mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Une affaire qui dérange…
5 Février 2007 | International > Mondial

Si la fin du Mondial ne s’est passée pour le mieux pour les joueurs, c’est encore pire pour le staff de l’équipe de France et notamment Alain Quintallet, préparateur physique des Bleus et des Bleues, affectueusement surnommé « Quinquin » par ceux qui le connaissent.

Le soir du douloureux France – Allemagne, lors du repas du soir, le staff s’était regroupé pour prendre son dîner tranquillement, sauf que la présence des arbitres Norvégiens, siffleurs du presque aussi célèbre Espagne – Allemagne, sont venus auprès de la table pour discuter avec Claude Onesta.

Pas la meilleure des idées au vu du déroulement du match de l’après-midi, devant le refus catégorique de l’entraîneur de l’équipe de France d’engager la discussion, Alain Quintallet de retour du buffet tenant une assiette dans la main droite a pris la disponible pour attraper l’arbitre par l’épaule et le renvoyer légèrement à la maison mère…

Mauvaise donne pour « Quinquin » qui s’apercevait par la suite que « l’éjecté » n’était autre qu’un membre du corps arbitral. Comme en plus la mimine cajoleuse fait la taille d’un battoir de lavoir,  tout ne s’est pas fait dans la douceur absolue.

Si Alain Quintallet se fustige publiquement d’avoir eu une réaction très blâmable, et personne ne peut dire le contraire, la question à se poser est quand même « Que faisaient les arbitres dans cette galère ? ». Si, comme le prévoit le cahier des charges de l’IHF au dire de beaucoup, les arbitres n’avaient pas à être logés dans le même hôtel que les joueurs, il est clair que le comité d’Organisation et l’IHF ne sont pas exempts de tout reproche. Et l’évacuation immédiate et sans délais de tous les arbitres logés dans l’hôtel des Bleus, des Espagnols et des Croates en plein milieu de la nuit, laisse à penser que cela est bien le cas. Le fait que tout ce beau monde mange en plus dans la même salle, finit de façon presque risible le tableau.

Peut-être que l’hôtel prévu pour le corps arbitral avait été « réquisitionné » par la Mannschaft qui était la seule équipe demi-finaliste à ne pas être logée au Maritim de Bonn, mais directement à Cologne pour avoir un peu moins de chemin à parcourir pour son sacre, hypothèse toute personnelle bien évidemment, avec peut-être même un léger soupçon de mauvais esprit, mais bon, c'est HandZone quand même ! Jugé sine die, suspendu 2 ans par l’IHF et éjecté du Mondial en cours, cette sanction n’a pas été appliquée suite à l’appel de la FFHB pour pouvoir organiser une défense face à un jugement rapide et expéditif.

Triste affaire, Alain Quintallet a de quoi regarder son battoir de gauche en se disant qu’avec une assiette dans chaque main tout cela ne serait pas arrivé, le respect de diététique lui aura coûté cher et que la faute première lui incombe directement, maintenant les conditions de cet esclandre, qui a fait presque autant de bruit que le public de la KölnArena, n’ont certainement pas été créées par lui.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités