mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Logique finalement tout cela
Logique finalement tout cela
5 Avril 2009 | Europe > Champion's League

La Champion’s League a accouché d’un bloc germano espagnol un peu comme attendu et aussi comme attendu, Zagreb, Veszprém et Moscou ont fait leur maximum pour contrer les prévisions mais au final de façon vaine. Ciudad Real devra faire front pour tout le reste de l’Europe, contre Hambourg, Kiel et Mannheim il va falloir des trésors de volonté et de talent pour éviter une domination sans partage de la Bundesliga sur le vieux continent.

Kiel : Nettoyeur
Comme Léon, Kiel a nettoyé proprement sa route face à Zagreb car si le match aller avait été tendu et indécis au point de se solder par un nul. Au contraire pour le match retour, les coéquipiers d’un Nikola Karabatic économisé pendant plus de 20 minutes n’ont ni tremblé ni été obligés de sortir la grosse artillerie pour éliminer Zagreb. Il a suffit d’un Stefan Lovgren qui a montré que pour lui le talent n’a pas d’âge, d’un Dominik Klein courant et sautant sur tout ce qui bouge et un Thierry Omeyer costaud de chez costaud dans les buts pour prendre d’entrée de match la direction des opérations et ne plus la lâcher. Nikola Karabatic rentrera pour mettre l’estocade, prouvant que ses problèmes de ménisques n’étaient pas trop graves, enfin on l’espère tous… un autre joueur français va faire son entrée et encore une tonitruante, Bruno Martini va s’offrir de nouveau le crime de lèse majesté de sortir un jet de 7 mètres de Kiril Lazarov. Si par malheur, l’aventure devait s’arrêter là pour lui, il aurait un pourcentage de 66,66 % d’arrêts en Champion’s League… De quoi faire fantasmer tous les gardiens du monde !

THW Kiel - HC Croatie Osiguranje - Zagreb : 31 - 27 (Mi-temps : 17-11)

Hambourg s’est fait peur !
Vainqueur de 3 buts au match aller, le HSV a été à deux doigts de se faire sortir la Flensburg à l’issue d’un match que les Dano-germaniques ont dominé de bout en bout dans la Color Line Arena. Il faudra un Bertrand Gille énorme en pivot avec 7 buts au compteur, un Blazenko Lackovic percutant sur la fin de match et un Guillaume libérant la salle de toute la tension accumulée pendant 59 minutes et des broutilles. La dernières action de Flensburg finira en eau de boudin à 7 contre 5, les joueurs de Per Carlen vendangeront leur dernière possession pour le plus grand bonheur du HSV. Comme quoi même vainqueur de 3 buts à l’extérieur, les chocs entre clubs de la Bundesliga laissent toujours la place à un exploit ou à un renversement étonnant de situation.

HSV Hambourg - SG Flensburg- Handewitt : 29 - 31 (Mi-temps : 13-15)

Les Lions ont rugit
Battus de 2 buts en Russie, les allemands de Mannheim savaient que rien ne serait simple dans ce match retour. Face à la machine à jouer de Vladimir Maximov, il fallait que les coéquipiers d’Henning Fritz soient à plein régime pour rejoindre Hambourg et Kiel, les qualifiés allemands de la veille. Tchekhov va faire mieux que résister pendant presque toute la première mi-temps avant de subir un 6-0 à cheval sur le deux périodes qui va singulièrement compliquer la tache des Russes. La puissance de Kostantin Igropoulo et la classe de Mikhaïl Chipurin ne pourront rien face à l’envie et la puissance du groupe de Rhein Neckar Lowen, pour le reste, il n'y avait quasi plus de collectif côté russe. Même avec une grosse partie de son gardien Oleg Grams qui ne pourra quand même pas rivaliser avec Henning Fritz sur son petit nuage, Moscou va devoir se résigner et subir un -8 qui était loin d’être évident 30 minutes plus tôt.

Rhein - Neckar Löwen - Chehovskie Medvedi : 36 - 28  (Mi-temps : 16-13)

Ciudad gère… Un peu !
Heureusement qu’il y avait les 5 buts du match aller, car dans la salle de Vezprem, car plusieurs fois dans le match, les champions d’Espagne ont été largués à 4 buts des Hongrois qui ont retrouvé un Carlos Perez aux jambes de 20 ans. Mais avec un Jérôme Fernandez encore une fois énorme sur la base arrière, un Luc Abalo étincelant sur l’aile droite et la rentrée de son ric défensif Didier Dinart, Ciudad sans s’affoler a repris le court du match pour finalement concéder une défaite de 3 buts suffisante pour continuer l’aventure en Champion’s League et devenir le héraut de l’Europe non germanique dans cette compétition.

MKB Veszprém KC - BM Ciudad Real : 32 - 29 (Mi-temps : 17-15)

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités