mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Saint-Cyr : Du nuageux à l’éclaircie
Saint-Cyr : Du nuageux à l’éclaircie
21 Mars 2010 | France > ProLigue

Après avoir essuyé une "saucée" la semaine précédente à Paris, le SCT se devait d'inverser la tendance avec la réception de Billère, un adversaire guère propice à jouer les faire valoir. Au final, l'ampleur du résultat ne laisse pas pour autant présumer une soirée toute aussi radieuse pour la troupe de François Berthier que les dix buts d'écart peuvent laisser penser...

"Les poteaux sont bien carrés..."
Dès le départ, on sentit la formation saint-cyrienne empruntée et tendue. Temps maussade dans la salle Guy Drut avec un 5-2 (6'26) infligé par des béarnais avec un Tchinda casqué comme Ben Hur, avec un bras gauche aussi terrifiant qu'un glaive et un Drobnjakovic impérial à la mène.
Face à cette déferlante, le SCT avait bien du mal à déployer son parapluie pour se protéger de cette météo contrariante... : 5-6 (10'49). De plus, la bande à "Titi" Oliver n'a pas forcément tous les éléments en main pour inverser la tendance, à savoir passer "du nuageux à l'éclaircie" (enfin, pas dans l'immédiat !...) : pertes de balle, passes approximatives, tirs non cadrés. Bref,  une bouillie de handball peu en adéquation avec les ambitions d'un prétendant  au podium final.
Benkahla en profite pour remettre un seau d'eau sur la tête des saint-cyriens : 6-8 (21'25) et, au terme de cette mi-temps qui, finalement ressemble à "Dansons sous la pluie, version rageons sous la pluie" (tube saint-cyrien).
Pourtant le SCT s'en sort pas trop mal en évitant la douche écossaise : 11-11(30') (Petit clin d'œil au Tournoi des Six nations du monde de l'ovalie qui se termine ce week-end). En effet, une douche écossaise évitée par quelques prouesses du portier cubain Gutierrez-Hernandez, au style chaloupé et quelque peu "salsa" comme la célèbre danse de son île natale.
Grâce aussi à la bienveillance d'une fée au-dessus du portique saint-cyrien, qui confirme bien que les poteaux de la salle Guy Drut sont tout aussi carrés que ceux de Glasgow, un certain soir du 12 mai 1976, comme purent le regretter mes « compatriotes » stéphanois... Pour preuve,  cinq à six missiles pyrénéens confirmèrent le constat des foréziens et de toute une nation, remontant à maintenant plus de 30 ans...

"Quand Bakaitis sonne la révolte..."
Surement que dans les vestiaires locaux, pendant l'entracte l'orage avait dû résonner des vocales du « baryton » François Berthier. Aussi, le pivot lituanien Modestas Bakaitis se transforma en Zeus, dieu du ciel pour balayer les nuages et remettre son équipe dans le sens de la marche. En témoignent  ses trois buts consécutifs : 12-13, (31'40) puis 15-13(33'55) et ces deux jets de 7 mètres provoqués et conclus par l'arroseur de service, Christophe Spincer : 19-15 (39'35). Et là, retentirent deux coups de tonnerre de Yaoundé d'un Gérard Beliandjou qui, d'un regard autant expressif que rageur, balaya l'assistance pour montrer que l'artificier camerounais pouvait toujours faire parler la foudre : 21-15 (41'00)...
De son banc, Arnaud Villedieu, le maître béarnais, sentit bien que la célèbre maxime du duo Pierre Salviac-Pierre Albaladéjo, à savoir "les mouches ont changé d'âne..." était en train de se justifier. "Zeus" Bakaitis la grave dans le marbre définitivement en chipant une pelote qui trainait aux abords de la zone visiteuse. D'une opportunité d'un retour à 22-20, la situation des équipiers de Lahore se dégrada : 23-19 (48'24). Oui, "la cabane était bien tombée sur le chien (palois)...) pour continuer dans le langage rugballistique.
 Les joyeux drilles que sont Klimek, Soudani, Soille, Julvecourt, Spincer en profitèrent pour "faire résonner les barriques..." expression imagée quand l'orage redouble de force et d'intensité... : 28-19 (55'45). La douche écossaise virait finalement à la douche béarnaise... Un dernier éclair de Bouchkara : 31-20 (59'49) fit poindre, dans les travées d'une assistance aux anges, un soleil aussi radieux que celui d'Austerlitz... 
A l'aube d'un déplacement lourd de conséquences, en terre nancéenne, synonyme par le passé de garnisons qui florissaient dans le paysage lorrain,  arborer un soleil d'Austerlitz sur son poitrail sera pour chaque tourangeau un clin d'œil à l'Histoire...

LA FICHE TECHNIQUE : ST CYR-BILLERE 31-21
Mi-temps : 11-11
Arbitres : MM. Rey-Garcia et Bourgault
1000  spectateurs environ.

Saint Cyr Touraine Handball :
 Bouchkara (1/2) Hernandez-Pola (0/2), Beliandjou (3/6), Spincer 5/8 dont 4/5 aux pen.), Julvecourt (5/14), Soille (2/2), Bakaitis (5/5), Klimek (5/5), Oliver (1/2), Manebard, Soudani  (3/3), Baran (1/3), Rey, 9 arrêts sur 23, (41'41) Lardeux, 8 arrêts sur 15 (18'19).
Entraîneur : François Berthier.

Billère Handball :
Mlyakov (3/4), Latapie (2/3 dont 1/1 au pen.) Martily (0/6), Allias (1/1), Lahore (1/1), Benkahla (4/7), Aroca (1/3), Passe-Coutrin (2/4), Tchinda (3/8), Drobnjakovic (3/12 dont 1/1 au pen.), Chabert (0/1), Gérard (1/1), Katschnig, 8 arrêts sur 28, (46'54), Delic, 2 arrêts sur 13, (13'06).
Entraîneur : Arnaud Villedieu.

Exclusions temporaires : Beliandjou (18'35), Baran (46'45, 59'05), Julvecourt (59'18),  au SCT ; Lahore (22'02, 39'33), Tchinda (36'37), à Billère.

Evolution du score : 
2-5(6'26), 6-6 (12'51), 8-10 (25'19), 11-11 (29'24), 15-13 (33'55), 18-14 (38'48), 21-15 (41'00), 23-19 (48'24), 28-19 (55'45), 31-21 (60'00).

A CHAUD :
Julien Lardeux (S.C.T.):
« Deux mots de la première mi-temps. Dommage qu'il y ait eu beaucoup de pertes de balle. Sinon, je pense que c'était une bonne première mi-temps. Après en seconde, beaucoup moins de pertes de balle et ça se voit directement : + 10. On est tous rentrés, donc ça fait plaisir. Parce la semaine dernière,  j'ai eu du mal, donc là, ça fait du bien. Avec Rey, ça se passe bien, super  doublette, faut que ça continue comme ça..."

Rémi Oliver (capitaine du S.C.T.) : « On a joué sur nos qualités, tout le monde est rentré. On a réussi à trouver notre défense en deuxième mi-temps. En première, on a pris que 11 buts mais on a perdu beaucoup de ballons, donc ça ne s’est pas trop vu. Ensuite, on a fait défense-montée de balle. Je pense qu'on a retrouvé notre jeu, la marque de fabrique de St Cyr, c’est à dire une grosse défense et des montées de balle pour des buts faciles. Alors c'est reparti, j'espère. On a repris la première place, le groupe est vraiment très content. Ce n'est pas fini. On peut encore passer deuxième la semaine prochaine mais ce n’est pas grave. On ne va rien lâcher. Il faut qu'on le fasse de toute façon. »

Skander Bouchkara (S.C.T.): " Ca  fait bien plaisir !... Une belle victoire qui a mis du temps à se dessiner. Les mecs ont fait une grosse prestation en deuxième période. Du coup, on gagne le match tranquillement et, en plus, la petite surprise qui fait plaisir : Paris fait match nul et on reprend la première place. Le bonheur !... A Nancy, ce sera un autre match, un autre contexte. On va préparer ça tranquillement. Savourons dès ce soir, de plus, c'est mon anniversaire demain, voilà..."

Pierre Lahore (Capitaine de Billère) : "Il y a eu une bonne première mi-temps et puis St Cyr a sorti la machine à défendre en deuxième mi-temps. Je sais pas si Ce n’est  que ça, on avait à cœur de faire un gros match ici parce que l'on était sur une pente ascendante. St Cyr est une équipe que l’on respecte et, contre eux, on voulait faire un gros match. On a réussi notre premier acte, je pense que le score aurait pu être un peu plus lourd en notre faveur à la pause, parce qu'il y a match nul et ça ne reflète pas la physionomie de ces trente premières minutes. Après, je ne sais pas si on a eu un  petit péché d'orgueil et qu'on s'est dit que ce n’était finalement pas si dur que ça. Les choses se faisaient facilement et eux ont forcément élevé leur niveau de jeu : on a été sanctionné immédiatement. Pour la fin de saison, l'objectif ? Nous sommes  un groupe en construction et il faut faire ce qu'il faut pour progresser, à l'image de ce que réalise St Cyr depuis deux, trois ans. On est invaincu à la maison et  nous voulons aller chercher ce qu'il y a de bon à prendre à l'extérieur pour se rapprocher le plus possible du podium. C’est ouvert, on n’est pas l'équipe qui a le calendrier le plus défavorable et il ne faut pas qu'on se laisse démobiliser par ce match là. Il faut en tirer quelques enseignements pour bien finir l'année...."

Arnaud Villedieu (Entraineur de Billère) : " Pas de regrets parce qu'on a fait une bonne première mi-temps, ce qui me satisfait. Après, on a été pris à notre propre jeu, défense - montées de balles. Donc bravo à St Cyr. Je pense que eux aussi, ils ont retrouvé leur jeu de montées de balles à l'image de Gérard Beliandjou qui a été monstrueux dans ce registre là. On s'est fait dominé par une équipe qui a joué solidairement et moi, j'ai vraiment beaucoup de respect pour eux. Parce que c'est ce qu'on fait nous des fois à domicile, tenir comme ça défensivement et monter tous les ballons avec tant d'énergie. On a vraiment été débordé. Il reste sept matchs, on reçoit quatre fois et on va à Gonfreville. Donc, si on pouvait en gagner cinq, on pourrait se rapprocher de la cinquième  place. Ce qui est inespéré pour un club comme le nôtre, tant mieux..."

François Berthier (Entraineur du S.C.T.) : " En première mi-temps, on était pas bons. On perdait des ballons en trois passes. Les gars ne savaient plus dribbler et, en attaque, étaient à côté de leurs pompes. Plus à l’aise en défense où  nous n'encaissons que onze buts. Offensivement, sitôt on avait la balle, sitôt on l'avait perdu, c'était donc un peu problématique. En deuxième mi-temps, grâce à une meilleure défense, on n'a plus perdu de ballons ou alors très peu.  En attaque, on a été plus réaliste.  Ce n'est qu'une question, non pas d'intelligence, mais de respect de ce que l'on avait prévu de faire. Après, la défense a été très efficace devant des bons gardiens. Aussi, il y a des joueurs qui sont passés au travers comme à chaque match, mais ce qui est bien, c'est que d'autres ont tenu leur rang. Donc, c'est vraiment intéressant. Autant ça a donné du courage à certains, autant ça va en faire réfléchir d'autres. Moi ça m'arrange, il ne reste plus que sept matchs et on est devant.il faut espérer que cela continue..."
 
EN APARTE… :
- C'est l'école de handball Langeais-Cinq Mars qui a accompagné les joueurs à leur entrée sur le terrain.
- Animation : Comme celle réalisée par la Caisse d'Epargne, partenaire de la soirée...
- Casqué comme Marcel Tchinda. A l'image d'un footballeur américain voire même d'un rugbyman (on crut croiser Serge Betsen !...), l'arrière béarnais arborait un casque pour protéger quelques points de suture qui ornaient son front...
- Des nouvelles de Laszlo : le gardien hongrois, sorti en début de semaine de la clinique entame sa rééducation. Il va entamer sa rééducation dès cette semaine. Un vaste attend le brave Laszlo qui n'en a pas pour autant perdu son légendaire sourire...

L’HOMME DU MATCH :
Sans aucun doute, le pivot du S.C.T. Modestas Bakaitis qui a livré vendredi soir, surement sa prestation la plus accomplie. Efficace au tir (5/5), le lithuanien a remis de l’ordre dans la maison saint cyrienne après les citrons en réalisant un triplé salvateur. Sa roublardise s’est confirmée quand il récupéra une balle qui trainait pour la fructifier en offrande et pour anéantir les espoirs de retour des béarnais. Du grand Bakaitis en espérant que cette prestation en appelle  d’autres …

LES STATISTIQUES :
- 5/5 comme les copies offensives rendues par Modestas Bakaitis et Petr Klimek…
- 53 % comme la réussite de Julien  Lardeux (8/15) en dix-huit minutes dans les bois tourangeaux. Ce qui nous combla de joie pour le sympathique « Juju » après son vendredi noir à Paris, la semaine passée…

Christophe POUPAULT
pour

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LBE en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision