bandeau handzone

Une sortie par la petite porte !

Euro

dimanche 15 août 2021 - © Yves Michel

 4 min 58 de lecture

La marche était bien trop haute. Les Français n’entreront pas dans les huit meilleures équipes de l’Euro U19. Ils se sont inclinés face à la Croatie (26-25) et peuvent nourrir quelques regrets tant les joueurs des Balkans étaient à leur portée. Mais les Tricolores ne se sont pas encore débarrassés de leurs démons et surtout de leurs approximations. Ils vont disputer un tour intermédiaire qui va leur permettre de se classer dans la compétition. Sans saveur.

 

« Au soir du Portugal, on savait que cela allait être compliqué mais on peut avoir des regrets car les joueurs ont produit un match digne d’un tour principal. » Pascal Bourgeais ne cherchera pas de faux arguments pour expliquer le parcours tronqué des Français. Si sa double casquette de coach adjoint et de responsable de la filière masculine lui confère un peu de retenue, il sait que c’est face aux Lusitaniens vendredi, que les Tricolores ont compromis leur progression avec les meilleurs dans cet Euro. Car face aux Croates qui jusque-là avaient fait forte impression, ils ont été à la hauteur, pouvant même sortir vainqueurs du parquet. Si par moments, ils sont retombés dans leurs travers et péchés de jeunesse, ils ont le plus souvent pris la mesure de leur adversaire. Mais il leur a manqué la rigueur et la lucidité nécessaires pour tuer le match lorsque l’opportunité s’est présentée. 

 

Car l’entrée en matière avait été sans bavure. Rapidement devant au score (2-5), ils ont rendu coup pour coup, obligeant l’entraîneur croate à poser son 1er temps mort dès la 9ème minute. Les Bleus avaient surtout compris qu’il était impératif de bouger les grands gabarits et que comme Obradovic (qui plus tard prendra un rouge après une belle cravate sur Fadhuile) et Salic n’étaient pas des futés en puissance, il était judicieux de les pousser à la faute. Autant faut-il derrière ne pas tomber à 7m sur le portier Dominik Kuzmanovic (deux arrêts). Mais cet échec par deux fois répétés n’a pas découragé les Tricolores qui ont continué à harceler leur vis-à-vis. Si Barbic transformait les pénaltys tout en restant moins inspiré que face au Portugal, si Bozicevic était moins à l’aise que face à l’Autriche, le camp croate va sortir de sa manche, Fabjan Grubisic (photo du bas). L’arrière de Varazdin va se montrer intenable, n’ayant aucun scrupule à lâcher ses tirs. Il y aura un peu de déchets dans ses intentions mais avec 9 buts, il va se montrer en grande réussite à 6 mètres. Les Français ne resteront pas sans arguments. Très discret face aux Portugais, le Nîmois Guéric Vincent va remettre le bleu de chauffe et exploiter la plupart des ballons qui lui était destiné. D’ailleurs côté tricolore, le danger viendra des ailes car excepté Hugo Pimenta sur le côté droit, le rendement de la base arrière n’est pas bien fameux. Toujours en tête en début de seconde période après avoir regagné les vestiaires à égalité, les Français vont être débordés dans les 20 dernières minutes. Sans ne jamais prendre l’eau, tombant cette fois sur un gardien Matej Mandic qui va les mettre en difficultés à 8 reprises. Chez eux, les Croates avaient visés le carton plein et il était hors de question qu’ils concèdent ce 3ème match face à la France après deux brillants succès face au Portugal et à l’Autriche. Ils vont accélérer et transpercer la défense tricolore. Handjou-Tchuilieu va mordre le parquet, Imanol Carrère bien léger malgré sa stature, se fera mystifier une fois par Grubisic, une autre par Dujic. Mais à ce moment-là, il y avait encore de l’espoir (-1) et dix minutes à disputer. Peine perdue, l’écart de va guère évoluer et Mandic va terminer un peu plus à son avantage même si les deux portiers français Villain et Bonnat n’avaient pas démérité. 

 

Pas de festin à la table des huit. Désormais, c’est un championnat parallèle qui débute avec un 1er match dans deux jours face à la Norvège. « Le plus dur commence, ne cache pas Pascal Bourgeais. Le niveau de jeu contre les Croates nous a satisfaits, les garçons étaient concentrés car ils avaient peur d’en prendre une, mais ce niveau il va falloir le reproduire dans les prochains matches. C’est le piège dans lequel il ne faut pas tomber et étape après étape, ne pas descendre encore plus bas. » Car au-delà de la fierté, de l’amour-propre, il ne sera pas anodin de soigner le classement même si la meilleure place n’est que la 9ème. L’avenir notamment l’année 2022 est en jeu. « Les objectifs sont identifiés. Etant éliminés du tour principal, sauf désistement, les tout petits (de Guillaume Joli) ne pourront pas participer au Festival de la Jeunesse. En revanche, il faut impérativement finir dans les treize 1ers pour que ces mêmes 2002-2003 se qualifient pour l’Euro U20 l’année prochaine et que la génération suivante soit à l’Euro U18. »  Dans ce tour intermédiaire, la France et la Norvège partent avec 2 points. Les deux nations se rencontrent dès mardi. Mercredi, les Bleus seront à l’épreuve de la Russie. Il leur restera un match (vendredi) pour affiner leur classement. 

 

Concernant cet Euro U19, deux grandes nations qui excellent chez les A, la Norvège et la France vont manquer à l’appel pour la suite. L’Allemagne, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Islande, le Portugal, la Slovénie et la Suède vont se disputer une place dans le carré final.


Tour Préliminaire – Euro M U19 

Halle des Sports de Koprivnica (Croatie), dimanche 15 août 2021

CROATIE – FRANCE          26-25  (mi-temps : 13-13)

arbitres : Igor & Alexei Covalciuc (Moldavie)

 

France : Villain (7/18 et 1/1 au tir), Bonnat (5/20) – Queiros (0/1) Claire, Vescovo (3/5) Derisbourg, Vincent (10/14) Pimenta (3/4) Berthier (2/2) Fadhuile-Crepy (2/6) Handjou-Tchuilieu, Clay (2/5) Carrere, Pellen, Capelle, Peleka (2/4)

 

Evolution du score : 1-2 (5) 3-5 (10) 5-6 (15) 7-9 (20) 11-11 (25) 13-13 (MT) 15-16 (35) 19-18(40) 21-22 (45) 25-23 (50) 25-24 (55) 26-25 (FIN)

 

Une sortie par la petite porte ! 

Euro

dimanche 15 août 2021 - © Yves Michel

 4 min 58 de lecture

La marche était bien trop haute. Les Français n’entreront pas dans les huit meilleures équipes de l’Euro U19. Ils se sont inclinés face à la Croatie (26-25) et peuvent nourrir quelques regrets tant les joueurs des Balkans étaient à leur portée. Mais les Tricolores ne se sont pas encore débarrassés de leurs démons et surtout de leurs approximations. Ils vont disputer un tour intermédiaire qui va leur permettre de se classer dans la compétition. Sans saveur.

 

« Au soir du Portugal, on savait que cela allait être compliqué mais on peut avoir des regrets car les joueurs ont produit un match digne d’un tour principal. » Pascal Bourgeais ne cherchera pas de faux arguments pour expliquer le parcours tronqué des Français. Si sa double casquette de coach adjoint et de responsable de la filière masculine lui confère un peu de retenue, il sait que c’est face aux Lusitaniens vendredi, que les Tricolores ont compromis leur progression avec les meilleurs dans cet Euro. Car face aux Croates qui jusque-là avaient fait forte impression, ils ont été à la hauteur, pouvant même sortir vainqueurs du parquet. Si par moments, ils sont retombés dans leurs travers et péchés de jeunesse, ils ont le plus souvent pris la mesure de leur adversaire. Mais il leur a manqué la rigueur et la lucidité nécessaires pour tuer le match lorsque l’opportunité s’est présentée. 

 

Car l’entrée en matière avait été sans bavure. Rapidement devant au score (2-5), ils ont rendu coup pour coup, obligeant l’entraîneur croate à poser son 1er temps mort dès la 9ème minute. Les Bleus avaient surtout compris qu’il était impératif de bouger les grands gabarits et que comme Obradovic (qui plus tard prendra un rouge après une belle cravate sur Fadhuile) et Salic n’étaient pas des futés en puissance, il était judicieux de les pousser à la faute. Autant faut-il derrière ne pas tomber à 7m sur le portier Dominik Kuzmanovic (deux arrêts). Mais cet échec par deux fois répétés n’a pas découragé les Tricolores qui ont continué à harceler leur vis-à-vis. Si Barbic transformait les pénaltys tout en restant moins inspiré que face au Portugal, si Bozicevic était moins à l’aise que face à l’Autriche, le camp croate va sortir de sa manche, Fabjan Grubisic (photo du bas). L’arrière de Varazdin va se montrer intenable, n’ayant aucun scrupule à lâcher ses tirs. Il y aura un peu de déchets dans ses intentions mais avec 9 buts, il va se montrer en grande réussite à 6 mètres. Les Français ne resteront pas sans arguments. Très discret face aux Portugais, le Nîmois Guéric Vincent va remettre le bleu de chauffe et exploiter la plupart des ballons qui lui était destiné. D’ailleurs côté tricolore, le danger viendra des ailes car excepté Hugo Pimenta sur le côté droit, le rendement de la base arrière n’est pas bien fameux. Toujours en tête en début de seconde période après avoir regagné les vestiaires à égalité, les Français vont être débordés dans les 20 dernières minutes. Sans ne jamais prendre l’eau, tombant cette fois sur un gardien Matej Mandic qui va les mettre en difficultés à 8 reprises. Chez eux, les Croates avaient visés le carton plein et il était hors de question qu’ils concèdent ce 3ème match face à la France après deux brillants succès face au Portugal et à l’Autriche. Ils vont accélérer et transpercer la défense tricolore. Handjou-Tchuilieu va mordre le parquet, Imanol Carrère bien léger malgré sa stature, se fera mystifier une fois par Grubisic, une autre par Dujic. Mais à ce moment-là, il y avait encore de l’espoir (-1) et dix minutes à disputer. Peine perdue, l’écart de va guère évoluer et Mandic va terminer un peu plus à son avantage même si les deux portiers français Villain et Bonnat n’avaient pas démérité. 

 

Pas de festin à la table des huit. Désormais, c’est un championnat parallèle qui débute avec un 1er match dans deux jours face à la Norvège. « Le plus dur commence, ne cache pas Pascal Bourgeais. Le niveau de jeu contre les Croates nous a satisfaits, les garçons étaient concentrés car ils avaient peur d’en prendre une, mais ce niveau il va falloir le reproduire dans les prochains matches. C’est le piège dans lequel il ne faut pas tomber et étape après étape, ne pas descendre encore plus bas. » Car au-delà de la fierté, de l’amour-propre, il ne sera pas anodin de soigner le classement même si la meilleure place n’est que la 9ème. L’avenir notamment l’année 2022 est en jeu. « Les objectifs sont identifiés. Etant éliminés du tour principal, sauf désistement, les tout petits (de Guillaume Joli) ne pourront pas participer au Festival de la Jeunesse. En revanche, il faut impérativement finir dans les treize 1ers pour que ces mêmes 2002-2003 se qualifient pour l’Euro U20 l’année prochaine et que la génération suivante soit à l’Euro U18. »  Dans ce tour intermédiaire, la France et la Norvège partent avec 2 points. Les deux nations se rencontrent dès mardi. Mercredi, les Bleus seront à l’épreuve de la Russie. Il leur restera un match (vendredi) pour affiner leur classement. 

 

Concernant cet Euro U19, deux grandes nations qui excellent chez les A, la Norvège et la France vont manquer à l’appel pour la suite. L’Allemagne, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Islande, le Portugal, la Slovénie et la Suède vont se disputer une place dans le carré final.


Tour Préliminaire – Euro M U19 

Halle des Sports de Koprivnica (Croatie), dimanche 15 août 2021

CROATIE – FRANCE          26-25  (mi-temps : 13-13)

arbitres : Igor & Alexei Covalciuc (Moldavie)

 

France : Villain (7/18 et 1/1 au tir), Bonnat (5/20) – Queiros (0/1) Claire, Vescovo (3/5) Derisbourg, Vincent (10/14) Pimenta (3/4) Berthier (2/2) Fadhuile-Crepy (2/6) Handjou-Tchuilieu, Clay (2/5) Carrere, Pellen, Capelle, Peleka (2/4)

 

Evolution du score : 1-2 (5) 3-5 (10) 5-6 (15) 7-9 (20) 11-11 (25) 13-13 (MT) 15-16 (35) 19-18(40) 21-22 (45) 25-23 (50) 25-24 (55) 26-25 (FIN)

 

Dans la même rubrique

  1 2 3 4