bandeau handzone

Pour passer le barrage, Brest aura besoin d’une « Koby » brillante

Champion's League

vendredi 25 mars 2022 - © Philippe Riou

 2 min 44 de lecture

Quand elle ne prend pas l'intervalle pour marquer, Monika Kobylinska n'a pas son pareil pour décaler ses ailières ou obtenir un jet de 7 mètres. L’arrière droit polonaise est l'une des pièces maîtresses du Brest Bretagne HB, qui tentera ce dimanche de se rapprocher des quarts de finale de la C1, à Odense.

D’où viens-tu, Monika Kobylinska ? De Zary, dans le centre-ouest de la Pologne, près de la frontière allemande. « J’ai commencé le hand à douze ans, pour suivre les copines du collège, et ça m'a plu tout de suite. »

Rapidement repérée pour ses aptitudes, elle intègre un pôle régional, qui l’amènera quatre ans plus tard, malgré deux ruptures des croisés, à rejoindre le club professionnel de Vistal Gdynia sur la mer Baltique, à quelques encablures de Gdansk. Elle y évolue de 2014 à 2017, devient championne de Pologne, et intègre à 20 ans l’équipe nationale, avec laquelle elle finira quatrième au Mondial 2015 et obtiendra le titre honorifique de meilleure jeune arrière droit de la compétition.

« En Pologne, toutes les handballeuses rêvent de jouer en Bundesliga. » En 2017, Monika Kobylinska franchit le pas et la frontière, rejoint Metzingen et joue la Coupe EHF avec les TuSsies.

Repérée par Brest, elle y signe en 2019, avant de prolonger en 2021 pour deux saisons supplémentaires. « J'ai été très surprise, mais aussi heureuse d’avoir été contactée. Ca a été beaucoup d’émotions pour la première saison », stoppée net par le Covid-19. « Je me plais beaucoup à Brest, et puis il y a la mer ! »

Début octobre 2020, alors qu’elle venait d'être nommée capitaine de l'équipe polonaise (80 sélections et 250 buts), la numéro 8 finistérienne (1,77 m) se rompt à nouveau les croisés. Grâce à une rééducation express, elle peut néanmoins finir la saison avec le BBH pour signer le doublé coupe-championnat de France et jouer le Final Four de la Ligue des Champions. Un rétablissement rapide qu’elle a pu gérer grâce à son master en préparation physique. 

De passage à Varsovie il y a trois semaines, lors de la fenêtre internationale, Monika Kobylinska a croisé de nombreux réfugiés ukrainiens. « Je suis très fière de l'aide que la nation polonaise apporte à l’Ukraine », clame-t-elle.

 

Metz et Zaadi ouvrent le bal des huitièmes

Troisième de son groupe, Metz dispute samedi (18 h) son huitième de finale aller au Borussia Dortmund, sixième de la poule de Brest (une victoire à domicile partout). Le vainqueur de la double confrontation sera directement qualifié pour le Final Four de Budapest, l’adversaire qui lui était promis en quart (Rostov) ayant été disqualifié. Grace Zaadi, libérée par le club russe jusqu’à la fin de la saison, fera son retour dans le collectif d’Emmanuel Mayonnade dans la Ruhr. Match retour samedi prochain en Moselle.

Brest, qui a récupéré ses blessées (hormis Jaukovic) et ses cas de Covid, se déplacera au complet chez les Danoises d'Odense, battues deux fois par Metz en phase de poules (-7 et -6). Match aller à 16 heures dimanche, retour sept jours plus tard à l’Arena. Si le BBH se qualifie, il aurait le droit à des retrouvailles avec Kristiansand dès les quarts de finale (fin avril-début mai)...

Pour passer le barrage, Brest aura besoin d’une « Koby » brillante 

Champion's League

vendredi 25 mars 2022 - © Philippe Riou

 2 min 44 de lecture

Quand elle ne prend pas l'intervalle pour marquer, Monika Kobylinska n'a pas son pareil pour décaler ses ailières ou obtenir un jet de 7 mètres. L’arrière droit polonaise est l'une des pièces maîtresses du Brest Bretagne HB, qui tentera ce dimanche de se rapprocher des quarts de finale de la C1, à Odense.

D’où viens-tu, Monika Kobylinska ? De Zary, dans le centre-ouest de la Pologne, près de la frontière allemande. « J’ai commencé le hand à douze ans, pour suivre les copines du collège, et ça m'a plu tout de suite. »

Rapidement repérée pour ses aptitudes, elle intègre un pôle régional, qui l’amènera quatre ans plus tard, malgré deux ruptures des croisés, à rejoindre le club professionnel de Vistal Gdynia sur la mer Baltique, à quelques encablures de Gdansk. Elle y évolue de 2014 à 2017, devient championne de Pologne, et intègre à 20 ans l’équipe nationale, avec laquelle elle finira quatrième au Mondial 2015 et obtiendra le titre honorifique de meilleure jeune arrière droit de la compétition.

« En Pologne, toutes les handballeuses rêvent de jouer en Bundesliga. » En 2017, Monika Kobylinska franchit le pas et la frontière, rejoint Metzingen et joue la Coupe EHF avec les TuSsies.

Repérée par Brest, elle y signe en 2019, avant de prolonger en 2021 pour deux saisons supplémentaires. « J'ai été très surprise, mais aussi heureuse d’avoir été contactée. Ca a été beaucoup d’émotions pour la première saison », stoppée net par le Covid-19. « Je me plais beaucoup à Brest, et puis il y a la mer ! »

Début octobre 2020, alors qu’elle venait d'être nommée capitaine de l'équipe polonaise (80 sélections et 250 buts), la numéro 8 finistérienne (1,77 m) se rompt à nouveau les croisés. Grâce à une rééducation express, elle peut néanmoins finir la saison avec le BBH pour signer le doublé coupe-championnat de France et jouer le Final Four de la Ligue des Champions. Un rétablissement rapide qu’elle a pu gérer grâce à son master en préparation physique. 

De passage à Varsovie il y a trois semaines, lors de la fenêtre internationale, Monika Kobylinska a croisé de nombreux réfugiés ukrainiens. « Je suis très fière de l'aide que la nation polonaise apporte à l’Ukraine », clame-t-elle.

 

Metz et Zaadi ouvrent le bal des huitièmes

Troisième de son groupe, Metz dispute samedi (18 h) son huitième de finale aller au Borussia Dortmund, sixième de la poule de Brest (une victoire à domicile partout). Le vainqueur de la double confrontation sera directement qualifié pour le Final Four de Budapest, l’adversaire qui lui était promis en quart (Rostov) ayant été disqualifié. Grace Zaadi, libérée par le club russe jusqu’à la fin de la saison, fera son retour dans le collectif d’Emmanuel Mayonnade dans la Ruhr. Match retour samedi prochain en Moselle.

Brest, qui a récupéré ses blessées (hormis Jaukovic) et ses cas de Covid, se déplacera au complet chez les Danoises d'Odense, battues deux fois par Metz en phase de poules (-7 et -6). Match aller à 16 heures dimanche, retour sept jours plus tard à l’Arena. Si le BBH se qualifie, il aurait le droit à des retrouvailles avec Kristiansand dès les quarts de finale (fin avril-début mai)...

Dans la même rubrique

Champion's League
mercredi 28 septembre 2022
  
Champion's League
jeudi 22 septembre 2022
  
Champion's League
vendredi 9 septembre 2022
  
Champion's League
vendredi 1 juillet 2022
  
Champion's League
dimanche 19 juin 2022
  
  1 2 3 4