mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Interview Live de Daniel COSTANTINI
Interview Live de Daniel COSTANTINI
10 Février 2002 | France > Coupe LNH
 

Interview réalisée à la mi-temps du match de coupe de la ligue : Dunkerque-Montpellier.

 

Yannis DRAPIER : comment avez vous vécu cette première partie de coupe de la ligue ?

Daniel COSTANTINI : J’ai été plutôt satisfait de l’ensemble de ce qui s’est passé jusqu'à présent ; moi j’ai été emballé par l’engagement des équipes, bon ; là on voit une demi-finale, donc il est normal que ce match soit engagé, mais même tout à l’heure, lors du match qui opposa les perdants ; donc Istres et Toulouse, ce match a eu une excellente tenue. Bon espérons que demain il y a surtout un grand succès populaire à Selestat ; car pour la robe, bien qu’il y ait un remplissent tout à fait normal, tel que l’on peut l’avoir pour ses occasions, et j’espère donc que la finale, bien que télévisée par eurosport sera suivie par un nombreux public.

Et surtout ; pour la partie qui ne s’est pas vue ; peut être la partie la plus importante, et la moins visible de l’iceberg furent toutes ses réunions, avec les présidents de D1 et les présidents de ligues, les entraîneurs. On a travaillé sur la future ligue professionnelle depuis à  deux jours avec le président de Dunkerque, donc je pense que c’est vraiment une opportunité qui pour l’instant me satisfait.

 

Y.D. : dans quel état de fraîcheur avez vous retrouvé vos internationaux ? Ou plutôt vos anciens internationaux ?

D.C : Indiscutablement, ce ne sont pas les internationaux qui sont le plus capables de se mettre systématiquement en mouvement, mais il  y a une motivation pour eux qui est en train de venir ; C’est la motivation de l’orgueil, car comme on voit là sur le match Montpellier-Dunkerque, ils se font secouer les puces par les joueurs de Dunkerque qui eux ont bien préparé leur affaire et pour lesquels cette coupe est l’un des objectifs de la saison, et je pense qu’ils vont essayer de s’engager peut être plus en deuxième mi-temps, mais sans pour autant Meme faire dire que Montpellier doit gagner ce match, parce qu’en ces moments de reprises, on sait toujours que les clubs qui fournissent beaucoup d’internationaux sont les plus fragiles, on a vu que hier Chambéry a souffert milles morts pour battre le PSG par la marche la plus étroit, donc on pourrait avoir dans cette coupe de la ligue une surprise et peut être même avant la finale.

 

Y.D : A la veille du match capital de l’ESBF contre Larvick, comment expliquez-vous les difficultés rencontrés par les clubs français ; qu’ils s’agisse de Chambéry chez les masculins ou de Besançon chez les féminines en ligue des champions ?

D.C : Et bien ça franchement, je ne me l’explique pas, j’ai pas vraiment de raisons probantes à vous  donner, sinon que peut être quelque part il y a un petit manque de confiance. Ce manque de confiance qui n’existe plus au niveau de l’équipe nationale, parce que même si les résultats ne sont pas toujours aussi extraordinaires ; on n'a pas été  champion d’Europe ou championnes du monde,  on est quand même sixièmes et il n’a tenu à pas grand chose pour que l’on soit en demi-finale et c’est vrai que dans les clubs européens il y a encore un petit complexe et ne pas oublier non plus que la coupe d’Europe  se joue en matchs aller-retour et qu’il y a toujours un match à l’extérieur qui est particulièrement difficile, car plus difficile à maîtriser qu’un match international classique car il y a parfois plus de chauvinisme ; un peu plus de pression de par le public, et que ça peut être que les handballeurs français, même avec le soutien de bons étrangers ou étrangères on n’a pas encore réussi à transformer ça en équipe qui gagne, mais je pense que cela va venir progressivement.

 

Y.D : Vous aviez promis aux bisontins un retour au palais des sports et ce durant la ligue des champions ; avec la finale de coupe de demain, vous ne pourrez vraisemblablement pas être là-bas, mais auriez vous un message à leur donner ?

D.C : Un message d’encouragements, cela va sans dire, mais bon je pense qu’elles savent que demain, c’est le match à ne pas rater, je croit même qu’il faut le gagner de trois ou quatre buts Si mes renseignements sont exacts, donc je pense qu’elles sont très très près de leurs adversaires qui pour l’instant semblent un petit peu les dominer dans cette ligue des champions, donc il faut qu’il y ait un déclic, moi le déclic je pense qu’il pourrait très bien se faire demain avec le soutien du public franc comtois et comme ça cela « m’obligera » peut être à retourner à Besançon, bien que j’aie beaucoup de mal à aller les soutenir lors de cette phase de coupe d’Europe et c’est pourquoi J’aimerai bien qu’elles passent ce tour car au niveau des quarts de finales je serai  beaucoup plus disponible.

© Yannis Drapier
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités