bandeau handzone

A Nîmes, avec "Ljubo", ça va piquer !

LMSL

jeudi 21 juillet 2022 - © Yves Michel

 4 min 26 de lecture

A quelques jours du début de la préparation, l’USAM Nîmes a officiellement présenté son nouvel entraîneur Ljubomir Vranjes qui a signé un contrat de 4 ans, à la tête de l’équipe professionnelle. Le programme qu’il a concocté pour les semaines à venir et ses objectifs dans le temps sont à son image. Ambitieux et ne laissant aucune place à l’improvisation.

Si les joueurs de l’USAM n’ont pas bien profité de leurs vacances, ils risquent de le regretter. Dès lundi, ils seront sur le pont au contact de leur nouvel entraîneur Ljubomir Vranjes. Le Suédois est dans le Gard depuis quelques jours et il a eu le temps de peaufiner sa mise en route. Une 1ère semaine au Parnasse où il n’y aura aucune place pour l’improvisation. Du haut de son mètre 66, le technicien a des idées bien arrêtées. «La décision de venir à Nîmes n’a pas été difficile à prendre. C’est un club familial avec des valeurs qui me correspondent. J’aime la rigueur et j’attache une grande importance à la discipline mais il faut que cela se fasse aussi dans la bonne humeur. La préparation physique sera très importante.»  Sans parler de stage commando, l’ensemble du groupe enchaînera sa 2ème semaine de prépa dans le sud-ouest du côté de Temple-sur-Lot. Rassemblement tous les jours dès 7h30 sur la piste, travail foncier puis natation avant une séance de musculation repas, sieste et handball en fin d’après-midi. «Je sais ce que je veux. Pour bien jouer en défense et courir beaucoup, il faut qu’on soit fort physiquement. Je veux qu’on mette de l’intensité dans les entraînements sans pour autant que ce soit un choc pour les joueurs.» La préparation va monter en puissance pour que dès septembre et le 1er tour en coupe de France à Caen, tout le monde soit performant. Mal en point à la trêve, L’USAM a cravaché dans la seconde partie du dernier championnat pour terminer à la 6ème place. Efforts mal récompensés puisque la Coupe d’’Europe n’est pas au rendez-vous, l’EHF ayant préféré favoriser des nations… émergentes. «C’est dommage de ne pas la disputer. Le positif dans tout ça, c'est que je vais avoir plus de temps à ma disposition pour façonner le groupe, l’adapter à ce qui nous attend. Nous aurons une bonne équipe pour atteindre les objectifs fixés.»  Et sur cet aspect, même si la décision de la Fédération Européenne l’a mis en colère, le président David Tébib a été sans équivoque. « Un club comme l’USAM se doit de figurer a minima dans le Top 5 de Starligue. » Ljubomir Vranjes n’est pas homme à se laisser impressionner même si contrairement à sa malheureuse expérience à Veszprém, il demande le temps nécessaire pour bâtir. « Je ne suis pas un magicien, je suis un entraîneur. Je ne pourrai rien faire seul, d’un simple claquement de doigts. J’ai tout connu dans ma carrière. Des hauts (avec Flensburg, le club qui a façonné sa réputation internationale avec une coupe EHF en 2012 et la Ligue des Champions, 2 ans plus tard) mais aussi des moins bons moments (Veszprém où en septembre 2018, au lendemain de ce 3ème match de Ligue des Champions perdu à domicile contre le Vardar, il a été limogé, les supporters hongrois ayant déjà préparé le goudron et les plumes). La continuité est importante pour obtenir des succès. Il faut aussi avoir de l'ambition. La Ligue Européenne sera le 1er objectif. Mais il faut viser plus haut. La Ligue des Champions demande du temps. Pour développer financièrement le club, pour recruter les joueurs qu’il faut. Déjà, servons-nous de ce que nous avons mais c’est vrai qu’il n’est pas interdit de rêver. » Un discours qui ne peut que convenir au public nîmois attentif à la moindre étincelle pour enflammer le Parnasse. Avec Ljubomir Vranjes et cinq nouveaux joueurs (voir ci-dessous), l’USAM est décidée à écrire un nouveau chapitre de sa déjà longue histoire. 



Cinq arrivées dans l'effectif pro

Il fallait avant tout pallier les départs des deux gardiens de la saison écoulée, Rémi Desbonnet (pour Montpellier) et Téodor Paul (pour Toulouse). L'USAM a opté pour l'ancien Raphaélois Alexandre Demaille et le Slovène Joze Baznik (ex Cesson). L'arrêt programmé de Rémi Salou a accéléré l'arrivée d'un autre Cessonnais, le pivot Hugo Kamtchop (notre photo). Ce poste sera bien pourvu avec deux autres joueurs du crû Tom Poyet et Benjamin Gallego. Le Norvégien Henrik Jakobsen à qui il restait un an de contrat est parvenu à un accord avec le club nîmois pour retourner dans un de ses anciens clubs, au Danemark à GOG. Ljubomir Vranjes ne se sentira pas dépaysé puisque son compatriote Jesper Konradsson rejoint le Gard. Le meneur de jeu suédois âgé de 28 ans arrive du club de Skjern avec lequel il a disputé deux fois la Ligue des Champions (entre 2017 et 2019) et la Ligue Européenne (2020-2021). Boïba Sissoko est la 5ème recrue de l'USAM. Malheureusement pour ses partenaires, l'ancien Cristollien devra patienter jusqu'à la phase retour en février 2023 avant de retrouver le parquet. Le 9 juin, l'ailier gauche s'est gravement blessé au genou lors de la dernière journée face au PSG. 

Michaël Guigou lui, a arrêté sa carrière alors que les deux arrières O'Brien Nyateu et Baptiste Bonnefond ont rejoint respectivement Dunkerque et Toulouse. 

A Nîmes, avec "Ljubo", ça va piquer ! 

LMSL

jeudi 21 juillet 2022 - © Yves Michel

 4 min 26 de lecture

A quelques jours du début de la préparation, l’USAM Nîmes a officiellement présenté son nouvel entraîneur Ljubomir Vranjes qui a signé un contrat de 4 ans, à la tête de l’équipe professionnelle. Le programme qu’il a concocté pour les semaines à venir et ses objectifs dans le temps sont à son image. Ambitieux et ne laissant aucune place à l’improvisation.

Si les joueurs de l’USAM n’ont pas bien profité de leurs vacances, ils risquent de le regretter. Dès lundi, ils seront sur le pont au contact de leur nouvel entraîneur Ljubomir Vranjes. Le Suédois est dans le Gard depuis quelques jours et il a eu le temps de peaufiner sa mise en route. Une 1ère semaine au Parnasse où il n’y aura aucune place pour l’improvisation. Du haut de son mètre 66, le technicien a des idées bien arrêtées. «La décision de venir à Nîmes n’a pas été difficile à prendre. C’est un club familial avec des valeurs qui me correspondent. J’aime la rigueur et j’attache une grande importance à la discipline mais il faut que cela se fasse aussi dans la bonne humeur. La préparation physique sera très importante.»  Sans parler de stage commando, l’ensemble du groupe enchaînera sa 2ème semaine de prépa dans le sud-ouest du côté de Temple-sur-Lot. Rassemblement tous les jours dès 7h30 sur la piste, travail foncier puis natation avant une séance de musculation repas, sieste et handball en fin d’après-midi. «Je sais ce que je veux. Pour bien jouer en défense et courir beaucoup, il faut qu’on soit fort physiquement. Je veux qu’on mette de l’intensité dans les entraînements sans pour autant que ce soit un choc pour les joueurs.» La préparation va monter en puissance pour que dès septembre et le 1er tour en coupe de France à Caen, tout le monde soit performant. Mal en point à la trêve, L’USAM a cravaché dans la seconde partie du dernier championnat pour terminer à la 6ème place. Efforts mal récompensés puisque la Coupe d’’Europe n’est pas au rendez-vous, l’EHF ayant préféré favoriser des nations… émergentes. «C’est dommage de ne pas la disputer. Le positif dans tout ça, c'est que je vais avoir plus de temps à ma disposition pour façonner le groupe, l’adapter à ce qui nous attend. Nous aurons une bonne équipe pour atteindre les objectifs fixés.»  Et sur cet aspect, même si la décision de la Fédération Européenne l’a mis en colère, le président David Tébib a été sans équivoque. « Un club comme l’USAM se doit de figurer a minima dans le Top 5 de Starligue. » Ljubomir Vranjes n’est pas homme à se laisser impressionner même si contrairement à sa malheureuse expérience à Veszprém, il demande le temps nécessaire pour bâtir. « Je ne suis pas un magicien, je suis un entraîneur. Je ne pourrai rien faire seul, d’un simple claquement de doigts. J’ai tout connu dans ma carrière. Des hauts (avec Flensburg, le club qui a façonné sa réputation internationale avec une coupe EHF en 2012 et la Ligue des Champions, 2 ans plus tard) mais aussi des moins bons moments (Veszprém où en septembre 2018, au lendemain de ce 3ème match de Ligue des Champions perdu à domicile contre le Vardar, il a été limogé, les supporters hongrois ayant déjà préparé le goudron et les plumes). La continuité est importante pour obtenir des succès. Il faut aussi avoir de l'ambition. La Ligue Européenne sera le 1er objectif. Mais il faut viser plus haut. La Ligue des Champions demande du temps. Pour développer financièrement le club, pour recruter les joueurs qu’il faut. Déjà, servons-nous de ce que nous avons mais c’est vrai qu’il n’est pas interdit de rêver. » Un discours qui ne peut que convenir au public nîmois attentif à la moindre étincelle pour enflammer le Parnasse. Avec Ljubomir Vranjes et cinq nouveaux joueurs (voir ci-dessous), l’USAM est décidée à écrire un nouveau chapitre de sa déjà longue histoire. 



Cinq arrivées dans l'effectif pro

Il fallait avant tout pallier les départs des deux gardiens de la saison écoulée, Rémi Desbonnet (pour Montpellier) et Téodor Paul (pour Toulouse). L'USAM a opté pour l'ancien Raphaélois Alexandre Demaille et le Slovène Joze Baznik (ex Cesson). L'arrêt programmé de Rémi Salou a accéléré l'arrivée d'un autre Cessonnais, le pivot Hugo Kamtchop (notre photo). Ce poste sera bien pourvu avec deux autres joueurs du crû Tom Poyet et Benjamin Gallego. Le Norvégien Henrik Jakobsen à qui il restait un an de contrat est parvenu à un accord avec le club nîmois pour retourner dans un de ses anciens clubs, au Danemark à GOG. Ljubomir Vranjes ne se sentira pas dépaysé puisque son compatriote Jesper Konradsson rejoint le Gard. Le meneur de jeu suédois âgé de 28 ans arrive du club de Skjern avec lequel il a disputé deux fois la Ligue des Champions (entre 2017 et 2019) et la Ligue Européenne (2020-2021). Boïba Sissoko est la 5ème recrue de l'USAM. Malheureusement pour ses partenaires, l'ancien Cristollien devra patienter jusqu'à la phase retour en février 2023 avant de retrouver le parquet. Le 9 juin, l'ailier gauche s'est gravement blessé au genou lors de la dernière journée face au PSG. 

Michaël Guigou lui, a arrêté sa carrière alors que les deux arrières O'Brien Nyateu et Baptiste Bonnefond ont rejoint respectivement Dunkerque et Toulouse. 

Dans la même rubrique

  1 2 3 4