mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Luc Abalo de Cologne...
Luc Abalo de Cologne...
30 Janvier 2007 | International > Mondial

Obligés de jouer un match de la mort face aux Croates, les Français se devaient de gagner pour rejoindre les Allemands en demi-finale pour non seulement continuer la route vers le podium, mais aussi conserver une chance de jouer la qualification pour les JO de Pékin en 2008. La tâche semblait assez ardue au vu des différences de prestations entre les deux équipes depuis le début de la compétition, il fallait que les Bleus retrouvent le jeu qui en avait fait des Champions d'Europe impressionnants pour passer outre l'obstacle.


Cologne, envoyé spécial


Et ce niveau, les Bleus l'ont totalement retrouvés en défense pour contenir l'attaque pourtant plus que redoutable des Croates à moins de 20 buts. Consistants, solides et solidaires devant un "Titi" Omeyer de nouveau sur le toit du monde, les Bleus ont fait ce que peu les croyaient capables de faire, sortir une équipe Croate qui n'avait encaissé aucun échec depuis le début du Mondial, la route continue, les demis s'ouvrent en grand pour la France et la route du podium est large, il va simplement falloir trouver un niveau de tir à l'égal de la défense pour envisager le meilleur pour la suite.



Heureusement qu'un certain Luc "Skywalker" Abalo nous aura décroché les étoiles et fait briller les yeux, après Michael Guigou, un autre ailier aura été le bourreau des Croates, les ailiers français vont faire faire des cauchemars pendant un moment aux joueurs à damier. Avec huit buts, l'ailier d'Ivry a explosé face aux Croates. Une fantastique audace à l'aile qui, associé à une défense intraitable et un Thierry Omeyer à nouveau écoeurant ont permis à l'équipe de France d'éliminer la Croatie. Avant de retrouver l'Allemagne en demi-finale pour un duel de feu.



France-Croatie. Enfin. Après une première semaine en pointillés et deux revers, les Bleus retrouvaient à Cologne un adversaire de légende, champion olympique et vice-champion du monde en titre. Et surtout une situation enfin vraiment dangereuse : un match à élimination directe, une victoire pour continuer à rêver, ou une défaite pour ruminer un statut de favori si volontairement revendiqué. "La compétition commence aujourd'hui", avait même lâché Christophe Kempe, le pivot toulousain.
 
Surclassé par Henning Fritz samedi contre l'Allemagne dans leur duel de gardiens, Thierry Omeyer de retour au plus haut niveau entamait cette fois une partie d'intox à distance avec les gardiens croates. Et à cette bataille de portiers s'ajoutait d'entrée une diagonale des fous : le fantasque Dzomba sur la droite de l'attaque croate, l'aérien Luc Abalo dans l'angle opposé, ce sont les ailiers qui donnaient le tempo en début de rencontre. Le lutin de Montpellier Michael Guigou l'imite de l'autre côté de la zone, avec notamment un extraordinaire raid depuis sa défense dans le plus pur style NBA, et les Bleus font douter les joueurs au damier rouge et blanc (7-4, 17e). Des Bleus retrouvés, qui après la bouillie de handball proposée parfois en première semaine, et notamment contre l'Islande en poule, retrouvent enfin la cohérence et la concentration qui les avait fait monter sur le toit de l'Europe il y a un an en Suisse.



Mais l'inconstance des premiers jours a laissé des traces, et les Français restent branchés sur courant alternatif, à l'image des ces dix minutes sans but en fin de première mi-temps. Un inquiétant trou d'air qui permet à des Croates en cours d'asphyxie de respirer un grand coup, et de recoller à 8-8 sur un sept mètres de Dzomba (24e). Et il faut que Fernandez et Narcisse fassent parler leur bras à neuf mètres pour que la France s'offre la plus petite des marges à la mi-temps. 10-9 à la pause, un score qui résume à lui seul ce quart de finale : un match fermé, loin d'être le plus beau de la compétition mais chargé d'intensité et en permanence indécis, sur le fil, prêt à se renverser d'un côté comme de l'autre.




 
Rien ne bouge en début de seconde période : les lignes continuent à s'observer, avec la désagréable certitude que la moindre erreur, la moindre approximation peut fermer les portes du dernier carré. Et c'est un gamin prodige qui va emporter la décision : Nikola Karabatic, l'idole de Kiel, rendu muet jusque là par sa garde rapprochée croate, va faire exploser le verrou rouge et blanc par une frappe énorme sous la barre (12-14, 43e). Un missile qui va entraîner une imprévisible réaction en chaîne : vexés, inquiets, les Croates s'énervent et Dominikovic décoche un coup de coude au même Karabatic. Rouge sec.



Les Croates, déjà en infériorité numérique, vont alors évoluer à 4 contre 6 pendant plus d'une minute, et finir d'imploser. "Kara" continue le festival et l'insaisissable Abalo écoeure ses cerbères sur son aile gauche pour parachever le chef d'œuvre : le match le plus abouti depuis le début de cette campagne allemande, une partition en mode majeur qui replace la France dans la caste où elle était il y a quelques semaines, quelques jours. Celle des prétendants au titre.
 
Comme l'équipe de France de football l'avait fait il y a quelques mois, les handballeurs se sont à nouveau inventé un destin à l'ombre du Dom, cette fois sous les projecteurs de la Kölnarena. Sérieux, souverains, réalistes, ils affronteront jeudi l'Allemagne sur le même parquet, pour une revanche du tour principal. Seuls, contre 19 000 spectateurs en noir rouge jaune. Et avec cette fois un enjeu d'une tout autre importance : une place en finale.


Olivier STEPHAN



A Cologne, KölnArena
Le 30 janvier 2007 à 20h00
France - Croatie : 21 - 18 (Mi-temps: 10-9)
19 000 spectateurs
Arbitres :
MM CHERNEGA et POLADENKO (Russie)

Photos Christian Carl


Statistiques du match
France
Joueurs :
2 FERNANDEZ Jerome 2/5 dont 0/1 pen.
3 DINART Didier
4 BURDET Cedric
5 GILLE Guillaume
6 GILLE Bertrand 0/5
8 NARCISSE Daniel 3/8
11 GIRAULT Olivier
13 KARABATIC Nikola 5/11
14 KEMPE Christophe
18 ABATI Joel 0/1
19 ABALO Luc 8/13
21 GUIGOU Michael 3/7 dont 1/2 pen.


Gardien :
16 OMEYER Thierry 22/40 dont 1/3 pen.




Croatie
Joueurs :
2 KALEB Niksa
3 SULIC Renato 2/2
4 BALIC Ivano 5/12
6 LACKOVIC Blazenko 3/10
7 ZRNIC Vedran
9 VORI Igor 2/5
10 DOMINIKOVIC Davor
11 DZOMBA Mirza 3/7 dont 2/3 pen.
14 VUKOVIC Drago 0/1
18 SPOLJARIC Denis
19 METLICIC Petar 3/12
23 VUKIC Ljubo


Gardiens :
16 JERKOVIC Dragan 3/4
25 ALILOVIC Mirko 15/35 dont 1/2 pen

© Olivier Stephan
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités