mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Finale de Coupe de France: Le Havre persévère, Dijon désespère !
Finale de Coupe de France: Le Havre persévère, Dijon désespère !
30 Avril 2007 | France > LBE

Pour la seconde fois consécutive, pour la première fois hors de ces terres, le Havre conserve à Dijon la plus ancienne des coupes nationales.

 

Les Havraises pouvaient exulter, venus en Bourgogne façon commando, réduites à 9 joueuses de champ, les filles du duo Bougeant Ivanovic auront habilement dominé un adversaire dijonnais qui avait quasiment tout pour bien faire.

A domicile, bénéficiant logiquement de cet avantage terrain propre à transcender les grandes équipes, les dijonnaises, à l’effectif renforcé en toute dernière minute par les espoirs du club n’auront pas réussi à éviter l’affront d’une défaite à domicile. Et pourtant, si l’on excepte une mise au vert déclinée par le staff technique local, Dijon fort de 11 victoires sur les 12 derniers matchs disputés face au Havre bénéficiait de statistiques ultra favorables.

Alors lorsque l’on vit Karolina Siodmiak ouvrir la marque peux étaient ceux à faire d’un premier but l’augure déterminant le vainqueur de la partie. Léger, le round d’observation tournait rapidement à la guerre des nerfs, chaque défense s’illustrant dans l’art de faire déjouer les moindres initiatives d’approche de zone. Superbes barbelés, Jacquinot, Murigneux et Jelic ne tardent pas à s’illustrer, tandis que déjà vouées à rapidement assurer leurs replis défensifs, mais peinent déjà à empêcher Dos Santos dans ses tentatives de tirs de loin.

Ainsi fallait t-il attendre la 10ème minute pour voir les locaux assumer leur statut à domicile. Marzouk et Groposila scorant le premier 3-0 de la partie (3-2 à la 7ème puis 3-4 à la 10ème). C’était sans compter sur les capacités de réaction havraise et les superbes parades de la brésilienne Zoqbi de Paula. En moins de 2 minutes, les hauts normandes répliquaient pour gratifier les locales d’un 4-0 et reprendre l’avantage.

Plus efficaces aux tirs (56% contre 47%) en première période, Le Havre menait la cadence et annihilait les tentatives d’épuisement initiées par une équipe bourguignonne à la condition physique pourtant réputée.

Dominées, malgré, les coups de boutoirs initiés par Véronique Pecqueux Rolland, les dijonnaises devant un public financièrement très sollicité encaissaient alors leurs premiers écarts significatifs (8-5 à la 18ème puis 11-7 à la 25ème et 12-7 à la 26ème). Rentrées aux vestiaires avec 5 unités de retard, Dijon inquiétait.

Piquées au vif, les partenaires d’Emilie Gras, corsaient le jeu dès l’entame de seconde période, les contacts en défense se faisant de plus en plus sévères. A ce jeu, Le Havre, finalement bluffé par une équipe dijonnaise, qui malgré sa feuille de match plus impressionnante ne faisait guère tourner son effectif, puisait en ses ressources.

 

Le Havre plus fréquemment en infériorité numérique résiste

 

Au mental, Le Havre déterminé, parvenait parfaitement à endiguer les assauts locaux, et avec seulement 6 buts contre 7 marqués en 13 minutes de jeu, Dijon laissait son adversaire esperer.

Céline Murigneux succédant à une autre lyonnaise très en vue ce week end parvenaient néanmoins à initier la révolte locale. Profitant des pertes de balles adverse, la stéphanoise d’origine initiait alors ce qui allait s’avérer la dernière série de la partie (21-15 à la 13ème puis 21-19 à la 50ème). Revenues à deux buts, les locales grappillant de nombreuses balles en défense allaient alors irrémédiablement gâcher des munitions si douloureusement remportées. Les choix d’exploitation en attaque confondant rapidité d’exécution et précipitation. A ce jeu, Simerska (impériale en contre attaque) Zoqbi de Paula (idéale dans ses montants), Tounkara, Abdelhak, Dos Santos et Siodmiak (omniprésentes en défense) mais aussi Lulic (enfin utilisée en attaque et toujours aussi ferme en défense) conservaient leur mince avantage. Incapable de scorer huit minutes durant (21-19 à la 20ème puis 23-19 à la 28ème), Dijon laissait passer sa chance et concédait inexorablement sa 5ème défaite en 5 finales (toutes compétitions confondues) réalisées par le club. Le Havre pouvait savourer une victoire brillamment acquise et assurer ses supporters d’un prochain engagement en coupe des vainqueurs de coupes…à moins que d’içi là le championnat choisisse lui aussi son vainqueur dans le money time… .

 

 

Statistiques:

Cercle Dijon Bourgogne-Le Havre AC : 21-23

Mi-temps : 9-14

Arbitrage de Mr Thobie et Pichon

2000 spectateurs environ

 

Pour Dijon

Gardiennes : Jeoffroy (1ère à 4ème) : 2/12, Gras (4ème à 60ème) : 13/26 dt 1/3pen

Marqueuses : Revil 5/10, Terzi, Bernardot, Jelic 2/2, Pecqueux Rolland 2/4, Murigneux 3/5, Lorin, Kleiber, Jacquinot 1/5, Groposila 5/5 dt 4/4pen, Marzouk 2/7, Khouildi 1/5

Entraineurs : Mr Terzi et Favier

 

Pour Le Havre

Gardiennes :

Zoqbi de Paula (1ère à 60ème) : 14/35 dt 0/4pen, Lotareva

Marqueuses : Lulic 3/4, Abdelhak 2/5, Siodmiak 3/5, Tounkara 3/5, Simerska 5/8, Silva Dos Santos 7/19 dt 2/3 pen, Smitran, Vaskova 0/1

Entraineurs : Mr Bougeant et Ivanovic

 

Evolution du score : 5ème : 1-3/10ème : 4-3/15ème : 4-7/20ème : 6-8/25ème : 7-10/30ème : 9-14//35ème : 12-16/40ème : 14-18/45ème :16-21/50ème : 19-21/60ème : 21-23

 

Exclusions 2 min contre :

Tounkara (9ème, 27ème), Vaskova (11ème), Abdelhak (35ème), Dos Santos (47ème), Simerska (59ème) contre Le Havre

Murigneux (17ème), Jacquinot (23ème) contre Dijon

 

 

Crédits photos: A.H.Roth

© Yannis Drapier
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités