bandeau handzone

Bruno Martini, nouveau président de la LNH !

LMSL

lundi 29 novembre 2021 - © Yves Michel

 3 min 52 de lecture

C'est officiel et le secret n'était plus très bien gardé... Bruno Martini revient dans la famille du handball. Cette fois, à la présidence de la Ligue Nationale. Après une assemblée générale qui s'est tenue ce lundi matin, il succède à David Tébib qui après un interim de quinze mois suite à la démission en cours de mandat d'Olivier Girault, n'avait pas souhaité prolonger l'aventure.

L’absence a été de courte durée. En décembre 2020, lorsque Bruno Martini avait annoncé qu’il lâchait son poste de manager général du PSG Handball, l’info avait pour le moins surpris. L’ancien gardien de buts tricolore, double médaillé d’or aux Mondiaux 1995 et 2001 voulait semble-t-il tourner la page après plus de trois décennies passées au service de la petite balle et ses débuts du côté de Miramas. En janvier 2021, il est devenu le manager général de l’équipe e-sportive française, Team Vitality spécialisée dans les jeux sportifs vidéo. 

Dix mois plus tard, le Provençal revient au handball. Pour endosser un nouveau costume, celui de président pour les trois années à venir de la Ligue Nationale. Il succède ainsi à David Tébib (août 2020 – novembre 2021), Olivier Girault (2018 – août 2020), Philippe Bernat-Salles (2010 – 2018) et Alain Smadja (2004 – 2010). 

David Tébib qui cumule plusieurs fonctions dans le monde du handball puisqu’il est président de l’USAM, de l’UCPH (Union des Clubs Professionnels de Handball) et de l’ANLSP (Association Nationale des Ligues de Sport Professionnel) s’allège d’une charge qui devenait pesante mais qu’il a tenu à mener jusqu’à son terme, traversant une période plutôt délicate avec la gestion de la pandémie du Coronavirus. Parmi les satisfactions, le Nîmois a obtenu il y a peu, la prolongation du partenariat avec BeIn sports diffuseur officiel du championnat jusqu'en 2026. 

Bruno Martini sera entouré d'Alain Aubard (président de Limoges), Jean-Claude Blanc (président délégué du PSG), Stéphane Cambriels (Istres), Julien Deljarry (président de Montpellier), Alain Poncet (président de Chambéry). 
A la direction de la LNH, s'ajoutent :
les représentants des syndicats: David Tebib (présidents de club), Vincent Gérard (joueurs), Thierry Anti (entraîneurs)...
deux représentants de la Proligue: Christian Laffitte (Billères) et Vincent Férey (Cherbourg)
des personnalités du hand comme Jérôme Fernandez et Nodjalem Myaro et de tous horizons comme Arnaud Dagorne et Jean Patrick Barrero (chef d'entreprise)  

A noter qu'après dix ans de mandat, l'excellent président de Dunkerque Jean Pierre Vandaele (trésorier de la LNH) ne se représentait pas. 

Le tout nouveau président de la LNH a tenu un point presse à la mi-journée et a apporté quelques précisions sur son retour dans le monde handballistique. « Au départ, si je suis là, c’est parce qu’on est venu me chercher et je dois dire que j’étais plutôt flatté. J’ai fait partie de ceux qui ont créé l’AJPH (syndicat des joueurs), je vois là une certaine continuité au niveau de mon investissement dans les structures. Je me suis dit au niveau de la LNH, si je peux donner un coup de main… Oui, c’est quelque chose qui me manquait, j’ai commencé le hand à 12 ans, j’en ai 51 mais j’avais besoin d’évoluer professionnellement. Pour autant, je n’ai jamais perdu le contact même si j’avais pris du recul, je me tenais informé de l’actualité du hand avec grand intérêt. Après, je ne suis pas l’homme providentiel. J’ai axé surtout mon programme sur la collégialité et la mutualisation de tout un tas d’éléments et avoir une meilleure synergie avec la fédération. Pour moi, cet aspect est primordial. Car je suis convaincu que le hand n’est pas assez costaud pour progresser, de façon individuelle. » Sur sa façon de mener de front son activité professionnelle, d'organiser son agenda pour être un président de la Ligue efficace, Bruno Martini a levé tous les obstacles qui pourraient exister. « Je ne suis pas très inquiet là-dessus, les méthodes de travail sont désormais beaucoup plus souples. Je peux tout aussi bien effectuer un déplacement à Nice ou ailleurs, rencontrer les gens du club, assister à un match tout en œuvrant dans la journée pour mon job. En revanche, (président de la LNH), ce n’est pas une activité à temps plein. Mais grâce aux salariés et au comité directeur de la Ligue, je pense être en capacité de gérer tout cela de manière intelligente. » Les prochains déplacements dans les clubs notamment à Nantes où les relations avec l'ancien président de la LNH s'étaient passablement rafraîchies, n’ont pas encore été programmés.   

Bruno Martini, nouveau président de la LNH !  

LMSL

lundi 29 novembre 2021 - © Yves Michel

 3 min 52 de lecture

C'est officiel et le secret n'était plus très bien gardé... Bruno Martini revient dans la famille du handball. Cette fois, à la présidence de la Ligue Nationale. Après une assemblée générale qui s'est tenue ce lundi matin, il succède à David Tébib qui après un interim de quinze mois suite à la démission en cours de mandat d'Olivier Girault, n'avait pas souhaité prolonger l'aventure.

L’absence a été de courte durée. En décembre 2020, lorsque Bruno Martini avait annoncé qu’il lâchait son poste de manager général du PSG Handball, l’info avait pour le moins surpris. L’ancien gardien de buts tricolore, double médaillé d’or aux Mondiaux 1995 et 2001 voulait semble-t-il tourner la page après plus de trois décennies passées au service de la petite balle et ses débuts du côté de Miramas. En janvier 2021, il est devenu le manager général de l’équipe e-sportive française, Team Vitality spécialisée dans les jeux sportifs vidéo. 

Dix mois plus tard, le Provençal revient au handball. Pour endosser un nouveau costume, celui de président pour les trois années à venir de la Ligue Nationale. Il succède ainsi à David Tébib (août 2020 – novembre 2021), Olivier Girault (2018 – août 2020), Philippe Bernat-Salles (2010 – 2018) et Alain Smadja (2004 – 2010). 

David Tébib qui cumule plusieurs fonctions dans le monde du handball puisqu’il est président de l’USAM, de l’UCPH (Union des Clubs Professionnels de Handball) et de l’ANLSP (Association Nationale des Ligues de Sport Professionnel) s’allège d’une charge qui devenait pesante mais qu’il a tenu à mener jusqu’à son terme, traversant une période plutôt délicate avec la gestion de la pandémie du Coronavirus. Parmi les satisfactions, le Nîmois a obtenu il y a peu, la prolongation du partenariat avec BeIn sports diffuseur officiel du championnat jusqu'en 2026. 

Bruno Martini sera entouré d'Alain Aubard (président de Limoges), Jean-Claude Blanc (président délégué du PSG), Stéphane Cambriels (Istres), Julien Deljarry (président de Montpellier), Alain Poncet (président de Chambéry). 
A la direction de la LNH, s'ajoutent :
les représentants des syndicats: David Tebib (présidents de club), Vincent Gérard (joueurs), Thierry Anti (entraîneurs)...
deux représentants de la Proligue: Christian Laffitte (Billères) et Vincent Férey (Cherbourg)
des personnalités du hand comme Jérôme Fernandez et Nodjalem Myaro et de tous horizons comme Arnaud Dagorne et Jean Patrick Barrero (chef d'entreprise)  

A noter qu'après dix ans de mandat, l'excellent président de Dunkerque Jean Pierre Vandaele (trésorier de la LNH) ne se représentait pas. 

Le tout nouveau président de la LNH a tenu un point presse à la mi-journée et a apporté quelques précisions sur son retour dans le monde handballistique. « Au départ, si je suis là, c’est parce qu’on est venu me chercher et je dois dire que j’étais plutôt flatté. J’ai fait partie de ceux qui ont créé l’AJPH (syndicat des joueurs), je vois là une certaine continuité au niveau de mon investissement dans les structures. Je me suis dit au niveau de la LNH, si je peux donner un coup de main… Oui, c’est quelque chose qui me manquait, j’ai commencé le hand à 12 ans, j’en ai 51 mais j’avais besoin d’évoluer professionnellement. Pour autant, je n’ai jamais perdu le contact même si j’avais pris du recul, je me tenais informé de l’actualité du hand avec grand intérêt. Après, je ne suis pas l’homme providentiel. J’ai axé surtout mon programme sur la collégialité et la mutualisation de tout un tas d’éléments et avoir une meilleure synergie avec la fédération. Pour moi, cet aspect est primordial. Car je suis convaincu que le hand n’est pas assez costaud pour progresser, de façon individuelle. » Sur sa façon de mener de front son activité professionnelle, d'organiser son agenda pour être un président de la Ligue efficace, Bruno Martini a levé tous les obstacles qui pourraient exister. « Je ne suis pas très inquiet là-dessus, les méthodes de travail sont désormais beaucoup plus souples. Je peux tout aussi bien effectuer un déplacement à Nice ou ailleurs, rencontrer les gens du club, assister à un match tout en œuvrant dans la journée pour mon job. En revanche, (président de la LNH), ce n’est pas une activité à temps plein. Mais grâce aux salariés et au comité directeur de la Ligue, je pense être en capacité de gérer tout cela de manière intelligente. » Les prochains déplacements dans les clubs notamment à Nantes où les relations avec l'ancien président de la LNH s'étaient passablement rafraîchies, n’ont pas encore été programmés.   

Dans la même rubrique

LMSL
vendredi 31 décembre 2021
  
LMSL
vendredi 10 décembre 2021
  
LMSL
mardi 7 décembre 2021
  
  1 2 3 4