mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Philippe Germain : On ne joue pas dans le même championnat
6 Février 2002 | France > LBE

A mi parcours dans ce championnat 2001-2002, l'ex-entraineur de Gagny : Philippe GERMAIN, grand artisan de la montée d'Alfortville en Division une l'année dernière revient sur le match de ce dimanche 3 février et sur le parcours de son équipe :

Philippe Germain : " …. Ce match a été une très, très bonne séance d'entraînement, parce qu'on ne joue pas dans le même championnat ; Besançon joue dans une catégorie différente. Il est clair que nous jouons dans un championnat avec deux équipes véritablement au top, Besançon est pour moi une grosse équipe européenne ; c'est un niveau largement au-dessus de tout le monde, Metz est à peu près pareil, même si je pense que Besançon est plus fort que Metz !
Mais je suis content du match parce que les filles ont donné beaucoup de cœur ; en deuxième mi-temps surtout. C'était très timoré au début, car elles avaient un peu de peur à affronter cette défense là qui est très physique. Et puis j'ai trouver des choses qui étaient plutôt sympathiques après, même si sur le plan défensif, c'était très difficile. Mais au niveau de la ligne d'attaque, on a trouvé des choses qui nous faisaient plaisir : Ce qui est le plus important pour nous.
On s'est imposé malgré tout, dans la difficulté morale ; car l'on prend beaucoup de buts, mais, ça faisait aussi parti du deal, donc je suis satisfait, je pense que les filles aussi sont satisfaites de leur match , on le voit un peu sur leurs visages.
On est content d'avoir fini, car on aime pas trop prendre de valises, mais pas déçu car c'est normal.

Y.D : Justement, vous êtes amené à  jouer consécutivement contre les 2 ténors du championnat, à savoir Besançon et Metz à 7 jours d'intervalles, est-ce mentalement facile à gérer ?
P.G :
Non, nous n'avons de toute façon pas le choix, vous savez Metz à la maison : A Alfortville,…j'ai pas peur de grand choses. Je sais Metz certainement plus fort que nous, mais nous serons chez nous, dans un contexte différent, avec des filles différentes et puis c'est tout !
Metz, Besançon, ne sont pas des matchs phares pour nous dans la saison, on a déjà eu un miracle en faisant match nul chez nous contre Besançon et en récupérant un point : On a déjà fait notre boulot à ce moment là , C'est pas sur ces matchs là où on joue notre vie; c'était la semaine dernière contre Bouillargues , où l'on a gagné le match, ce sera bientôt contre le stade français (Issy les Moulineaux), ce sera Mérignac, Toulouse, Bondy, les matchs à Lyon et à Bouillargues.
Besançon et Metz sont deux passages que l'on ne peut pas louper de toute façon, on est obliger de les faire donc on est pas stressé par rapport à ça.
Maintenant, on jouera au maximum contre Metz ! Il est sure  que nous  à domicile, chez, nous on essaie de faire plaisir à tout le monde et à notre public surtout.

Y.D : A propos de ce match nul acquis chez vous contre Besançon, ce point acquis au dépend de Besançon a t-il modifié votre réputation vis à vis des autres équipes ?
P.G :
Oui !  Ce qui c'est passé aussi, c'est que nous avons eu deux matchs en quatre jours ; on a joué Besançon en semaine ; le mercredi et le samedi à Metz, où l'on a fait une très bonne première mi-temps, et physiquement, on a accusé le coup après.
 Ensuite, c'est vrai que l'on avait un groupe à construire avec quelques nouvelles, on a eu un recrutement sur une étrangère qui n'était pas bien, donc on était pas complet ; on a vraiment loupé quelques matchs !
Ensuite on s'est restabilisé ; c'est pas tellement le fait d'avoir pris un point contre Besançon qui nous a fait mal à la tète, c'est l'accumulation et un manque d'équilibre à un moment donné. Sur les premiers matchs chez nous, on a tout lâché : Il faut tout lâcher chez soi !
Après on l'a un peu payé physiquement, surtout lors du match contre Metz.
Et puis, peut être après, quand on se dit qu'on est capable de certaines choses et que l'on perd chez soi contre le Stade français par exemple, l'on peut se demander si l'on est aussi bon que ça ?
Ca a été un peu ça ! Maintenant, le point a été pris et il compte cher dans la balance !

© Yannis Drapier
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités