mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Montpellier dans la tanière des Ours de Tchekhov
Montpellier dans la tanière des Ours de Tchekhov
27 Avril 2010 | Europe > Champion's League

Même en affichant profil bas, Montpellier s’est sorti de ce qui aurait pu être le piège de St Raphaël. Rajoutant ainsi une 20ème victoire consécutive en championnat de Division 1 masculine, la 35ème de la saison. Malgré les blessés et les aléas de dernière minute. Ce succès dans le Var tombe à pic avant de se rendre dans la tanière des bien nommés  Ours de Tchekhov. Et là, la musique ne sera pas la même.

Le 6 avril dernier à Vienne, le tirage au sort s’était très bien déroulé. Alors que Montpellier aurait pu se retrouver face à Barcelone, Hambourg ou Rhein Neckar Löwen, une main innocente leur offrait Tchekhov comme adversaire pour ces quarts de finale de la Ligue des Champions. L’aubaine  avec un atout psychologique indéniable puisque Nikola Karabatic et ses camarades avaient battu par deux fois les Russes en phase de groupe. Comme à son habitude, Patrice Canayer se montrait prudent mais on sentait bien autour du staff montpelliérain que ce tirage au sort convenait à souhait. Trois semaines plus tard, changement de contexte. L’infirmerie s’est garnie. Pour cette nouvelle opposition, Montpellier sera privé de deux de ses pièces maîtresses. Parmi les plus sollicités depuis le début de la saison, les deux ailiers vedettes du MAHB, Vid Kavticnik et Michaël Guigou vont manquer à l’appel. Le premier est victime d’une déchirure au quadriceps, ce qui lui vaut une indisponibilité de 4 à 6 semaines, le second s’est blessé lors du match amical contre Aix en Provence, la semaine dernière (déchirure superficielle au quadriceps gauche). « Micha » sera lui, absent une dizaine de jours. Sur son site internet, l’ailier international n’a pas caché son énorme frustration mais espère retrouver ses camarades dès la semaine prochaine, voire la suivante. Montpellier s’est déplacé à St Raphaël pour le compte de la 20ème journée de championnat à 13 joueurs (Florent Joli, hématome au talon et Rémi Salou, gastro n’ont pas fait le voyage), 12 d’entre eux ont été lancés dans l’arène varoise.  Et pour ne rien arranger, Samuel Honrubia victime d’une béquille, a du s’abstenir pendant toute la 2ème période. Même affaibli, Montpellier s’en est sorti. Grâce au talent de « Kaiser Nikola » capable de tenir son équipe à bout de bras (10/14 et 1 passe décisive), à l’expérience des « vieux » David Juricek et Mladen Bojinovic et à la fougue et au culot des jeunes comme William Accambray (6/12 dimanche) dont on souligne, match après match, le rôle essentiel au sein du dispositif héraultais (il vient de signer pour trois saisons supplémentaires), Adrien Di Panda et le petit niveau issu de la pouponnière dirigée par Fabrice Grasset, Mathieu Grébille, tout juste 18 ans et qui pourrait à très court terme, calquer sa trajectoire sur celle des deux précédemment cités.

Dimanche, Montpellier a su gagner sans gaucher. Et en 2ème mi-temps, sans ailier « de métier », David Juricek remplissant un intérim plus qu’honorable pour un droitier sur le côté droit. Montpellier n’a pas fléchi. Mais face aux Russes mercredi, il s’agira d’un véritable affrontement ! Les hommes de la « légende » Maximov n’ont pas l’intention de vivre les scénarii des matches de groupe au cours desquels ils s’étaient inclinés par deux fois. Dimanche, ils ont préparé sans casse, cette opposition en battant Astrakhan, 36-32, en demi-finale aller du championnat national.  Montpellier qui récupère Honrubia, Salou et Joli, est averti. Lorsqu’ils s’étaient imposé d’un but, il y a un peu plus de 2 mois à Tchekhov, les hommes de Patrice Canayer avaient réussi un coup de maître se permettant même le luxe de mener de 5 buts à la pause et jusqu’à 7 buts en 2ème période, pour finalement l’emporter à l’arraché, après avoir subi le feu nourri de l’artillerie russe dans les 5 dernières minutes.

Montpellier peut-il faire face sans Michaël Guigou et sans Vid Kavticnik ? Là est toute la question. Avec Nikola Karabatic (59 buts), l’ailier slovène (76) et l’ailier tricolore (56) sont les trois meilleures gâchettes de la formation héraultaise dans cette Ligue des Champions. En un peu plus d’une semaine, Nikola Karabatic mais aussi et surtout William Accambray ont démontré qu’ils étaient en pleine forme dans ce domaine. Tout d’abord en équipe de France où les deux arrières ont inscrit à eux seuls, 16 buts à chaque fois contre l’Islande et contre St Raphaël. Mais en équipe de France, ils sont autrement entourés et St Raphaël n’est pas Tchekhov. En Russie, il va falloir tenir en tentant d’imposer son rythme. Juricek, Hmam, Bojinovic, Tej et les gardiens devront être plus que des soutiens. Surtout face aux Dibirov, Starykh, Shelmenko, Rastvortsev et autres Grams ou Kovalev, véritables atouts de cette équipe russe qui aimerait elle aussi, enrichir son palmarès. Comme le faisait remarquer Patrice Canayer sur le site de l’EHF, «  Tchekhov, c’est 90% de l’équipe nationale russe, les joueurs ont l’habitude d’évoluer ensemble et le combat physique sera très important ». Les joueurs de Montpellier sont prévenus, eux qui jusque là, ont fait un sans faute ou presque (38 matches officiels disputés, toutes compétitions confondues, 35 victoires, 2 nuls et 1 défaite). Deux marches sont à franchir avant le Final Four de Cologne. Il serait vraiment dommage de les rater. 

Pour ce déplacement à Tchekhov, Patrice Canayer a retenu quatorze joueurs : Stojinovic, Karaboué, Tej, Accambray, Joli, Di Panda, Salou, Honrubia, Juricek, Grébille, N. Karabatic (cap.), L. Karabatic, Bojinovic, Hmam.

Yves MICHEL  (www.rtl-lequipe.fr)
Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités