bandeau handzone

Pour la der' de Riquet !

Euro

lundi 19 juillet 2021 - © Yves Michel

 12 min 26 de lecture

Après les filles qui sont allées décrocher la médaille de bronze à l'Euro U19 en Slovénie, les garçons nés en 2002 et 2003 entament cette semaine leur préparation en vue du championnat d'Europe qui aura lieu en Croatie à la mi-août. Le moment sera particulier pour l'entraîneur national Eric Quintin qui change de cap au sortir de l'été.

Eric Quintin a préparé cette campagne avec tout l'enthousiasme, la compétence et la pertinence qu'on lui connait. Même si depuis deux saisons, le contexte ne lui a pas facilité la tâche. La pandémie Covid-19 a freiné bien des desseins. La Fédération Européenne a pourtant réussi à préserver ce qui pouvait l'être. Après l'Euro féminin pour les moins de 19 (qui vient de se terminer en Slovénie), l'instance a maintenu une épreuve similaire chez les garçons. Du 12 au 22 août prochains, les jeunes de la génération 2002-2003 seront (si tout va bien) en Croatie afin de se mesurer à ce qui se fait de mieux dans leur catégorie. 

L'aventure a commencé ce lundi à Saint Malo (Ille-et-Vilaine) pour un 1er stage de préparation dirigé par l'actuel responsable du Pôle Espoirs Provence-Alpes-Côte d'Azur. L'instant sera particulier pour le Marseillais. Après sept années passées comme entraîneur principal des U18-U19, une belle page va se tourner. En septembre, il laissera "ses Minots" nationaux pour coordonner la mission beach-handball de la FFHB.

21 joueurs (voir plus bas) ont été réunis par le staff tricolore pour un 1er stage de préparation dans la cité des Corsaires ponctué par trois matches amicaux face à la très valeureuse équipe du Portugal. Jeudi et dimanche à St Malo et vendredi, dans les terres brétiliennes, à Tinténiac. 
 

Eric, est-ce une expérience particulière que tu vas vivre jusqu’à la fin août ? 
Oui évidemment, j’ai quand même passé plus de dix ans au contact de cette catégorie d’âge (4 ans comme adjoint de Philippe Schlatter, 7 comme entraîneur principal). Mais on n’a pas le droit de se plaindre. Tout le monde est en bonne santé, on peut pratiquer notre sport et le fait que ce soit la dernière dans cette fonction n’est pas l’argument central de ma réflexion. Ce qui me tient à cœur, c’est de terminer sur une note favorable. 
 
L’organisation de cet Euro est inespérée, à cause surtout du contexte sanitaire…
Ce qui me frustre un peu, c’est que c’est une équipe qui a du talent et j’avais envie pour cette dernière année, de faire des choses un peu différentes, c’est difficile d’avoir une ambition un peu plus élevée en termes de contenu car on a eu beaucoup moins de temps pour travailler.  Sur cet Euro, il y aura un défi, je veux voir jusqu’à quel point on est capable de nous comprendre, comment on peut être performant et perturbant pour l’adversité. On a des minots qui aiment bien le ballon, on va tout faire pour optimiser la situation. 
 
Toute la difficulté, ce sera d’être au top tout le temps… Que faut-il changer ?  
On va rester sur les mêmes bases de jeu même si je nous réserve la possibilité de travailler un peu différemment. Ma crainte c’est que si on joue de manière habituelle, cela risque d’être insuffisant pour performer. Pour battre les grosses cylindrées comme la Croatie (chez elle) ou le Portugal qui va être redoutable avec des 2003 qui ont déjà brillé avec les 2001. Il faudra donc élever notre niveau, en tout cas, changer quelques-unes de nos orientations. Mais après, j’attends d’être confronté à la réalité puisqu’en plus, on fait un stage où par trois fois, on va traîner nos adversaires portugais. On va donc commencer par du classique et si on s’aperçoit que la base est suffisamment stable, on ouvrira deux ou trois portes. 
 
Le Portugal en amical, c’est un très bon 1er test…
Je suis vraiment en affection pour ce que fait le Portugal et leur évolution chez les jeunes et les plus âgés ne me surprend pas du tout. 
 
 
Dans un contexte chamboulé, va-t-on retrouver les mêmes nations leaders ? 
(sourires) Ce sont les résultats qui le diront ! Les équipes présentes sont celles qui se sont qualifiées sous couvert de l’année d’avant donc c’est ce qui se fait de mieux au niveau ranking, concernant la qualité de jeu, je ne sais pas, il y a peut-être des pays où ils auront eu plus de mal à se regrouper. Ce que je sais c’est que le Portugal a déjà une ossature déjà très forte (avec 3 joueurs nés en 2003 surclassés avec la génération précédente et qui étaient déjà des joueurs majeurs de cette équipe). 
 
Avec ces 21, as-tu le sentiment d'avoir sélectionné les meilleurs du moment ? 
(rires) Je l’espère, je le crois en termes de sensations mais on n’a jamais de certitudes à ce niveau. On a fait un Tiby en 2020 avec cette génération, un stage à Thuir et 3 entraînements à la MdH… l’essentiel ce n’est pas de gamberger sur le fait de savoir si je n’ai oublié personne, le plus important est d’optimiser. Pour ma dernière, j’ai besoin de ressentir de l’envie, de la joie avec les minots et ceux qui m’accompagneront dans le staff. J’assume pleinement le caractère subjectif, le fait d’avoir fait des erreurs dans les choix parce que ça fait partie du boulot mais en l’état, je n’ai aucun problème pour l’assumer. Il nous reste encore du temps de travail pour gommer les imperfections et présenter une équipe cohérente qui donnera le meilleur de soi-même. 

 
Un virus qui perturbe le cheminement d’une génération, c’est ce qui pouvait arriver de pire ? 
Ce qui a été loupé l’an dernier, c’est du temps perdu, les gamins en rattraperont peut-être un peu mais ils sont à un âge où il est crucial de bosser, où tu grandis, tu thésaurises et tu transformes. On ne peut pas revenir en arrière, on va se battre pour essayer de compenser les manques qui pourront poindre. 
 
As-tu repéré des individualités qui ressortent déjà du lot comme chez les 98/99 ? 
Ce que je peux dire c’est qu’il y a des minots qui figurent parmi ceux pour lesquels je paierai un billet pour aller les voir jouer un peu plus tard. 
 
Le Marseillais que tu es, n’a pas hésité à s’entourer d’une forte ossature parisienne …
Ce n’est pas une surprise mas cela pourrait l’être presque de voir combien le PSG s’intéresse à la formation et à la prise en charge des jeunes. Sincèrement avec les moyens qu’ils mettent au plus haut niveau, ils pourraient complètement s’en foutre alors qu’ils travaillent de façon remarquable avec les minots. C’est un des clubs qui nourrit le plus l’échange et même si on peut avancer des critiques sur le financement,  le Qatar, etc… leur gestion de la formation et de la prise en compte me parlent. 
 
A la rentrée, tu te consacreras encore plus au beach handball 
On a mis du temps à s’intéresser au beach, il va falloir s’atteler à la tâche. Le sandball a été un précurseur, ce qui a peut-être ralenti l’expansion vers le beach mais ce qui est le plus important, c’est de faire passer une certaine forme de bonheur. On a le devoir de rendre le beach accessible à notre jeunesse. Le beach se situe entre le hand et le sand. Il y a le fair-play, l’ambiance un peu plus ouverte du sandball et puis, il y a le sérieux de la compétition du handball et je trouve que le cocktail a bon goût. 

Faut-il être déçu que la discipline ne soit pas intégré au programme des J.O 2024 ? 

Oui mais j’ai toujours été relativement dubitatif sur cette probabilité. Il faut rester à notre place et voir ce qu’on représente au niveau du beach. On a en France, 4 ans d’histoire avec la Covid au milieu et le beach au niveau international, ce n’est pas encore grand-chose même si des pays sont avancés dans leur démarche et on voit des nations émergentes. Moi je suis à fond pour une certaine expansion. De façon raisonnable, quand on voit la pression qu’il y a sur les sports traditionnels, prétendre à la reconnaissance olympique du beach comme ça, en claquant les doigts, cela paraissait illusoire.  

              Les 21 Bleuets retenus en préparation de l'Euro 

 

 Nom 

 Prénom

 Club

 Poste

 BERTHIER

 Alexis

 Montpellier HB

 ARD

 BOUADJADJA

 Elyas

 Tremblay en France HB

 ARD

 BUSSELIER

 Yanis

 Chambéry Savoie HB

 ARD

 CAPELLE

Baptiste 

 Dunkerque HB Grand Littoral

 PVT

 CLAIRE

 Servilien

 Entente Territoire Charente HB

 ALG

 CLAY

Baptiste 

PSG HB

DC 

 DERISBOURG

 Lou

 USAM Nîmes Gard HB

 DC/ALG

 FADHUILE-CREPY

 Mattéo

 HBC Nantes 

 DC/ARG 

 GENSOULEN

 Lubin 

 Istres Provence HB 

 ARG

 GNAGO

 Adam

 Villefranche HB Beaujolais 

ARG 

 HULOT

 Quentin

 Dunkerque HB Grand Littoral 

GRD 

 JOBLON

Baptiste 

USAM Nîmes Gard HB 

 PVT

 LENCLUME

 Noah

 PSG HB

 ARG

 LOREDON

 Gautier

 PSG HB

 PVT

 PELEKA

 Wallem

 PSG HB 

 ARG

 PIMENTA

Hugo 

Sélestat Alsace HB  

 ARD/DC

 QUEIROS

 Samuel

 USAM Nîmes Gard HB

 ALD

 VESCOVO

 Oreste

 Selestat Alsace HB

 ALD

 VILLAIN

 Léo

 PSG HB

 GRD

 VINCENT

 Guéric

 USAM Nîmes Gard HB

 ALG

 ZAHAF

 Kalim

 Pays d'Aix UC HB

 GRD


Outre le stage à St Malo prévu jusqu'au 26 juillet, un 2ème rassemblement aura lieu du 29 juillet au 4 août à Houlgate (Calvados) avec deux tests contre la Pologne (les 1 et 2 août). 

L'Euro lui, aura lieu entre le 12 et le 22 août à Koprivnica et à Varazdin (Croatie). Au tour préliminaire, la France devra en découdre avec la Croatie, le Portugal et l'Autriche. Seuls les deux 1ers du groupe seront qualifiés pour le tour principal. Parmi les adversaires potentiels, le Danemark, l'Allemagne, la Norvège et la Russie. Du lourd à tous les étages !
 

 

Pour la der' de Riquet ! 

Euro

lundi 19 juillet 2021 - © Yves Michel

 12 min 26 de lecture

Après les filles qui sont allées décrocher la médaille de bronze à l'Euro U19 en Slovénie, les garçons nés en 2002 et 2003 entament cette semaine leur préparation en vue du championnat d'Europe qui aura lieu en Croatie à la mi-août. Le moment sera particulier pour l'entraîneur national Eric Quintin qui change de cap au sortir de l'été.

Eric Quintin a préparé cette campagne avec tout l'enthousiasme, la compétence et la pertinence qu'on lui connait. Même si depuis deux saisons, le contexte ne lui a pas facilité la tâche. La pandémie Covid-19 a freiné bien des desseins. La Fédération Européenne a pourtant réussi à préserver ce qui pouvait l'être. Après l'Euro féminin pour les moins de 19 (qui vient de se terminer en Slovénie), l'instance a maintenu une épreuve similaire chez les garçons. Du 12 au 22 août prochains, les jeunes de la génération 2002-2003 seront (si tout va bien) en Croatie afin de se mesurer à ce qui se fait de mieux dans leur catégorie. 

L'aventure a commencé ce lundi à Saint Malo (Ille-et-Vilaine) pour un 1er stage de préparation dirigé par l'actuel responsable du Pôle Espoirs Provence-Alpes-Côte d'Azur. L'instant sera particulier pour le Marseillais. Après sept années passées comme entraîneur principal des U18-U19, une belle page va se tourner. En septembre, il laissera "ses Minots" nationaux pour coordonner la mission beach-handball de la FFHB.

21 joueurs (voir plus bas) ont été réunis par le staff tricolore pour un 1er stage de préparation dans la cité des Corsaires ponctué par trois matches amicaux face à la très valeureuse équipe du Portugal. Jeudi et dimanche à St Malo et vendredi, dans les terres brétiliennes, à Tinténiac. 
 

Eric, est-ce une expérience particulière que tu vas vivre jusqu’à la fin août ? 
Oui évidemment, j’ai quand même passé plus de dix ans au contact de cette catégorie d’âge (4 ans comme adjoint de Philippe Schlatter, 7 comme entraîneur principal). Mais on n’a pas le droit de se plaindre. Tout le monde est en bonne santé, on peut pratiquer notre sport et le fait que ce soit la dernière dans cette fonction n’est pas l’argument central de ma réflexion. Ce qui me tient à cœur, c’est de terminer sur une note favorable. 
 
L’organisation de cet Euro est inespérée, à cause surtout du contexte sanitaire…
Ce qui me frustre un peu, c’est que c’est une équipe qui a du talent et j’avais envie pour cette dernière année, de faire des choses un peu différentes, c’est difficile d’avoir une ambition un peu plus élevée en termes de contenu car on a eu beaucoup moins de temps pour travailler.  Sur cet Euro, il y aura un défi, je veux voir jusqu’à quel point on est capable de nous comprendre, comment on peut être performant et perturbant pour l’adversité. On a des minots qui aiment bien le ballon, on va tout faire pour optimiser la situation. 
 
Toute la difficulté, ce sera d’être au top tout le temps… Que faut-il changer ?  
On va rester sur les mêmes bases de jeu même si je nous réserve la possibilité de travailler un peu différemment. Ma crainte c’est que si on joue de manière habituelle, cela risque d’être insuffisant pour performer. Pour battre les grosses cylindrées comme la Croatie (chez elle) ou le Portugal qui va être redoutable avec des 2003 qui ont déjà brillé avec les 2001. Il faudra donc élever notre niveau, en tout cas, changer quelques-unes de nos orientations. Mais après, j’attends d’être confronté à la réalité puisqu’en plus, on fait un stage où par trois fois, on va traîner nos adversaires portugais. On va donc commencer par du classique et si on s’aperçoit que la base est suffisamment stable, on ouvrira deux ou trois portes. 
 
Le Portugal en amical, c’est un très bon 1er test…
Je suis vraiment en affection pour ce que fait le Portugal et leur évolution chez les jeunes et les plus âgés ne me surprend pas du tout. 
 
 
Dans un contexte chamboulé, va-t-on retrouver les mêmes nations leaders ? 
(sourires) Ce sont les résultats qui le diront ! Les équipes présentes sont celles qui se sont qualifiées sous couvert de l’année d’avant donc c’est ce qui se fait de mieux au niveau ranking, concernant la qualité de jeu, je ne sais pas, il y a peut-être des pays où ils auront eu plus de mal à se regrouper. Ce que je sais c’est que le Portugal a déjà une ossature déjà très forte (avec 3 joueurs nés en 2003 surclassés avec la génération précédente et qui étaient déjà des joueurs majeurs de cette équipe). 
 
Avec ces 21, as-tu le sentiment d'avoir sélectionné les meilleurs du moment ? 
(rires) Je l’espère, je le crois en termes de sensations mais on n’a jamais de certitudes à ce niveau. On a fait un Tiby en 2020 avec cette génération, un stage à Thuir et 3 entraînements à la MdH… l’essentiel ce n’est pas de gamberger sur le fait de savoir si je n’ai oublié personne, le plus important est d’optimiser. Pour ma dernière, j’ai besoin de ressentir de l’envie, de la joie avec les minots et ceux qui m’accompagneront dans le staff. J’assume pleinement le caractère subjectif, le fait d’avoir fait des erreurs dans les choix parce que ça fait partie du boulot mais en l’état, je n’ai aucun problème pour l’assumer. Il nous reste encore du temps de travail pour gommer les imperfections et présenter une équipe cohérente qui donnera le meilleur de soi-même. 

 
Un virus qui perturbe le cheminement d’une génération, c’est ce qui pouvait arriver de pire ? 
Ce qui a été loupé l’an dernier, c’est du temps perdu, les gamins en rattraperont peut-être un peu mais ils sont à un âge où il est crucial de bosser, où tu grandis, tu thésaurises et tu transformes. On ne peut pas revenir en arrière, on va se battre pour essayer de compenser les manques qui pourront poindre. 
 
As-tu repéré des individualités qui ressortent déjà du lot comme chez les 98/99 ? 
Ce que je peux dire c’est qu’il y a des minots qui figurent parmi ceux pour lesquels je paierai un billet pour aller les voir jouer un peu plus tard. 
 
Le Marseillais que tu es, n’a pas hésité à s’entourer d’une forte ossature parisienne …
Ce n’est pas une surprise mas cela pourrait l’être presque de voir combien le PSG s’intéresse à la formation et à la prise en charge des jeunes. Sincèrement avec les moyens qu’ils mettent au plus haut niveau, ils pourraient complètement s’en foutre alors qu’ils travaillent de façon remarquable avec les minots. C’est un des clubs qui nourrit le plus l’échange et même si on peut avancer des critiques sur le financement,  le Qatar, etc… leur gestion de la formation et de la prise en compte me parlent. 
 
A la rentrée, tu te consacreras encore plus au beach handball 
On a mis du temps à s’intéresser au beach, il va falloir s’atteler à la tâche. Le sandball a été un précurseur, ce qui a peut-être ralenti l’expansion vers le beach mais ce qui est le plus important, c’est de faire passer une certaine forme de bonheur. On a le devoir de rendre le beach accessible à notre jeunesse. Le beach se situe entre le hand et le sand. Il y a le fair-play, l’ambiance un peu plus ouverte du sandball et puis, il y a le sérieux de la compétition du handball et je trouve que le cocktail a bon goût. 

Faut-il être déçu que la discipline ne soit pas intégré au programme des J.O 2024 ? 

Oui mais j’ai toujours été relativement dubitatif sur cette probabilité. Il faut rester à notre place et voir ce qu’on représente au niveau du beach. On a en France, 4 ans d’histoire avec la Covid au milieu et le beach au niveau international, ce n’est pas encore grand-chose même si des pays sont avancés dans leur démarche et on voit des nations émergentes. Moi je suis à fond pour une certaine expansion. De façon raisonnable, quand on voit la pression qu’il y a sur les sports traditionnels, prétendre à la reconnaissance olympique du beach comme ça, en claquant les doigts, cela paraissait illusoire.  

              Les 21 Bleuets retenus en préparation de l'Euro 

 

 Nom 

 Prénom

 Club

 Poste

 BERTHIER

 Alexis

 Montpellier HB

 ARD

 BOUADJADJA

 Elyas

 Tremblay en France HB

 ARD

 BUSSELIER

 Yanis

 Chambéry Savoie HB

 ARD

 CAPELLE

Baptiste 

 Dunkerque HB Grand Littoral

 PVT

 CLAIRE

 Servilien

 Entente Territoire Charente HB

 ALG

 CLAY

Baptiste 

PSG HB

DC 

 DERISBOURG

 Lou

 USAM Nîmes Gard HB

 DC/ALG

 FADHUILE-CREPY

 Mattéo

 HBC Nantes 

 DC/ARG 

 GENSOULEN

 Lubin 

 Istres Provence HB 

 ARG

 GNAGO

 Adam

 Villefranche HB Beaujolais 

ARG 

 HULOT

 Quentin

 Dunkerque HB Grand Littoral 

GRD 

 JOBLON

Baptiste 

USAM Nîmes Gard HB 

 PVT

 LENCLUME

 Noah

 PSG HB

 ARG

 LOREDON

 Gautier

 PSG HB

 PVT

 PELEKA

 Wallem

 PSG HB 

 ARG

 PIMENTA

Hugo 

Sélestat Alsace HB  

 ARD/DC

 QUEIROS

 Samuel

 USAM Nîmes Gard HB

 ALD

 VESCOVO

 Oreste

 Selestat Alsace HB

 ALD

 VILLAIN

 Léo

 PSG HB

 GRD

 VINCENT

 Guéric

 USAM Nîmes Gard HB

 ALG

 ZAHAF

 Kalim

 Pays d'Aix UC HB

 GRD


Outre le stage à St Malo prévu jusqu'au 26 juillet, un 2ème rassemblement aura lieu du 29 juillet au 4 août à Houlgate (Calvados) avec deux tests contre la Pologne (les 1 et 2 août). 

L'Euro lui, aura lieu entre le 12 et le 22 août à Koprivnica et à Varazdin (Croatie). Au tour préliminaire, la France devra en découdre avec la Croatie, le Portugal et l'Autriche. Seuls les deux 1ers du groupe seront qualifiés pour le tour principal. Parmi les adversaires potentiels, le Danemark, l'Allemagne, la Norvège et la Russie. Du lourd à tous les étages !
 

 

Dans la même rubrique

Euro
dimanche 10 octobre 2021
  
Euro
mercredi 6 octobre 2021
  
Euro
lundi 20 septembre 2021
  
  1 2 3 4