mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Michael Guigou : Après le France - Danemark
Michael Guigou : Après le France - Danemark
4 Février 2007 | International > Mondial

Comment analyses tu à chaud, ce résultat ?
Après nos deux derniers bons matches et malgré tout, on a essayé de se mobiliser, mais dés que nous avons raté des choses, on s’est mis à douter. On a du mal à être solide, à marquer des buts tout le long du match. En attaque on se précipite et comme on a très peu d’occasions pour revenir...

Aviez vous encore en vous de quoi aller chercher la médaille ?
Oui, on avait envie de la gagner mais aux premiers tirs ratés on a craqué. Les matchs de la troisième place, ils se jouent au mental. On a eu du mal à dormir. 3 jours à attendre c’est long. Surtout quand le sentiment d’injustice est toujours là, on a du mal à accepter qu’on n’a pas eu la chance d’aller aux penalties, pourtant en quart de finale, on avait  montré des choses. Dans ce mondial il s’est passé des choses bizarres, on ne trouve ni l’Espagne, ni la Croatie, ni la France dans les trois premiers.

CONFERENCE DE PRESSE

Ullrick Wilbek, coach danois.
On a bien débuté le match, solides en défense, en s’appuyant sur un bon gardien. C’était pour nous un honneur de prendre part à un tel match, devant autant de spectateurs. Ce sport est  numéro deux après le football dans notre pays et beaucoup de téléspectateurs l’ont regardé.
Le premier bilan que je ferais de ce championnat c’est que c’était très serré, un peu fermé. Un bon gardien et une bonne défense facilitaient le succès, ce mondial a été une réussite populaire avec des salles pleines, c’est très positif pour le Handball.

Claude Onesta :
Je veux d’abord complimenter mon collègue du Danemark. Les danois nous ont nettement dominés du début à la fin. L’équipe de France, elle, est sûrement restée sur le terrain de la demi finale. Le drame n’était pas surmonté, il faut nous croire ! Nous avons essayé mais l’ambiance qui nous entourait pendant 2 jours avec tous ces gens qui nous plaignaient, ne nous a pas aidés à faire le break. Les autres équipes, des gens de l’IHF, les amis, tous ceux que l’on croisait compatissaient. Ce climat ne nous a pas réussi. On avait la volonté mais cela reste une déception. Notre jeu d’attaque était plus fluide mais c’est notre défense qui n’était pas au niveau. Il y en avait toujours un qui craquait. Cette défense est un compromis entre puissance, solidarité, ambition. Le ressort était cassé.
Fernand s’est battu, Guillaume a amené de la fluidité. Mais Nico est en difficulté pour marquer en ce moment ! Mais il est tellement bagarreur. A la mi-temps j’ai essayé de remobiliser tout le monde. Je ne voulais pas que l’on baisse la tête. C’est une sensation très désagréable. Les danois eux n’étaient dans le même traumatisme.

Pouvez vous faire un bilan du mondial et de l’organisation ?
On a été très bien accueillis, les hébergements étaient de qualité. Des personnes charmantes se sont occupés de nous. Ce fut une réussite populaire c’est une très bonne promotion. Mais au plan sportif des choses ont été bafouées. Je crois que beaucoup d’équipes pensent pareil.
Des déplacements en bus répétés, parfois longs, pas de salle d’échauffement dans certains gymnases. C’étaient des conditions de travail difficiles. Les joueurs doivent être pris en considération de manière plus sérieuse si on veut que la compétition soit de qualité !!

Quel bilan faites vous au  niveau de l’équipe ?
Vous ne pourrez plus dire maintenant que l’on est la meilleure équipe du monde ! On est encore dans les quatre mais, il y a trop d’imperfections. On abordera le rendez vous des futures compétitions avec de l’ambition, quand on voit où sont placées les autres équipes habituellement sur le podium ! Les compétitions sont difficiles, cela va si vite. Remarquez que les Croates, avec une telle équipe n’ont rien gagné depuis 3 ans !!

Un objectif important est atteint c’est à dire un positionnement favorable pour l’obtention d’un billet pour les JO. Nous avons un groupe et des joueurs à potentiel, de talent mais on doit parfois faire attention aux qualificatifs employés. Il faut plus de  régularité. On doit redonner de la confiance et essayer de repartir dans une dynamique comme à l’Euro, au niveau des comportements individuels.

© Cathy Tachdjian
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités