient jamais passés devant. Le Slovène Zarabec sur ses changements de rythme et sa vista et le Suédois Ekberg à 7m, tenaient la baraque ! C'est paradoxalement après une infériorité numérique très bien gérée et un Nedim Remili enfin retrouvé, que les Parisiens vont élever le niveau. La suite... on ne va pas la rappeler, on était entré dans le fameux dernier quart d'heure ! 

L'équipe la plus riche d'Europe verra Cologne une nouvelle fois, après y avoir fait une escapade en décembre lors du Final Four retardé de la saison précédente. Cela ne s'était pas idéalement passé, certains éléments avaient été contraires. Six mois plus tard, le contexte a changé. Steins et Prandi par exemple se sont pleinement intégrés, Nahi a pris une stature... olympique et surtout Nikola Karabatic, (vous le reconnaissez ci-dessous ?) en convalescence après une rupture du croisé du genou droit, est prêt à reprendre du service. Parfait avant de s'envoler pour Tokyo ! Il a fêté le week-end dernier avec ses partenaires la victoire en Coupe de France face à Montpellier, il célèbrera très bientôt un nouveau titre de champion de D1... Pourquoi donc s'arrêter en si bon chemin ?

Cologne vous tend les bras, amis parisiens ! Et si une 2ème équipe de Starligue pouvait vous accompagner, ce serait grandissime. Fort de son avance de 4 longueurs, Nantes se déplace ce jeudi en Hongrie à Veszprém. La tâche s'annonce ardue pour conserver ce capital mais pas insurmontable. 


Et si le mois de juin était celui des clubs français ?  


 

A Paris, stade Pierre de Coubertin, mercredi 19 mai 2021

 

 
Quart de finale retour de la Ligue des Champions 
 
PSG handball - THW Kiel    34-28  (MT: 16-15)  (match aller 29-31)
 
 
Spectateurs: 800 environ 
Arbitres: Oscar Raluy & Angel Sabroso (Espagne)
 
 
Paris Saint-Germain: Gerard (1.-30., 3 arrêts), Genty (31.-60., 7 arrêts); Steins (2), Keita, Kristopans (2), Kounkoud (3), Sole (2), Toft Hansen, Remili (8), Grebille, Syprzak, L. Karabatic (1), Morros, Hansen (2), Prandi (9), Nahi (6)
 

THW Kiel: N. Landin (7 arrêts), Quenstedt (2 arrêts); Ehrig, Duvnjak (3), Sagosen (6), Reinkind (5), M. Landin, Sunnefeldt, Weinhold (1), Ciudad, Ekberg (6 dt 6 pen), Dahmke (3), Zarabec (2), Voigt, Horak. Pekeler (1)

Evolution du score:  4-3 (5è) 7-5 (10è) 9-7 (15è) 10-9 (20è) 13-12 (25è) 16-15 (MT) 20-19 (35è) 22-21 (40è) 25-23 (45è) 30-25 (50è) 32-27 (55è) 34-28 (FIN et billet pour Cologne)

 

Les réactions (grâce à l'équipe comm du PSG)
 
Raul Gonzalez (coach du PSG)
« Face au Champion d’Europe en titre, c’est toujours très compliqué. Kiel a de très bons joueurs et a offert à tous les fans de Handball un très beau mano a mano. Il y avait beaucoup de pression sur nos épaules ce soir. Mais nous avons réussi à nous qualifier pour ce Final4. C’est génial ! Nous sommes très heureux de faire partie des 4 meilleures équipes européennes. Nous avons préparé cette équipe pour tout ça : remporter la Coupe de France, se qualifier pour le Final4… C’est une énorme satisfaction de voir que tout notre travail paie.
 
Elohim Prandi (meilleur buteur du PSG)
« De A à Z ça a été une Bagarre ! Toute l’équipe y a cru jusqu’au bout, personne n’a rien lâché. En plus avec cette ferveur, même s’ils n’étaient que 800 c’était incroyable. Ce soir, on peut aussi dire que ça s’est joué dans la tête et on a montré un super état d’esprit. Ce soir, j’y ai mis mon coeur, mes tripes, tout ce que j’avais. Ma victoire, c’est toute cette joie d’après match. »
 
Dylan Nahi (ailier gauche du PSG)
« Nous savions que ça allait être un très très gros combat et nous avions envie de le remporter.  Je suis très fier de ce que nous avons accompli aujourd’hui. Nous avons été UNE équipe du début à la fin, tous ensemble. C’était vraiment une grosse performance de l’équipe aussi bien défensivement qu’offensivement. Le retour du public a été très important pour nous.Maintenant le plus dur commence, mais il faut aussi savourer ces moments. Ce week-end, il faut déjà aller s’imposer à Aix. »

 

 

Le diaporama photo de Céline Dély depuis Coubertin 

Cologne, nous revoilà !!!! 

Champion's League

mercredi 19 mai 2021 - © Yves Michel

 6 min 53 de lecture

Pour la 5ème fois lors des six dernières saisons, le PSG participera au carré final de la Ligue des Champions. Et l'exploit n'en est que plus grand puisque les Parisiens ont sorti les Allemands de Kiel tenants du trophée, en s'imposant magistralement lors du quart retour (34-28). Galvanisés en seconde période par 800 supporters de retour à Coubertin, ils ont carrément pris le match à leur compte dans le dernier quart d'heure. Si toute l'équipe de Raul Gonzalez est à féliciter, Elohim Prandi, Dylan Dahi, porte-étendards de la génération 98/99 et le gardien Yann Genty ont été les X-Factor du succès francilien. Et si Nantes qui ce jeudi se déplace dans l'antre de Veszprém accompagne le PSG, les 12 et 13 juin sur les bords du Rhin, le tableau sera complet pour le handball hexagonal !

 

Ils avaient à remonter deux buts, concédés à l'aller, ils devaient en marquer trois pour être véritablement à l'abri, les Parisiens ont fait encore mieux ! Ils sont restés lucides de bout en bout et ont surtout mis la pression sur Kiel au bon moment. Dans le dernier quart d'heure, lorsque Sander Sagosen, jusque-là excellent et véritable maître à jouer de la formation allemande, a expédié un missile bien au-dessus de la transversale, puis lorsque Dylan Nahi a exploité une situation délicate en lâchant son tir avant de s'encastrer dans le duo central Horak-Pekeler, quand Yann Genty s'est offert un pastis bien tassé en lisant parfaitement la trajectoire d'un ballon de Duvnjak, quand surtout Elohim Prandi (photo de tête) a inscrit son 9ème but en autant de tentatives et quand pour ponctuer l'énervement et la fébrilité qui s'étaient installés dans le camp allemand, Sander Sagosen sans doute déçu par la tournure négative que prenaient les événements, est carrément sorti de ses gonds. Le Norvégien sanctionné une 1ère fois par une paire Raluy-Sabroso sur courant alternatif, a contesté le choix des Espagnols qui ont alourdi la sentence et comme le joueur ne se calmait pas et continuait à extérioriser sa véhémence, il a été invité à rejoindre les tribunes ! Il restait très exactement 6'05 à disputer et Paris menait de... six buts ! Le bonbon acidulé était savouré avec délectation. Jusque dans les tribunes où 800 spectateurs-supporters debout, transcendés par la prestation du PSG fêtaient de la meilleure des façons leur retour à Coubertin ! Au 1er rang des travées, le trio magique Omeyer-Narcisse-Nikola Karabatic véritablement euphoriques ! Au taquet les anciens, d'ailleurs l'aîné des Karabatic ne se privera pas d'enjamber la rambarde pour aller communier avec ses partenaires au coup de buzzer ultime. 




Alors, c'est vrai, tout s'est dénoué dans le dernier quart d'heure. Une 1ère période assez crispante pour Paris qui va prendre les devants au tableau d'affichage (+2) mais qui va souvent manquer de réalisme pour atteindre un écart plus conséquent. En face, Sander Sagosen distribuait le jeu et se montrait très opportuniste quand il s'agissait de marquer. Vincent Gérard manquait de réussite, la défense parisienne qui avait accepté le défi physique, était moins présente. C'est par son jeu rapide avec un Dylan Nahi en cannes et un étincelant Elohim Prandi que l'équipe de la capitale va faire la différence. L'ailier qui à la rentrée, ira enrichir l'effectif polonais de Kielce a confirmé toutes les dispositions qu'il montre depuis ces dernières semaines. Pour « Elo », n'ayons pas peur des mots, c'est tout simplement sa meilleure prestation depuis qu'il a signé au PSG. Précis dans ses choix, assez malicieux pour embarquer deux défenseurs allemands puis shooter, totalement décomplexé et opportuniste avec ça et là, un brin de réussite, le champion du Monde U21 2019 a tiré ses partenaires vers le haut.



A la pause, sans être compromis, l'avenir parisien en Ligue des Champions n'était pas encore assuré (16-15). Trois arrêts sur 18 à peine pour Gérard, Kiel avait maîtrisé son 7 contre 6 et Niklas Landin s'était montré efficace sur sa ligne. Le PSG s'était souvent compliqué l'existence, choisissant des options pas toujours bien comprises et Sander Sagosen, dans n'importe quelle position était parvenu à faire la différence. Mais élément qui ne trompe pas, si les Allemands étaient revenus à hauteur de leurs hôtes, ils n'étaient jamais passés devant. Le Slovène Zarabec sur ses changements de rythme et sa vista et le Suédois Ekberg à 7m, tenaient la baraque ! C'est paradoxalement après une infériorité numérique très bien gérée et un Nedim Remili enfin retrouvé, que les Parisiens vont élever le niveau. La suite... on ne va pas la rappeler, on était entré dans le fameux dernier quart d'heure ! 

L'équipe la plus riche d'Europe verra Cologne une nouvelle fois, après y avoir fait une escapade en décembre lors du Final Four retardé de la saison précédente. Cela ne s'était pas idéalement passé, certains éléments avaient été contraires. Six mois plus tard, le contexte a changé. Steins et Prandi par exemple se sont pleinement intégrés, Nahi a pris une stature... olympique et surtout Nikola Karabatic, (vous le reconnaissez ci-dessous ?) en convalescence après une rupture du croisé du genou droit, est prêt à reprendre du service. Parfait avant de s'envoler pour Tokyo ! Il a fêté le week-end dernier avec ses partenaires la victoire en Coupe de France face à Montpellier, il célèbrera très bientôt un nouveau titre de champion de D1... Pourquoi donc s'arrêter en si bon chemin ?

Cologne vous tend les bras, amis parisiens ! Et si une 2ème équipe de Starligue pouvait vous accompagner, ce serait grandissime. Fort de son avance de 4 longueurs, Nantes se déplace ce jeudi en Hongrie à Veszprém. La tâche s'annonce ardue pour conserver ce capital mais pas insurmontable. 


Et si le mois de juin était celui des clubs français ?  


 

A Paris, stade Pierre de Coubertin, mercredi 19 mai 2021

 

 
Quart de finale retour de la Ligue des Champions 
 
PSG handball - THW Kiel    34-28  (MT: 16-15)  (match aller 29-31)
 
 
Spectateurs: 800 environ 
Arbitres: Oscar Raluy & Angel Sabroso (Espagne)
 
 
Paris Saint-Germain: Gerard (1.-30., 3 arrêts), Genty (31.-60., 7 arrêts); Steins (2), Keita, Kristopans (2), Kounkoud (3), Sole (2), Toft Hansen, Remili (8), Grebille, Syprzak, L. Karabatic (1), Morros, Hansen (2), Prandi (9), Nahi (6)
 

THW Kiel: N. Landin (7 arrêts), Quenstedt (2 arrêts); Ehrig, Duvnjak (3), Sagosen (6), Reinkind (5), M. Landin, Sunnefeldt, Weinhold (1), Ciudad, Ekberg (6 dt 6 pen), Dahmke (3), Zarabec (2), Voigt, Horak. Pekeler (1)

Evolution du score:  4-3 (5è) 7-5 (10è) 9-7 (15è) 10-9 (20è) 13-12 (25è) 16-15 (MT) 20-19 (35è) 22-21 (40è) 25-23 (45è) 30-25 (50è) 32-27 (55è) 34-28 (FIN et billet pour Cologne)

 

Les réactions (grâce à l'équipe comm du PSG)
 
Raul Gonzalez (coach du PSG)
« Face au Champion d’Europe en titre, c’est toujours très compliqué. Kiel a de très bons joueurs et a offert à tous les fans de Handball un très beau mano a mano. Il y avait beaucoup de pression sur nos épaules ce soir. Mais nous avons réussi à nous qualifier pour ce Final4. C’est génial ! Nous sommes très heureux de faire partie des 4 meilleures équipes européennes. Nous avons préparé cette équipe pour tout ça : remporter la Coupe de France, se qualifier pour le Final4… C’est une énorme satisfaction de voir que tout notre travail paie.
 
Elohim Prandi (meilleur buteur du PSG)
« De A à Z ça a été une Bagarre ! Toute l’équipe y a cru jusqu’au bout, personne n’a rien lâché. En plus avec cette ferveur, même s’ils n’étaient que 800 c’était incroyable. Ce soir, on peut aussi dire que ça s’est joué dans la tête et on a montré un super état d’esprit. Ce soir, j’y ai mis mon coeur, mes tripes, tout ce que j’avais. Ma victoire, c’est toute cette joie d’après match. »
 
Dylan Nahi (ailier gauche du PSG)
« Nous savions que ça allait être un très très gros combat et nous avions envie de le remporter.  Je suis très fier de ce que nous avons accompli aujourd’hui. Nous avons été UNE équipe du début à la fin, tous ensemble. C’était vraiment une grosse performance de l’équipe aussi bien défensivement qu’offensivement. Le retour du public a été très important pour nous.Maintenant le plus dur commence, mais il faut aussi savourer ces moments. Ce week-end, il faut déjà aller s’imposer à Aix. »

 

 

Le diaporama photo de Céline Dély depuis Coubertin 

Dans la même rubrique

Champion's League
dimanche 12 septembre 2021
  
Champion's League
samedi 11 septembre 2021
  
Champion's League
vendredi 2 juillet 2021
  
  1 2 3 4   

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#16 Barcelone Aalborg 36 23 13/06/2021 18:00
#16 Nantes Paris 28 31 13/06/2021 15:15

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
Aucune journée supplémentaire

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Barcelone 12 6 6 0 0
2 Paris 8 6 4 0 2
3 Flensburg 6 4 3 0 1
4 Kiel 6 4 3 0 1
5 Aalborg 6 6 3 0 3
6 Veszprem 6 4 3 0 1
7 Nantes 4 6 2 0 4
8 Zaporoshye 2 2 1 0 1
9 Kielce 2 2 1 0 1
10 Porto 2 2 1 0 1
11 Meshkov Brest 2 4 1 0 3
12 Elverum 0 2 0 0 2
13 Zagreb 0 2 0 0 2
14 Vardar Skopje 0 2 0 0 2
15 Szeged 0 2 0 0 2
16 Celje 0 2 0 0 2