mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Philippe Carrara et Pontault, c’est fini !
Philippe Carrara et Pontault, c’est fini !
23 Mai 2007 | France > LSL

L’actuel entraîneur de Pontault-Combault a annoncé aujourd’hui qu’il quittera le club seine-et-marnais à la fin de la saison alors qu’il était encore sous contrat jusqu’au 30 juin 2008. A 45 ans, de nouveaux challenges devraient se présenter à cet entraîneur respecté et apprécié par ses pairs.

Philippe Carrara était depuis 2001 l’entraîneur de Pontault-Combault, club avec lequel il a connu de grandes joies comme le très beau parcours de sa formation la saison passée en Coupe de France (demi finaliste) et en championnat (8ème de Division 1) mais aussi de grandes déceptions (relégations en Division 2 en 2001 et 2004). Rigoureux, passionné et ambitieux, il a su apporter une professionnalisation en Seine-et-Marne, indispensable pour réussir en Division 1 même si le PC-HB possède l’un des budgets les plus faibles de l’Elite (1,2 million d’euros). « J’ai rencontré hier la Présidente du Club, Armell Reffait, nous explique-t-il. Je lui ai fait part de ma volonté de quitter le PC-HB à l’issue de la saison. J’étais dans l’expectative, entre d’un côté quitter le Club et de l’autre poursuivre encore un an. J’ai préféré partir. J’aurais eu du mal à faire une année supplémentaire. » Cette décision est « totalement personnelle » assure Philippe Carrara. « Il est venu le temps de tourner la page ».

A la fin de sa carrière de joueur à Pontault sous les ordres de Thierry Anti, c’est vers le métier d’entraîneur que se tourne Philippe Carrara. Il prend les commandes des Espoirs de Sélestat en 1992 puis dirige l’équipe de D.1 en 1993. « J’ai eu la chance, pendant que je jouais à la Stella, d’entraîner et d’encadrer les Jeunes, se souvient-il. J’ai eu le plaisir, et je m’en félicite, d’entraîner des joueurs comme François-Xavier Houlet et Stéphane Plantin à la Stella, de nombreux joueurs qui ont fait un bon chemin par la suite. » Marié et père de deux enfants, Philippe quitte l’Est de la France en 1994 pour Pontault-Combault. Jusqu’en 1996, il maintient l’équipe au plus haut niveau et recrute des joueurs comme Ion Mocanu, Christian Zaharia ou Henri Taï puis décide de quitter le PC-HB car il lui était difficile de mener de front sa carrière d’entraîneur et son métier d’enseignant.

En 2001, après le décès tragique de Philippe Desroses, le club le rappelle mais les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances. Pontault, bon dernier de D.1, est relégué à l’étage inférieur malgré un effectif composé de joueurs tels que Sébastien Quintallet, Johan Boisedu ou Danyel Paruta. «  Cela a été très dur, avoue Philippe. J’avais quitté le club en 1996 avec des joueurs qui avaient le respect du maillot. J’ai vécu une année très difficile, à la fois sportivement et humainement. A aucun moment, on a pu penser sauver le navire : j’ai alors constaté des choses très graves dans le comportement des joueurs, à la pratique d’un sport collectif ». Pour Philippe Carrara, un joueur exemplaire est « quelqu’un qui respecte le contrat moral passé entre les deux parties en début de saison : ne pas tricher, respecter le maillot, les dirigeants, le public, ses partenaires et son entraîneur. »


Photo JP Riboli

En 2003, le purgatoire en Division 2 prend fin avec une deuxième place décrochée derrière Livry-Gargan. Pour Pontault et son entraîneur, l’aventure en D.1 ne durera qu’un an. « Pontault n’est pas mort, déclarait-il alors. Le club se remettra de cette descente. Nous avions le niveau pour rester en D.1 mais nous avons pêché sur la forme et la manière ». Les Seine-et-Marnais se donnent alors les moyens de leurs ambitions en effectuant un recrutement de qualité : Dragan Mladenovic, Jiri Tancos ou Petr Hejtmanek viennent étoffer les rangs pontellois. Champion de France de D.2 en 2005 avec 900 buts inscrits en une saison, Pontault retrouve ensuite la D.1 et décroche une belle huitième place et une demi finale de Coupe de France. Mais la fin de saison est gâchée par une mini crise entre Philippe Carrara et les dirigeants du Club. La Présidente déclare alors : « Philippe est un excellent entraîneur mais il n’est pas un bon manageur. Nous avons donc décidé qu’il aura avec lui un adjoint la saison prochaine ». Le PC-HB y renonça finalement. Très touché par ces attaques, Philippe Carrara continuera cependant à tout donner pour Pontault, le club de son cœur.

Des grands noms du hand français n’oublient pas le rôle crucial qu’a joué Philippe Carrara dans leur carrière. C’est le cas de Stéphane Plantin, Champion du Monde avec les Bleus en 2001. « Il a été mon premier et mon plus important guide car il m’a orienté vers le haut niveau », déclarait-il peu après son titre mondial. Le désormais futur ex coach de Pontault est fier de cette reconnaissance. « Cela me fait vraiment plaisir car, à un moment donné dans une carrière, on voit souvent les dernières pierres et on oublie les fondations. Cela me fait plaisir que 30 ans après, Stéphane se soit rappelé qu’il y a eu un point de départ et que c’était entre nous deux. »   

Philippe Carrara, qui se définit comme quelqu’un de généreux, a désormais plusieurs opportunités qui se présentent à lui. « Notamment une sélection nationale qui m’a contactée en Asie et qui a disputé les derniers Championnats du Monde, précise-t-il. Si un club de D.1 me propose un poste, j’y réfléchirais également. Peut être que je prendrais une année sabbatique, je ne sais pas encore ! ». Sélectionneur national serait une belle reconnaissance de son travail accompli depuis plusieurs années et de ses efforts pour faire du PC-HB un club professionnel à tous les niveaux. Pontault-Combault devra, de son côté, trouver un digne successeur à Philippe Carrara…

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités