mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Imprenable Metz
Imprenable Metz
11 Mai 2008 | France > Coupe LFH

Fleury arrivé à la force du poignet et par le talent de ses joueuses à disputer sa finale de Coupe de la Ligue, il restait un dernier obstacle, mais de taille puisqu’il s’agissait d’un Metz 15 fois champion de France et auteur d’un triple doublé Coupe de la Ligue – Championnat, à franchir pour décrocher le premier titre du club de la banlieue orléanaise. Si Metz se posait en favori de cette rencontre, surtout après sa victoire de la veille face à Issy, Fleury avait beaucoup d’atouts à faire valoir dont la seule défaite de Metz enregistrée cette saison en championnat face à Fleury et à Orléans. Revanche pour Metz ou coup double pour Fleury pour une apothéose, la question pouvait se poser, comme de savoir qui d’Armelle Attingre, auteur du haut de ses 19 ans d’une partie dantesque face à Dijon et d’Amandine Leynaud tout aussi diabolique face à Issy les Moulineaux, allait être le rempart ultime pour ses couleurs.

Passé le classique round d’observation où chaque équipe faisait parler ses points forts. Avec Laurissa Landre en pivot une fois de plus le point d’ancrage de l’attaque fleuryssoise et Valérie Demonière toujours prompte à prendre le moindre espace pour marque côté Fleury et Lenka Kysucanova sur la base arrière, toujours métronomique au shoot et le duo Kanto – Wendling en pivot pour Metz que ce soit en montée de balle ou sur attaque placée. Mais insensiblement mais sûrement Metz calait son jeu offensif pour prendre quelques longueurs d’avance au bout de 15 minutes de jeu. Plus patientes en attaque, plus fiables au shoot et jouant sur plusieurs zones d’impact offensif, les messines prenaient jusqu’à 5 buts d’avance, essayant de bien montrer que la défaite de l’année dernière n’était qu’un accident.

Malgré toute l’énergie de Véronique Demonière et la rage de Mateja Janes, Fleury n’arrivait pas à refaire complètement son retard avant la pause. Metz avait toujours 3 coups d’avance à la croisée des chemins et semblait tenir bon son 4° doublé à moins d’un gros réveil des locales dans la deuxième mi-temps.

Continuant sur sa lancée de sérieux et d’appliqué en début de seconde période, Metz repoussait la révolte fleuryssoise, révolte encore initiée par Véronique Demonière et par quelques arrêts de la jeune Armelle Attingre, héroïne de la demi-finale. Mais Metz, prévenu resserrait encore les rangs en défense, Linda Pradel, venue au renfort d’Amandine Leynaud en panne de réussite dans ses parades sortait quelques ballons chauds et les montées de balles continuaient à faire mal à Fleury.

Résultat, la domination de Metz s’installait durablement sur le match et on voyait mal comment le CJF pouvait arriver à s’en sortir. Mariama Signate ira bien de quelques buts de ci, de là mais avec un ratio réussite – tenté vraiment trop faible, Véronique Demonière fera dans le malin et l’efficace, Laurissa Landre va se battre avec tout son cœur, cela ne suffira jamais à provoquer un retour sur Metz. Au contraire, le H2ML va dérouler tranquillement sa fin de match, se contentant le plus souvent de contrer les derniers soubresauts des locales et Sandor Rac va lancer toutes ses réserves dans la bataille pour donner un peu de temps de jeu au Céline Blard et autre Klara Zachova.

Metz s’offrait en douceur et sans contestation son 4° doublé Championnat – Coupe de la Ligue, effaçait son seul échec francophone de la saison et pouvait brandir la coupe devant les sourires un peu contraints et attristés des coéquipières de Bertille Bétaré. Fleury avait réussi deux exploits de suite en battant Le Havre et Dijon, il s’est cassé les dents sur le dernier challenge mais il était de taille. La Coupe va Metz et l’Europe ira au 5° du championnat, aux Dijonnaises, grandes déçues des demi-finales à faire maintenant le nécessaire pour conserver cette 5° place.

Les réactions par Lionel Willems
www.h2ml.eu

Thierry Weizman (président de Metz) : « Chaque fois, c’est la même émotion. Un doublé dans n’importe quel sport co est un exploit. Mais quatre… L’équipe a été aussi forte en endurance, pour le championnat, qu’en résistance pour la Coupe. Elle a été présente quand il le fallait et elle ne s’est jamais démobilisée. Je lui rends hommage. Il ne faut pas banaliser ce que nous venons de réaliser aujourd’hui. Et on fera une mega teuf contre Nîmes !»

Sandor Rac (entraîneur de Metz) : Nous étions venus pour gagner et on l’a fait. Avec la manière et tout le sérieux nécessaire. Metz est plus fort d’année en année, quels que soient ses adversaires. Aujourd’hui, c’est la cerise sur le gâteau. Mais on jouera jusqu’au bout nos deux derniers matches par respect pour nos rivaux. »

Isabelle Wendling (capitaine de Metz) : « Enchaîner trois matches en quatre jours était très éprouvant, surtout par cette chaleur. On n’a rien lâché. Nous avions aussi certainement plus la gnac, plus d’envie de gagner, notamment pour Milé à qui nous pensons toutes. Maintenant, on a presque un pied en vacances !»

Amandine Leynaud (gardienne de Metz): « Je suis à Metz depuis quatre ans… et c’est mon quatrième doublé ! Je ne m’en lasse pas. Je ne m’en lasserai jamais. Nous avons passé quatre jours éprouvants, mais on a tenu le coup aussi bien dans ce genre d’épreuve couperet qu’en championnat. Nous avons tout donné pour conserver nos trophées. Je suis heureuse. »

Pavla Poznarova (arrière  de Metz) : « Super ! Je suis très contente. Réussir à garder le titre et cette Coupe a été difficile car nous avons disputé de nombreux matches en y ajoutant l’EHF. Là, dommage que nous ne soyons pas passées en demi ! Et puis je reste à Metz, le plus grand club de France et un des meilleurs en Europe. Franchement, je suis très heureuse de continuer avec Metz. La saison prochaine, je suis sûre que nous irons encore plus loin. »

Olivier Krumbholz (entraîneur de l’équipe de France) : « Aujourd’hui, Metz était le plus fort contre une bonne équipe de Fleury. C’est le collectif le plus stable, le plus expérimenté, le plus solide et le plus calme qui a gagné, avec une très bonne Kysucanova et deux pivots exceptionnels (Wendling et Kanto). En face, Signaté a été trop isolée, mais j’ai vu une Demonière au sommet de son art. Mais le jour où Wendling arrêtera, elle laissera un grand vide.»

Jacky Taillefer (vice-président de la Fédération française, responsable du haut niveau féminin) : « Face à une bonne équipe de Fleury, la détermination et le talent de l’armada messine ont permis de réaliser ce doublé magnifique et mérité. Et l’hégémonie de Metz ne me dérange pas du tout. Qui se plaindrait de la mainmise de Montpellier chez les garçons ? »

Véronique Demonière (demi-centre de Fleury et ancienne Messine) : « Metz nous a fait douter et ça nous a pénalisées. Sans doute avons-nous aussi souffert d’un manque de fraîcheur suite à la prolongation contre Dijon qui nous a fait mal en demi-finale. On a toujours couru après le score. »

A Orléans, Palais des Sports
Le 11 mai 2008 à 16h00
CJ Fleury les Aubrais - HB Metz ML: 30 – 36 (Mi-temps : 15-18)

800 Spectateurs
Arbitres :
MMe Marcet et Borotti

Statistiques du match

© François Dasriaux
Partager
Coupe de la ligue
Yves Comte | Samedi 8 Novembre 2008 (22h56)
Résultats ?
Pourquoi est elle totalement ignorée.
Toujours la finale de l'an dernier.
Quelques articulets, mais rien de suivi et aucun résultat.
Pourquoi ?
Yc
POURQUOI ?
ALAIN CALVARIN | Dimanche 11 Mai 2008 (18h17)
Pourquoi pas de live via Handvision des BUTS par BUTS ?


Déjà lors des 1/4, deux matches n'avaient pas été retransmis


On veut bien payer, mais de là à ne pas avoir de résultats féminins comme ceux des hommes, ça commence mal vos abonnements !


Je me pose déjà des questions sur mon investissement à court terme, et aussi à long terme !!


Dommageable, Regretable !!


J'espère que cela ne sera qu'un epiphénomène dan sla longue vie de HandZone.
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

la D2F en Live avec Handvision